Navigation – Plan du site

Amin Allal, Myriam Catusse, Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l’industrie proteste

Olivier Cléach
Quand l'industrie proteste
Amin Allal, Myriam Catusse, Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l'industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2018, 207 p., ISBN : 978-2-7535-7440-3.
Haut de page

Texte intégral

1Si le fil conducteur de l’ouvrage consistait à n’entrevoir aujourd’hui la protestation au travail que d’un seul point de vue quantitatif et autocentré sur les pays occidentaux, on pourrait penser que ce livre ne présente pas grand intérêt : beaucoup d’ouvrages1 traitent déjà de la question, la conflictualité serait en baisse2 dans le monde professionnel, l’industrie relayée au second plan par le développement des services et le monde ouvrier occidental dans un processus inexorable de déclin3. Or, il n’en est rien avec ce livre, pour plusieurs raisons que nous allons évoquer et qui justifient l’originalité revendiquée dès l’introduction par les auteurs.

  • 4 La plupart des textes sont la reprise de contributions proposées dans deux sections thématiques org (...)

2Les différentes contributions abordent des cas4 d’insoumission ouvrière qui se déroulent dans des pays non occidentaux (Afrique du Sud, Équateur-Pérou, Jordanie, Liban, Tunisie), où l’industrie tient encore une place prégnante, qu’elle n’a plus dans nos sociétés de services, et où la résistance collective ouvrière est encore vive. Ce décentrement n’est pas seulement de nature géographique (pays non occidentaux).

3L’ouvrage propose également une mise en perspective historique de certains cas de confrontations (ouvriers, syndicalistes vs directions d’entreprise, notables locaux), comme l’emblématique conflit post-soixante-huitard (LIP, contribution de Guillaume Gourgues), celui d’une entreprise automobile des années 60-70 (contribution de Pierre Rouxel) ou, plus près de nous, le cas d’une fermeture d’usine à la fin des années 2000, en pleine crise dite des subprimes (contribution d’Éric Darras, d’Audrey Rouger et de Yohan Selponi). Toutes ces approches historiques font d’ailleurs écho aux « situations extra-occidentales » (pour reprendre les termes de Johanna Siméant-Germanos) actuelles, exposées dans cet ouvrage. L’ensemble forme donc un tout cohérent.

4Cette dimension historique est d’ailleurs importante aux yeux des auteurs. Et ils postulent dès leur introduction que ces mécontentements, ces insoumissions ouvrières sont de bons analyseurs de cette histoire en action. Par exemple, ils facilitent la compréhension de la genèse du « Printemps arabe », cet ensemble de contestations populaires qui émerge à la fin de l’année 2010. Par ailleurs, ces protestations collectives permettent en effet d’aborder la question des « citoyennetés industrielles », des modes de (dé) régulation dans l’industrie non occidentale, dans un monde capitaliste globalisé.

  • 5 Bien qu’omniprésent, ce cadre théorique est relativement peu explicité et surtout discuté dans l’ou (...)
  • 6 (1971), « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past and Present, 50, (...)
  • 7 (1976), The moral economy of the peasant : rebellion and subsistence in Southeast Asia, Yale Univer (...)
  • 8 Sur la question de la justice sociale, cf. par exemple Policar A., (2006), La justice sociale, A. C (...)

