Navigation – Plan du site

Émilie Pontanier, Choisir un lycée laïque en Tunisie. Stratégie de distinction sociale, culturelle et cultuelle

Vincent Hugoo
Choisir un lycée laïque en Tunisie.
Emilie Pontanier, Choisir un lycée laïque en Tunisie. Stratégie de distinction sociale, culturelle et cultuelle, Louvain, Editions Academia, coll. « Thélème », 2018, 392 p., préf. Habib Kazdaghli, ISBN : 978-2-8061-0326-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le débat sur la laïcité est si fortement ancré dans le contexte sociopolitique français qu’on peine parfois à concevoir ce qu’elle peut signifier ailleurs. À travers son étude sur les deux lycées français de Tunis, Émilie Pontanier rappelle qu’il est pourtant bénéfique d’« appréhender la laïcité non plus dans l’image produite par un seul miroir, la laïcité française, mais par tous les réflecteurs qu’elle a touchés et suscités » (p. 15). Les deux lycées étudiés sont localement appelés « la mission », abréviation qui renvoie à la mission laïque française qui s’est implantée dans les régions du système colonial français au début du XXe siècle. Aujourd’hui, ils s’opposent à un système scolaire public où la religion détient une place de plus en plus importante, où l’enseignement s’effectue essentiellement en langue arabe et dont la population est, de manière générale, socialement plus mélangée. C’est en cela que le choix d’un lycée laïque constitue une « distinction » à la fois « sociale, culturelle et cultuelle » que le livre entend analyser. Dans la perspective d’une sociologie à visée compréhensive, l’auteur base sa méthodologie sur des entretiens menés avec les équipes pédagogiques et administratives des lycées, avec les parents d’élèves et des élèves eux-mêmes, lors de terrains effectués entre 2004 et 2010. Ayant été elle-même élève d’un de ces établissements, Émilie Pontanier a su profiter de son savoir et de sa trajectoire d’insider pour nourrir son analyse.

2La première qualité de l’ouvrage est de donner à voir un environnement éducatif original, à partir du point de vue stratégique que représentent les lycées français. La configuration linguistique locale juxtapose arabe dialectal (tunisien), arabe littéral et français, cette troisième langue concurrençant la seconde comme langue dominante : si la plupart de l’enseignement public est délivré en arabe, comme les publicités ou le journal télévisé, le français reste la langue d’enseignement des disciplines les plus prestigieuses, comme les mathématiques ou les sciences de l’ingénieur. Ainsi, le choix du lycée français passe souvent par le délaissement de l’arabe, mais traduit aussi la recherche d’un enseignement des sciences humaines et sociales, vues comme un gage d’ouverture face à un enseignement public accusé de fermeture, où ces matières sont mises de côté au profit de l’enseignement religieux. À cette bipartition de l’enseignement correspond une bipartition des publics puisque les établissements français sont fréquentés quasi-exclusivement par les élites locales, aux côtés d’un enseignement privé en plein développement mais à la réputation encore instable. On aurait pourtant aimé que l’auteure aille plus loin encore dans sa description du système éducatif, en positionnant systématiquement le choix du lycée français par rapport aux autres choix disponibles – ce n’est ainsi qu’au détour de la citation d’un enquêté qu’on apprend qu’il existe bien des établissements publics « réputés ». Mais l’intérêt principal de l’ouvrage se trouve ailleurs.

3Les conclusions tirées des entretiens parentaux se révèlent particulièrement riches car elles mettent au jour un usage de la laïcité à rebours du contexte français. En effet, le renversement du point de vue est presque complet : alors qu’en France la laïcité est utilisée comme un mot d’ordre de la politique nationale, en Tunisie elle est considérée un principe étranger ; alors qu’en France elle prend la forme d’une injonction envers les classes populaires urbaines – parce que s’y concentrent les descendants de l’immigration postcoloniale –, en Tunisie c’est une partie des élites locales qui l’incarnent. La typologie des rapports que les parents entretiennent avec la religion montre une population composée très majoritairement de musulmans peu pratiquants (islam « minimal » ou « peu exigeant »), d’athées et d’agnostiques. L’islam apparaît comme un référentiel culturel que les parents ne rejettent pas mais qui ne suppose que peu, voire pas d’engagement religieux. Les parents d’élèves revendiquent activement la laïcité et s’en font les défenseurs les plus zélés dans l’enceinte scolaire ; certains ont même fait renvoyer un professeur d’arabe qui faisait œuvre de prosélytisme en classe. La laïcité s’incarne aussi dans les habitudes des élèves. Par exemple, ils pratiquent le ramadan d’une manière sélective – souvent, en se privant de quelques aliments précis plutôt qu’en jeûnant réellement –, contrairement aux jeunes scolarisés dans le système public, pour qui le jeûne strict est de règle. Les pratiques vestimentaires féminines donnent un autre exemple des effets de la spécificité laïque de l’établissement. S’habillant volontiers d’une manière « osée » ou « provocante » dans l’enceinte du lycée, les « lycéennes caméléons » – pour reprendre les termes de l’auteure – sont contraintes de se changer pour aller dans la rue (à moins qu’une voiture avec chauffeur les raccompagne), tant les normes du dehors diffèrent des normes du dedans.

