Navigation – Plan du site

Cécile Charlap, La fabrique de la ménopause

Eva Delpech
La fabrique de la ménopause
Cécile Charlap, La fabrique de la ménopause, Paris, CNRS, coll. « Corps », 2019, 265 p., ISBN : 9782271121516.
Haut de page

Texte intégral

1La ménopause, marquant la fin de la période reproductive chez la femme, est un phénomène physiologique universel. Mais qu’en est-il de sa réalité sociale ? Par cet ouvrage, tiré de sa thèse de doctorat, l’auteure démontre que, « loin de mettre en jeu une physiologie vierge de tout ancrage social et culturel, la ménopause est une catégorie culturellement située, signifiée et informée par des rapports sociaux, des représentations et des normes » (p. 15). Ce constat se fonde sur l’analyse approfondie de deux types de matériaux. D’une part, Cécile Charlap a constitué un large corpus de traités médicaux afin de rendre compte, dans une perspective socio-historique, de l’évolution dont a été l’objet la ménopause, en tant que catégorie médicale. Les documents retenus ballaient une longue période, les plus anciens datant de l’Antiquité, pour arriver jusqu’à l’époque contemporaine. Ce corpus est complété par divers supports médiatiques qui contribuent à diffuser le discours médical (articles de magazines, sites internet, émissions de radio, etc.). D’autre part, l’auteure a réalisé 30 entretiens semi-directifs auprès de femmes ménopausées, non sans peine. La complexité rencontrée par l’auteure pour trouver des enquêtées « est particulièrement signifiante », attestant d’une dimension « secrète » de la ménopause (p. 19).

  • 1 Virginie Vinel, « La ménopause. Instabilité des affects et des pratiques en France », in Françoise (...)

2Dans un premier temps, l’auteure opère un détour par l’anthropologie pour mettre en regard les perceptions de la cessation des menstruations dans différentes cultures. Par exemple, chez les Lobi du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire, les femmes fécondes et celles ménopausées ne font pas l’objet des mêmes restrictions. Les premières se voient déboutées des rituels religieux alors que les secondes peuvent y prendre part, car elles ne sont plus soumises aux saignements menstruels, perçus comme vecteurs d’une potentielle contamination. Ainsi, les femmes ménopausées sont socialement rapprochées de la catégorie des hommes : elles sont « comme des hommes » (p. 27). De manière plus générale, c’est bien la question du pouvoir attribué aux femmes qui est en jeu. Les femmes ménopausées disposent d’un plus grand pouvoir dans les différentes sphères de la vie sociale, publiques ou privées. À l’inverse dans d’autres sociétés, comme c’est le cas au Japon, la ménopause n’est pas l’objet d’un traitement social spécifique. Il n’existe pas de terme particulier pour la désigner. Elle est perçue comme l’une des manifestations du vieillissement, le « konenki » (p. 40), qui comprend entre autres l’altération de la vue ou encore le blanchissement des cheveux. Cette notion s’applique d’ailleurs sans distinction aux femmes et aux hommes. L’arrêt des menstruations ne fait donc l’objet d’aucune catégorisation ou traitement spécifique et n’est pas constituée en un « passage social vers la vieillesse »1 comme c’est le cas dans les sociétés occidentales.

3En se recentrant sur le contexte français, Cécile Charlap axe le deuxième chapitre sur la constitution de la ménopause en tant que catégorie médicale. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’arrêt des menstrues n’était pas un objet d’étude à part entière. Il n’en était fait que de rares mentions dans certains documents médicaux, où il était toujours présenté comme l’un des signes du processus plus global du vieillissement. Dans la conception humorale, la cessation des règles était associée à des manifestations psychologiques, comme des sautes d’humeur inexpliquées ou des tendances dépressives. Les médecins parlaient d’« âge critique » (p. 48). Au cours du XVIIIe siècle, de plus en plus de travaux se sont consacrés à l’arrêt des menstruations. C’est au début du siècle suivant que le terme de « ménopause » fait son apparition. L’avènement de l’endocrinologie, au cours du XXe siècle, a conduit les médecins à dépasser l’approche humorale pour mettre en avant les causes hormonales de la ménopause. Dans cette conception, la ménopause est pensée comme une « transformation » et un « déséquilibre proprement féminin » (p. 56). Pour preuve, l’auteure analyse plus spécifiquement des champs lexicaux mobilisés par les médecins, qui situent la ménopause dans les registres du manque, de la dégradation ou encore du risque. L’essor de la conception hormonale depuis le XXe siècle, a eu deux effets principaux. D’abord, la (re)production de la différenciation des sexes sur une base biologique et leur hiérarchisation. Ensuite, l’idée que la ménopause peut faire l’objet d’un traitement ; de fait, « la médecine du XXe siècle la définit comme maladie » (p. 66). Parallèlement à l’émergence des traitements hormonaux de substitution, le corps féminin se voit soumis à une nouvelle injonction : la surveillance et le traitement des manifestations physiques induits par la ménopause.

4Cette vision particulière de la fin des menstrues, fondée par le corps médical, trouve un relais important auprès des femmes via différents supports médiatiques (magazines de santé ou presse féminine, émissions de télévision ou encore de radio). Ceux-ci participent donc à la constitution d’une culture de la ménopause. Basée sur la dimension physiologique, cette culture n’en demeure pas moins chargée de représentations genrées, également porteuse de normes relatives à l’usage du corps féminin.

