Navigation – Plan du site

Beya Dhraïef, Éric Négrel, Jennifer Ruimi (dir.), Théâtre et charlatans dans l’Europe moderne

François-Ronan Dubois
Théâtre et charlatans dans l'Europe moderne
Jennifer Ruimi, Eric Negrel, Beya Dhraïef (dir.), Théâtre et charlatans dans l'Europe moderne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 366 p., post. Jean-Paul Sermain, ISBN : 978-2-87854-996-6.
Haut de page

Texte intégral

1Sur les tréteaux, dans la rue et dans les foires, dans les salons mondains et dans les salles de spectacle, le théâtre de l’Ancien Régime est riche d’une diversité dont ses figures canoniques, les Racine, les Corneille et les Molière qui peuplent les manuels, ne rendent pas tout à fait compte. Cet ouvrage collectif, remarquable à bien des égards, offre aux lecteurs un aperçu de cette richesse, et un aperçu d’autant plus éclairant que le charlatan est au croisement de bien des mondes. Le charlatan est dans la rue et dans les foires, sur les tréteaux et dans les salons mondains, et même dans les salles les plus respectables. Figure du théâtre autant que de la médecine, au cœur des querelles de la science comme de l’art, le charlatan est un protagoniste incontournable de l’univers théâtral de l’Europe moderne, du xvie au xviiie siècle.

  • 1 Base de données qui permet une recherche dans les mélodies de la Foire et de la Comédie-Italienne : (...)

2À cet égard, l’ouvrage dirigé par B. Dhraïef, É. Négrel et J. Ruimi s’inscrit de plein droit dans le renouvellement salutaire des études théâtrales de la première modernité qui, depuis une trentaine d’années désormais, balancent et éclairent le canon d’une recherche approfondie sur ces théâtres qui, minoritaires pour la postérité, sont essentiels pour l’époque : celui de la foire et de la rue. Des archives mieux connues et parfois remarquablement numérisées, comme c’est le cas du projet Theaville1, mais aussi les perspectives d’arts du spectacle, viennent éclairer à nouveaux frais ce monde jusque-là familier sans être tout à fait connu.

3Il serait impossible de résumer ici en quelques lignes les vingt-cinq contributions de l’ouvrage, accompagnées d’une introduction, d’un avant-propos, d’une postface et d’une abondante bibliographie, mais l’on peut donner les arguments des quatre parties qui le structurent, elles-mêmes composées de neuf chapitres. Il faut en tout cas louer tout de suite cet effort d’organisation minutieux, qui permet au lecteur de bien comprendre comment les cas parfois très particuliers évoqués par les contributions individuelles participent de logiques plus vastes. Il faut de même saluer le travail de l’éditeur, qui a permis que certains articles soient accompagnés de nombreuses illustrations en couleur : elles reproduisent l’iconographie de l’époque et permettent de se faire une idée du monde que l’on décrit.

4La première partie, intitulée « Du triacleur au bonimenteur » et composée de deux chapitres, « Le nom et la chose » et « Polémiques et réceptions », offre un tableau d’ensemble du personnel charlatanesque du théâtre moderne. Elle permet de comprendre que le charlatan appartient à tout un peuple d’experts de la parole, à la fois artistes, commerçants et savants, qui voyagent souvent de ville ou en ville pour écouler leurs produits aux propriétés mirifiques ou bien proposer leur service, comme l’arrachage de dents. Ces experts peuvent être appelés de bien des noms : empiriques ici, par opposition aux médecins théoriques des universités, triacleurs là, farceurs, charlatans, bateleurs, opérateurs, ils ne sont pas toujours aisés à distinguer ni des autres praticiens médicaux, ni des autres comédiens. On peut tout de même établir un type : habillé dans un costume carnavalesque, l’épée aux côtés, le charlatan monte sur des tréteaux pour tenir un discours plein d’emphase sur les propriétés de ses drogues ou de ses gestes, puis il écoule sa marchandise ou il vend ses services. Les spectateurs paient autant, et peut-être plus, pour la performance théâtrale que pour ce dont le charlatan fait apparemment le commerce, si bien que ce dernier s’adjoint souvent les services d’une petite troupe de comédiens, qui improvisent des farces ou des pièces à l’italienne, voire interprètent un texte composé à l’avance. Le charlatan est décrié par les autres praticiens médicaux, et en particulier par ceux de l’université, mais il arrive que certains se joignent à lui pour des affaires. Pour ailleurs, en général, il n’est pas inquiété par la puissance publique. Cette théâtralité du charlatan et son installation de longue date dans le paysage culturel contribuent à le transformer, à partir du xviie siècle notamment, en un personnage de théâtre à part entière. Le charlatan devient tout à la fois un professionnel médico-théâtral et un type de personnage, le premier interprétant parfois, mais pas toujours, le second.

