Navigation – Plan du site

Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan (dir.), « La valeur du fonctionnaire », Genèses, n° 113,2018

Amandine Charvet
La valeur du fonctionnaire
Pierre Karila-Cohen, Jean Le Bihan (dir.), « La valeur du fonctionnaire », Genèses, n° 113, décembre 2018, 208 p., Paris, Belin, ISBN : 9782410014143.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Genèses, dont le dossier thématique est consacré à l’évaluation des agents de l’État, s’inscrit pleinement dans les objectifs de cette revue qui entend, notamment, mettre au jour les constructions historiques des sociétés contemporaines. Il présente ainsi, dans différents contextes nationaux, le renforcement de l’État depuis le XIXe siècle qui passe, en partie, par des contingents d’agents plus importants, le développement d’une bureaucratie et un contrôle plus strict sur ses employés, à travers différentes pratiques d’évaluation.

  • 1 Date de l’adoption d’un statut des fonctionnaires en France, qui uniformise les pratiques et les pr (...)

2Le dossier s’ouvre avec une introduction de Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan, qui retrace les débats et l’histoire des pratiques de notation des fonctionnaires du XIXe siècle à 19461, en France principalement. Cette introduction fait le point sur les notions centrales (fonctionnaire, notation/évaluation, État contemporain, « modernité ») et présente les traits saillants et les enjeux de l’évaluation des fonctionnaires : dès la fin du XVIIIe, de nombreuses administrations ont cherché à centraliser des renseignements sur leurs agents. Cette recherche d’informations entre dans le cadre d’une gestion du personnel mais aussi d’une certaine normalisation du rôle de l’agent. En effet, l’évaluation est un moyen de dessiner les contours de l’agent « idéal », avec des nomes de comportements, de compétences et de relations sociales qu’il doit connaître et appliquer. Le dossier se poursuit de manière chronologique par quatre articles, qui sont autant d’éclairages précis sur ces pratiques d’évaluation des agents de l’État dans différents contextes temporels et géographiques.

3Le premier article, également écrit par Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan, est le premier volet d’un triptyque. Il traite de la naissance d’une notation des fonctionnaires, à la fin du XVIIIe siècle dans l’administration des Douanes en France, puis de l’essor de cette pratique dans les différentes branches de l’État français au cours du XIXe siècle. Malgré des rythmes de diffusion inégaux, la notation s’impose dans quasiment toutes les branches de l’État à la veille de la Première Guerre mondiale. Cette pratique permet à l’administration de connaître et de gérer son personnel, ce qui mène à une plus grande individualisation des fonctionnaires. Les deux autres volets de cette recherche seront publiés dans les prochains numéros de Genèses et porteront sur l’économie interne des formulaires de notation puis sur la crise de cette notation à la Belle Époque en France.

4L’article de Jean-Philippe Luis expose les essais d’évaluation des fonctionnaires espagnols entre 1814 et 1868. Après l’invasion napoléonienne, la monarchie espagnole veut se moderniser, en partie à cause de ses problèmes financiers. Les tentatives d’évaluation des agents de l’État entrent dans ce mouvement de réforme car celles-ci doivent aider à mieux gérer les carrières publiques et à recruter en fonction des compétences des candidats et non plus de leurs relations personnelles. Or, ces tentatives échouent face aux nombreuses résistances et contestations dont elles sont la cible. Le maintien du système de recrutement par recommandation et les revendications pour une plus grande sécurité des emplois, dans un contexte politique troublé, sonnent le glas des volontés d’évaluation.

5L’article de Yann Philippe sort le lecteur du contexte européen et étudie la tentative avortée de mise en place d’une notation des policiers new-yorkais au début du XXe siècle. Dans le contexte du progressisme étasunien, qui prône l’assainissement de la vie politique et une certaine dépolitisation des outils du gouvernement, l’idée d’une notation individuelle des policiers est vue comme le levier d’une modernisation de l’administration. Cette tentative de notation standardisée, qui voulait créer un ethos objectif des forces de police, échoue à l’aube de 1920 face aux revendications des agents eux-mêmes : des policiers de métier atteignent ainsi les positions dirigeantes et affirment que les tâches dévolues aux agents ne peuvent se prêter à cette notation standard.

