Navigation – Plan du site

Olivier Cousin, Pourquoi la rentabilité économique tue le travail

Sebastián Pérez Sepúlveda
Pourquoi la rentabilité économique tue le travail
Olivier Cousin, Pourquoi la rentabilité économique tue le travail, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2019, 216 p., ISBN : 978-2-35687-618-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage du sociologue Olivier Cousin revisite de manière originale l’articulation complexe entre économie et travail. Facteur de richesse, le travail soumis à la contrainte économique a été, en même temps, source de diverses formes d’exploitation et d’aliénation que la philosophie et les sciences sociales ont systématiquement dénoncées, dès les premiers modes de rationalisation industrielle aux dispositifs contemporains de production flexible. S’inscrivant dans cette longue tradition critique, l’auteur propose une analyse de la manière dont l’économie affecte l’expérience contemporaine du travail. À la place d’une macrosociologie faisant apparaître l’économie comme un système abstrait, l’ouvrage se concentre sur la « logique des acteurs » (p. 22) et la dimension subjective de l’expérience du travail.

  • 1 Vatin François 2009, « Évaluer et valoriser », in François Vatin (dir.), Évaluer et valoriser. Une (...)

2Dans ce cadre, l’originalité de la recherche repose dans la compréhension « empirique » et « inductive » de l’économie que propose l’auteur (p. 23). Elle est élaborée à partir de l’expérience d’un plombier qui se voit contraint par son employeur à remplacer l’installation de tuyaux en cuivre par d’autres, moins chers, en PVC, ce qui bouleverse sa représentation du métier et son identité professionnelle : « c’est plus de la plomberie ! » dit-il (p. 23). À partir de cette expérience, l’auteur argumente que l’économie n’est pas seulement une force exogène au travail, mais une réalité qui prend corps dans l’activité concrète des salariés : elle en est une composante. Définie comme un ratio entre produits et dépenses1 ou « art d’administrer les richesses » (p. 29), l’économie se matérialise au travail à travers un ensemble de dispositifs de gestion qui traduisent les stratégies financières globales à l’échelle de l’activité concrète. Cette opérationnalisation constitue, à nos yeux, une démarche analytique clé de la recherche, car elle rend observable la dimension économique à l’intérieur du travail. Elle s’y révèle de diverses formes, dès la quête d’efficience et de productivité aux limites budgétaires encadrant l’activité. Dans l’expérience du plombier, l’économie s’incarne dans la contrainte à remplacer les matériaux de travail.

  • 2 Une autre référence clé du raisonnement de l’auteur pour aborder le caractère réversible de l’écono (...)

3Le cœur du raisonnement de l’auteur réside dans l’idée que l’économie constitue une dimension du travail, mais une dimension parmi d’autres intervenant de façon variable dans l’activité des salariés. Pouvant devenir hégémonique, elle n’épuise pas le vécu des acteurs, car lors de leurs activités ils mobilisent d’autres dimensions du travail, dont les règles de l’art, les cadres normatifs, les images du métier, entre autres2. C’est ce que révèle la plainte du plombier à l’encontre de la contrainte économique. Or, le but de la recherche n’est pas d’analyser comment ces diverses dimensions sont mises en acte par les acteurs, mais la subjectivation du rapport au travail, c’est-à-dire la capacité discursive des acteurs de rendre compte de leur activité à l’encontre de la contrainte économique.

  • 3 Il s’agit notamment de 20 entretiens avec des techniciens et ingénieurs, employés depuis 15 ans dan (...)

4Outre l’introduction et la conclusion, l’ouvrage est organisé en quatre chapitres, dont le premier présente la perspective que nous venons d’évoquer et l’enquête. Cette dernière comporte une quarantaine d’entretiens3 menés dans deux mondes sociaux différents qui partagent, aux yeux de l’auteur, une distance comparable par rapport à la contrainte économique : le monde des techniciens et ingénieurs de la direction d’ingénierie d’une entreprise de l’industrie automobile, « la Firme », et le monde des médecins des hôpitaux publics, notamment de la région parisienne, « l’Hôpital ». Ces deux contextes sont décrits par l’auteur comme des lieux privilégiés d’observation, car la rentabilité économique, devenue une composante majeure, est considérée a priori comme un élément étrange au travail. Elle prend néanmoins une forme singulière dans chaque espace : dans l’industrie automobile, elle s’incarne davantage dans l’enveloppe budgétaire consacrée à la recherche, tandis qu’à l’hôpital public, elle se matérialise dans la tarification à l’activité (T2A), dispositif d’homogénéisation des prises en charge, étant à la base de la comptabilité de l’activité médicale et du financement des structures. Face à ces expressions concrètes de la rentabilité économique, l’analyse révèle trois formes du rapport subjectif au travail, lesquelles coexistent, mais se déclinent différemment dans les mondes sociaux étudiés. Elles constituent la matière des trois autres chapitres.

