Navigation – Plan du site

Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire

Alexandre Klein
La société ingouvernable
Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018, 326 p., ISBN : 978-2-35872-169-1.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1On a longtemps résumé le développement du néolibéralisme au recul de l’État face aux avancées du marché : moins d’ingérence régulatrice des pouvoirs publics pour plus de laisser-faire économique. Pourtant, comme l’ont explicité notamment Pierre Dardot et Christian Laval, la « nouvelle raison du monde » est bien plus complexe que cette vision simplificatrice. Elle induit en effet une intervention effective, et peut-être même accrue, de l’État, mais selon des modalités nouvelles, marquées en particulier par l’influence des modes de gouvernance privés. C’est ce que démontre également Grégoire Chamayou dans ce nouvel essai qui s’intéresse à l’évolution des modes de gouvernance, interne comme externe, des entreprises, au moment de l’essor du néolibéralisme. Le philosophe y retrace l’apparition d’un « libéralisme autoritaire » consistant à la fois en une défense acharnée de la privauté de la gouvernance du monde des affaires (sur le modèle de l’autorégulation du marché) et en un appel parallèle aux renforcements de l’intervention de l’État dans le but de mieux défendre cette liberté du marché face à une société civile de plus en plus contestataire à son égard (du fait qu’elle subit chaque jour davantage les effets néfastes tant sociaux et politiques qu’environnementaux). Ce libéralisme apparaît aussi « autoritaire » parce qu’il tend à réduire les ambitions démocratiques de la société civile au profit du seul marché, quitte à favoriser pour cela l’avènement d’un régime véritablement autoritaire à la tête de l’État. C’est ce que détaille, avec rigueur et clarté, Chamayou dans cet essai qui nous plonge dans les arcanes de cette pensée économique, libérale et managériale qui a forgé notre épistémè socioéconomique contemporaine.

2Habitué à étudier les stratégies singulières du pouvoir, que ce soit les corps vils, les drones ou les chasses à l’homme, Grégoire Chamayou prend ici un peu de recul, ou plutôt de hauteur, par rapport à son approche usuelle. Au lieu d’aborder un objet particulier pour mieux en montrer les enjeux de pouvoir ainsi que les effets de domination et/ou de violence, il s’attache en effet dans ce nouvel opus à retracer directement la genèse des relations de pouvoir entre le monde des affaires et la société civile. Poursuivant l’analyse foucaldienne de la transformation des modes de gouvernementalité contemporains, pour mieux la compléter et parfois la corriger, Chamayou se propose d’étudier les nouveaux arts de gouverner mis en place au cours des années 1970 par les tenants du business afin d’assurer leur mainmise sur leur propre domaine d’exercice (le marché), mais également sur ce qui pourrait le remettre en question (la société civile et les pouvoirs publics). Pour ce faire, il analyse, d’un point de vue proprement philosophique, c’est-à-dire en explicitant les concepts et les modes de problématisation qui y sont à l’œuvre, des sources, essentiellement états-uniennes, assez hétérogènes : des ouvrages, des revues et des rapports économiques ou politiques, bien sûr, mais aussi des tracts syndicaux et environnementaux, ou encore des guides pratiques de management. Il entend ainsi retracer « par en haut » (p. 9) la genèse du mouvement de contre-attaque qui s’est déployé au cours des années 1970 pour répondre aux demandes émanant de la société civile qui visent à réguler et à transformer la gouvernance des entreprises. L’ouvrage est divisé en six grandes parties, comprenant chacune quatre à cinq chapitres, pour un total de 26 chapitres suivant une progression chronologique croisée d’un découpage thématique.

3Dans la première partie, Chamayou se penche sur les premières réactions des entreprises face à une génération de travailleurs moins dociles que leurs parents et qui vont, au cours des années 1960, exprimer bruyamment leur mécontentement à l’égard de leurs conditions de travail. Pour gérer ces indociles, trois solutions se dessinaient alors : rigidifier le régime disciplinaire en cours au sein des entreprises, celui-là même qui faisait l’objet de critiques ; introduire des formes de participation des employés afin de favoriser l’autodiscipline ; favoriser l’insécurité économique et sociale en dehors de l’entreprise pour que les employés se satisfassent de leurs conditions de travail, même difficiles. C’est la discipline, tant extérieure qu’intérieure (première et troisième solutions), qui fut choisie, puis renforcée par la mise en place de stratégies de lutte contre les syndicats. Il fallait que les travailleurs réapprennent à avoir peur !

