Navigation – Plan du site

Marie Morelle, Yaoundé carcérale. Géographie d'une ville et de sa prison

Georges Macaire Eyenga
Yaoundé carcérale
Marie Morelle, Yaoundé carcérale. Géographie d'une ville et de sa prison, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2019, 228 p., ISBN : 9791036201004.
Haut de page

Texte intégral

1Comment, au Cameroun, les prisons sont-elles devenues un problème public faisant l’objet d’une politique de réforme issue de rationalités multiples ? Pourquoi y retrouve-t-on une population majoritairement constituée de jeunes de quartiers populaires, pauvres et détenus pour cause d’illégalismes ? Comment concevoir qu’en prison comme au quartier, dans une logique qui défie l’esprit des lois, les individus entrent en collusion avec l’État pour produire leur quotidien ? Face au caractère intrigant des prisons africaines et des idées reçues qui les entourent, les chercheurs sont aujourd’hui contraints d’offrir de nouveaux regards qui requièrent souvent d’eux la mobilisation de concepts, de grilles d’analyse et d’outils de recherche transdisciplinaires. Ayant pour cadre la prison et les quartiers de Yaoundé, et au moyen d’une approche ethnographique, cet ouvrage de Marie Morelle nous entraine dans les interstices d’une prison africaine et de l’exercice du pouvoir en ville.

2L’auteure fait le récit d’une expérience urbaine vécue qui retrace ses sites d’observations que sont la ville, la rue et la prison, appréhendant cette dernière comme un espace de circulation du pouvoir (p. 11). Au sein de l’érudition, l’enfermement carcéral est présenté comme l’objet pauvre de la géographie en raison du conservatisme disciplinaire de celle-ci et du difficile accès au terrain prison. Lorsqu’elle se saisit du carcéral, la géographie s’appuie sur les travaux d’Erving Goffman et Michel Foucault qu’elle essaye par la suite de dépasser, et ce faisant, elle s’invite dans la géographie urbaine pour saisir comment la prison participe à la gestion des pauvres et à la structuration des rapports sociaux. La géographie carcérale s’intéresse aux acteurs stratégiques qui fabriquent l’État, à la légalité des pratiques urbaines et au fonctionnement du système politique pour constater que la prison est finalement un dispositif de la gouvernementalité appliqué aux pauvres. L’étude de la prison a quelque chose de particulier. L’auteure décrit sa plongée au cœur de cette institution qui se distingue par ses hommes et ses pratiques. Un lieu où elle s’adapte, ruse et se redéfinit. Le fait qu’elle ait « un statut de femme, étrangère et blanche de surcroit » (p. 28) dans une prison ébène peuplée majoritairement d’hommes, attire sur elle les attentions, et la confronte à des réactions variées qu’elle parvient à gérer avec dextérité. Elle explore la prison et ses quartiers, va et vient au gré des entretiens avec les détenus qu’elle croise, pour débusquer un univers où s’échangent le matériel, le sexe et l’information. Elle adopte une éthique spontanément pratique qu’elle déploie in situ dans le feu de l’observation directe. Cette immersion a constitué l’antichambre d’un redéploiement de l’auteure vers la ville où elle retrouve les anciens détenus et dealers de cannabis, avec qui se poursuivent les entretiens sur les pratiques illégales. L’enquête de terrain conduit Marie Morelle à réinterroger la question de la réinsertion au regard des conditions de détention et à rejoindre les tenants de la thèse de l’échec de la prison.

3L’ouvrage comprend trois parties subdivisées chacune en deux chapitres. La première partie discute les discours d’une « prison africaine » (p. 37) à partir d’une historicité de la prison au Cameroun et des modalités contemporaines de son émergence comme problème public. L’auteure constate - dans les programmes de réformes carcérales - l’existence d’images et de représentations des prisons d’Afrique qu’elle essaye d’objectiver à travers l’exposé d’un droit international ambigu. En déphasage avec les réalités sociologiques des pays concernés, ce droit est axé sur le respect de la dignité du détenu et constitue un cadrage normatif global des bonnes pratiques à l’endroit des États, finalement peu contraignant. Marie Morelle propose de dépasser les stéréotypes des prisons africaines marquées par l’hyper incarcération, pour restituer la multiplicité des réalités à l’échelle des pays et des prisons. C’est alors qu’elle rend compte de l’inscription territoriale du pouvoir d’État à travers la prison et choisit comme entrée, l’analyse de la domination : une approche qui lui permet de transcender le découpage en grandes périodes coloniale et postcoloniale. Ainsi, elle montre que la prison au Cameroun fut à la fois un moyen de conquête du territoire colonisé sur la base d’un discours sur la civilisation, et un foyer économique profitant du code de l’indigénat pour accroitre le nombre de condamnés nécessaire au travail d’exploitation. La prison est aussi présentée comme un outil d’objectivation et d’assujettissement des Africains à travers des politiques d’apartheid et de « médecine coloniale » (p. 73). Cette dimension politique de la prison se prolonge après la colonisation au sein de gouvernements successifs. L’auteure évoque la manière dont les prisons politiques célèbres du Cameroun ont servi de déportation des personnes politiquement subversives et sont mobilisées depuis les années 2000 pour la lutte contre la corruption et le terrorisme du groupe Boko Haram au nord du pays.

