Navigation – Plan du site

Guillaume Courty, Le lobbying en France. Invention et normalisation d’une pratique politique

Stéphane Olivesi
Le lobbying en France
Guillaume Courty, Le lobbying en France. Invention et normalisation d'une pratique politique, Bruxelles, Peter Lang, coll. « La fabrique du politique », 2018, 401 p., ISBN : 978-2-8076-0587-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’introduction de son ouvrage, Guillaume Courty définit l’objet de son étude, présente sa méthodologie de recherche et objective l’imaginaire des partisans et des détracteurs du lobbying. Il s’attache à montrer que l’institutionnalisation du lobbying en France s’avère plus récente qu’on ne l’imagine, étant directement liée au jeu des alternances politiques, à la professionnalisation des collaborateurs politiques et au développement de la formation professionnelle, dans une conjoncture de redéfinition des modes d’intervention de l’État.

2L’auteur insiste sur la place et le rôle de la formation professionnelle dans son dispositif d’enquête, sur l’ambivalence de sa propre position : formateur en relation avec les acteurs du lobbying, devant composer avec ceux-ci dans l’intérêt de ses propres étudiants, mais aussi chercheur objectivant de manière distanciée ces mêmes acteurs. Son insistance sur ce point paraîtra peut-être trop didactique, reproduisant les préoccupations de nombreux enseignants-chercheurs qui, au sein des SHS, revendiquent une recherche critique et/ou une neutralité axiologique mais doivent également composer avec des milieux professionnels dont ils dépendent dans le cadre de l’exercice de leurs responsabilités pédagogiques et administratives. Elle permet cependant de bien prendre la mesure de deux phénomènes. D’une part, le pouvoir académique, contrairement aux déplorations relatives à sa faiblesse et à son impuissance, participe très activement à la construction de la réalité, ceci à la fois par la formation professionnelle et par l’élaboration – ou plus modestement la co-élaboration – des catégories symboliques constitutives de cette réalité. D’autre part, l’activité de lobbying passe par le monde de la recherche au sens où les acteurs du lobbying doivent composer avec les instances du savoir et de légitimation de la connaissance pour produire et développer des systèmes de représentations conformes aux intérêts qu’ils promeuvent.

3Explicitée en introduction, la thèse défendue consiste à « démontrer que, contrairement à ce que disent ses détracteurs ou ses propagandistes, les lobbies n’influencent pas la politique : ils font de la politique car ils la font vivre » (p. 19). L’auteur dépasse ainsi les points de vue normatifs sur l’objet. Et comme le montre la structure en cinq chapitres de l’ouvrage, il développe ses analyses en partant de la construction du problème du lobbying en France pour saisir le développement des pratiques, la formation d’un marché, la professionnalisation, et s’interroger sur la réalité même de l’influence du lobbying, déplorée par les uns, revendiquée par les autres. Le premier chapitre, loin de retracer une hypothétique genèse du lobbying, sorte de maladie congénitale de la démocratie, scrute la construction du problème, son évolution au fil des décennies, et les représentations sociales de ce « lobbying de papier », lobbying construit largement par la presse et – serait-on tenté d’ajouter – pour la presse, au sens où celle-ci y recoure abondamment pour vendre du papier et légitimer l’action des « bons journalistes » qui révèlent de vilaines pratiques synonymes de corruption matérielle ou morale.

4Le second chapitre s’attelle ensuite à la conquête de la société française par le lobbying. L’auteur y montre comment une diversité d’univers sociaux a progressivement été amenée à se confronter à la question du lobbying comme enjeu et comme mode d’action nouveau. C’est notamment le cas de secteurs tels que celui du consulting, ou des avocats, des organisations professionnelles, d’une partie du milieu associatif, des entreprises, etc. Ces univers et certains acteurs en leur sein – pour des raisons propres à leur champ d’action – ont ainsi reconnu, assumé et promu des pratiques visant à influer sur les décisions collectives et les affaires publiques ; non sans susciter des réactions hostiles et la mobilisation d’entrepreneurs de morale dénonçant leurs agissements. Pour l’auteur, cette dynamique d’opposition entre promoteurs et détracteurs a en tout cas largement contribué à nourrir les débats et à imposer le lobbying comme un enjeu majeur à l’échelle de la société et de sa gouvernance.