4C’est dans ce contexte de lutte déclarée qu’une nouvelle pensée managériale vit le jour, ainsi que le détaille Chamayou dans la deuxième partie de l’ouvrage. Au cours des années 1960 de nouvelles théorisations de l’entreprise privée ont émergé, qui mettaient à mal l’édifice même de l’idéologie économique et managériale dominante. Les nouveaux discours managériaux fleurirent alors pour tenter de combler cette brèche, quitte à mettre en danger l’ordre capitaliste lui-même, à l’image du managérialisme éthique. Ce sont les manageurs qui devinrent à leur tour l’objet d’une régulation disciplinaire accrue que l’on nomma « gouvernance ». L’émergence de ces nouveaux dispositifs de gouvernementalité au sein des entreprises contribua alors à dépolitiser les enjeux de gouvernance au profit de leur refinanciarisation. C’est là que se fit jour la question cruciale de la gouvernance des gouvernants, autrement dit celle des possibilités de régulation des entreprises et de leur exercice, contre quoi les tenants du néolibéralisme entendaient lutter à tout prix. Pour ce faire, les néolibéraux confièrent la régulation au marché lui-même. Mais cette dépolitisation de l’entreprise cachait mal son impact direct sur la vie des populations, ainsi que le mirent en lumière les tout premiers collectifs de lutte environnementale. Comment réguler, c’est-à-dire gouverner, les entreprises, ces espaces eux-mêmes définis comme des lieux de gouvernement privé ? Telle était la question.

5Pour lutter contre cette ambition croissante de régulation des activités des entreprises qui émergeaient dans la sphère publique, les défenseurs du libre marché agitèrent le drapeau de la liberté d’entreprendre. Comme le précise Chamayou dans la troisième partie de l’ouvrage, l’idée était de faire passer les demandes de régulation pour des attaques contre le modèle même de l’économie de marché. Cette stratégie de défense conduisit à une redéfinition du concept d’entreprise, par le biais de la notion de firme, et ce afin de mieux désengager les critiques sociopolitiques qui lui étaient adressées. Cette stratégie de rebranding s’avéra payante puisqu’elle permit d’asseoir une nouvelle théorisation d’entreprise, dite « policière » (p. 110), qui assura à terme le retour de la discipline au sein de ces organisations.

6C’est dans ce cadre théorique complexe et en mouvement que s’élabora une refonte stratégique des moyens de lutte de l’entreprise contre ses contestataires, une véritable « doctrine contre-activiste d’entreprise » (p. 119) sur laquelle s’attarde Chamayou dans la quatrième partie de l’ouvrage. À la croisée des relations publiques, du renseignement militaire et des tactiques contre-insurrectionnelles, les entreprises mirent en effet en place des stratégies pour désamorcer les contestations et reprendre la main dans le rapport de force qui était désormais établi entre elles et la société civile. Les entreprises mirent alors au point des techniques de gouvernance du monde qui les entourait ; cette « managérialité stratégique » (p. 137) visait à manipuler l’environnement social au profit de l’entreprise et de la continuation de ses activités. Ce redéploiement des objectifs de gouvernance des entreprises conduisit inévitablement à une nouvelle théorisation de sa nature et de son fonctionnement supposé, autour de laquelle les économistes et les théoriciens du management débattirent activement. Le concept de « multinationales » vit alors le jour et avec lui de nouvelles modalités de régulation, interne comme externe, sur lesquelles Chamayou se penche dans la cinquième partie de l’ouvrage.

7Parmi ces nouvelles modalités de régulation, les promesses d’autorégulation ont été les premières à émerger. Pour désamorcer dans l’œuf les tentatives de régulation extérieure, les entreprises ont en effet mis en avant l’adoption volontaire de règles et de codes de conduite. Elles pouvaient ainsi maintenir l’État à l’écart de leur gestion interne, tout en continuant à s’appuyer sur lui pour préserver les conditions mêmes d’exercice de l’économie de marché. Dans un deuxième temps, elles ont imposé leur propres règles (de marché) à la gestion de leurs impacts sociaux. C’est ce dont témoignent les débats autour de la quantification des coûts de l’atteinte environnementale ou des coûts sociaux de l’entreprise, et la « gouvernance marchande des externalités » (p. 186) qui en découla. Tout en évitant de reconnaitre leur responsabilité, les entreprises renvoyaient la balle à la société civile en l’invitant à se questionner sur ses propres modes de gestion. C’est ainsi que des entreprises polluantes furent à l’origine de la sensibilisation sur l’importance du recyclage. En invitant les consommateurs à recycler, à bien se comporter, tout en évitant de questionner le rôle des producteurs de déchets, ces entreprises ont mis en place la matrice de notre condition environnementale et politique actuelle. C’est ainsi, comme le montre clairement Chamayou, que la principale tactique par laquelle le néolibéralisme contemporain s’est imposé est la responsabilisation des citoyens, responsabilisation qui dispense les entreprises de réguler elles-mêmes leurs activités.

8Reste que les entreprises n’étaient pas encore à l’abri de toute attaque extérieure, puisque le système politique même dans lequel elles exerçaient leurs activités, la démocratie, favorise l’apparition de critiques, de contestation et d’opposition. Ainsi, le dernier pas de la stratégie de gouvernance de l’environnement extérieur mise en place par les entreprises visait la sphère publique, par le truchement de la gouvernance de l’État. C’est ce qu’explicite Chamayou dans la sixième et dernière partie de l’ouvrage, en détaillant les voies par lesquelles les théoriciens du néolibéralisme en sont venus à défendre des régimes politiques autoritaires. De leur point de vue, il y avait (et il y a toujours) un problème d’ingouvernabilité, intrinsèque à la démocratie, qui met en danger le bon et libre exercice du marché. L’État est donc nécessaire pour protéger le capitalisme, notamment de ses « tendances autodestructrices », mais il ne doit bien sûr « jamais toucher aux rapports économiques fondamentaux qui les déterminent » (p. 211). Un État fort, voire autoritaire, assure la stabilité du libre marché, tout en protégeant les entreprises des volontés de régulation que pourraient exprimer les citoyens. C’est ainsi que l’on retrouve l’économiste Friedrich Hayek dans le Chili de Pinochet, et qu’émerge, dans ce mi-temps des années 1970, l’idée d’une possible limitation de la démocratie au profit du marché.

9La crise de gouvernance au sein des entreprises, qui s’est fait jour après la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis, a ainsi mené à une réflexion sur la crise de gouvernabilité de la démocratie elle-même, puis à la défense d’un libéralisme autoritaire qui œuvre constamment à réduire les ambitions de contestation et de critique démocratiques du marché et de ses acteurs. Avec le néolibéralisme, l’économie a définitivement détrôné la politique. Et désormais, il s’agit surtout de réduire les déficits, de gérer les budgets et la dette, quitte à ce que cela se fasse au détriment des politiques sociales de protection des citoyens et citoyennes. Ce principe est d’autant plus fort – et c’est le dernier point du livre – que la privatisation de services publics est là pour pallier ces manques, assurant dans un même mouvement une dépolitisation définitive de la demande citoyenne. En effet, lorsque le service est privé, on ne s’en plaint plus, on se contente simplement, selon Chamayou, de changer de fournisseur. La boucle est ainsi bouclée et les contestataires intérieurs ou extérieurs à l’entreprise, que l’on cherchait à discipliner, sont amenés à s’autodiscipliner par les choix quotidiens de cette micropolitique néolibérale. Telle est la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui et que Chamayou appelle, pour finir, à « faire dérailler » (p. 259) tant qu’il en est encore temps.

10En retraçant ainsi avec application et clarté la genèse du projet néolibéral de gouvernance des entreprises et de leur environnement sociopolitique, Chamayou met en effet en lumière les rouages sur lesquels il est aujourd’hui possible d’agir pour contrer les effets politiques, sociaux et écologiques néfastes qui accompagnent le développement du capitalisme et de l’économie de libre marché. Le processus de dépolitisation qu’ont mené au cours des années 1970 et 1980 les tenants du néolibéralisme a conduit à mettre entre les mains des entreprises les clés de notre avenir politique, tout en les excluant elles-mêmes de tout enjeu de régulation sociale. « Se rendre soi-même ingouvernable, mais ceci pour mieux gouverner les autres » (p. 265), telle est la stratégie d’un libéralisme devenu autoritaire sur le plan non seulement étatique mais aussi social, résume Chamayou en conclusion. Or, en démêlant et par là même en clarifiant le fonctionnement de ce libéralisme autoritaire, Chamayou nous offre davantage qu’un livre puissant et particulièrement accessible, malgré les enjeux techniques parfois pointus qu’il aborde. Il nous propose une arme intellectuelle de choix pour entamer une lutte qui sera, à n’en point douter, au cœur des enjeux sociopolitiques de notre nouveau millénaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 03 mai 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34108

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page