Navigation – Plan du site

Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes. Une économie symbolique du goût

Mathieu Sadourny
Des vins et des hommes
Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes. Une économie symbolique du goût, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libres cours », 2018, 340 p., ISBN : 978-2-7061-4208-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Nrf – Gallimard, 2007.

1Qu’est-ce qu’un bon vin ? À la différence des biens privés standards de la microéconomie, le vin fait partie de ces biens singuliers1 dont l’évaluation a priori par les consommateurs profanes demeure délicate. Ce n’est pas sa seule particularité et Stéphane Olivesi, en passionné cultivé de l’objet, nous propose une immersion dans les mondes du vin – allusion aux « mondes de l’art » d’Howard Becker (1982) auquel l’auteur emprunte différents éléments au cours de son ouvrage.

  • 2 Pour donner deux exemples : Marie-France Garcia-Parpet, Le marché de l'excellence. Les grands crus (...)
  • 3 Pour une synthèse récente, voir Jean-Marie Cardebat, Économie du vin, Paris, La Découverte, coll. « (...)
  • 4 Michel Callon, « Postface : La formulation marchande des biens », in François Vatin (dir.), Évaluer (...)

2Si le vin a déjà fait l’objet de travaux du côté de la sociologie2 ou de l’économie3, l’auteur ne cache pas son aversion pour la seconde citée. Cette dernière est coupable à ses yeux d’une vision trop abstraite, qui occulte la logique sociale et symbolique des phénomènes économiques qu’elle tente d’expliquer en en restant au niveau du marché et du jeu de l’offre et de la demande qui influence la dynamique des prix. Or, pour Stéphane Olivesi, « une sociologie du vin s’attachant aux conditions de sa production ne peut […] dissocier la fabrication matérielle du vin de sa fabrication symbolique, la seconde précédant et déterminant d’ailleurs la première » (p. 8-9). La problématique de l’ouvrage prend alors tout son sens : qui « fait » donc le vin ? Sont-ce les producteurs ? Les critiques ? Les œnologues ? Les acheteurs ? Quelle est la contribution respective de chaque catégorie d’agents dans la valorisation ou, pour parler comme Michel Callon, dans la valuation4 économique du vin ?

3La réponse de l’auteur, pour le dire de manière lapidaire, tient en deux mots chers à Dani Rodrik5 : ça dépend. Pourquoi ? Parce que les mondes du vin constituent un univers fortement segmenté et différencié. Même s’il y a des similitudes – il s’agit toujours de produire et de vendre – les facteurs pertinents pour l’analyse ne sont pas toujours les mêmes voire ne jouent pas au même moment, niveau, degré.

  • 6 Ce dernier est peu développé dans la suite de l’ouvrage car il relève d’une aire géographique – Aus (...)

4Pour s’orienter dans ce qui pourrait rapidement ressembler à un dédale digne de la « maison qui rend fou » des Douze Travaux d’Astérix, l’auteur propose une grille de lecture qui lui servira tout au long de l’ouvrage et qui est exposée au chapitre un. Il s’agit d’une typologie en « idéaux-types » des sept modèles productifs rencontrés par Stéphane Olivesi qui sont synthétisés dans un tableau qui court des pages 24 à 26 : petit indépendant, moyen indépendant, artiste, grand domaine, négociant, coopératif et nouveau monde6.

5La suite de l’ouvrage, composé de chapitres qui, selon l’auteur peuvent être lus de manière relativement indépendante les uns des autres, s’attache à montrer l’unité et la diversité des mondes du vin dans les rapports différenciés et parfois semblables que les modèles productifs entretiennent aux appellations d’origine (chapitre un), à la construction du style des vins (chapitre trois) et à la place qu’elle accorde ou non à l’œnologie (décrite dans le chapitre deux) et aux œnologues au cours de la fabrication du vin avant de se pencher sur la question des guides et des critiques vitivinicoles, dans leurs activités comme dans les rapports qu’ils entretiennent avec les autres acteurs de l’économie viticole (chapitre quatre). Le dernier chapitre est consacré à la « faculté de goûter » que l’auteur analyse non pas comme un simple jeu d’interactions mais qu’il replace dans l’économie de la filière afin de montrer que les normes de goûts ne sont pas le fruit du libre-arbitre mais dépendent des capacités de « certains acteurs économiquement et symboliquement dominants à définir la valeur des produits » (p. 267) et participent à la rationalisation du rapport au vin et de la production.

6On l’aura compris, Des vins et des hommes accorde une importance certaine à la fabrication symbolique du vin, ne serait-ce que parce que pour l’auteur le plus important aux yeux des producteurs n’est pas tant de produire que de vendre le vin donc de le différencier des autres vins proposés sur le marché. De ce point de vue, ce ne sont donc pas tant les vignerons qui font le vin que les œnologues, critiques, responsables marketing ou des appellations… En dernière analyse ces acteurs définissent ce que doivent être les vins, les goûts à retrouver, selon des proportions variables en fonction des modèles productifs concernés. Stéphane Olivesi interprète alors les différentes vagues du bio, de la biodynamie et autres vins « nature » certes comme une réponse à une demande pour de nouveaux produits et modes de consommation et de production mais aussi (et surtout ?) comme la manifestation par certains producteurs de la volonté de se réapproprier leur vin, de retrouver une certaine autonomie qui échappe aux déterminations extérieures du marketing, de l’œnologie...

7Du côté de la méthodologie, l’auteur délaisse une approche quantitative (les chiffres sont cités avec parcimonie) pour une démarche plus qualitative, reposant notamment sur six séries d’entretiens – soit 52 entretiens en tout – auprès de différentes catégories d’acteurs (producteurs, œnologues, représentants de la profession, critiques, etc.). Le propos de l’ouvrage est d’ailleurs entrecoupé à plusieurs reprises d’extraits d’entretien analysés ensuite dans le corps du texte. Stéphane Olivesi ne prétend pas que l’échantillon constitué soit représentatif de la population générale des mondes du vin mais il permet à ses yeux de proposer un panorama suffisamment suggestif pour donner à voir, sentir les processus à l’œuvre dans la filière vitivinicole française. La consultation « l[a] plus exhausti[ve] possible » (p. 17) de la littérature scientifique, professionnelle, grand public en rapport avec le vin et le recueil de données « diverses et variées » (ibid.) au fil des rencontres et interactions que l’auteur a pu avoir sur plus d’une quinzaine d’années forment les deux autres sources principales de l’analyse proposée.

  • 7 Par exemple l’utilisation de la catégorie des « mondes du vin » place, comme indiqué plus haut, l’a (...)

8Les développements proposés ne trahissent pas l’objectif affiché en début d’ouvrage. Pour autant quelques remarques d’importance inégale subsistent une fois la lecture terminée. Signalons tout d’abord la mobilisation de plusieurs auteurs pour organiser le propos (Becker, Bourdieu, Elias, Foucault, Marx…) ce qui pose la question de l’articulation générale de ses auteurs au sein de la « socio-analyse » proposée7. Qui plus est, l’analyse du rapport à l’objet de l’auteur est évoquée peut-être un peu trop rapidement au début de l’ouvrage (p. 18-19) même si l’idée d’un « arbitraire raisonné » des analyses n’est pas aberrante. Notons également qu’il y a parfois une tension qui n’est pas toujours justifiée, au détour d’une page, entre l’échantillon voire le propos analysé et sa généralisation. On remarque enfin, ainsi que le titre de l’ouvrage le suggère, que les mondes du vin sont majoritairement masculins ce qui ouvre la voie des études du genre sur le sujet, invitation à développer cette recherche comme l’auteur l’évoque du reste à différents moments de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Nrf – Gallimard, 2007.

2 Pour donner deux exemples : Marie-France Garcia-Parpet, Le marché de l'excellence. Les grands crus à l'épreuve de la mondialisation, Paris, Seuil, 2009 ; Pierre-Marie Chauvin, Le Marché des Réputations. Une sociologie du monde des vins de Bordeaux, Éditions Féret, 2010.

3 Pour une synthèse récente, voir Jean-Marie Cardebat, Économie du vin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017 ; compte rendu de Robin Lenoir pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23290.

4 Michel Callon, « Postface : La formulation marchande des biens », in François Vatin (dir.), Évaluer et valoriser : une sociologie économique de la mesure, Presses Universitaires du Mirail, 2009, p. 247-269.

5 https://www.theguardian.com/news/2017/nov/14/the-fatal-flaw-of-neoliberalism-its-bad-economics

6 Ce dernier est peu développé dans la suite de l’ouvrage car il relève d’une aire géographique – Australie, Chili… – extérieure à celle de l’étude, concentrée sur la France qui, pour l’auteur, conserve encore une « relative hégémonie » (p. 21) en matière de vitiviniculture.

7 Par exemple l’utilisation de la catégorie des « mondes du vin » place, comme indiqué plus haut, l’analyse dans le sillage d’Howard Becker (p. 10) mais l’influence des analyses de Pierre Bourdieu se fait sentir tout au long de l’ouvrage. Or ces dernières se réfèrent au concept de champ – lui-même inséparable des concepts d’habitus et de capitaux (pour une introduction, voir Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Seuil, coll. Liber, 2014) – qui n’a pas les faveurs d’Howard Becker. Voir « Howard S. Becker et Alain Pessin : Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l'Art, opus 8, n°1, 2006, p. 163-180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Stéphane Olivesi, Des vins et des hommes. Une économie symbolique du goût », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34040

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Agrégé de sciences économiques et sociales. Professeur en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page