Navigation – Plan du site

Serge Latouche, Remember Baudrillard

Sébastien Zerilli
Remember Baudrillard
Serge Latouche, Remember Baudrillard, Paris, Fayard, 2019, 304 p., ISBN : 978-2-213-70109-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dès l’entame de l’ouvrage qu’il lui consacre, Serge Latouche écrit à propos de Jean Baudrillard (1929-2007) qu’« il n’a pas bâti un système (philosophique), ni du moins déployé sa pensée autour […] d’un ensemble de concepts opératoires » (p. 15). En commentateur appliqué de cette œuvre dont le succès s’explique par de nombreux quiproquos intellectuels et dont la diffusion mondiale s’est accompagnée de plusieurs polémiques, l’économiste note qu’« il n’est pas facile de faire coller ensemble toutes ses formules » (p. 153). S’agissant des réflexions de Baudrillard, ajoute-t-il, l’analyse « reste ouverte, on peut […] jouer, même si les règles du jeu ne sont plus très claires » (p. 168).

2Cette étude ne se réduit pas à l’exégèse scrupuleuse d’une somme de livres. Son auteur signe un « essai, dans l’esprit de la biographie intellectuelle » (p. 28), qui mêle vie et œuvre. Plutôt que de s’obstiner à percer le sens définitif d’une réflexion plurielle et sibylline dont la cohérence se révélerait et s’épuiserait dans l’espace du texte, Serge Latouche propose des clés pour saisir la singularité d’une pensée murie dans des contextes particuliers et produite par « des » Baudrillard différents.

  • 1 Jean Baudrillard, La Société de consommation, Paris, Denoël, 1970.
  • 2 Jean Baudrillard, Le Système des objets, Paris, Gallimard, 1968.
  • 3 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

3Serge Latouche a fréquenté Baudrillard durant les années 1970, avant de s’éloigner de l’homme et de son œuvre. Leur relation se déroulait dans un cadre académique. L’auteur de La Société de consommation1 est alors l’assistant d’Henri Lefebvre (1901-1991) au département de sociologie de l’université de Nanterre. Dans cet ouvrage de commande qui est pourtant la plus fameuse de toutes ses publications, Baudrillard prolonge une analyse sémiologique de la consommation entamée dans Le Système des objets2. Dans la droite ligne des analyses du Roland Barthes (1915-1980) des Mythologies3, publiées quelques années plus tôt, il y avance que la « valeur d’usage » des objets, liée à leur utilité fonctionnelle, importe moins que leur « valeur signe », c’est-à-dire leur signification sociale. En plus d’orchestrer une sorte de combinatoire symbolique des pratiques de consommation, cette société entretient pour Baudrillard le spectacle de la profusion et de l’abondance, conduisant à la frustration permanente des consommateurs.

  • 4 Serge Latouche, Sortir de la société de consommation, Paris, Les liens qui libèrent, 2010.
  • 5 Serge Latouche, La Décroissance, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2019.

4À la lecture de l’étude qu’il lui consacre, on saisit clairement que c’est de cet aspect de l’œuvre que Serge Latouche, auteur de Sortir de la société de consommation4 et d’une toute récente synthèse sur la décroissance5, est le plus proche. Pour lui, la sensibilité politique de Baudrillard est clairement gauchiste. Ses analyses sur la consommation en tant que pratique compulsive et aliénante, tout comme ses réflexions menées sur l’urbanisme et l’architecture dans la revue Utopie (1967-1968), font écho aux maximes rageuses des situationnistes alors décidés à révolutionner le quotidien grâce à une succession de happenings libérateurs.

  • 6 Jean Baudrillard, Le Miroir de la production ou l’illusion critique du matérialisme historique, Par (...)
  • 7 Jean Baudrillard, De la séduction, Paris, Galilée, 1979.

