Navigation – Plan du site

Thomas Serres, L’Algérie face à la catastrophe suspendue. Gérer la crise et blâmer le peuple sous Bouteflika (1999-2014)

Nicolas Lepoutre
L'Algérie face à la catastrophe suspendue
Thomas Serres, L'Algérie face à la catastrophe suspendue. Gérer la crise et blâmer le peuple sous Bouteflika (1999-2014), Paris, Tunis, Karthala, IRMC, coll. « Hommes et Sociétés », 2019, 304 p., préf.Hamit Bozarslan, ISBN : 978-2-8111-2626-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme par exemple les documentaires : Hassen Ferhani, Dans ma tête, un rond-point, 2016e et Djamel (...)

1Depuis plusieurs années, divers longs-métrages1 ont mis en lumière les frustrations de la population algérienne et l’absence criante de perspectives de sa jeunesse, à la fois en raison des difficultés pour obtenir un emploi sans passe-droit et d’une scène politique monopolisée par des septuagénaires ou octogénaires. Cette vision d’une société bloquée trouve en partie son explication dans l’ouvrage de Thomas Serres, qui analyse les évolutions du système politique du plus grand pays d’Afrique pendant les trois premiers mandats du président Abdelaziz Bouteflika (1999-2014). Le politiste s’appuie pour cela sur de nombreuses lectures (recensées dans l’abondante bibliographie) ainsi que sur ses enquêtes de terrain réalisées entre 2008 et 2014 auprès d’acteurs politiques très divers.

  • 2 Depuis le grave accident vasculaire cérébral d’Abdelaziz Bouteflika en 2013 et la quasi-fin de ses (...)
  • 3 Cette appellation désigne les vétérans de la guerre d’indépendance qui revendiquent de jouer un rôl (...)
  • 4 Avant sa chute, Toufik était parfois surnommé « Rab Dzaïr », le « Dieu de l’Algérie », pour illustr (...)

2Refusant de s’en tenir au constat que l’Algérie semble « illisible »2, Thomas Serres décrit tout d’abord dans son ouvrage la structure du pouvoir algérien. C’est l’objet des chapitres 2 à 4, consacrés respectivement à la rivalité entre la présidence et l’état-major, aux autres acteurs du pouvoir (les hauts fonctionnaires, la « famille révolutionnaire »3, les milieux d’affaires, etc.) et aux différents partis politiques. Ces pôles de pouvoir tâchent de s’accorder pour sécuriser les bénéfices tirés du contrôle de l’État et de la corruption, tout en demeurant concurrents, comme l’illustrent le départ forcé du président Liamine Zeroual en 1998 ou, plus récemment, la mise à la retraite du tout-puissant chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) Mohamed Mediène, dit Toufik4. Le chercheur emploie le terme de « cartel » pour caractériser le pouvoir algérien, en raison de cette « logique de collusion qui caractérise les relations entre [ces] acteurs au sein d’un champ marqué par la compétition » (p. 79). Dans les deux chapitres suivants, il présente différents mouvements d’opposition au régime, qu’il s’agisse de partis politiques traditionnels (tel le Front des forces socialistes créé en 1963 pour défendre notamment les droits des Berbères) ou de mouvements plus récents qui revendiquent leur indépendance vis-à-vis du champ politique (comme le Comité national pour la défense des droits des chômeurs qui s’est structuré en 2011).

  • 5 Soit l’apogée ou l’acmé, en français.

3Thomas Serres montre surtout comment le cartel instrumentalise une situation de crise pour conserver le pouvoir et neutraliser les oppositions. Dans le premier chapitre de l’ouvrage, l’auteur définit la crise en trois temps : les prémices (ici les déséquilibres politiques et économiques de l’Algérie dans les années 1980), le climax5 (la guerre civile de 1992-1999 déclenchée par la victoire du Front islamique du salut au premier tour des élections législatives de décembre 1991 et la prise de pouvoir subséquente de l’armée) et la latence. L’auteur affirme que l’Algérie n’est pas sortie de cette crise et demeure dans la phase de latence ; il cherche surtout à montrer que la crise n’est pas qu’un processus subi mais qu’elle est également considérée comme une « ressource stratégique » (p. 36) par le pouvoir. Tout au long de son ouvrage, Thomas Serres s’attache à expliquer comment le cartel parvient par ce moyen soit à coopter (tel le MSP, parti islamiste qui adopte une position « responsable » de « soutien critique » face à la menace qui pèse sur la survie même de l’État), soit à marginaliser ou à réprimer tout simplement les oppositions – la police amalgamant toutes ses interventions de « maintien de la sécurité publique » en une seule statistique indifférenciée, suggérant l’existence d’un « seuil au-delà duquel la catastrophe ne pourra plus être suspendue » et légitimant la répression (p. 222). Il révèle également les autres leviers du pouvoir : une liberté d’expression certes croissante (qui permet donc de nier l’existence de l’arbitraire et de répondre aux exigences internationales de démocratisation) mais qui demeure soumise en réalité à une censure à géométrie variable et imprévisible ; l’utilisation des médias et du système judiciaire pour arbitrer les tensions internes au sein du cartel ; l’instrumentalisation de visions culturalistes de l’Algérie pour justifier la mise sous tutelle d’un « peuple-enfant » à éduquer, ou pour disqualifier des oppositions politiques en simples « émeutes de la faim », etc.