5La deuxième partie, « La médecine empirique vue par les arts de la scène », permet d’explorer en trois chapitres, « Figurations », « Parodies » puis « Ambivalence et paradoxe », la présence de ce personnage sur la scène, notamment dans le théâtre français, chez Dancourt, Gillier, Molière, Favart ou encore Mercier. Son statut y est pour le moins ambivalent. Bien sûr, pour une large part, le charlatan est décrié : associé à l’épisode biblique des marchands du Temple, il représente tout à la fois le vice de la rhétorique marchande et l’irrationalité des remèdes superstitieux. Alors que la charlatanerie a pu longtemps constituer un métier relativement admis, elle devient ainsi sur le théâtre une accusation que l’on porte contre des affabulateurs. En cela, le charlatan prend sa place aux côtés des rodomonts, des faux dévots ou des manipulateurs de la comédie. Cependant, dans la mesure où l’art des charlatans réels repose précisément sur la mise en scène de leur propre outrance, le charlatan peut aussi être employé comme un révélateur de la société, celui qui pousse à l’extrême les discours malhonnêtes, pour en montrer les travers, ou bien dont l’art de la parole permet, à l’instar d’un Scapin, de démêler des situations compliquées. L’époque moderne porte ainsi sur le charlatan un regard singulièrement plus nuancé que le nôtre.

6Naturellement, cette référence théâtrale ambivalente vient à son tour informer la perception des charlatans réels. La troisième partie, « Les grands charlatans de l’histoire, personnages de fiction », avec ses deux chapitres, « Miroirs dramatiques » et « Vies de charlatans », explore ce mécanisme. En évoquant par exemple les cas de Mesmer, de Cagliostro, de Vitali, de Casanova et de Woodward, ses articles montrent de quelle manière la figure du charlatan devient un modèle disponible pour caractériser des acteurs sociaux réels, notamment quand il s’agit de les discréditer. À chaque fois cependant, le charlatan a quelque chose de plus que le simple imposteur : il ment, suppose-t-on, sur la vertu réelle des remèdes qu’il propose, mais il exerce aussi un pouvoir de fascination, à travers la mise en scène de soi et l’art du discours. Dès lors, la vérité du charlatan est toujours inaccessible, parce que son être véritable est dissimulé par une mise en scène de soi et son effet peut être tout aussi bien attribué à sa parole qu’à ses remèdes.

7On voit facilement dans ces circonstances dans quelle mesure la figure du charlatan peut servir à une critique de la société dans son ensemble, en exploitant ce thème cher au théâtre de la première modernité qu’est le règne des apparences et le théâtre du monde. C’est à ce sujet que se consacre la quatrième partie, « Les mille visages de l’imposture : théâtralité et critique sociale », dans un chapitre « Mises en abyme ». En France comme en Espagne, les contributeurs montrent que la figure du charlatan permet un double réflexion : comme tous les grands orateurs ridicules ou malins de la comédie, elle a une dimension méta-théâtrale et exalte, non sans méfiance, les pouvoirs de la scène, mais elle permet aussi de révéler la vaste charlatanerie du monde, et en particulier celle de la noblesse, qui, comme le charlatan, se pare d’habits chatoyants, se promène l’épée aux côtés, vante ses propres mérites, ment et manipule, sans contribuer utilement à la société. En cela, le charlatan des comédies les plus écrites rejoint celui des improvisations itinérantes des tréteaux dans sa force carnavalesque. Le deuxième chapitre de cette partie, et le dernier de l’ouvrage, met ainsi, en guise de conclusion, un nom sur ces deux troubles éveillés par le charlatan : « le politique et l’intime ». D’un côté, le charlatan fait voir par son outrance un ordre social dont les vertus sont factices et, de l’autre, il fait sentir intimement que chacun est en représentation face aux autres et que la vie en société ne permet jamais d’aller en-deçà des discours grandiloquents, là où se cacherait l’être véritable : même l’amour, que l’on pourrait croire le domaine le plus intime, est soumis au jeu de la charlatanerie.

8De l’Allemagne à l’Espagne et de l’Angleterre à l’Italie, avec le domaine français pour objet principal, ce livre permet ainsi de bien comprendre les grands principes qui structurent l’activité et les représentations du charlatan. Il montre surtout combien le charlatan participe d’une série de logiques différentes, c’est-à-dire de mises en ordre des discours et des pratiques : la logique médicale, la logique du théâtre de tréteaux et la logique de la comédie qui hérite ses modèles de l’Antiquité. Ce panorama à la fois vaste et précis constituera une lecture de la plus grande utilité pour toutes les personnes qui s’occupent du théâtre de la première modernité, mais il donne aussi, et sans jamais y prétendre, de puissants outils d’analyse pour interroger les charlatans modernes, ces médecins prodigieux qui peuplent les téléachats et les magazines médicaux, comme autant d’évangélistes de la vitamine et du régime, et autant de marchands du Temple de la santé.

Haut de page

Notes

1 Base de données qui permet une recherche dans les mélodies de la Foire et de la Comédie-Italienne : http://www.theaville.org/kitesite/index.php.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Beya Dhraïef, Éric Négrel, Jennifer Ruimi (dir.), Théâtre et charlatans dans l’Europe moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33802

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Docteur en lettres & arts, agrégé de lettres modernes. Chercheur au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page