Navigation – Plan du site

Jacques-Benoît Rauscher, L’Église catholique est-elle anticapitaliste ?

Jeanne Gaillard
L'église catholique est-elle anticapitaliste ?
Jacques-Benoît Rauscher, L'église catholique est-elle anticapitaliste ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 144 p., ISBN : 978-2-7246-2370-3.
Haut de page

Texte intégral

1La doctrine mise en avant par le pape François depuis son élection en 2015 semble détonner par rapport à celle de ses prédécesseurs. Dans cet ouvrage, le sociologue dominicain Jacques-Benoît Rauscher réfute cependant la thèse selon laquelle le souverain pontife argentin marquerait un tournant anticapitaliste pour l’Église catholique. Il démontre au contraire que cette tendance existe dans l’Église depuis bien longtemps, mais aurait été occultée par la prégnance des questions d’éthique et de morale sur les questions socioéconomiques dans l’espace public. En s’appuyant sur la sociologie des institutions, l’auteur cherche à montrer que l’invisibilité des positions socioéconomiques de l’Église serait liée à un manque de clarté dans son rejet du capitalisme, à travers une définition trop vague de ce terme et une posture difficilement tenable pour les catholiques eux-mêmes.

  • 1 Léon XIII, Lettre encyclique Rerum novarum, 15 mai 1891.

2Dans un premier temps, Jacques-Benoît Rauscher analyse les grands textes pontificaux depuis 1891 afin de mettre en évidence l’obscurité de la définition du capitalisme donnée par l’Église. Prenant pour point de départ l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII1, il explique le manque de définition claire du capitalisme par le fait qu’à cette période, l’Église a pour priorité la lutte contre le marxisme. Dans son encyclique, Léon XIII se positionne en faveur de la propriété privée et en opposition à la lutte des classes ; l’absence de direction socio-économique nette conduit donc l’institution ecclésiale à soutenir indirectement le capitalisme. Tout au long du XXe siècle, les papes successifs adoptent une position ambiguë, tantôt critiquant les fondements philosophiques du capitalisme, tantôt vantant ses bienfaits contre la pauvreté. Un clivage se profile entre un capitalisme qui serait recevable aux yeux de l’Église, quoique difficilement caractérisable tant il légitime « des théories économiques diverses pour ne pas dire antagonistes », et un autre qui serait inacceptable, de par les excès utilitaristes qu’il implique. Mais les positionnements ecclésiaux vis-à-vis du capitalisme se font à la marge, n’abordant jamais le sujet de manière frontale et pour lui-même ; l’Église ne proposant aucun modèle économique alternatif au capitalisme, sa position reste donc ambiguë.

3L’auteur nuance cependant son analyse : si les souverains pontifes n’ont pas exprimé de position claire vis-à-vis du capitalisme en tant que système économique, ils ont toutefois pris des positions nettes sur l’ethos qui est à l’origine des comportements économiques capitalistes. En considérant l’« esprit du capitalisme » comme l’ensemble des raisons morales qui poussent les individus à se rallier à cette doctrine, Jacques-Benoît Rauscher sépare l’action économique des autres types d’actions, y compris morales. Recentrant sa recherche sur l’ethos du capitalisme, il retrouve des positions sans équivoque dans les textes fondateurs du catholicisme. Ainsi, la Bible préconise aux plus riches d’aider ceux qui ne le sont pas et considère l’enrichissement personnel comme un obstacle dans la quête de Dieu. Si l’éthique catholique semble claire dans les textes fondateurs, pourquoi ne l’est-elle plus aujourd’hui ? L’auteur revient sur les débats qui ont précédé la publication de Rerum novarum en 1891 ; en effet, la version préparatoire condamnait ouvertement le capitalisme, mais elle a été abandonnée pour être réduite à une critique des comportements capitalistes individuels et éviter ainsi à l’Église d’être accusée de soutenir le marxisme. À la chute du bloc soviétique un siècle plus tard, le pape Jean-Paul II a retrouvé la latitude de critiquer plus fermement l’« esprit du capitalisme », et le pape François ne fait que s’inscrire dans sa continuité. Ce qu’il exprime n’est toujours pas un rejet du capitalisme en tant que tel, mais seulement un rejet des comportements moraux qui en découlent.

  • 2 Michel Novak, Une éthique économique. Les valeurs de l’économie de marché, Paris, Éditions du Cerf- (...)