5Au chapitre 3, l’auteure démontre que, au-delà d’une étape physiologique, la ménopause s’est vue transmuée en un processus social, fondé en deux étapes. La première, la « ménopause sociale » (p. 90), est la période à laquelle une femme encore en capacité de tomber enceinte devient socialement stérile. Elle débute lorsqu’une femme atteint la quarantaine. Mener une grossesse à cet âge constitue une infraction sociale. Il suffit, par exemple, de s’attarder sur les termes qualifiant les grossesses survenant après quarante ans : le corps médical et ses relais médiatiques parlent de « grossesse tardive » ou encore « à risque » (p. 91). Le processus de la ménopause se poursuit, à partir de la cinquantaine, avec la « ménopause physiologique » (p. 121), moment où le corps féminin devient physiologiquement stérile. La ménopause est donc constituée en un processus social, basé sur un calendrier corporel binaire et imposé en tant que norme d’usage du corps féminin. En reprenant l’exemple des grosses dites tardives, on constate l’intériorisation de ce calendrier social par les femmes interrogées, pour lesquelles « avoir un enfant tard » est « atroce, affreux » (p. 98).

6Enfin, dans le dernier temps de sa démonstration, Cécile Charlap opte pour une analyse chronologique des récits de ses enquêtées, mettant en avant que « la ménopause ne constitue pas un évènement mais un processus ancré dans la durée » (p. 149). Au de-là de la logique processuelle, l’auteure met en lumière les éléments constitutifs de la « trajectoire de ménopause » (p. 149). Il s’agit des « normes de sexe et d’âge en matière de fécondité et de stérilité, [des] représentations associées par les femmes aux manifestations corporelles, [du] partage de signification avec le médecin et […] l’autrui significatif » (p. 154), c’est-à-dire le conjoint. Chacun de ces éléments peut être le support de déstabilisations au cours du processus de ménopause, ou non. L’auteure distingue trois types de trajectoires, selon que la réalité vécue par les femmes interrogées se trouve confirmée, déstabilisée ou infirmée par son environnement social. La réalité subjective d’une femme se voit confirmée lorsqu’il existe une adéquation entre son expérience de la ménopause et les modalités personnelles que revêt les éléments constitutifs. Dans ce type de trajectoire, une femme répond aux normes d’âge en termes de fécondité, et plus spécifiquement, elle respecte le calendrier binaire de ménopause. Son expérience et sa gestion des manifestations corporelles est conforme aux représentations qu’elle possède : par exemple une femme, issue de milieux populaires ou vivant en milieu en rural, gère « le plus naturellement possible » (p. 182) les bouffées de chaleur et n’a donc pas recours au traitement hormonal de substitution. Enfin les interactions entretenues avec d’une part son médecin et, de l’autre, son partenaire, sont conformes à ses attentes et à ses besoins. Les femmes qui ont une « trajectoire de confirmation » ne font l’expérience d’aucune déstabilisation au cours du processus de ménopause. En revanche, les femmes qui connaissent au moins une « déstabilisation » s’inscrivent dans une « trajectoire de maintenance » (p. 201). Par exemple, la déstabilisation peut venir d’un médecin qui fait preuve de mépris lorsqu’une patiente mentionne le recours à des pratiques alternatives pour alléger les effets physiques de la ménopause : dans ce cas, le partage de signification avec le praticien est inexistant. Un partenaire dont le comportement ne respecte pas les souhaits de sa femme, concernant leur vie intime, peut également constituer une source de déstabilisation. Enfin, la « trajectoire d’infirmation » correspond la répétition des épisodes de déstabilisation. L’auteure prend l’exemple d’une femme dont l’expérience est marquée par un « calendrier corporel » (p. 206) hors-norme, en contradiction avec ses représentations : l’enquêtée a été ménopausée physiologiquement à 46 ans, alors qu’elle n’imaginait l’être qu’entre 50 et 60 ans. Par ailleurs, elle exprime un double manque de reconnaissance : l’absence d’un « véritable travail sur les sentiments » (p. 207) de la part de son médecin, et l’indifférence de son mari.

7En intégrant « trois niveaux d’appréhension de la réalité […] macro, méso et micro-sociologique », cette étude permet d’analyser l’unité générale des injonctions faites aux femmes ménopausées, à leur corps et à la gestion de celui-ci : ce même corps pensé à la fois au regard de celui-ci de la femme féconde et de celui de l’homme. De fait, il est également le support de représentations, nourries principalement par le discours médical relayé par la sphère médiatique, qui participent à la constitution et la diffusion d’une « culture de la ménopause ». L’approche processuelle choisie pour étudier ce phénomène, social donc, constitué en deux phases, n’occulte en rien la diversité des expériences et des pratiques personnelles, puisque la ménopause est aussi pleinement influencée par le parcours biographique propre à chaque femme.

Haut de page

Notes

1 Virginie Vinel, « La ménopause. Instabilité des affects et des pratiques en France », in Françoise Héritier, Margarita Xanthakou (dir.), Corps et Affects, Paris, Éditions Odile Jacob, 2004, p. 221-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Delpech, « Cécile Charlap, La fabrique de la ménopause », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33822

Haut de page

Rédacteur

Eva Delpech

Assistante de recherche, spécialisée en socio-anthropologie de la santé.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page