Navigation – Plan du site

Etrangers : la mise à l'écart

Raphaëlle Marx
Etrangers : la mise à l'écart
« Etrangers : la mise à l'écart », Politix, n° 69, 2005, 181 p., De Boeck, EAN : 9782200920661.
Haut de page

Texte intégral

1« Centres de rétention », « points d'accueil », « points de contacts », « centres d'accueil », « centres d'assistance », « zones de transit », « portail de l'immigration » : autant d'appellations pour désigner la mise en place, aux frontières de l'Europe, d'espaces de relégation des étrangers, dans un contexte de fermeture des frontières et de redéfinition, par les Etats et les conventions internationales, des fondements des politiques migratoires. En France, la mise en place de centres de rétention par la loi Sarkozy de 2003, l'allongement de la durée de rétention, la progressive visibilité de ce phénomène à travers les expulsions de familles de déboutés du droit d'asile et la mobilisation des enseignants accueillant des enfants « sans-papier », appellent une réflexion sur ces dispositifs de mise à l'écart dans des espaces réservés, mais aussi à travers une classification administrative des étrangers ayant pour effet la distinction entre « vrais » et « faux » réfugiés, créant des catégories d'indésirables (« illégaux », « clandestins »).

2Ces bouleversements du traitement politique et administratif du fait migratoire, s'accompagnent d'un renouveau des recherches sur l'immigration, à la conjonction de trois champs de recherche : tout d'abord, le retour sur le passé colonial amène à analyser les rapports entre l'administration et une catégorie spécifique de non nationaux, les colonisés. Ensuite, la sociologie du droit se penche sur la question des pratiques administratives et sur l'application concrète de normes juridiques. Enfin, la sociologie de l'immigration est amenée à repenser la question de l'expérience des immigrés, qui avait été posée dans le cadre de l'immigration organisée des années 1945-1970, et qu'il s'agit d'analyser dans le cadre des mouvements de réfugiés, déplacés et clandestins que l'on observe aujourd'hui.

3Dans ce contexte politique et scientifique, il paraît urgent d'attirer l'attention sur les travaux rassemblés de ce numéro de la revue Politix paru il y a un peu plus d'un an. En effet, en proposant une perspective socio-historique, il met en exergue une certaine permanence dans l'organisation d'espaces de mise à l'écart des étrangers dans le cadre de la République française : de tels espaces furent notamment mis en place lors de la guerre d'Algérie, afin de regrouper les « Algériens » qui représentaient, pour les autorités administratives, une menace à l'ordre public. Le fonctionnement de ces « centres d'assignation à résidence surveillée » (CARS), du point de vue des personnels et des internés, fait l'objet de deux articles du numéro, écrits par Marc Bernardot et Sylvie Thénault. Plus largement, la question de la mise à l'écart renvoie à la construction de catégories de nationaux et d'étrangers par l'administration chargée de les prendre en charge, c'est-à-dire par les agents des services préfectoraux : c'est ce type d'analyse que propose Alexis Spire à partir d'entretiens d'agents de la préfecture de police de Paris chargés de superviser l'instruction de dossiers individuels d'étrangers entre 1945 et 1975.

4A travers ces trois articles, qui se centrent sur les pratiques administratives à l'égard des étrangers, on peut voir comment, en fonction des personnes recrutées, de leurs trajectoires individuelles, sont appliquées concrètement des règles juridiques : ainsi, Alexis Spire montre que les agents administratifs se trouvent dans une situation de tension permanente entre les règles à appliquer (circulaires qui définissent les conditions d'attribution de titres de séjour), leur conception de leur métier et leur volonté de se préserver des marges d'appréciation. De fait, dans un moment où, contrairement à aujourd'hui, la question de l'attribution des titres n'est pas posée publiquement, celle-ci se joue dans l'interaction entre l'agent administratif et l'étranger. L'agent administratif, qui est censé être simple exécutant, détient alors un certain pouvoir, et les pratiques diffèrent selon les représentations et la trajectoire de chaque agent.

