Navigation – Plan du site

Amélie Le Renard, Le privilège occidental Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï

Bénédicte Champenois Rousseau
Le privilège occidental
Amélie Le Renard, Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Monde et sociétés », 2019, 266 p., ISBN : 9782724624304.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cécile Guillaume et Sophie Pochic, « Mobilité internationale et carrières des cadres : figure impos (...)
  • 2 « Gros plan sur… la thèse de Denis Colombi, sur la mobilité professionnelle internationale », Socio (...)
  • 3 Intitulée : Devenir occidental.e à Dubaï. La formation de groupes sociaux au prisme d’une sociologi (...)

1Comment peut-on être expatrié ? L’expatriation, passage obligé dans le parcours d’un futur cadre dirigeant de grand groupe international, a été traitée par les sciences sociales sous l’angle des effets qu’elle produit sur les trajectoires des individus et de leur entourage1, ou comme le constituant d’un capital international dans le cadre de carrières locales2. Dans cet ouvrage, l’auteure adopte une perspective originale pour montrer comment l’occidentalité agit, dans le contexte particulier de Dubaï, pour « façonner et renforcer des hiérarchies qui structurent l’ordre social » du pays de résidence (p. 245). L’auteure reprend ici le travail qu’elle a présenté en vue de l’obtention de son habilitation à diriger les recherches3.

2Sociologue arabisante, Amélie Le Renard a effectué plusieurs séjours de terrain à Dubaï, au cours desquels elle a interrogé des résidents étrangers. Son ouvrage analyse comment les expatriés occidentaux bénéficient d’un statut privilégié : « Un de mes objectifs de départ était d’étudier ce que la croyance de la supériorité de l’Occident fait sociologiquement, c’est à dire comment cette croyance se matérialise dans les structures sociales d’une ville globale » (p. 245). Elle montre que ces privilèges affectent de façon différentielle les détenteurs de passeports occidentaux en fonction du genre, de la classe ou de la race, et qu’ils impliquent un travail émotionnel pour accepter l’exploitation sur laquelle sont construits leurs privilèges.

3Dubaï est une véritable ville-entreprise que les narratifs décrivent à l’envi, en forme de slogans publicitaires, comme une métropole où il fait bon vivre en famille, un paradis consumériste à la « starchitecture » impressionnante. Les résidents apprécient son style de vie opulent qui leur donne l’impression d’être toujours en vacances. Dans cette ville-entreprise néolibérale, certains sont toutefois plus égaux que d’autres, et les images idylliques masquent des situations très inégalitaires entre les étrangers qui constituent le moteur de l’économie dubaïote (les émiratis ne constituent que 4% de la main d’œuvre de ce petit État et sont confinés à certains secteurs). Les modes d’organisation du travail à Dubaï construisent de fait une occidentalité qui offre aux résidents des avantages structurels et constitue en même temps un argument marketing pour la ville.

4L’auteure étudie, via le prisme du féminisme décolonial, les entretiens effectués à Dubaï avec 98 résidents étrangers (dont 58 français) sur leurs expériences de vie : activité professionnelle, relations affectives, loisirs et vie domestique. Derrière les récits souvent entendus sur le « style de vie » agréable et la « sensation de réussite » des expatriés, l’auteure décrypte une réalité plus contrastée. L’occidentalité constitue une base incontestable de privilèges, mais ces privilèges affectent différemment les individus. L’occidentalité se compose avec d’autres facteurs comme le genre, la classe ou la race pour former des hiérarchies plus subtiles.

