Navigation – Plan du site

Ann Laura Stoler, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode

Alice Voisin
Au cœur de l'archive coloniale
Ann Laura Stoler, Au cœur de l'archive coloniale. Questions de méthode, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2019, 392 p., préface d'Arlette Farge, ISBN : 9782713227738.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

1Au cœur de l’archive coloniale est la traduction de l’ouvrage d’Ann Laura Stoler paru en 2009, dans lequel cette anthropologue spécialiste de l’histoire coloniale propose une relecture des archives coloniales des Indes néerlandaises, entre 1830 et 1930. Le sous-titre original, Epistemic anxieties and colonial common sense (non traduit dans la version française), annonce ce renouveau : au-delà d’une simple chronologie des événements, les sources écrites de la période coloniale peuvent également révéler les sentiments, les angoisses et la manière de penser des agents de la colonisation. L’édition est introduite par une préface d’Arlette Farge, autrice du Goût de l’archive1, ouvrage dans lequel elle proposait une réflexion sur l’écriture de l’histoire à partir d’archives judiciaires du XVIIIe siècle. Cette entrée en matière donne le ton de l’ensemble de l’ouvrage, véritable hommage aux archives, considérées non comme une simple source, mais comme un sujet de recherche à part entière.

2Ann Laura Stoler s’appuie sur un corpus de sources qui rassemble entre autres des correspondances officielles et privées, des rapports, des missives secrètes, des résultats d’enquêtes, des articles de presse… Elle explore les Indes néerlandaises aux marges de l’historiographie coloniale classique, afin de proposer une histoire de ce territoire en « mode mineur » (p. 87). Son analyse fait la part belle aux émotions qui sous-tendent les décisions politiques, à la part de sensibilité qui se manifeste dans les documents administratifs, donc à ce qui est communément considéré comme des non-événements.

3Le livre se compose de trois parties : les deux premiers chapitres exposent la thèse et les positions méthodologiques de l’autrice, mises par la suite à l’épreuve dans la deuxième partie qui analyse des cas traditionnellement délaissés par les historiens. Ainsi, le chapitre trois porte sur la manifestation en 1848 d’une partie de la population des Indes néerlandaises ; les chapitres 4 et 5 sont consacrés à deux groupes sociaux jugés problématiques par l’administration coloniale, les métis d’une part et les blancs pauvres d’autre part. Enfin, les deux derniers chapitres, qui constituent la troisième partie, sont centrés sur le personnage d’un haut fonctionnaire colonial de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ils croisent ses trajectoires personnelle et professionnelle, de façon à saisir ce qu’elles révèlent de la gouvernance coloniale. L’ensemble est donc une nouvelle histoire des colonies néerlandaises, certes non exhaustive, mais qui nous invite à lire entre les lignes des archives coloniales.

4Dès le prologue, Ann Laura Stoler affirme son ambition de proposer une ethnographie des archives, définie comme l’étude du processus de production et d’organisation de ces dernières. Elle dévoile sa méthode d’exploitation des sources écrites et déploie un appareil conceptuel qui vise à répondre à la question suivante : que peut-on « apprendre de la nature du régime impérial et des dispositions que celui-ci a engendrées à partir des formes d’écriture qui l’organisent » ? (p. 21). Elle développe ensuite la notion d’« étymologies sociales » (p. 66) afin de comprendre les mécanismes de formation des catégories, des relations sociales et des pratiques au sein du monde colonial. L’autrice s’intéresse notamment aux « formes archivistiques » (p. 47) : styles de prose, classifications, types de documentation, répétitions… Plus largement, elle porte attention « à ce qui n’est “pas écrit” » (p. 24), c’est-à-dire ce qui appartient au sens commun colonial et qui est donc, a priori, connu de tous. L’apport d’Ann Laura Stoler consiste à faire voir les archives non comme un simple support de consignation d’événements, mais comme le témoignage des « imaginaires sociaux du régime colonial » (p. 47). Autrement dit, les archives ne disent pas seulement ce qui est ou ce qui a été, mais aussi le possible et le probable, tels qu’ils ont été pensés par la gouvernance coloniale.

5Pour illustrer son propos, Ann Laura Stoler s’appuie sur plusieurs cas particuliers. Elle évoque tout d’abord une manifestation ayant eu lieu en mai 1848 à Batavia, sur l’île de Java, contre la politique éducative discriminatoire du gouvernement néerlandais qui destinait les postes les plus élevés de l’administration coloniale aux enfants éduqués aux Pays-Bas. Le mouvement aurait pour origine la souffrance de parents obligés de se séparer de leurs enfants durant de longues années pour les envoyer étudier en métropole. Cet événement a rarement été étudié dans l’historiographie coloniale. Pourtant, son intérêt est réel et réside dans l’attention que les agents coloniaux accordaient aux sentiments du groupe revendicateur. Les réactions politiques visent à « évaluer la force de ces sentiments » (p. 129), à contenir ces derniers et ainsi à éviter la contagion. Les archives coloniales sont donc bien le lieu de maîtrise du « savoir affectif » (p. 143), indispensable à la gouvernance des administrés par l’État rationnel, d’où l’on peut conclure des liens étroits entre la raison et les passions.

