Navigation – Plan du site

Des décrocheurs scolaires en service civique : une réponse à Claire Margaria

Gérald Houdeville et Charles Suaud
Des décrocheurs scolaires en service civique : des passagers clandestins ?
Gérald Houdeville, Charles Suaud, Des décrocheurs scolaires en service civique : des passagers clandestins ?, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Crescendo », 2019, 228 p., ISBN : 9782356876263.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1On sait que la mise en forme politique des problèmes sociaux constitue un obstacle à leur construction comme objets sociologiques. Le compte rendu rédigé par Claire Margaria de notre livre, Des décrocheurs scolaires en service civique : des passagers clandestins ?, le rappelle de façon emblématique. Nous faisons deux remarques en ce sens qui visent également à rétablir le sens des thèses défendues dans notre livre.

2La première remarque que nous voudrions faire est de dire que notre livre a été bâti sur une double prise de distance : d’un côté, par rapport au discours officiel sur le service civique tenu en termes d’engagement individuel volontaire et de mise au service gratuit de la Nation, d’un autre côté, à l’égard d’une vision dénonciatrice faisant du service civique un dispositif participant d’une politique de substitution à l’emploi destinée à cacher le chômage des jeunes. Sans méconnaître la réalité de ces présentations du service civique, nous avons choisi de fonder nos analyses sur les représentations que les jeunes, que l’on s’emploie dans notre livre à situer précisément sur les plans familial, social et scolaire, ont de leur condition et de leurs activités de service civique en cours de réalisation au moment de notre enquête. Si la notion de travail est au centre de notre analyse, ce n’est pas par a priori théorique, mais parce que les jeunes ont placé, dans les entretiens que nous avons réalisés auprès d’eux, cette notion au centre de leurs préoccupations, selon des significations, d’ailleurs toujours positives, que nous nous efforçons de différencier. Aussi, lorsque Claire Margaria introduit notre problématique par l’interrogation suivante : le service civique « correspond-il à une période de travail et, par conséquent (souligné par nous), se substitue-t-il à l’emploi ? », elle fait reposer l’argumentaire du livre sur le postulat que les missions de service civique se substituent à l’emploi en nous faisant endosser la perspective dénonciatrice dont nous entendons précisément nous distinguer. Nous nous interdisons absolument de poser le problème du service civique en ces termes pour au moins trois raisons. Tout d’abord, nous refusons de comprendre le service civique d’un point de vue qui se dispense d’observer les pratiques qui se réalisent au quotidien à ce titre. Ensuite, nous expliquons explicitement que (pour reprendre les termes du compte-rendu) « l’analyse des activités réalisées par les jeunes » – prises en elles-mêmes – interdit absolument d’en faire l’analyse sociologique. Il va de soi que toute activité, y compris la plus désintéressée, peut faire l’objet d’un contrat de travail salarié et, du coup, être taxée de se substituer à l’emploi. Les activités des jeunes que nous avons observées doivent être prises dans le système des interactions concrètes dans lequel elles sont prises (notamment dans les relations avec les personnes assurant le tutorat des jeunes), le questionnement devant porter sur le fait de savoir si ces interactions parviennent à donner aux jeunes ce qu’ils en attendent (un moyen de se reconstruire après bien des déconvenues pour les jeunes les plus dépourvus de ressources) et si oui comment. Enfin, refusant a priori de dire si les activités réalisées dans le cadre des missions du service civique sont du « travail » ou pas, nous cherchons à construire les perceptions que les jeunes en ont, tant au niveau de leurs attentes que durant le déroulement du service civique. Ce sont les conditions sociales d’existence des jeunes qui font que les activités sont perçues par eux « comme du travail » ou pas, autrement dit, de leur point de vue, comme des activités qui redonnent du sens à leur vie.

3Notre seconde remarque vise à souligner que toute la construction du livre consiste à réfuter les stigmatisations infligées aux jeunes les plus dépossédés comme cela est arrivé lors de certaines enquêtes (que nous citons) qui les ont affublés du qualificatif d’« opportunistes ». Le propos du livre est de montrer que les jeunes enquêtés, surtout lorsqu’ils sont confrontés à ce que nous avons appelé l’expérience du vide social, sont légitimement obsédés par l’idée d’accéder au marché du travail, considérant qu’il s’agit là, pour eux, de la seule voie possible pour avancer dans leur recherche d’autonomie ‒ le livre s’ouvre sur la présentation du parcours de Guillaume, 18ans, qui a quitté l’école en fin de collège, n’a rien fait selon ses mots depuis deux ans et pour qui faire un service civique se justifie par la raison suivante : « je ne vais pas rester encore vingt ans chez ma mère ! ». Il ne pouvait pas échapper à Claire Margaria que le sous-titre portait un point d’interrogation, et que, loin de soupçonner les jeunes d’être des « passagers clandestins », l’argumentaire développé de bout en bout du livre consiste à interroger le dispositif du service civique pour que les jeunes les plus démunis puissent, à l’avenir, s’y investir en toute légitimité, dans la prise en compte de leurs situations et, plus généralement, de leurs conditions sociales d’existence en dehors.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Houdeville et Charles Suaud, « Des décrocheurs scolaires en service civique : une réponse à Claire Margaria », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34406

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page