5Les deux premiers chapitres s’intéressent à la construction du privilège occidental. Ce privilège peut être lu à la fois comme un legs de la période coloniale, les débuts de l’exploitation pétrolière ayant fait émerger l’image de l’expertise blanche, et comme le fruit d’une politique volontaire du gouvernement dubaïote, soucieux d’accorder aux ressortissants de pays occidentaux des conditions de séjour plus avantageuses. Ces conditions de séjour se doublent d’avantages en termes de salaires, de progression de carrière et de responsabilités (notamment hiérarchiques) plus importantes. Tout semble se passer comme si, à Dubaï, les niveaux de salaire dépendaient de la nationalité des individus. C’est le cas pour les travailleurs les moins qualifiés (accords bilatéraux avec les ambassades sur les échelles de rémunération) mais aussi, implicitement, pour les travailleurs les plus qualifiés. Le lien entre niveau de salaire et nationalité est couramment établi dans les entretiens avec les expatriés. Les résidents occidentaux arrivés sans connexion ni contrat d’expatriation révèlent souvent avoir changé plusieurs fois d’emploi en augmentant considérablement leur revenu d’un poste à l’autre.

6Dans les chapitres suivants, l’auteure compare les témoignages des résidents occidentaux blancs et non blancs, pour comprendre en quoi leurs expériences peuvent différer. Elle établit d’abord que la nationalité est plus importante que l’origine, le fait d’être titulaire d’un passeport occidental n’étant pas strictement superposable à la « blanchité » – point qui constitue une surprise plutôt agréable au premier abord pour des personnes racisées dans leur pays d’origine. Cependant, l’occidentalité est un caractère qui se performe. Parce que Dubaï est une ville où l’on met l’accent sur la réussite professionnelle, les résidents étrangers doivent se mettre en scène comme des professionnels compétents, via un marketing de soi qui vise à exhiber une occidentalité stéréotypée dans un travail corporel et émotionnel, qui se décline différemment pour les hommes et les femmes. Ainsi ces dernières doivent-elles performer « un type de féminité codé comme sexy, hétérosexuelle, occidentale, moderne, professionnelle et respectable » (p. 105).

7Comment les Français non blancs, en se déplaçant d’une société à une autre, transforment-ils et réinventent-ils ce qu’est être français à Dubaï ? Comment récrivent-ils et réinterprètent-ils les hiérarchies sociales au prisme de leur expérience locale, en passant d’une société où ils sont minorés à un contexte multiculturel dans lequel leur statut de détenteur d’un passeport occidental constitue un atout ? L’expérience est en général perçue comme émancipatrice, libératrice par rapport à leur double appartenance. Mais ils vont devoir, plus que les Blancs, démontrer une occidentalité se conformant à l’image désirée. Tout signe religieux musulman est proscrit, et les individus doivent se distancier d’éventuelles racines non occidentales qui pourraient être stigmatisantes.

8Amélie Le Renard s’intéresse ensuite à une autre forme d’inégalité, l’inégalité de genre renforcée au sein des « familles invitées ». En effet, si l’Émirat refuse aux centaines de milliers de travailleurs peu qualifiés le droit de faire venir leur famille auprès d’eux, il accorde ce privilège aux occidentaux en contrat expatrié ou justifiant de revenus suffisants. Cependant les conditions de travail (six jours sur sept) et les nombreux déplacements des responsables de société ne font que renforcer des inégalités de genre au sein des couples. Dans les lieux de résidence très typés de ces familles, on assiste à une division genrée du travail et de l’espace, avec une hypermobilité des hommes et une sédentarité contrainte des femmes. Très peu de femmes étant envoyées en contrat expatrié, les épouses doivent souvent renoncer à toute activité professionnelle, ce qui, dans une société organisée autour de la mobilité professionnelle, ne fait que contribuer à leur dévalorisation sociale. Alors que les occidentaux se considèrent plus attachés aux valeurs égalitaires que leur société d’accueil, ils se retrouvent de fait contraints par elle à endosser des rôles très genrés.