4L’ambition du politiste n’est toutefois pas d’étudier un pays isolément mais de proposer une théorie qui permettrait, plus largement, « une meilleure compréhension d’un gouvernement de la crise qui s’est répandu aux quatre coins du globe » (p. 25). Pour ce faire, il cherche à inscrire la situation algérienne dans des dynamiques plus globales liées à la mondialisation et s’appuie sur de nombreux travaux de philosophie et de sociologie politique. Il propose également quelques comparaisons, avec la Turquie ou la Colombie notamment, mais qui sont malheureusement très peu développées et ne permettent donc pas de véritablement mettre en avant les similitudes avec l’Algérie. Si la théorie esquissée est féconde, elle appelle ainsi d’autres lectures pour avoir une vision plus globale. De même, on peut regretter que les discours des différents acteurs ne soient pas plus systématiquement étudiés (dans le cadre d’une analyse quantitative, par exemple) ou plus longuement cités ; on se résout à faire confiance à l’auteur, qui semble considérer les quelques lignes citées comme représentatives. En cela, on a parfois l’impression que l’auteur appose une grille de lecture sur le contexte politique algérien plus qu’il ne fait la démonstration de la validité de sa théorie. Thomas Serres est toutefois bien conscient des limites des concepts avancés, et au premier chef des difficultés liées à la nature indéterminée de la crise : dès lors qu’elle se caractérise par des éléments objectifs mais aussi subjectifs et que la situation est instrumentalisée par le pouvoir, la période de latence ne peut avoir de fin prévisible. Toutefois, ces réserves n’enlèvent rien aux nombreuses qualités de ce livre qui parvient fort bien à redonner du sens à un « Système » prétendument incompréhensible et balaye les interprétations simplificatrices et culturalistes de l’Algérie.

  • 6 Pour une analyse du mouvement de contestation actuel avec un regard historique, voir par exemple l’ (...)

5Impossible, à la lecture de l’ouvrage de Thomas Serres, de ne pas avoir en tête les événements de ces derniers mois en Algérie. Depuis l’annonce en février de la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, en dépit de ses très graves problèmes de santé, les Algériens manifestent tous les vendredis. En réponse à cette mobilisation d’une ampleur inédite depuis l’indépendance6, Abdelaziz Bouteflika a d’abord retiré sa candidature puis démissionné de ses fonctions. Les manifestants continuent toutefois d’exiger le départ d’autres figures du pouvoir ainsi qu’un véritable changement de régime. On retrouve indiscutablement dans les discours des autorités les ressorts discursifs traditionnels analysés par Thomas Serres (dénonciation de la main de l’étranger, spectre du chaos etc.) et l’on observe que le cartel tente de reprendre la main en opérant une simple « mise à jour » du système politique algérien (en changeant la figure officiellement à la tête du régime, sans en modifier le fonctionnement). Pour autant, cette contestation surgit précisément en raison de l’incapacité du cartel à se mettre d’accord sur la proposition d’un successeur à Abdelaziz Bouteflika et la population remet frontalement en cause le « pacte de sécurité » soumis par le cartel. Sans présumer de la suite des événements, on peut dès lors s’interroger sur leur portée : cette mobilisation incarne-t-elle un simple prolongement de la crise ou en marque-t-elle la fin ?

Haut de page

Notes

1 Comme par exemple les documentaires : Hassen Ferhani, Dans ma tête, un rond-point, 2016e et Djamel Kerkar, Atlal, 2018 ; notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/30227.

2 Depuis le grave accident vasculaire cérébral d’Abdelaziz Bouteflika en 2013 et la quasi-fin de ses apparitions publiques, les commentateurs se perdent en conjectures sur l’identité de la personne ou du groupe qui détient effectivement le pouvoir. Le colloque intitulé « Qui gouverne l’Algérie ? » organisé en 2014 par le Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) illustrait bien l’opacité du régime. La démission du président Abdelaziz Bouteflika début avril 2019 n’a pas complètement clarifié la situation, même si le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah semble prendre une importance croissante pour le moment.

3 Cette appellation désigne les vétérans de la guerre d’indépendance qui revendiquent de jouer un rôle dans la conduite de l’Algérie, en vertu de leur légitimité historique.

4 Avant sa chute, Toufik était parfois surnommé « Rab Dzaïr », le « Dieu de l’Algérie », pour illustrer son omnipotence supposée.

5 Soit l’apogée ou l’acmé, en français.

6 Pour une analyse du mouvement de contestation actuel avec un regard historique, voir par exemple l’entretien avec l’historienne Malika Rahal dans l’émission de Mediapart intitulée « Algérie : quand 2019 rattrape 1962 », 5 avril 2019 en ligne : https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/050419/algerie-quand-2019-rattrape-1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Thomas Serres, L’Algérie face à la catastrophe suspendue. Gérer la crise et blâmer le peuple sous Bouteflika (1999-2014) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34066

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page