5Dans le cas du fonctionnement des centres d'assignation à résidence surveillée, à la même période, on voit également comment l'expérience des étrangers, ici des assignés, est tributaire des logiques des services administratifs. Ainsi, Sylvie Thénault fait le lien entre le recrutement des personnels de ces centres et la mission qui leur est assignée. Elle observe en effet une discontinuité dans les principes de recrutement du personnel, civil en métropole, militaire en Algérie. La gestion des camps est également tributaire des conditions extérieures : alors qu'en métropole l'existence d'un espace public empêche, dans une certaine mesure, d'infliger des mauvais traitements aux internés, en Algérie, les militaires trouvent dans l'humiliation des internés un exutoire, face à l'injonction de renoncer aux combats. En revanche, les rapports entre personnels et internés, en métropole comme en Algérie, s'inscrivent dans le cadre des rapports coloniaux : ainsi, grand soin est porté au recrutement de « moniteurs d'action psychologique » et de « conseillers sociaux » chargés de mener une action de « réeducation » des internés, c'est-à-dire une action visant à les écarter du FLN. La présence de ce type de personnels dans des centres d'assignation à résidence dévoile une conception infantilisante de l'interné, manipulable et malléable, où, comme dans le cas du service étudié par Alexis Spire, les agents intermédiaires de l'Etat se voient investis d'un pouvoir non négligeable.

6Dans les deux cas, les agents agissent en fonction d'une certaine représentation de leur mission plus ou moins incorporée et accordée aux injonctions liées à leur fonction (Alexis Spire parle à ce sujet d' « ethos préfectoral »). Ainsi, ils sont amenés à se donner une marge de manœuvre dans l'appréciation des situations individuelles et à distinguer les cas « humanitaires » des cas inacceptables. On retrouve le même type de catégorisation aujourd'hui : dans les commissions de recours pour les réfugiés analysées par Smaïn Laacher, l'enjeu est de se présenter comme un « vrai » réfugié, et d'en apporter la preuve : les commissions séparent donc les étrangers acceptables et les indésirables, en se fondant sur la crédibilité des personnes.

7Le retour sur les pratiques administratives à l'égard des étrangers, dans un contexte où l'immigration de travail organisée par les pouvoirs publics se conjugue avec une situation de colonisation, permet aussi d'appréhender les services en charge des étrangers comme des laboratoires d'expérimentation de techniques de contrôle, d'enfermement et de répression. C'est notamment ce qu'analyse Marc Bernardot au sujet du centre d'assignation à résidence surveillée du Larzac qui, après avoir servi de camp de prisonniers de guerre allemands, fonctionne comme lieu d'internement de militants FLN de 1959 à 1962. Ce camp, géré par des commissaires divisionnaires ayant déjà une expérience avec les « nord-africains » est le lieu d'une surveillance très étroite des internés, assurée par des militaires aux abords du camp, et d'une guerre psychologique qui vise à briser la cohésion interne, à éloigner les « rebelles ».

8Si les trois premiers articles de la revue privilégient la question de l'organisation administrative et policière de la mise à l'écart des étrangers, à partir du travail sur les sources officielles, on reste relativement insatisfait quant à l'expérience concrète que les étrangers font de ces pratiques administratives. En effet, les camps d'étrangers apparaissent, dans le cadre des CARS mis en place lors de la guerre d'Algérie comme dans celui des camps de réfugiés du Haut Commissariat aux Réfugiés étudiés par Michel Agier dans ce même numéro, non seulement comme des lieux où se construit un certain pouvoir sur des populations étrangères, mais aussi comme des lieux de vie en collectivité, où interagissent les services de l'Etat ou des institutions internationales, les services sociaux ou humanitaires et les étrangers ou réfugiés eux-mêmes. Ainsi, dans l'espace du camp se recomposent les rapports de force et les rapports sociaux, les relations entre les différentes communautés. Marc Bernardot analyse l'organisation géographique du centre du Larzac, qui devient une véritable ville avec ses services postaux et bancaires, ses quartiers différenciés. En effet, les internés sont distingués en fonction de leur degré de participation à l'organisation FLN, le but étant d'éloigner les « irréductibles » pour récupérer les personnes jugées les plus malléables. Marc Bernardot et Sylvie Thénault analysent également les phénomènes de résistance des assignés à l'intérieur des CARS : élaboration de « cahiers de revendications », grèves de la faim, exigences d'amélioration de la vie quotidienne.

9On retrouve dans l'article de Michel Agier, qui porte sur un tout autre contexte, puisqu'il s'agit de celui des camps de réfugiés du HCR en Guinée, au Sierra Leone et au Libéria, ce même questionnement autour de l'expérience des camps comme lieux d'une certaine organisation sociale en partie déconnectée des contextes d'origine. Selon Michel Agier, l'expérience des camps entraîne des changements culturels durables parmi les réfugiés qui y transitent, ou parfois, s'y installent : ces sites, qui peuvent regrouper entre 2000 et 200000 personnes, sont mis en réseau par les circulations de personnes et constituent des « hors-lieux », dans la mesure où ils sont définis pour des réfugiés exclus de leur inscription locale, c'est-à-dire leur inscription dans leur lieux d'origine et dans l'espace des populations locales. Ces camps sont conçus pour ne pas durer, mais une certaine forme d'organisation s'y met en place : ainsi, dans les plus pérennes d'entre eux, les camps de réfugiés (existent aussi des zones frontières ou des centres de transit, plus précaires), les réfugiés quittent progressivement les tentes fournies par les ONG pour s'installer dans des bâtiments en dur, aménagent des rues et des formes d'approvisionnement en eau. Dans l'expérience du déplacement et de la guerre, les réfugiés ont acquis une forme d'organisation sociale de la survie, et ont profondément transformé leur culture, au sens de mode de vie : recompositions familiales, appel à l'assistance humanitaire plutôt qu'aux solidarités familiales, recompositions ethniques.

10Enfin, l'observation et les entretiens menés par Michel Agier font apparaître les stratégies des réfugiés qui, avec l'expérience des déplacements, acquièrent un certain savoir faire face au HCR et aux ONG. Ainsi, les camps fonctionnent comme un réseau d'interconnaissance et de circulation de l'information, de « trafics » pour obtenir plus de ration alimentaire ou de soins, ce qui bat en brèche le statut assigné à ces réfugiés, celui de réfugié assisté par l'aide internationale, indésirable pour les Etats et victime pour les organisations humanitaires.

11La conception du réfugié comme étant actif dans sa trajectoire migratoire et non seulement victime des décisions des organisations internationales et des ONG amène à se pencher sur l'expérience des immigrés, qui, malheureusement, ne peut pas être saisie, par la nature même des sources qui sont à leur origine, par les articles portant sur la période 1945-1975. Ainsi, de même que Abdelmalek Sayad s'était penché sur les récits d'immigrés algériens venus en France pour travailler pendant les « 30 glorieuses », Smaïn Laacher tente, dans le dernier article de la revue, de proposer des cadres d'analyse de l'expérience des immigrés dans un contexte radicalement différent, qui est celui de l'existence clandestine. En effet, des changements fondamentaux amènent à redéfinir ce qui était de l'ordre de la sociologie de l'immigration : dans le contexte international actuel, le projet migratoire est devenu incertain, et il existe des « populations flottantes » que l'on ne peut plus rattacher à aucun lieu. Cette nouvelle expérience de migrant, étudiée par Laacher à travers des entretiens avec les « clandestins » du centre de Sangatte et l'observation de la commission des recours des réfugiés, se caractérise alors par la perte de repères routiniers (famille, inscription territoriale, langue), par un sentiment de peur permanente, par une relation au temps structurée par l'attente et l'incertitude, et une expérience permanente de jeu avec les normes qui fait que les clandestins existent « en secret, à l'insu du monde et des lois ». Il s'agirait alors, pour Laacher, de remplacer une sociologie de l'immigration qui n'a plus lieu d'être, par une « sociologie de l'exil » qui prenne en considération ces nouveaux éléments structurant l'expérience migratoire. Cette approche a le mérite de questionner la sociologie de l'immigration, et notamment les problématiques de l' « intégration », qui sont plus à même de décrire la situation du regroupement familial des années 1970 que des migrants actuels, dont la relation avec la société d'accueil s'établit toujours dans le cadre de la clandestinité, et dans un jeu (dont tous les acteurs, et notamment les employeurs, sont complices) avec la loi. Elle reprend les différents éléments de l'expérience migrante : conditions financières et humaines, du départ, voyage (notamment le recours aux passeurs), passage de frontières et présentation de soi devant les autorités, forme d'insertion dans le cadre d'activités clandestines. En revanche, en brossant un type général du « clandestin » elle laisse de côté l'existence de stratégies différenciées en fonction des pays ou milieux sociaux d'origine, des formes d'organisation de ces migrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaëlle Marx, « Etrangers : la mise à l'écart », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 10 novembre 2006, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/339

Haut de page

Rédacteur

Raphaëlle Marx

Raphaëlle Marx et professeure de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page