6Enfin, l’article de Marie-Bénédicte Vincent, traite des questionnaires d’évaluation des fonctionnaires allemands pendant le nazisme et lors de la dénazification, montrant ainsi la continuité d’une pratique malgré les changements de régime politique. La période nazie se distingue toutefois par l’intensification de la pratique de l’évaluation et par une attention plus grande portée à l’adhésion des agents à l’idéologie. À travers l’étude des questionnaires de la période de la dénazification, l’autrice montre comment les fonctionnaires tentent de justifier leur comportement sous le régime nazi.

7L’étude de document de Nathalie Montel complète ce dossier par une analyse précise de la feuille signalétique des agents des ponts et chaussées, retraçant à la fois son histoire et ses enjeux. Cette « feuille volante pré-imprimée […] destinée à recevoir annuellement des renseignements sur chacun des agents de la hiérarchie technique des ponts et chaussées » est ici étudiée dans sa forme et sa construction. Elle est analysée comme un médium dans la construction de l’État employeur, et comme un indice de ses procédures et de son fonctionnement. Cette contribution offre un bel exemple du travail de l’historien.ne face à sa source. Notons d’ailleurs que cet effort de montrer des sources est présent dans tous les articles, ce qui est particulièrement plaisant.

8L’ambition de ce dossier est donc de rehistoriciser les débats sur la pratique de la notation/évaluation des fonctionnaires à partir du XIXe siècle, c’est-à-dire au moment de « l’émergence progressive d'’une administration de type wébérien caractérisée par l’existence d’une hiérarchie en son sein, par la permanence de ses agents et par des règles fixes de recrutement, d’avancement et de fonctionnement » (p. 4). Il s’agit ainsi de pointer une évolution qui n’est pas linéaire mais qui résiste à de nombreux changements politiques, ce qui explique qu’un axe important du dossier soit consacré à la construction de l’État, à la pérennité et aux ruptures dans les pratiques de l’administration, mais aussi à l’épineuse question de la fidélité politique des agents lors des changements de régime. Cette dernière interrogation est ainsi au cœur de l’article de Marie-Bénédicte Vincent.

9Le deuxième axe important du dossier est la relation entre le contenu de l’évaluation et l’élaboration de la figure du fonctionnaire idéal par l’État employeur. Les feuilles de notation et les rapports d’évaluation portent aussi bien sur les compétences techniques et professionnelles des agents que sur des dimensions « sociales, politiques, morales et comportementales » de leur engagement professionnel (p. 5). S’ils doivent aider à mieux gérer les carrières et l’avancement des fonctionnaires, dans un processus de « rationalisation », ils contribuent également à construire la figure du fonctionnaire idéal, à travers ce qui est vu comme la bonne norme de comportement. Ceci questionne aussi sur la réception de ces normes par les individus évalués (acceptation et application scrupuleuse des directives, déviance face à un standard de comportement, réinvention et contournement des règles à l’échelle individuelle…).

10Ce dossier intéressera particulièrement les personnes s’interrogeant sur la professionnalisation des fonctionnaires et sur la construction des États. L’étude de document de Nathalie Morel souligne l’importance de l’imprimé pour le développement de l’État employeur et le contrôle sur ses employés. Les études de cas dans des contextes nationaux différents tendent à montrer la diffusion de l’évaluation en lien avec la monté des États centraux et la croissance du nombre des fonctionnaires à partir du XIXe siècle, mais aussi la diversité des pratiques au-delà de la notation spécifiquement française. Ainsi, comme le souligne l’introduction de ce dossier, l’évaluation des fonctionnaires est bien un « excellent observatoire pour saisir la construction des États contemporains à partir du début du XIXe siècle dans sa trajectoire générale mais aussi dans ses contradictions, ses limites et sa diversité à l'échelle européenne et nord-américaine » (p. 5).

Haut de page

Notes

1 Date de l’adoption d’un statut des fonctionnaires en France, qui uniformise les pratiques et les procédures de gestion de la carrière des agents de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Charvet, « Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan (dir.), « La valeur du fonctionnaire », Genèses, n° 113,2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34202

Haut de page

Rédacteur

Amandine Charvet

Doctorante en histoire de l’éducation au CERLIS et au LLE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page