Navigation – Plan du site

Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et État central, en France, des origines à nos jours

Pirathees Sivarajah
Nos petites patries
Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et État central, en France, des origines à nos jours, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2019, 281 p., ISBN : 9782072763786.
Haut de page

Texte intégral

1Quittant ses recherches d’historien sur la traite négrière, Olivier Grenouilleau opère un tournant avec cet essai. Dans la lignée de Lavisse ou Braudel explorant l’histoire des régions françaises, il analyse la naissance et l’affirmation de sentiments régionaux – qui passent par la prise de conscience d’une identité politique propre par les notables locaux – en remontant jusqu’au bas Moyen-Âge. Il souhaite ensuite montrer l’influence double de l’État central vis-à-vis des régions françaises : d’une part, le pouvoir central soutient l’expression politique et culturelle de ces sentiments régionaux, mais d’autre part, il peut réfréner les initiatives des acteurs politiques locaux et privilégier des politiques nationales. Enfin, l’auteur interroge les succès et les échecs du régionalisme, mouvement politique qui entend donner le primat aux intérêts locaux sur l’intérêt du pays et dont l’apogée politique se situe au début du XXe siècle. La question directrice de l’ouvrage est donc de savoir si les régions et provinces se sont formées contre l’État ou par l’État. Nos petites patries procède en trois temps pour répondre à ces interrogations.

2Dans la première partie, l’auteur resitue la rupture fondatrice que représente 1789 en matière de centralisation étatique sur la longue durée. Il estime nécessaire de dépasser la dichotomie classique entre le discours jacobin centralisateur, qui se présente comme neuf et soucieux de préserver le principe d’égalité et l’unité du pays, en mettant fin à l’archaïsme des provinces de l’Ancien Régime, et le discours conservateur, qui privilégie la légitimité des provinces ou pays, façonnés par le temps, et dont la patine reflète les formes de vie locales et symbiotiques. La réalité historique s’avère être plus complexe.

  • 1 Les « pagi » gallo-romains sont les unités de territoire pouvant être parcourues à cheval en une jo (...)

3La centralisation du pouvoir politique conduite par la monarchie est un processus de longue durée, qui ne débute nullement à la Révolution. En effet, en s’inspirant des « pagi » gallo-romains1, la monarchie crée un cadre administratif uniforme : la province. Dans le langage administratif, le terme de « provincia », bénéficiant de la renaissance des lettres et du prestige de l’antique, se substitue ainsi aux termes de « regio », de « terra », de « patria » ou de « pays » et se généralise sous Charles V. Néanmoins, ce cadre administratif de la province est fragile. D’une part, les Grands, puis les parlements au XVIIIe siècle contestent l’organisation territoriale imposée par la monarchie et revendiquent leurs singularités locales – culturelles et sociales – dans le Béarn, la Bretagne, l’Anjou ou encore la Normandie, dès la fin du Moyen Âge. D’autre part, les Grands négocient les projets de réforme territoriale proposés par le pouvoir monarchique. Parmi les représentants de l’aristocratie traditionnelle, Fénelon – à titre d’exemple – propose l’établissement des trois ordres dans des États généraux appelés « assemblées provinciales » et la suppression des postes d’intendants. L’enjeu pour l’État, au travers de ces projets de réforme négociés avec les Grands, est d’améliorer la perception de l’impôt sur le territoire. Dès le XVIIIe siècle, émerge donc un régionalisme dit « fonctionnel », voulu comme la pierre angulaire d’une réforme administrative, politique et économique du pays.

4Et pourtant, à ces ardeurs de réforme territoriale succède ce que l’auteur appelle « la mise en sommeil de l’esprit provincial » entre 1789 et 1851, abordée au début de la seconde partie de l’essai. Le nouveau quadrillage en départements subdivisés en districts, présenté par Sieyès, est voté sans contestation par l’Assemblée constituante, en janvier 1790. Pour les révolutionnaires, l’urgence de réformer le pays et l’État favorise en effet le consensus des votes politiques. Durant la première moitié du XIXe siècle, l’État pérennise le cadre départemental révolutionnaire et renforce le pouvoir des préfets, sans que les notables locaux ne parviennent à s’opposer, ni à mobiliser le discours identitaire régional. Le terme de « province » est définitivement discrédité dans les esprits, au profit du terme de « département ». Ainsi, l’État et les notables locaux n’abordent les projets de réforme territoriale que sous le seul angle administratif de la centralisation et la décentralisation.

5Toutefois, en sourdine, trois « vents » favorables annoncent au long du XIXe siècle l’apogée du régionalisme du début du XXe siècle. L’État souhaite connaître l’espace, les hommes et leurs activités afin de mieux les maîtriser, ainsi que l’illustrent la création du Bureau de la statistique rattaché au ministère de l’Intérieur en 1806 et la création de musées pour inventorier les patrimoines régionaux. À ce désir étatique d’inventaire s’ajoute une vogue sentimentale, portée par les peintres, hommes de lettres et voyageurs, et teintée de nostalgie à l’égard des territoires et des temps immémoriaux. Par exemple dans Béatrix, Balzac, jouant sur les stéréotypes régionaux, peint le baron de Guénic, en qui « le granite breton s’est fait homme ». Enfin, face à la constitution d’un marché national, facilitée par la révolution des transports et l’expansion des chemins de fer, les notables locaux élaborent des projets de labels régionaux en vue de lutter contre la concurrence des produits de régions françaises perçues comme « étrangères ». De manière progressive, les différents courants politiques régionaux organisent des débats sur la décentralisation et les régions.