9Le chapitre suivant est consacré au travail émotionnel effectué par les expatrié.es pour justifier moralement ce qui constitue une des grandes facilités de la vie à Dubaï : l’emploi de domestiques. Bien que fort commode, cet avantage crée l’inconfort d’une inégalité criante pour ceux qui se targuent, de par leur culture, d’avoir une position philosophiquement plus égalitariste que le reste du monde. Ce travail émotionnel est le plus souvent dévolu aux femmes. Il consiste en un déni de contemporanéité et en un déni d’interconnexion, qui leur permettent de percevoir Dubaï comme une exception. Au jour le jour, l’injonction d’invisibilité faite à leurs employées et leur sentiment d’être une employeuse plus compréhensive que les employeuses locales les aident à surmonter les contradictions de la situation.

10La vie affective des célibataires occidentaux est marquée par un style de vie hédoniste. Ils trouvent à Dubaï les moyens de mener une vie nocturne faste et dispendieuse qu’ils expérimentent souvent pour la première fois de leur vie. « Bénéficier de l’accès automatique à ces espaces luxueux constitue une composante du “salaire de l’occidentalité” à Dubaï » (p. 191). Les personnes interrogées voient souvent cette période comme une parenthèse temporaire. Les hommes redoutent parfois que l’atmosphère consumériste de la ville-entreprise ne fausse l’authenticité des rencontres. Les femmes reprochent aux hommes un certain consumérisme sexuel. Mais, remarque l’auteure, les résidents occidentaux ne semblent pas faire le lien entre la « dolce vita » dont ils bénéficient et l’exploitation (qu’ils sont prompts à dénoncer) des résidents non qualifiés qui permet au système de se perpétuer.

  • 4 Ahmed Sara, The Promise of Happiness, Durham (N.C.), Duke University Press, 2010.

11La notion de bonheur est à la fois un argument de promotion mis en avant par le gouvernement de Dubaï pour attirer des expatriés et un élément du discours des expatriés occidentaux, soit directement, soit à travers les expressions de « qualité de vie », de « facilité », de « sécurité » et de « sensation de réussite ». Dans son dernier chapitre, l’auteure interroge cette notion de bonheur, en partant de la problématique de la philosophe Sara Ahmed4 qui voit dans les émotions « une technique disciplinaire ». L’organisation de Dubaï, qui offre à des occidentaux placés en haut des hiérarchies sociales un mode de vie des plus confortables, un ordre social non conflictuel et une sécurité sélective à leur avantage, permet d’apaiser les sentiments ambivalents qui pourraient animer ces expatriés.

12Plaisant à lire, cet ouvrage met le doigt sur les contradictions intrinsèques de la condition d’expatrié, dans une société capitaliste néolibérale où les lois du marché font foi. Il offre une vision très juste des privilèges liés à l’occidentalité, qui se retrouvent dans bien des pays, et du poids porté par les femmes dans les expatriations familiales. Les voyages nous en apprennent beaucoup sur nous-mêmes et nos contradictions ; ces dernières sont bien mises en évidence par Amélie Le Renard.

Haut de page

Notes

1 Cécile Guillaume et Sophie Pochic, « Mobilité internationale et carrières des cadres : figure imposée ou pari risqué ? », Formation emploi, n° 112, 2010, p. 39-52, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/formationemploi/3172.

2 « Gros plan sur… la thèse de Denis Colombi, sur la mobilité professionnelle internationale », Sociologie économique, 20 octobre 2013, en ligne : https://socioeco.hypotheses.org/1243.

3 Intitulée : Devenir occidental.e à Dubaï. La formation de groupes sociaux au prisme d’une sociologie féministe postcoloniale.

4 Ahmed Sara, The Promise of Happiness, Durham (N.C.), Duke University Press, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Amélie Le Renard, Le privilège occidental Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34258

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Champenois Rousseau

Sociologue indépendante et enseignante à Sciences Po, Bénédicte Champenois Rousseau a particulièrement orienté ses recherches sur les rapports sciences et société. Elle rentre de trois ans d’expatriation en Afrique du Sud où elle a écrit un blog : Ngisafunda (« j’apprends encore », en zoulou) sur les surprises d’une sociologue « lost in Johannesburg » : https://ngisafunda.wordpress.com/.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page