Navigation – Plan du site

Hélène Hatzfeld, La politique à la ville. Inventions citoyennes à Louviers (1965-1983)

Paul Petit
La politique à la ville
Hélène Hatzfeld, La politique à la ville. Inventions citoyennes à Louviers (1965-1983), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2018, 332 p., ISBN : 978-2-7535-6631-6.
Haut de page

Texte intégral

1En ces temps de crise de la démocratie représentative, l’ouvrage d’Hélène Hatzfeld nous éclaire sur les alternatives envisageables en retraçant l’histoire politique de la petite ville de Louviers, en Normandie, entre les années 1960 et 1980. Assumant « un récit subjectif, engagé, par l’intérêt qu’il porte aux émancipations dans l’Histoire » (p. 312), l’auteure affirme la possible réalisation de ce que les militants de la gauche lovérienne désignaient comme étant une « démocratie communale », et qui sera qualifié d’« autogestion » par certains de ses contemporains.

2L’ouvrage se divise en quatre parties. La première présente le récit de la gauche lovérienne de 1965 à 1983. L’épopée commence avec les élections municipales de 1965 et la victoire du docteur Martin, dont la liste d’Union de gauche rassemble aussi bien des communistes que des mendésistes. Celui-ci définit ses priorités comme étant l’enfance, la culture et l’urbanisme, qui est encore à l’époque une compétence de l’État. En créant un atelier municipal d’urbanisme en 1965, il témoigne d’une volonté politique claire de développer le pouvoir local. Si l’idée est en vogue dans les années 1960, l’auteure rappelle que le cas lovérien est atypique avec notamment la création de « commissions » qui servent d’interface entre la municipalité et les habitants. Bien qu’il n’ait été maire que durant quatre années, le docteur Martin continue par sa personnalité à fortement influencer la vie politique locale jusque dans les années 1980. Le Comité d’action de gauche (CAG), « groupe informel, mixte improbable de gauchisme libertaire, de tradition mendésiste et de socialisme autogestionnaire, mais tenant à l’écart les partis politiques » (p. 11) reprendra les mêmes thèmes de campagnes et réutilisera les commissions une fois au pouvoir. Créé en 1969 par le docteur Martin et ses sympathisants, le CAG est la principale force d’opposition à la municipalité de droite qui dirige la ville jusqu’en 1976. À cette date, ses militants remportent les élections et restent au pouvoir jusqu’en 1983. Au niveau local, il structure l’offre politique en se présentant comme une opposition à la droite gaulliste et comme une alternative à la gauche communiste. Représentatif de son époque, le répertoire d’action politique du CAG est directement hérité de Mai 68.

  • 1 Bodiguel Jean-Luc et Kessler Marie-Christine, « Les communautés urbaines », Revue française de scie (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage explique de manière anthropologique l’activité politique intense de cette ville de province. Pour comprendre la situation à Louviers, il faut opérer un perpétuel va-et-vient entre le local et le national. Au niveau local, l’ombre de Pierre Mendès France, maire de 1935 à 1958 et grande figure de la Quatrième République française, plane toujours sur la ville. Son image est utilisée par le CAG pour fonder sa légitimité sur l’appartenance à un camp, l’opposition à la droite gaulliste. De même, on ne peut comprendre la volonté d’asseoir une démocratie communale à Louviers sans évoquer la ville nouvelle du Vaudreuil (aujourd’hui Val-de-Reuil), construite en 1972 à une dizaine de kilomètres de là, avec l’ambition d’accueillir 100 000 habitants. Très vite, la ville nouvelle représente une prédation pour la vieille ville, parfois sur des questions très concrètes : vaut-il mieux rénover l’ancien hôpital de Louviers ou en construire un autre à la ville nouvelle ? Louviers se positionne alors en « village gaulois », résistant face à l’envahisseur étatique qui impose ses décisions sans consulter les populations locales. Dans la même logique, la loi du 31 décembre 1966 qui crée les communautés urbaines est ressentie à l’époque comme une menace par les élus locaux. En donnant à ces communautés des compétences, de l’équipement et des services pour l’agglomération toute entière, l’État ne laisse à la commune que la responsabilité de ce qui est à son échelle, par exemple l’entretien des espaces verts ; elle perd en revanche la gestion de grands services publics tels que les transports urbains1. Pour le docteur Martin, cette loi est synonyme d’une perte de pouvoir pour les citoyens, aussi bien à l’échelle locale que nationale, puisque les conseils qui dirigent les communautés urbaines sont composés d’élus désignés par les communes et ne sont pas soumis à l’élection. En insistant sur le droit à la participation et le droit à définir l’orientation politique, il est préfigurateur de l’expérimentation démocratique qui sera réalisée par le CAG une décennie plus tard.

  • 2 Blondiaux Loïc, « 4. L'idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes (...)