  • 2 Ann Laura Stoler reprend ici deux expressions utilisées par l’administration coloniale.

6Le deuxième cas étudié est celui de l’éducation des métis compris dans le groupe des Inlandsche Kinderen, catégorie floue créée par l’administration coloniale, qui comprend les métis, les Européens nés dans les colonies et les Blancs pauvres. De nombreux débats eurent lieu pour savoir ce qu’il devait advenir des individus de père néerlandais et de mère « indigène ». Ann Laura Stoler étudie en particulier le projet de création d’une école d’artisanat réservée aux métis à Surabaya, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Si ce projet fut un échec, il permet néanmoins de saisir les préoccupations de l’administration coloniale qui considère cette catégorie de la population comme une menace potentielle. Le « malaise affectif » (p. 151) supposé des individus métis, situés à la frontière entre colonisateurs et colonisés, ne peut être ignoré, leur marginalisation pouvant les conduire à devenir des ennemis de la colonisation. L’État colonial envisage donc de créer des « copies d’Européens » ou des « indigènes perfectionnés » (p. 157-158)2, en cherchant à éduquer non seulement leurs comportements mais aussi leurs sentiments (p. 106). Les discussions et réflexions autour d’un tel projet constituent des « événements archivistiques », informations précieuses sur « la gestion du présent et la prévision du futur » (p. 192).

  • 3 Dans les Indes néerlandaises, le « résident » était un fonctionnaire néerlandais chargé de l’admini (...)

7Les deux derniers chapitres, enfin, nous rappellent que derrière les archives coloniales se cachent des individus, animés par des sentiments, des peurs, des intérêts et des sensibilités propres. Étudiant les correspondances officielle et privée de Franck Carl Valck, résident3 adjoint de la côte Est de Sumatra, Ann Laura Stoler se demande comment ce haut fonctionnaire percevait et retranscrivait les événements qui se déroulaient sous sa gouvernance (1876-1877) – ici, le meurtre d’une famille de planteurs par des « indigènes » – et qu’il raconte dans ses lettres. Loin d’un récit neutre et distancié, la chercheuse montre comment les agents coloniaux sont prisonniers de leurs « habitudes de cœur et de comportement » (p. 87) dans l’exercice de leur fonction. Les sensibilités propres du résident ont une influence sur sa manière d’interpréter les faits et de les rapporter à ses supérieurs. Ainsi, pour lui, ces meurtres ne doivent pas être compris comme l’expression d’une subversion mais comme une vengeance personnelle liée à la maltraitance exercée par les colons. L’articulation de deux sources archivistiques – sa correspondance officielle et ses échanges épistolaires avec sa fille restée en métropole – est particulièrement enrichissante : le privé et le public se croisent, montrant comment l’un peut influer sur l’autre, et comment les deux nous informent sur un même individu.

8Ann Laura Stoler produit un ouvrage érudit qui confirme le caractère incontournable de son œuvre dans le champ des études coloniales. La bibliographie fournie et l’appareil de notes de bas de page, dense et précis, sont les témoins de nombreuses années de travail – sa première rencontre avec les écrits de Franck Carl Valck remonte à plus de trente ans. L’ouvrage ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le travail d’historien et est à mettre entre les mains de tout jeune chercheur qui travaille sur les archives coloniales, la chronologie placée en annexe facilitant la compréhension de ceux qui seraient peu familiers avec l’histoire coloniale des Pays-Bas. Ce livre est donc aussi un outil qui peut se lire de façon non linéaire, invitant à naviguer entre la théorie des premières pages et l’application de la méthode proposée dans les chapitres suivants, relativement indépendants les uns des autres. Les quelques extraits d’archives donnent de la chair à l’argumentaire et on peut simplement regretter qu’il n’y en ait pas davantage.

  • 4 Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie, Paris, La Découverte, 2007.

9Le propos tenu a une portée générale et peut s’appliquer aux autres espaces coloniaux durant la même période. La réflexion sur la production des catégories raciales est, par exemple, récurrente, comme le montre celle sur la « question métisse », devenue un problème commun aux différents empires coloniaux à partir du XIXe siècle. On pense notamment à l’ouvrage d’Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie, paru en 20074, qui mène une analyse approfondie de cette question dans les archives coloniales françaises, dont l’enjeu est de comprendre quelle fut la place des métis dans la société coloniale. Le renouveau de la pensée d’Ann Laura Stoler se situe ainsi dans une lecture approfondie d’un matériau déjà existant, qui met en avant la présence des émotions et des sensibilités de chacun dans des sources administratives a priori plutôt arides, et l’importance accordée à l’intime par les autorités coloniales.

Haut de page

Notes

1 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

2 Ann Laura Stoler reprend ici deux expressions utilisées par l’administration coloniale.

3 Dans les Indes néerlandaises, le « résident » était un fonctionnaire néerlandais chargé de l’administration d’une région.

4 Emmanuelle Saada, Les enfants de la colonie, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Voisin, « Ann Laura Stoler, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34211

Haut de page

Rédacteur

Alice Voisin

Doctorante à l’École normale supérieure de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page