4Entre les deux approches du capitalisme, comme système économique et comme ethos, comment les catholiques articulent-t-elle le refus de l’idéologie et l’acceptation de certaines pratiques capitalistes ? Pour répondre à cette question, Jacques-Benoît Rauscher dresse une typologie des positions adoptées par les intellectuels catholiques. Il distingue d’abord les « intransigeants », qui rejettent tout ce qui a trait au capitalisme et militent pour un ordre économique alternatif, ou au moins pour la mise en place de microsystèmes alternatifs au sein même du capitalisme. La deuxième catégorie est celle des « réformistes », qui souhaitent pallier les défauts du capitalisme sans remettre en question les raisons anthropologiques du système, à savoir principalement la recherche de l’intérêt individuel. Plus récent, ce courant de pensée souhaite réguler le capitalisme notamment par la mise en place de prescriptions légales de la charité, à l’instar de certains entrepreneurs chrétiens qui complètent le salaire de leurs ouvriers, fixé par la loi du marché, pour que ceux-ci subviennent à leurs besoins. Enfin, la position « conciliatrice » concerne les réformistes qui cherchent dans les fondements philosophiques du capitalisme des points communs avec la religion catholique, à l’instar de Michel Novak qui défend un capitalisme démocratique promoteur du lien social2. Mais cette dernière position semble difficilement tenable, car elle suppose que les individus utilisent le capitalisme à des fins éthiques, alors même que ce système fonctionne parce que la coordination des actions par le marché se fait à l’insu des individus, selon les théories classique et néoclassique. L’auteur constate qu’aucun intellectuel ne soutient une quatrième position, qui consiste à accepter le système économique tout en condamnant l’ethos qui y est associé. Or, cette position qui ne trouve aucun écho auprès des catholiques est pourtant celle du magistère ecclésial.

  • 3 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 2001
  • 4 On entend par « usure » l’usage du prêt à intérêt, que Saint Thomas d’Aquin condamne car cette prat (...)

5L’auteur résout cette articulation problématique par une réflexion morale basée sur des textes médiévaux. Cette défaillance incite les catholiques à adopter des pratiques en contradiction avec l’idéal économique de l’Église. L’hypothèse de Jacques-Benoît Rauscher est la suivante : l’opposition binaire entre intransigeants et réformistes conduit à une aporie classique en philosophie morale, à savoir la tension entre déontologisme et conséquentialisme. Par analogie, l’auteur voit dans le déontologisme une défense de l’ethos capitaliste comme principe indépassable tandis que le conséquentialisme défend le capitalisme par ses bienfaits dans les pratiques, et aucune règle universelle ne saurait juger le bien-fondé de ce système. Le conséquentialisme confère aux pratiques individuelles une importance centrale dans l’évaluation du système économique et traduirait, selon l’auteur, un mouvement d’attraction du catholicisme vers la modernité. L’auteur définit la modernité comme « trame de fond du mouvement de sortie de la religion », caractéristique des sociétés marquées par l’individualisme et la séparation du politique et du religieux3. En effet, le catholicisme condamne la modernité mais il est « pris dans ses filets ». L’auteur illustre son explication par l’analyse de Saint Thomas d’Aquin qui, à travers l’exemple de l’usure ou prêt à intérêt4, montre que l’on peut rejeter une action pour ses fondements tout en acceptant un accommodement collectif à sa mise en pratique, comme un moindre mal, pour l’intérêt du plus grand nombre. Cette position s’inscrirait dans une visée d’éducation progressive de la société, caractéristique de la pensée de Saint Thomas d’Aquin, selon laquelle la pratique du prêt à taux d’intérêt serait condamnable mais tolérée dans certains cas pour favoriser un bien plus élevé. Par analogie, le choix radical entre rejet et acceptation du capitalisme n’est pas nécessaire selon Jacques-Benoît Rauscher, dans la mesure où l’Église critique le système mais le tolère en pratique pour la primauté du bien commun. Il s’agit d’articuler les relations économiques et humaines sans les mettre en concurrence, dans une perspective d’action vertueuse au sens d’Aristote.

  • 5 François, Exhortation apostolique Amoris laetitia, 19 mars 2016.

6Finalement, si la position de l’Église sur le capitalisme est peu lisible dans la mesure où elle n’aborde jamais la doctrine économique pour elle-même, l’institution ecclésiale disposerait toutefois de moyens pour sortir de cette aporie. L’auteur plaide pour un discours assumé et clair de la part de l’Église sur le rejet de l’ethos capitaliste et une étude approfondie des écrits de Saint Thomas d’Aquin sur le sujet. De fait, le pape François amorce ce mouvement lorsqu’il préconise un retour aux fondements de la morale catholique en essayant de valoriser les vertus de la modernité, bien plus qu’un rejet radical du capitalisme5. Si le dépassement de la dialectique proposé dans le dernier chapitre n’apparaît pas comme une grande révélation pour le lecteur, l’ouvrage est néanmoins bien documenté, avec une bibliographie fournie, et l’auteur s’appuie minutieusement sur des textes à la fois théologiques et historiques tout au long de son raisonnement, qui répond à des questions d’actualité.

Haut de page

Notes

1 Léon XIII, