Navigation – Plan du site

Maud Navarre, Georges Ubbiali (dir.), Le genre dans l’espace public. Quelle place pour les femmes ?

Marie Lécuyer
Le genre dans l'espace public
Maud Navarre, Georges Ubbiali (dir.), Le genre dans l'espace public. Quelle place pour les femmes ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2018, 198 p., ISBN : 978-2-343-16032-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Law Robin, « Beyond ‘women and transport’: towards new geographies of gender and daily mobility », (...)

1Dans un contexte d’urbanisation croissante des sociétés, la question des expériences féminines de l’espace public n’est prise en charge par les sciences sociales françaises que depuis une quinzaine d’années. Cet intérêt récent traduit la critique du stéréotype du « citadin » universel que les aménageurseuses des villes des pays développés semblent privilégier : un sujet masculin, ni handicapé ni en charge d’une tierce personne, au détriment de la variété des publics et des besoins en termes d’accessibilité, d’équipements, etc.1. Issu de la journée d’étude Genre et espace public qui s’est tenue en avril 2017 au Centre Georges Chevrier de Dijon, cet ouvrage collectif publie les conclusions tirées de terrains récents, majoritairement français. Il rassemble des contributions de géographes, de sociologues et d’anthropologues, mais également de consultantes en urbanisme et d’une élue municipale.

  • 2 Voir Gardner Carol, Passing by: gender and public harassment, Berkeley, University of California Pr (...)

2Le chapitre introductif, signé par Maud Navarre et Georges Ubbiali, part d’un acquis central largement démontré par les gender studies2 : dans l’espace public, les hommes dominent les femmes. Les formes multiples de cette domination, jusqu’aux plus banales, entretiennent les inégalités entre citoyens et citoyennes dans les sociétés contemporaines. Les coordonnateur·trices situent donc le propos de l’ouvrage comme une réflexion collective sur les espaces publics urbains, qui sont à la fois des vecteurs de la domination et des supports de transformations politiques en vue d’un « meilleur vivre-ensemble » (p. 20).

3La première partie de l’ouvrage porte sur le thème de l’aménagement urbain. Une place y est faite aux acteurs de l’urbanisme et aux pratiques dialectiques de la recherche-action. Le chapitre de Corinne Luxembourg rend compte des actions participatives menées à Gennevilliers par l’association dont elle fait partie, Les Urbaines, grâce à un financement municipal et en collaboration avec les habitantes. L’autrice présente brièvement les méthodes mobilisées depuis 2013 : marches diurnes et nocturnes menées avec des habitantes pour discuter de leurs pratiques, analyse de cartes mentales de Gennevilliers produites par des habitantes, entretiens. Cette enquête souligne des expériences féminines de la ville, déjà mises en évidence par d’autres travaux : sentiment d’exclusion de l’espace public, pratiques de sociabilité et de consommation centrées sur le quartier contrairement aux pratiques masculines plus étendues, déplacements fortement liés à la prise en charge d’enfants. Les résultats de l’enquête des Urbaines sont publiés via des canaux reposant sur l’implication émancipatrice des Gennevilloises, par exemple la représentation d’une pièce de théâtre écrite par un groupe de citoyennes. Dans la perspective d’une recherche assumée comme politique, les résultats doivent permettre une transformation des schémas d’aménagement non plus seulement à l’échelle locale de Gennevilliers, mais à l’échelle de la métropole parisienne. Le chapitre des consultantes Chris Blache et Pascale Lapalud présente le think & do tank Genre et Ville à travers trois exemples de préconisations faites par ce dernier à une dizaine de municipalités françaises, allemandes et autrichiennes : entretenir des espaces urbains vides (places, friches) où les habitantes développeront des usages mixtes et informels (séances de bronzage, jeux de ballon, etc.), adopter une signalétique urbaine inclusive, développer des activités non marchandes, telles que les jardins partagés, afin de contrer la privatisation qui gagne les espaces urbains européens. Le discours de l’élue municipale Nathalie Koenders porte essentiellement sur les lieux publics de sociabilité à Dijon, sur la sécurité et la tranquillité des citadines ; il en ressort que la place des femmes dans la ville n’est pas érigée en enjeu spécifique par la mairie. La directrice de l’urbanisme Laurence Fabre précise à l’inverse que l’égalité femmes-hommes est l’un des principes de l’équipe municipale actuelle de Besançon. Cette position politique s’est traduite par la féminisation des noms de rue de la ville, le financement d’une thèse de doctorat sur les usages genrés de la ville et la prise en compte explicite des problèmes pointés par les femmes dans les projets de rénovation.

4Les quatre contributions suivantes ont trait aux mobilités des femmes en ville. Yoann Demoli questionne le lieu commun selon lequel les Françaises ont de plus en plus accès à la voiture, ce qui favoriserait leur émancipation dans la « civilisation de l’automobile » (p. 102). À partir des données quantitatives issues de quatre enquêtes de l’Insee entre 1974 et 2008, il met au jour le retard de la population féminine sur la population masculine en matière d’accès au permis de conduite et de possession d’un véhicule. Les données montrent que les femmes conduisent moins que les hommes. L’auteur approfondit ce constat en montrant que l’automobilité croissante des femmes a été mise au service des contraintes domestiques (enfants, courses, démarches administratives) : si, en 1973, les hommes, plus nombreux à détenir le permis, effectuaient le plus souvent les trajets liés à ces tâches, en 2008 ce sont les femmes qui les ont remplacés. Le chapitre suivant, signé par Marie Gillow, prolonge la réflexion sur les ambiguïtés de l’automobilité sous l’angle du consentement à la domination : pourquoi les mères actives acceptent-elles d’assumer la majorité du « travail domestique mobile » (p. 117) ? À partir d’une série d’entretiens menés à Bruxelles, l’autrice dégage quatre facteurs explicatifs récurrents : le désengagement du père, la compensation d’un salaire féminin plus faible par le travail domestique, le sentiment de devoir ajuster son emploi du temps, les émotions négatives (stress, culpabilité) et positives (fierté) ressenties par les mères. Ces facteurs découlent de normes de genre intériorisées.