5La réflexion sur les objets est pour Serge Latouche un des thèmes majeurs qui structurent toute l’œuvre de Baudrillard (p. 20). Préoccupé par leurs significations, ce dernier réfléchit ensuite aux modalités de leur production. Ce glissement l’amène à critiquer et dépasser l’approche marxiste caractérisée selon lui par une sorte de déterminisme économiciste. Si Marx opère une critique radicale de l’économie politique, il la développe en avalisant ses présupposés intellectuels, remarque Baudrillard. Dans Le Miroir de la production6 et surtout avec De la séduction7, ce dernier propose ainsi ce que Serge Latouche considère comme un « paradigme alternatif » (p. 144). Entendu dans un sens large, quasiment poétique, la séduction est une sorte de principe qui rapproche les êtres et les choses, les objets comme les personnes. Associée aux notions d’apparence et de mystère, elle est au fondement de ce que Baudrillard appelle « l’échange symbolique ». Lié à l’idée d’excès et de dépense, inspirée des lectures de Marcel Mauss (1872-1950) et de Georges Bataille (1897-1962), ce type d’interaction s’oppose aux principes de la relation marchande – qu’il précède historiquement. Il est le seul, selon Baudrillard, à pouvoir en contrecarrer la logique. Mais avec De la séduction, Serge Latouche identifie aussi un point de bascule. Les réflexions que l’ouvrage contient sont portées par un style elliptique et métaphorique bien loin des canons de l’écriture académique. S’il s’aliène alors les universitaires français, ce Baudrillard essayiste va séduire un public toujours plus vaste, notamment outre-Atlantique.

  • 8 Ludovic Leonelli, La Séduction Baudrillard, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2007, (...)
  • 9 Jean Baudrillard, La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu, Paris, Galilée, 1991.
  • 10 Douglas Keller, « Jean Baudrillard », dans Christopher John Murray (dir.), Encyclopedia of Modern F (...)
  • 11 Jean Baudrillard, Power Inferno, Paris, Galilée, 2002.

6Parce qu’elles décrivent « le triomphe de la simulation dans un espace social qui s’est progressivement perverti en simulacre publicitaire » (p. 128), Serge Latouche considère justement les réflexions de Baudrillard sur la société de consommation comme le point de départ de ses interrogations sur le réel. En mobilisant durant les années 1980 et 1990 des concepts à la portée toujours plus radicale, Baudrillard pointe ce que l’auteur appelle une « artificialisation du monde » (p. 160 et suivantes). Le basculement dans l’ère du « virtuel » apparaît ainsi comme l’ultime étape d’un processus jalonné par les stades du « symbolique », du « simulacre » et de la « simulation ». À son terme s’élabore « un immense artefact, une matrice, que nous prenons pour la réalité »8, comme le souligne Ludovic Leonelli. Si La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu9, affirme Baudrillard en 1991, c’est parce qu’elle semble ne s’être déroulée que sur les écrans de télévision, rythmée par les commentaires des envoyés spéciaux de CNN. Selon Douglas Kellner, il y a, dans cet aspect de l’œuvre qui se développe à partir des années 1980, quelque chose de l’ordre d’un « déterminisme technologique »10. Dans ce monde devenu virtuel, la « viralité » s’impose comme une sorte de principe de contagion des dérèglements. Les réflexions de Baudrillard, grand lecteur de science-fiction comme nous l’apprend Serge Latouche, se chargent ici d’évocations quasiment dystopiques. Et les commentaires de l’économiste s’en font l’écho : La réalité finit par s’effacer « derrière les automatismes des algorithmes [et] les rouages de la méga-machine ou le code de l’ADN. C’est à ce moment que le système devient viral […] : virus terroriste, virus pandémique, virus électronique, virus boursier » (voir p. 165 et p. 191). Ces analyses sont portées par une prose aux accents oraculaires et prophétiques dont l’auteur regrette parfois le simplisme et le manichéisme. Elles se développent dans un contexte postmoderne d’« agonie des référentiels forts » (p. 187) et semblent entretenir chez Baudrillard une vision du monde désabusée et nihiliste. Ses réflexions sur les attentats du World Trade Center, associant la violence terroriste à celle de la mondialisation libérale11, en sont l’expression la plus polémique.

