Navigation – Plan du site

Catherine Kerbrat-Orecchioni, Domitille Caillat et Hugues Constantin de Chanay, Le débat Le Pen / Macron du 3 mai 2017 : un débat « disruptif » ?

Alexandre Eyries
Le débat Le Pen/Macron du 3 mai 2017
Catherine Kerbrat-Orecchioni, Domitille Caillat, Hugues Constantin de Chanay, Le débat Le Pen/Macron du 3 mai 2017. Un débat « disruptif » ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Du sens », 2019, 313 p., ISBN : 978-2-343-16473-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les débats de l'entre-deux-tours des élections présidentielles frança (...)

1Catherine Kerbrat-Orecchioni s’intéresse depuis plusieurs années à un genre interactionnel bien précis inscrit dans la tradition politique : le débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle française. Son précédent ouvrage1 était consacré aux débats d’entre-deux tours de 1974 à 2012. Ce nouvel ouvrage, d’une grande richesse interprétative et aux analyses pleines de finesse, est écrit en collaboration avec Domitille Caillat et Hugues Constantin de Chanay. Il se focalise cette fois sur le débat qui a opposé Marine Le Pen et Emmanuel Macron le 3 mai 2017, débat singulier et « disruptif », par la l’origine et l’appartenance partisane des deux candidats en présence, ainsi que par le contexte particulier dans lequel il s’est déroulé, à savoir la dislocation du bipartisme et la folklorisation des partis politiques historiques. Le livre est composé de six chapitres respectivement consacrés au déroulement du débat, aux effets stylistiques et rhétoriques déployés par les candidats, à leur affrontement lui-même, aux catégories rhétoriques mobilisées (logos, éthos, pathos), au discours rapporté et aux aspects non verbaux (postures, gestus, mimiques faciales) qui se sont exprimés.

2Le livre de Catherine Kerbrat-Orecchioni cherche en définitive à comprendre en quoi le débat opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron a introduit un brutal changement de paradigme dans les habitudes politiques – et surtout électorales – françaises. Dans l’avant-propos, elle salue la tenue le 3 mai 2017 du septième débat d’entre-deux tours d’élections présidentielles entre le chef de file d’En Marche et la présidente du Front national, « un parti “dédiabolisé” et devenu fréquentable, avec lequel il était dorénavant possible de débattre » (p. 9).

3Après une campagne marquée par la tenue de primaires à droite, au centre et à gauche, et par l’élimination systématique des principaux ténors du moment, le débat est très attendu et tient en grande partie ses promesses. C’est la première fois, en outre, que le débat sort de la bipolarisation habituelle, en opposant « une représentante de l’extrême droite et un candidat qui récuse l’opposition droite / gauche » (p. 11). Catherine Kerbrat-Orecchioni définit avec précision la méthodologie qui a guidé la rédaction de cet ouvrage en défendant la singularité de son approche discursivo-rhétorico-pragmatico-interactionnelle, qui s’intéresse moins à la nature des contenus échangés qu’aux « manières de faire » et aux stratégies déployées par les participants pour parvenir à leurs fins. Dans tous les chapitres de cet ouvrage, une même préoccupation se fait jour : mettre en évidence le caractère atypique du comportement de Marine Le Pen et ses répercussions durant le débat.

4Le chapitre premier détaille l’organisation du débat, son déroulement séquence par séquence (de l’ouverture au rituel spécifique de la clôture du débat) et l’alternance des tours de parole. Il présente les animateurs du débat (tour à tour hôtes, chronomètres et journalistes) et donne à voir la complexité et la richesse des relations interpersonnelles qui existent entre les différentes journalistes / animateurs.

5Dans le chapitre 2, Catherine Kerbrat-Orecchioni évoque avec subtilité l’utilisation contrastive de l’humour et de l’ironie par les deux candidats du second tour de l’élection présidentielle 2017. Chez Emmanuel Macron, leader du mouvement En Marche l’ironie sert essentiellement à pointer les diverses facettes de l’incompétence de son adversaire, notamment à propos des « “antisèches” auxquelles Marine Le Pen candidate du Front national se sent tenue de recourir (en s’emmêlant parfois les pinceaux), alors que lui, Macron, travaille sans filet et n’a besoin ni de “dossiers” ni “d’archives” ni de “petites fiches” » (p. 63). Emmanuel Macron pointe également les diverses bourdes qu’elle commet, en arithmétique par exemple. Ainsi, lorsque Le Pen déclare à Macron qu’il a été quatre ans conseiller économique de François Hollande puis deux ans son ministre, celui-ci lui rappelle que le compte n’est pas bon : « j’ai une mauvaise nouvelle pour vous, c’est un quinquennat pour lequel nous sommes candidats » (p. 63).

6Marine Le Pen, elle, use et abuse de formes diverses d’ironie (antiphrase dans sa forme la plus élémentaire « très bien…, très classe »), notamment l’ironie dialogique qui consiste à reprendre des propos de l’adversaire, généralement accompagnés d’un marqueur d’accord dont tout indique pourtant qu’ils ne correspondent en rien au point de vue du locuteur. Il en va ainsi lorsque Marine Le Pen répète d’un air éberlué les expressions « pas de sens » ou « des cadeaux », et lorsqu’elle dit : « d’accord d’accord d’accord d’accord d’accord, donc en 2000 y avait plus de chômeurs qu’aujourd’hui […] Vous avez été ministre de l’Économie, hein, c’est pas moi, moi je n’y connais rien mais vous avez été ministre de l’Économie vous vous y connaissez sûrement mieux que moi » (p. 68).