5Un autre point commun permet de réunir la plupart des contributions : elles s’inscrivent dans une démarche compréhensive et elles se réfèrent à l’économie morale5 comme cadre théorique, concept développé entre autres par Edward P. Thompson6 et, dans une perspective un peu différente, plus anthropologique et politique, par James S. Scott7. En effet, l’objet de l’ouvrage est un questionnement autour des fondements moraux de luttes ouvrières collectives localement situées. Ce sont donc des considérations morales, de justice sociale8 (ou plutôt, en l’occurrence, d’injustice sociale) qui sont à l’origine des conflits de travail décrits dans ce livre : les mêmes causes (injustices) générant les mêmes conséquences (protestations). De notre point de vue, ceci n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’argumentation de Engels et Marx dans Le Manifeste du Parti communiste : c’est parce que les patrons s’exonèrent de leurs responsabilités (fournir aux travailleurs les moyens de subsistance) à l’occasion des crises de surproduction inhérentes au système capitaliste que le prolétariat doit prendre conscience de sa condition de classe, de son exploitation, avec comme conclusion la révolution prolétarienne et l’avènement d’une société sans classe.c’est-à-dire de comprendre que les principales raisons de ces mouvements contestataires sont à chercher du côté d’injustices sociales, de réaction à des pratiques iniques, etc.

  • 9 (1908) 1999, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, P.U.F, Paris.
  • 10 (1956) 1982, Les fonctions du conflit social, P.U.F, Paris.

6Et, soulignons-le, c’est bien autour de la mise en avant de ces dimensions morales des conflits que se situe l’originalité de l’ouvrage. Au-delà des revendications matérielles traditionnelles (salaire, conditions de travail…), les contributions s’intéressent à la place de la morale dans la conflictualité sociale. Georg Simmel9 et Lewis A. Coser10 ont montré, en leur temps, les dimensions sociales des conflits. Le présent ouvrage se propose d’en montrer les dimensions morales, de définir « l’assise morale des luttes ouvrières » (p. 201). En effet, la plupart du temps, les conflits commencent à un niveau local et éclatent parce que des droits ne sont plus appliqués, parce que le contrat social et moral entre le patronat et les travailleurs est rompu, que les dirigeants recourent à des pratiques iniques.

  • 11 Margalit A. (2012), Du compromis et des compromis pourris : Réflexion sur les paix justes et injust (...)
  • 12 (1969) 1975, Les syndicats en France, tome 1, Seuil, Paris ; même si, en l’espèce, l’unilatéralisme (...)
  • 13 « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », in Dabène O. et al., (2008), (...)

7Dans la plupart des textes, ce sont également des systèmes de clientélisme qui sont problématisés (« l’un des principaux fils rouges de notre réflexion a concerné les attaches paradoxales de relations de clientèles et l’expression de conflits sociaux », comme il est rappelé dans l’introduction, p. 25), décrits et remis en question, dès lors que les réciprocités qui constituent ces « compromis pourris11 », ces accommodements, sont battues en brèche, que les entreprises (et au-delà leurs actionnaires) renégocient à leur avantage les termes de l’échange (ce qui est l’enjeu de toute négociation collective inscrite dans des relations professionnelles comme le rappelle Jean-Daniel Reynaud12), sans pour autant redéfinir les contrats sociaux eux-mêmes. D’ailleurs, de manière plus large, les cas historiques soulignent cette idée à propos de la fin du fameux « compromis fordiste ». Lamia Zaki13 avait déjà montré en son temps le rôle du clientélisme dans les régimes autoritaires.

  • 14 Cléach O., Tiffon G. (coord.), (2017), Invisibilisations au travail, Octarès, Toulouse.

8Plus largement, les textes ont également pour intérêt de montrer l’universalité des logiques managériales à l’œuvre, y compris dans des pays non occidentaux, portées par des considérations essentiellement financières et actionnariales, qui visent à plier les catégories dominées aux normes d’une économie financiarisée, mondialisée, concurrentielle. Ils attestent également qu’il existe des résistances tout aussi universelles parmi les classes populaires, qui ont comme moteur d’action la lutte contre ces dominations et pour visée, l’émancipation (voir, au Pérou, les « entreprises communales » décrites par Doris Buu-Sao qui vont dans ce sens). Les protestations « d’en bas » sont alors l’occasion pour les « invisibles »14 de prendre la parole (Albert Hirschmann). Et, ce sont bien la confrontation, la concurrence entre ces deux logiques collectives (dominations vs résistances), inscrites dans un ensemble de rapport de force, qui sont enjeu de lutte (politique et social).