5Un premier regard critique de l’économie s’impose dès lorsqu’elle colonise le travail, une réalité traditionnellement protégée pour les techniciens, ingénieurs et médecins, du moins jusqu’aux années 1980-1990 dans la Firme et dans les années 2000 à l’Hôpital. Dans la Firme, ce regard souligne le déclin symbolique et matériel de la technique à l’intérieur de la production : la direction d’ingénierie, autrefois le cœur de l’identité de l’entreprise, devient l’une parmi d’autres devant se soumettre à une logique comptable qui contrôle les fournisseurs, le gaspillage et l’aménagement des espaces de travail. Ce déclin se traduit en une banalisation de la fonction et de la place des techniciens et ingénieurs dans l’entreprise. Leur dénonciation du « taylorisme de l’ingénierie » (p. 54) exprime à la fois la fin de leur privilège professionnel et un rétrécissement de leur liberté au travail. À l’Hôpital, l’introduction de la T2A produit une transformation majeure. Elle instaure les critères de rentabilité comme un principe de réalité, dominant les instances d’administration et les choix stratégiques des établissements. Transformation qui reconfigure les valeurs de l’institution : étant une source de financement, le volume d’activité devient un critère d’évaluation du travail et du classement interne des services ; critère qui est souvent contesté par les médecins. Dans ce premier regard critique des acteurs, l’économie abîme le travail par le fait de devenir une réalité indépassable.

6Pourtant, lorsque les acteurs passent d’une vision globale du travail à une description fine de leurs pratiques, les contraintes économiques se révèlent réversibles, sans jamais disparaître. L’économie n’y est plus un élément étrange, mais une composante de l’équation du travail. Ce changement de nature se manifeste dans la Firme à travers tout un ensemble de compromis entre les différents registres qu’interviennent dans la réalité quotidienne des techniciens et des ingénieurs. La rentabilité économique est ainsi replacée comme une dimension au même titre que les normes environnementales ou de sécurité que les acteurs doivent respecter. Il existe même des situations, comme le cas du développement de voitures électriques, où le critère technique s’impose sur le critère économique. À l’Hôpital, l’analyse souligne la même plasticité de la rentabilité économique aux yeux des acteurs, mais elle prend d’autres formes. Dans certains cas, les médecins mobilisent l’argument économique pour étayer les critères médicaux lors de la présentation de projets à l’intérieur des établissements. Dans d’autres cas, les acteurs contestent le critère économique érigé en signe de prestige à la lumière de leurs qualités professionnelles. Cependant, « au lit du patient » (p. 132), la rentabilité économique est mise transversalement à l’écart, les médecins y défendent le seul critère médical, signe de l’autonomie de leur métier. Il existe aussi des pratiques de résistance amorcées par les médecins, comme la tactique de préservation de l’apprentissage de la médecine par le biais de dispenser les internes des pratiques de codage servant à la T2A. Cette plasticité de la contrainte économique témoigne que, malgré sa prégnance au travail, sa « légitimité n’est jamais acquise », comme insiste à plusieurs reprises l’auteur.

7Cependant, l’économie gagne en reconnaissance parmi les acteurs lorsqu’elle permet de clôturer l’activité et rappelle ainsi la finalité du travail. Dans la Firme, c’est une réinscription dans la réalité, où l’économie se révèle comme la source et la condition du travail. Les enjeux économiques sont ainsi intégrés par les acteurs comme faisant partie de la survie de l’entreprise. Ce rappel du réel replace la figure du client à la fois comme un facteur de décision et de limitation des détournements jugés déraisonnables par les acteurs, lors de la recherche et le développement des prototypes. À l’Hôpital, la question se pose moins sur la finalité du travail que sur l’orientation de l’organisation. À propos de la T2A, les médecins sont pris entre l’attention aux coûts de la Sécurité Sociale et les recettes permettant de financer leurs structures. Ils mobilisent alors des critères non strictement médicaux à propos de ce qui est raisonnable pour l’équilibre du système : « l’économie agit comme philosophie politique, à l’image de l’économie politique » (p. 177). Dans le même sens, la notion du « juste soin au juste coût » (p. 194) s’érige face à ce qui est dénoncé comme « acharnement thérapeutique » (p. 192), en engageant les médecins à dépasser les critères médicaux vers les dimensions économiques et sociales des prises en charge, ce qui n’est pas à l’abri de critiques en termes de discriminations des patients.

8Partant d’une perspective originale, l’ouvrage d’Olivier Cousin éclaire d’un jour nouveau la relation complexe entre économie et travail. Comprise comme une composante du travail, la contrainte économique déclenche un rapport subjectif qui, loin d’être univoque, comporte des tensions, des reformulations et des résistances élaborées par les acteurs. Malgré leur fragilité et leur ambiguïté, ce sont des subjectivations qui, en l’absence d’horizons d’émancipation du travail, soulignent néanmoins les marges de liberté des acteurs au sein d’un ordre économique devenu hégémonique.

Haut de page

Notes

1 Vatin François 2009, « Évaluer et valoriser », in François Vatin (dir.), Évaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, p. 17-34. Voir le compte rendu de Diane Rodet, « François Vatin, Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 14 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/857

2 Une autre référence clé du raisonnement de l’auteur pour aborder le caractère réversible de l’économie est Martuccelli Danilo, Les sociétés et l’impossible. Les limites imaginaires de la réalité, Paris, Armand Colin, 2014. Voir le compte rendu de Marie Duru-Bellat, « Danilo Martuccelli, Les sociétés et l’impossible. Les limites imaginaires de la réalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 novembre 2014, consulté le 14 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16204.

3 Il s’agit notamment de 20 entretiens avec des techniciens et ingénieurs, employés depuis 15 ans dans la Firme et 19 entretiens avec des médecins à l’hôpital public de diverses spécialités. D’autres corpus d’entretiens sont aussi mobilisés de façon secondaire par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastián Pérez Sepúlveda, « Olivier Cousin, Pourquoi la rentabilité économique tue le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 mai 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34330

Haut de page

Rédacteur

Sebastián Pérez Sepúlveda

Docteur en sociologie, EHESS. Chercheur associé au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, CESPRA.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page