7Dans le quatrième chapitre de l’ouvrage, l’auteure considère le débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle 2017 à travers les catégories de la rhétorique antique (logos, éthos, pathos). Sur le plan du logos, Marine Le Pen renvoie systématiquement – et de manière souvent erronée – Macron à son passé de conseiller économique puis de ministre de l’Économie du président François Hollande. Elle se sert du passé ministériel d’Emmanuel Macron et invoque le principe de solidarité ministérielle pour mettre sur le dos de son adversaire tout le bilan du quinquennat Hollande, y compris et surtout les dossiers dont il n’a absolument pas été en charge : « vous essayez de faire oublier que vous avez participé à un gouvernement qui a mis en œuvre la loi El Khomri, qui a été une loi encore une fois de précarisation du travail » (p. 118). Emmanuel Macron saisit cette occasion pour préciser qu’il assume volontiers les décisions dont il porte la responsabilité directe, mais pas celles qui ne lui incombent pas : « je n’étais pas en charge de ce sujet, madame Le Pen […], je n’ai jamais été ni Premier ministre ni président de la République madame Le Pen […], je n’étais pas au gouvernement à ce moment-là. […] Madame Le Pen voudrait que je porte le fardeau des vingt dernières années » (p. 119).

8Dans un débat d’entre-deux tours, la question des éthos est évidemment centrale (éthos projetés sur l’autre versus éthos revendiqués). Emmanuel Macron ne dénie pas à Marine Le Pen « la fermeté qu’elle revendique mais le caractère réaliste des mesures qu’elle préconise » (p. 140). Marine Le Pen revendique et s’attribue elle-même un éthos « énergique et même martial » (p. 140). À l’inverse, elle attribue à Emmanuel Macron un éthos de « laxisme et même complaisance, lâcheté et même soumission » (p. 140). Le candidat Macron revendique et projette lui-même une image de « fermeté, énergie, ténacité… mais graduées » (p. 141). Sur le plan des qualités morales (notamment l’honnêteté et la sincérité), les deux candidats se renvoient, par des biais différents, la même accusation de malhonnêteté : « Macron […] se livre simultanément, d’une pierre deux coups, à cette allo-attribution (malhonnêteté démagogique) et à l’auto-attribution inverse (réalisme, donc honnêteté) en prenant à témoin les Français qui “ne sont pas bêtes”, et donc pas dupes de ces mirobolantes promesses » (p. 146). Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron est d’abord malhonnête en refusant d’assumer son bilan gouvernemental, accusation qu’Emmanuel Macron bat en brèche en rappelant qu’il n’assumait que les décisions prises personnellement en tant que ministre, pas celles du gouvernement (Ayrault puis Valls) tout entier.

9Dans la conclusion de l’ouvrage, Catherine Kerbrat-Orecchioni explique avec finesse que « le débat de 2017 s’inscrit dans la continuité des précédents, en même temps qu’il s’en démarque du fait des diverses excentricités qui caractérisent le comportement de la candidate frontiste » (p. 284). Ce débat a un caractère doublement inédit : par son exceptionnel degré de violence, et par la dissymétrie des comportements des deux candidats. Si Emmanuel Macron n’épargne pas son adversaire, ses flèches sont décochées avec parcimonie et au compte-gouttes « alors que Le Pen en déverse de pleins tombereaux. Hargneuse ou sardonique, elle est en permanence en position d’attaque et, même lorsqu’elle tient des propos en apparence positifs, ils ne sont jamais dépourvus d’une dimension polémique : si elle fait l’éloge du peuple, c’est pour mieux stigmatiser les élites » (p. 285). Ce débat de l’entre-deux tours a révélé l’attachement de la population française à ce genre particulier d’événement politico-médiatique. En effet, ce « rituel républicain » fait toujours recette, même si le débat de 2017 a imposé des problématiques et des attentes émergentes : engouement pour le fact checking face à l’essor des fake news, obligation de contenir une certaine violence inadaptée au format télévisuel, intérêt d’un véritable débat démocratique, ouvert et tolérant. En définitive, pour conquérir ou assumer une posture présidentielle, le débat d’entre-deux tours constitue moins un rite d’initiation qu’un rite d’institution. Il est ce processus performatif qui fait devenir Président de la République. Nul doute que ce rite a encore de beaux jours devant lui.

10Le livre se caractérise par un ancrage disciplinaire fort en sciences du langage qui, s’il n’est pas inintéressant tant s’en faut, encourt le risque de ne pas être compréhensible par tous les lecteurs. Un croisement avec des recherches en sciences de l’information et de la communication et en sciences politiques aurait pu apporter des éclairages féconds. Ceci étant dit, l’ouvrage n’en est pas moins remarquable à bien des égards.

Haut de page

Notes

1 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les débats de l'entre-deux-tours des élections présidentielles françaises. Constantes et évolutions d'un genre, Paris, L'Harmattan, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Catherine Kerbrat-Orecchioni, Domitille Caillat et Hugues Constantin de Chanay, Le débat Le Pen / Macron du 3 mai 2017 : un débat « disruptif » ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34414

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Eyries

Enseignant-chercheur HDR en sciences de l’information et de la communication à l'IUT de Dijon, université de Bourgogne Franche-Comté, laboratoire CIMEOS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page