4Une fois planté le contexte de Louviers dans les années 1960-1980, Hélène Hatzfeld se concentre sur l’expérimentation qui y a été réalisée. Tout le paradoxe réside dans le fait qu’une majorité élue revendique l’instauration d’une démocratie qui se veut directe. Le slogan du CAG, « information, participation, contrôle », nous révèle les trois dimensions de cette expérimentation. Pour les militants, l’information est la condition sine qua none de la démocratie. Informé, le citoyen sera capable d’exprimer ses revendications. À Louviers, l’information circule dans les deux sens : les élus informent les citoyens des réalisations de la municipalité et les habitants informent leurs représentants sur leur vie quotidienne. La circulation de l’information conduit donc à la participation. La dimension participative se retrouve surtout au sein des différentes commissions et de l’atelier d’urbanisme. Comme c’est souvent le cas avec la démocratie participative2, les militants du CAG se heurtent au manque d’intérêt des citoyens pour les commissions, qui connaissaient une faible fréquentation. Quelques solutions sont néanmoins trouvées, comme le déplacement du lieu de rassemblement (les commissions ont désormais lieu dans les différents quartiers de la ville au lieu du centre) et l’adaptation des sujets traités, directement en lien avec la vie de quartier. Comme le précise l’auteure, l’originalité de l’expérimentation à Louviers ne tient pas tant à l’intérêt qu’elle suscite auprès de la population qu’à sa capacité à transformer la légitimité à participer. Lors des commissions, il n’y a pas de différence faite entre les habitants et les élus en ce qui concerne le droit de parole. De même, on valorise les exécutants de tâches (comme par exemple les agents municipaux d’entretien) comme étant des personnes qualifiées au moment de composer les commissions. En recomposant ainsi la légitimité à la participation politique, on souhaite inclure des populations qui en sont traditionnellement exclues : les femmes, les jeunes, les ouvriers, etc. Enfin, la notion de contrôle est portée à l’époque par le Parti socialiste unifié (PSU) qui représente la Nouvelle gauche. À l’inverse de l’idéologie marxiste, le PSU ne souhaite pas attendre l’avènement d’un « grand soir » et suggère des actions concrètes et présentes. À Louviers, le contrôle est l’un des éléments phares de l’urbanisme. Les militants du CAG se rassemblent autour du slogan « Redevenez propriétaire de la ville » face aux « exploiteurs privés ». Il ne s’agit pas de la propriété au sens économique ou juridique mais plutôt de la propriété comme pouvoir de décision et surtout d’usage. La ville est perçue comme un espace à s’approprier pour les citoyens. Finalement, le triptyque « information, participation, contrôle » forme un projet cohérent, puisque les trois dimensions se complètent pour permettre l’émancipation du citoyen. À Louviers, les critiques économiques et politiques sont secondaires. Le vrai combat du CAG est la lutte face à l’aliénation de l’individu qui découle de la société de consommation. C’est un combat culturel : invitations d’artistes engagés ou d’étudiants de la jeune université de Vincennes par exemple. À l’école, on veut faire des enfants des citoyens qui seront actifs et qui ne se contenteront pas de consommer passivement. « Il s’agit moins de transformer la société par une action nécessairement limitée que changer les individus » (p. 186).

  • 3 Châtelain Hélène, « Reportage. L’aventure du docteur Martin », Le Nouvel Observateur, n° 234, mai 1 (...)
  • 4 Wargny Christophe, Louviers : sur la route de l’autogestion ?, Paris, Syros, coll. « Points chauds  (...)

5Enfin, Hélène Hatzfeld conclut son livre en revenant sur la création du mythe qui accompagne l’histoire de la gauche lovérienne. De par son originalité, l’expérimentation qui s’y réalise suscite la curiosité à l’échelle nationale. En 1969, Le Nouvel Observateur3 consacre un article au docteur Martin et insiste sur le début de l’autogestion communale de son mandat. Par ailleurs, le combat culturel qu’il a entamé est fortement apprécié par le lectorat intellectuel de l’hebdomadaire. Quelques années plus tard, en 1976, cet article aide Christophe Wargny, secrétaire fédéral du PSU pour la Haute-Normandie dans la rédaction de son livre Louviers : sur la route de l’autogestion ?4. Cet ouvrage contribue largement à la construction du mythe autogestionnaire de la ville et se trouve à l’origine de la confusion qui associe le CAG au PSU. À aucun moment le docteur Martin, ou encore Henri Fromentin, maire de 1976 à 1983, ne qualifient leur action d’« autogestion ». Il s’agit en fait d’une récupération politique de l’action du docteur Martin et du CAG par le PSU. Dans une certaine mesure, l’ouvrage entretient cette ambiguïté. S’il est bien précisé que le CAG ne se revendique d’aucun parti, les références au PSU sont constantes et l’auteure intitule même l’un des chapitres « À Louviers : l’autogestion source d’inspiration » (p. 230). Elle a néanmoins l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître : « Je vais alors contribuer à revivifier l’idée d’une municipalité autogestionnaire à Louviers » (p. 272).

6Évoquant un cas spécifique et concret, l’ouvrage d’Hélène Hatzfeld ravira tous ceux qui croient en une démocratie autre que représentative et qui voient dans l’échelle locale une partie de la solution face aux maux de notre société contemporaine. Honnête intellectuellement, ce récit engagé montre les réalisations de la gauche lovérienne de l’époque tout en soulignant ses limites. Sur le plan historique, l’ouvrage dresse le portrait des idées qui ont circulé en France après Mai 68 et présente la manière dont la province les perçoit. On reprochera toutefois à l’auteure de parfois trop s’attarder sur la description des faits, au risque de rendre le propos confus et de perdre le lecteur.

Haut de page

Notes

1 Bodiguel Jean-Luc et Kessler Marie-Christine, « Les communautés urbaines », Revue française de science politique, vol. 2, n° 18, 1968, p. 262.

2 Blondiaux Loïc, « 4. L'idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes », in Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, La Découverte, 2005, p. 119-137.

3 Châtelain Hélène, « Reportage. L’aventure du docteur Martin », Le Nouvel Observateur, n° 234, mai 1969, p. 20-23.

4 Wargny Christophe, Louviers : sur la route de l’autogestion ?, Paris, Syros, coll. « Points chauds », 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Petit, « Hélène Hatzfeld, La politique à la ville. Inventions citoyennes à Louviers (1965-1983) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 mai 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34267

Haut de page

Rédacteur

Paul Petit

Originaire de Louviers, Paul Petit est actuellement élève de deuxième année à Sciences Po sur le campus euro-latino-américain de Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page