5Le troisième chapitre occupe une position centrale puisqu’il traite plus directement du conseil en lobbying, saisi à la fois comme activité (économique) de service et comme pratique professionnelle. Il renoue avec des problématiques usuelles de la sociologie des professions se rapportant à la manière dont les acteurs se transforment eux-mêmes en propagandistes de leur activité et de leur savoir-faire, au jeu subtil de dénominations au moyen desquelles ils disent qui ils sont et tentent d’en imposer la définition à leur avantage. Ici est soulevé le problème de la spécialisation de cette activité, tant du point de vue des structures de conseil que des individus qui la pratiquent, et des « compétences », des « qualités », ou des « dispositions » de ceux-ci. On regrettera toutefois que l’auteur qualifie de profession « floue » (p. 193) cette activité, supposant qu’il y ait des professions qui ne le soient pas ; car le « flou » informe plus, dans ce cas, sur le regard porté sur l’objet que sur l’objet lui-même. On regrettera aussi qu’il réactive un schème « professionnel/amateur » (p. 196) qui, là comme ailleurs, conduit à projeter sur la réalité des lignes de partage qui n’ont de réalité qu’imaginaire. Plus fondamentalement, ce chapitre soulève un questionnement : les activités de lobbying sont-elles systématiquement externalisées et sous-traitées comme le suggère la focalisation sur l’offre marchande de service ? En d’autres termes, n’existe-t-il pas des acteurs spécialisés dans la communication d’influence au sein des organisations (on pense notamment aux industries militaires, pharmaceutiques, automobiles, ou encore aux associations) ? On peut d’ailleurs regretter que rien ne soit dit, si ce n’est fortuitement, sur les lieux où se rencontrent les acteurs, les jeux d’interaction dans la durée, les interdépendances, les réseaux comme formes de sociabilité conditionnant le déploiement de ces pratiques, etc. L’auteur se focalise sur une catégorie d’acteurs, issus de formations en science politique, qui évoluent à l’intersection du monde politique et de celui des affaires ; et il concentre l’attention sur un seul type d’organisation, les cabinets de conseil offrant ce type de service.

6Portant sur « la représentation des intérêts », le chapitre 4 traite essentiellement des carrières des lobbyistes. Il conduit à s’interroger sur le périmètre de l’activité et celui du groupe professionnel. Ce dernier paraît nettement moins étendu, au sens où des acteurs nombreux, de divers horizons, aux statuts variés, peuvent être impliqués ponctuellement, voire conjoncturellement, dans ce type d’activité – et s’avérer parfois d’autant plus performants qu’ils ne sont pas identifiés comme lobbyistes. Ce chapitre sonde les représentations dont sont pourvus les acteurs, leur vécu et ses modulations, notamment au travers des questions d’éthique et de déontologie qui témoignent des préoccupations identitaires de ceux qui se reconnaissent comme tels.

7Le cinquième et dernier chapitre s’attache enfin à la problématique de l’influence politique, trop souvent résumée à la question de ce que les lobbyistes font faire aux parlementaires. Au terme de la lecture, malgré l’ampleur de l’enquête et la richesse des données collectées, le lecteur éprouvera le sentiment d’être confronté à des restitutions trop exhaustives, à une argumentation didactique qui s’apparente parfois à celle d’un cours. Par ailleurs, l’ouvrage appelle une mise en débat : si l’auteur neutralise les préjugés, construit rigoureusement son objet, étaye sa démonstration sur une base empirique d’une richesse peu commune, il n’échappe pas au prisme académique qui consiste à voir la réalité d’une manière plus disciplinée qu’elle ne l’est. Est-il si sûr que le lobbying se résume à une pratique politique ? Et, dans l’affirmative, ne rejoint-on pas mécaniquement un des postulats pourtant critiqués par l’auteur lui-même, consistant à réduire le lobbying à la problématique de l’influence de groupes d’intérêts sur les acteurs impliqués dans l’élaboration de la loi ? Ne faut-il donc pas singulièrement élargir la focale pour subordonner l’objet « lobbying » – au sens restreint de l’action sur les élus et leurs collaborateurs – à « la communication d’influence » ? L’action des groupes d’intérêt, et en premier lieu des détenteurs de capitaux économiques, ne passe plus exclusivement ou prioritairement par ceux qui font la loi, mais par tous ceux qui conseillent, informent scientifiquement, éclairent ceux qui font l’opinion et, par extension, par jeux de renvoi, qui conditionnent ceux qui font la loi, et surtout ceux qui font autre chose que la loi et qui, dans la société, jouent un rôle tout aussi déterminant pour leur activité. La sociologie de l’action des détenteurs de capital – avant tout économique mais aussi par extension symbolique et social – reste à ce titre à entreprendre pour mesurer à quel point ces acteurs parviennent à faire prévaloir leur vision du monde et, au travers d’elle, leurs intérêts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Guillaume Courty, Le lobbying en France. Invention et normalisation d’une pratique politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 mai 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34293

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page