  • 12 Jean Baudrillard, La Transparence du mal, Paris, Galilée, 1990, p. 46-47.

7« Toute l’œuvre de l’auteur tourne finalement autour du désenchantement mélancolique de la modernité, entre révolte rentrée et résignation ironique » (p. 40), considère Serge Latouche. Plutôt que la constance d’un regard politique, l’auteur identifie en fait remarquablement dans la trajectoire intellectuelle de Baudrillard la permanence d’une définition de la pensée. Il joue dans le monde des idées « le rôle du trickster, ce farceur qu’on trouve dans toutes les mythologies […] qui prend un malin plaisir à déjouer le jeu établi par les divinités sérieuses » (p. 254). « Seule véritable fonction intellectuelle, celle qui joue de la contradiction, de l’ironie, du contrepied, de la faille, de la réversibilité, qui toujours désobéira à la loi et à l’évidence »12 écrit Baudrillard dans La Transparence du mal. Toute sa vie, il aura été fidèle aux principes de la pataphysique, science cérébrale et loufoque des « solutions imaginaires » inventée par Alfred Jarry (1873-1907). En identifiant cette veine tout à la fois spirituelle et intellectuelle, Serge Latouche fournit sans doute une de ses clés de lecture les plus pertinentes : cette approche de l’œuvre invite à la lire de la même manière que son auteur l’a écrite, avec un recul provocateur et une distance narquoise qui permettent seules de révéler toute sa cohérence et sa pertinence, bien loin des canons de l’argumentation académique… Le jeu avec le sens se mêle à un jeu avec la langue. L’auteur consacre d’ailleurs le dernier chapitre de son étude à « La jouissance poétique du langage » (p. 241-251) chez Baudrillard. Comme s’il s’agissait de signifier que c’est son style qui caractérise et singularise avant tout son œuvre.

8Dans ses excès, la réflexion de Baudrillard demeure précise, tout comme dans son détachement ironique elle pointe des questions sérieuses. Bien sûr, le réel n’a pas disparu, il ne disparaîtra jamais. Alors que la circulation virale des fake news à l’heure de la post-vérité, tout comme la scénarisation hollywoodienne des clips de propagande de Daech, entres autres exemples, semblent sensiblement brouiller les frontières entre le vrai et le faux, le réel et le virtuel, Serge Latouche souligne que l’œuvre de Baudrillard « fait résonner le bruit du monde » (p. 200), et il regrette qu’elle ne serve plus à le penser. Le titre de son livre résonne ainsi comme une salutaire injonction : Remember Baudrillard.

Haut de page

Notes

1 Jean Baudrillard, La Société de consommation, Paris, Denoël, 1970.

2 Jean Baudrillard, Le Système des objets, Paris, Gallimard, 1968.

3 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

4 Serge Latouche, Sortir de la société de consommation, Paris, Les liens qui libèrent, 2010.

5 Serge Latouche, La Décroissance, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2019.

6 Jean Baudrillard, Le Miroir de la production ou l’illusion critique du matérialisme historique, Paris, Casterman, 1973.

7 Jean Baudrillard, De la séduction, Paris, Galilée, 1979.

8 Ludovic Leonelli, La Séduction Baudrillard, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2007, p. 72.

9 Jean Baudrillard, La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu, Paris, Galilée, 1991.

10 Douglas Keller, « Jean Baudrillard », dans Christopher John Murray (dir.), Encyclopedia of Modern French Thought, London, Routledge, 2004, p. 62.

11 Jean Baudrillard, Power Inferno, Paris, Galilée, 2002.

12 Jean Baudrillard, La Transparence du mal, Paris, Galilée, 1990, p. 46-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Serge Latouche, Remember Baudrillard », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33772

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page