  • 15 (2014), La France périphérique, Flammarion, Paris.
  • 16 Courpasson D., (2000), L’action contrainte, PUF, Paris et Durand J.-P., (2004), La chaîne invisible(...)

9Ces conflits, au moins dans un premier temps, sont locaux, circonscrits à l’entreprise, au monde de l’industrie, périphériques (au sens de Christophe Guilluy15). Ils ne sont pas des mouvements sociaux. Et, c’est d’ailleurs l’un des intérêts de cet ouvrage de nous présenter, de manière parfois ethnographique, des cas de protestations collectives dont le point de départ est le monde professionnel (des entreprises privées), alors même que dans les pays occidentaux, la conflictualité est plutôt portée par la société civile, par des mouvements altermondialistes, anticapitalistes (dans le milieu professionnel, en France, la contestation est essentiellement le fait d’agents publics). C’est quand ces micro-actions rencontrent un contexte politique particulier qu’elles deviennent des luttes macro-sociales et prennent forme dans l’espace public (relayés par les médias, certains conflits évoqués ici se sont développés et ont participé à faire advenir le Printemps arabe, par exemple). Des conflits catégoriels deviennent des révoltes sociales contre les dérives d’un système capitaliste dominant et productiviste. Ces protestations nous renseignent ainsi sur des processus de changement à l’œuvre dans ces pays et plus largement sur les effets régionaux de la globalisation. En s’y intéressant avec finesse, les auteurs mettent en exergue les dérives du capitalisme et la confrontation entre des cadres de références culturelles qui s’opposent. Les conflits sont alors les révélateurs d’un fait : les entreprises s’appuient sur des potentats locaux, des chefs de tribu dont ils font leurs obligés, des systèmes clientélistes, des politiques de patronage (entre paternalisme, manipulation et chantage à l’emploi – la carotte ou le bâton) pour susciter la soumission des travailleurs, leur conformité, leur loyauté. Mais, les auteurs rendent bien compte du fait qu’au final, ces dispositifs favorisent surtout des pratiques de corruption et l’imposition d’une domination, d’une exploitation collective (où les processus décrits16 par David Courpasson sous l’appellation de « domination douce » ou par Jean-Pierre Durand sous le vocable de « servitude volontaire » ne sont pas absents). Cette relation instrumentale (prise en considération des traditions et des modes de vie locaux) demeure tant qu’elle sert leurs intérêts économiques. Incidemment, ces arrangements organisés autour des activités économiques permettent d’encadrer les relations sociales, les configurations locales, mais participent également à la construction identitaire des groupes (ouvriers, villageois…), aux solidarités. Dans cette perspective, les luttes sociales dont il est question dans l’ouvrage sont autant de cas qui montrent que parfois le vernis craque (Pierre Rouxel). Les enjeux identitaires, culturels au cœur des conflits (de valeurs), permettent de comprendre la légitimité dont bénéficient ces protestations (qui ont pour visée de rétablir une certaine justice sociale), ainsi que l’engagement des acteurs sociaux dans des jeux stratégiques.

  • 17 Voir par exemple Ruggeri A. (2015), « Occuper, résister, produire ». Autogestion ouvrière et entrep (...)

10Pour conclure, une petite remarque. Même si ce n’était pas dans l’intention des auteurs de traiter cet aspect ou bien qu’aucune communication sur ce point n’ait été proposée, il nous semble que le mouvement des entreprises récupérées17 (Argentine…) aurait eu ici toute sa place. De plus, on peine parfois à voir le niveau macro-politique (les liens entre le Printemps arabe et la conflictualité dans les organisations par exemple) : on en reste souvent au stade de l’évocation.