  • 1 Prenons pour exemple deux citations rapprochées : « loin de gêner l’islam, la laïcité a plutôt des (...)
  • 2 Amélie Le Renard, « “On n’est pas formatés comme ça en occident”. Masculinités en compétition, norm (...)

4Les quelques familles identifiées comme réfractaires à cette laïcité – mères voilées ou lycéens « pieux et fervents » qui pratiqueraient ce que l’auteure appelle « le braconnage du religieux » –, sont particulièrement intéressantes car elles complètent le tableau par ses marges. Ces familles sont souvent des Français revenus dans leur pays d’origine mais qui s’y trouvent d’autant plus désorientés que ce pays ne correspond pas à l’image qu’ils en avaient. Ainsi, les quelques mères voilées et les quelques lycéens qui reprochent à leurs camarades leur manque de suivi des rites religieux se trouvent en décalage avec le reste du lycée, et sont mis à l’écart de la sociabilité d’autant plus facilement qu’ils appartiennent à des milieux bien moins favorisés. Reste qu’il est étrange de catégoriser ces familles comme « dogmatiques-déracinés », surtout dans une opposition aux « managers » et aux « érudits », ou d’insister sur l’idée qu’elles ne « comprennent pas » la laïcité. On a ainsi parfois l’impression que l’auteure emprunte trop à une littérature normative sur la laïcité, qui tient plus de l’essaïsme politique que de la sociologie et dont les nombreuses citations apportent bien peu de choses à la démonstration, voire la détournent de son intention compréhensive1. À l’inverse, les travaux d’Amélie Le Renard2 – entre autres –auraient pu être utilement mobilisés pour déconstruire davantage le concept de laïcité et examiner plus profondément son intrication avec les rapports de pouvoir qui se tissent localement. Si choix de décrire à la fois les discours et pratiques liés à la laïcité et le « séparatisme social » permet d’éviter dans l’ensemble la caricature tout comme l’angélisme, il nous semble cependant dommage que ces deux descriptions ne soient pas plus étroitement jointes

5Ces quelques critiques ne retirent rien à l’intérêt du livre d’Émilie Pontanier. Les descriptions, illustrées par des entretiens longuement cités, sont d’une grande richesse et montrent une institution travaillée aussi bien par les élèves que par les parents et le personnel. Cette monographie se révélera très utile pour qui s’intéresse aux phénomènes transnationaux dans l’éducation, à la laïcité, et plus largement à la société tunisienne, tant les lycées français apparaissent ici comme de bons analyseurs des tensions qui la traversent et qui, peu de temps après cette enquête, se sont précipitées dans le printemps arabe.

Haut de page

Notes

1 Prenons pour exemple deux citations rapprochées : « loin de gêner l’islam, la laïcité a plutôt des effets positifs pour lui. Elle l’oblige à n’être que religion, en lui laissant la possibilité de se développer comme telle » (p. 200) ; « l’école laïque peut constituer un cadre dans lequel l’enfant forgera les outils de sa liberté réelle pour un avenir de dignité » (p. 205). Ici comme ailleurs, le sens est bien plus prescriptif (la religion doit s’accorder à laïcité, l’école doit être laïque) que descriptif : que désigne « des effets positifs », « se développer en tant que religion », une « liberté réelle » ou « un avenir de dignité » ? L’auteure semble pourtant en supposer le sens acquis car elle ne commente pas ces citations.

2 Amélie Le Renard, « “On n’est pas formatés comme ça en occident”. Masculinités en compétition, normes de genre et hiérarchies entre nationalités dans une multinationale du Golfe », Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 41-67

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hugoo, « Émilie Pontanier, Choisir un lycée laïque en Tunisie. Stratégie de distinction sociale, culturelle et cultuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 mai 2019, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34280

Haut de page

Rédacteur

Vincent Hugoo

Doctorant en sociologie au CESSP.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page