6Le régionalisme atteint son apogée au début du XXe siècle. Les courants républicains, avec la volonté d’enraciner le sentiment républicain de manière durable dans le pays, considèrent que l’amour de « sa petite patrie » ne peut que nourrir celui de la « Grande Nation », la France. De plus, les historiens, à la manière d’un Ernest Lavisse, s’ouvrent à la question régionale tandis que la géographie régionale, sous l’impulsion de Paul Vidal de la Blache, s’intéresse à la manière de redécouper le territoire national. Enfin, la tendance se concrétise surtout par la création de la Fédération régionaliste de France (FRF), qui rejette le cadre administratif des départements et provinces et, s’appuyant sur un pragmatisme empirique, refuse le recours à des solutions abstraites et uniformes. La principale réussite de la FRF est ainsi d’avoir préparé la réforme Clémentel de 1919, contribuant au regroupement des chambres de commerce au niveau régional.

7Mais cet apogée du régionalisme ne survit pas à l’après-guerre. L’auteur ouvre ainsi sa troisième partie sur les lignes de faille entre les républicains, qui se font jour sur les questions religieuses et linguistiques. La plus emblématique est le procès de Colmar en 1928. En Alsace, en Bretagne, ou en Corse, la majorité des mouvements régionalistes choisit la conciliation avec les partis nationaux, souvent par préférence jacobine ou par intransigeance envers les particularismes locaux. Entre 1940 et 1945, le régime de Vichy prend néanmoins position en faveur du régionalisme. Cette prise de position s’exprime d’abord par la mise en scène des traditions folkloriques provinciales, organisée par les commissions départementales de propagande régionaliste et placée sous la tutelle des préfets. Elle s’appuie ensuite sur un plan de division du pays en « provinces » piloté par un État centralisateur, l’objectif étant de promouvoir une vision de la « France éternelle ».

8Après 1945, discrédité par l’expérience vichyssoise, le régionalisme renaît sous une forme fonctionnelle et économique - celle de l’aménagement du territoire. L’enjeu pour l’État est à la fois de reconstruire le pays que de rééquilibrer l’économie du territoire national. L’auteur aborde ainsi la troisième partie de l’ouvrage sur la modernité des politiques régionalistes. Trois facteurs d’originalité distinguent les politiques régionalistes des expériences antérieures : elles sont à la fois durables et efficaces jusqu’à la fin des années 1960 ; elles sont coproduites avec des structures de réflexion nationales et régionales ; elles se légitiment par la création de vingt et une régions de programme en 1956. Finalement, la politique d’aménagement pilotée par l’État mène à la mise en place d’organismes politiques – structures consultatives sous l’autorité des préfets de région – destinés à faire participer et délibérer les représentants socioprofessionnels et les nouvelles couches sociales au niveau régional. Cette politique d’aménagement, bien que brièvement critiquée dans les années 1970 par des revendications politiques régionalistes, est relancée en 1981 par une série de lois affirmant les pouvoirs locaux et replaçant la démocratie au cœur des réflexions territoriales. Depuis les années 1980, de manière permanente, des tendances fortes de la politique de régionalisation peuvent être ainsi identifiées : un encadrement par l’État qui privilégie le pilotage régional et bénéficie des liens multiples entre personnel politique national et régional ; un jeu continu entre un État garant de l’équité territoriale et des collectivités territoriales soucieuses d’un cadre statutaire adapté ; et enfin un appui croissant de l’Europe sous diverses formes, notamment via le fonds européen Feder (1975).

9En proposant à la fois un ouvrage de synthèse et une introduction à de nouvelles pistes de recherche, Olivier Grenouilleau a privilégié le croisement de plusieurs approches scientifiques (sociologie, psychologie, géographie, etc.) pour une analyse globale de « nos petites patries » sur la longue durée. On comprend ainsi que les identités régionales ne constituent donc pas des survivances du passé, mais des constructions évolutives, influencées par les politiques de l’État, sans cesse recombinées, sources de nostalgie pour les uns, et sources d’action pour les autres. Dans cet « éboulis du temps », trois questions continuent ainsi de se poser : l’enchevêtrement croissant des collectivités et organismes territoriaux (qui dessine une curieuse similitude avec l’imbroglio administratif de l’Ancien Régime) ; le cadre contraint des finances publiques locales et les relations de l’État avec les collectivités territoriales ; enfin, le renouvellement des élites locales dans les réseaux de pouvoir et d’influence à l’échelle nationale et locale.

Haut de page

Notes

1 Les « pagi » gallo-romains sont les unités de territoire pouvant être parcourues à cheval en une journée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pirathees Sivarajah, « Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et État central, en France, des origines à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33814

Haut de page

Rédacteur

Pirathees Sivarajah

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page