11En tout état de cause, cette décentration qu’autorise la lecture de cet ouvrage permet de porter un autre regard sur les conflictualités actuelles dans les pays occidentaux.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Adam G., Reynaud J.-D. (1978), Conflits du travail et changement social, P.U.F, Paris ; Groux G. (1996), Le conflit en mouvement, Hachette, Paris ; Denis J.-M. (dir.), (2005), Le conflit en grève ?, La Dispute, Paris ; Ménard O. (dir.) (2005), Le conflit, L’Harmattan, Paris ; Béroud S. et coll. (2008), La lutte continue ?, Éditions du Croquant, Paris ; Thuderoz C. (2014), Sociologie du conflit en entreprise, PUR, Rennes ; Pleyers G. et Capitaine B. (dir.) (2016), Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris.

2 Pour la France, voir par exemple les enquêtes annuelles « Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (Acemo) » de la DARES et particulièrement : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2018-015.pdf

3 https://journals.openedition.org/lectures/8258

4 La plupart des textes sont la reprise de contributions proposées dans deux sections thématiques organisées dans le cadre du VIe congrès des associations francophones de science politique (Lausanne, février 2015).

5 Bien qu’omniprésent, ce cadre théorique est relativement peu explicité et surtout discuté dans l’ouvrage, c’est pourquoi nous renvoyons à quelques articles complémentaires : Johanna Siméant (2010), « “Économie morale” et protestation – détours africains », Genèses, n° 81, 4, p. 142-160 ou les travaux de Didier Fassin (2009), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, Sciences sociales, 6, 64e année, pp. 1237-1266 et (2012) « Vers une théorie des économies morales », in Didier Fassin et coll., Économies morales contemporaines, La Découverte, Paris, p. 19-47.

6 (1971), « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past and Present, 50, pp. 76-136. L’auteur utilise ce concept pour rendre compte des émeutes de la faim dans l’Angleterre du 18e siècle.

7 (1976), The moral economy of the peasant : rebellion and subsistence in Southeast Asia, Yale University Press, New Haven.

8 Sur la question de la justice sociale, cf. par exemple Policar A., (2006), La justice sociale, A. Colin, Paris ou encore Fraser N., (2011), Qu'est-ce que la justice sociale ?, La Découverte, Paris [https://journals.openedition.org/lectures/4910].

9 (1908) 1999, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, P.U.F, Paris.

10 (1956) 1982, Les fonctions du conflit social, P.U.F, Paris.

11 Margalit A. (2012), Du compromis et des compromis pourris : Réflexion sur les paix justes et injustes, Denoël, Paris.

12 (1969) 1975, Les syndicats en France, tome 1, Seuil, Paris ; même si, en l’espèce, l’unilatéralisme rend impropre l’utilisation du mot « négociation », nécessitant le recours à la conflictualité du côté des dominés.

13 « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », in Dabène O. et al., (2008), Autoritarismes démocratiques. Démocraties autoritaires au XXIe siècle, La Découverte, Paris, p. 157-180

14 Cléach O., Tiffon G. (coord.), (2017), Invisibilisations au travail, Octarès, Toulouse.

15 (2014), La France périphérique, Flammarion, Paris.

16 Courpasson D., (2000), L’action contrainte, PUF, Paris et Durand J.-P., (2004), La chaîne invisible, Seuil, Paris.

17 Voir par exemple Ruggeri A. (2015), « Occuper, résister, produire ». Autogestion ouvrière et entreprises récupérées en Argentine, Éditions Sylleps, Paris ou encore Quijoux M. (2011), Néolibéralisme et autogestion. L'expérience argentine, IHEAL, Paris [https://journals.openedition.org/lectures/7647].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Amin Allal, Myriam Catusse, Montserrat Emperador Badimon (dir.), Quand l’industrie proteste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 avril 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33808

Haut de page

Lieu

Afrique du Sud

France

Équateur

Pérou

Liban

Tunisie

Jordanie

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, Socioéthique, membre associé à l’IDÉA (Université Laval, Québec)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page