  • 3 L’intersectionnalité est la prise en compte des discriminations multiples subies par un individu : (...)
  • 4 Lieber Marylène, op. cit.

5Le chapitre d’Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn aborde la question du harcèlement des femmes dans une perspective intersectionnelle3. Partant des résultats d’une enquête bordelaise réalisée par questionnaires, les auteur·es émettent plusieurs observations : les violences sexistes sont courantes, elles sont perçues par les victimes comme impunies et allant de soi, mais elles ne représentent qu’une partie des violences inhérentes à l’expérience urbaine. Au-delà de ces constats déjà soulignés par d’autres études de terrain4, l’apport du chapitre réside dans l’analyse des propriétés sociales des répondantes : celles qui subissent le plus de discriminations sont les femmes les plus jeunes (moins de 25 ans) et les « femmes du débord » (p. 157), expression proposée par les auteur·es pour désigner les femmes hors de la norme corporelle parce qu’elles sont transgenre, obèses ou voilées. Enfin, la contribution de Samantha Joeck repose sur l’analyse microethnographique des interactions sexuées dans les rues de Bogota. À travers le harcèlement sexiste, c’est un très fort contrôle socio-spatial qu’exercent les hommes issus des classes populaires sur les femmes. Dans une société où les personnes des classes populaires se déplacent essentiellement à pied et en transports en commun, les femmes pauvres passent davantage de temps dans les espaces publics que celles issues des classes aisées ; de même, elles sont plus fréquemment victimes de commentaires vulgaires ou insultants. Elles sont aussi plus susceptibles de répondre aux harceleurs, l’appartenance à une même classe sociale devenant une ressource pour se défendre.

  • 5 Il s’agit des documents p. 27, 28, 35, 44-45 et 154.

6Le recueil offre un panorama varié en termes de terrains de recherche et de méthodologies, tant qualitatives que quantitatives. On regrette cependant que la première partie, consacrée à l’aménagement, passe aussi rapidement en revue des projets urbains menés dans plusieurs villes françaises et européennes en laissant peu de place aux analyses : comment les recherches sur les expériences féminines ont-elles été conduites ? Quels sont leurs principaux résultats ? Comment ces recherches ont-elles donné lieu à des actions, avec quelle portée et quelles limites ? En somme, on aurait souhaité voir davantage la recherche-action « en train de se faire », en tant que processus plutôt que comme une somme de réalisations. La deuxième partie recèle une plus riche portée théorique et ouvre de réelles possibilités pour opérer des comparaisons internationales. En dépit de redondances entre les parties de certains chapitres et le travail pionnier de Marylène Lieber, soulignons la complexification bienvenue de la catégorie « femme » sous la plume des auteur·es : les approches par le genre se doivent d’intégrer les autres propriétés sociales des individus, en termes d’âge, de racisation, de classe sociale, de charge familiale, d’apparence physique, etc. Signalons enfin quelques défauts d’édition qui, s’ils ne sont nullement imputables aux auteurs et autrices, entravent parfois la compréhension de l’argumentation : certains documents sont illisibles ou manquants5.

  • 6 Citons Faure Emmanuelle, Hernández González Edna, Luxembourg Corinne (dir.), La ville, quel genre ? (...)

7Le genre dans l’espace public participe des recherches sur les rapports de genre en géographie, en anthropologie et en sociologie urbaine, au même titre que d’autres recueils récents6. On ne peut que se réjouir de la bonne santé de ce champ d’étude, en partie porté par les jeunes chercheureuses – quatre des dix contributeurs de l’ouvrage sont des doctorantes ou jeunes docteures.

Haut de page

Notes

1 Law Robin, « Beyond ‘women and transport’: towards new geographies of gender and daily mobility », Progress in Human Geography, vol. 23, no 4, 1er décembre 1999, p. 567-588.

2 Voir Gardner Carol, Passing by: gender and public harassment, Berkeley, University of California Press, 1995 ; Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008 ; compte rendu de Clément Rivière pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/695.

3 L’intersectionnalité est la prise en compte des discriminations multiples subies par un individu : genre, orientation sexuelle, racisation, origine sociale, handicap, apparence, âge. Voir Crenshaw Kimberlé Williams, « Mapping the margins: intersectionality, identity politics, and violence against women of color », Stanford Law Review, vol. 43, no 6, 1991, p. 1241-1299.

4 Lieber Marylène, op. cit.

5 Il s’agit des documents p. 27, 28, 35, 44-45 et 154.

6 Citons Faure Emmanuelle, Hernández González Edna, Luxembourg Corinne (dir.), La ville, quel genre ? L’espace public à l’épreuve du genre, Montreuil, Le Temps des cerises, 2017 ; Louargant Sophie (dir.), Espace public : quelle reconnaissance pour les femmes ?, Grenoble, UGA éditions, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lécuyer, « Maud Navarre, Georges Ubbiali (dir.), Le genre dans l’espace public. Quelle place pour les femmes ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33904

Haut de page

Rédacteur

Marie Lécuyer

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, doctorante en géographie à l’université Montpellier 3 Paul Valéry.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page