4La deuxième partie traite du gouvernement de la prison centrale de Yaoundé à partir d’une analyse des registres normatifs, des logiques informelles et des hiérarchies sociales. Marie Morelle décrit une configuration officielle de la prison sur la base de variables telles que le genre, l’âge, la peine et le statut social. Cette forme légale d’organisation trouve son équilibre dans l’existence de registres informels et moraux où les acteurs négocient et développent des stratégies saisissables par la capture des discours et pratiques corruptives. La prison est surtout présentée comme un lieu de circulations de personnes, de biens et du pouvoir d’un agent à un autre, d’un détenu à un autre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs. La gestion carcérale se fait grâce à une bureaucratie prenant en compte les niveaux de collaborations certes informelles, mais pratiques. Au-delà d’une description des configurations, Marie Morelle montre que le corps du détenu fait l’objet d’humiliation dans le cadre de la discipline carcérale : le détenu est fouillé, soumis à un régime alimentaire et sanitaire précaire, à un traitement physique drastique. En réaction, le détenu tente de se subjectiver pour résister à ces pratiques de privation et d’assujettissement. Il mobilise diversement la rumeur, la religion, la folie, le statut social et l’évasion. Il réinvente son rapport à l’esthétique en se rendant attrayant. Il travaille pour dépasser les frontières qui l’entourent ; pour recréer un monde artificiel fait de liberté et de possession d’objets matériels. On découvre ainsi que la propriété et la mémoire sont importantes en prison comme le montre l’auteure à travers la description faite de l’usage des photographies dans l’espace intime du détenu. Les souvenirs matériels permettraient ainsi au détenu de voyager tout en restant en prison, de s’approprier l’espace et de renouer avec ses multiples identités.

5Dans la troisième partie, en analysant les figures urbaines de l’indiscipline dans leur historicité, et dans le but de saisir la manière donc aujourd’hui se construit la population pénale à Yaoundé, l’auteure teste l’hypothèse que la prison est un moyen de gestion des populations pauvres. Elle analyse la manière dont l’État assujettit les individus et les résistances déployées par ceux-ci. La catégorie largement exposée à la prison est celle des jeunes peu scolarisés, sans travail, qui vivent de la débrouille face aux difficultés à entrer dans le monde du travail. La construction de cette catégorie remonte au moment colonial, à l’aurore d’une nouvelle économie de la punition destinée à « rationaliser l’espace urbain » (p. 144). Il s’agissait pour le pouvoir colonial de construire une figure de l’indigène qu’il déshumanise, exploite et criminalise pour le projet colonial. Un tel projet se révéla être une véritable gageure ; puisqu’il fallait pallier le manque d’effectifs de police et gérer l’indiscipline dans les rangs de celle-ci. Armée de ce savoir historique, l’auteure analyse les illégalismes pour rendre compte des rapports sociaux dans la ville de Yaoundé. Elle fait des récits de vie de dealers où l’on voit que le deal est soit une activité ponctuelle de survie, soit une activité permanente assumée. Les dealers présentés vivent la crise économique, commettent des infractions, négocient au moyen de normes pratiques avec les agents de l’État. Les pratiques corruptives dans ces interactions informent sur l’absence d’éthique de ces agents, leur peur du monde criminel et le manque de ressources dont ils disposent pour leur travail. Cette situation pousse Marie Morelle à questionner la place du droit au Cameroun et de sa faible connaissance par la population des quartiers populaires. Elle montre ainsi que la connaissance pratique du droit à Yaoundé constitue une ressource ; une arme pour revendiquer un droit en prison, faire avancer son dossier au tribunal, se protéger ou nourrir sa subjectivation.

6De la rue à la prison, de la prison à la ville, le livre de Marie Morelle pose un regard authentique sur une prison africaine et son espace urbain ; et révèle que face à un objet intriguant, la transdisciplinarité peut supplanter le conservatisme disciplinaire. Car, sur la base d’une pluralité d’approches, elle a engagé la restitution d’une réalité carcérale qui rompt avec l’expérience première présente dans les discours d’ONG et d’agences internationales sur la prison en Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Macaire Eyenga, « Marie Morelle, Yaoundé carcérale. Géographie d'une ville et de sa prison », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33777

Haut de page

Rédacteur

Georges Macaire Eyenga

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Nanterre. Ses travaux portent sur la justice, la police et la prison en Afrique subsaharienne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page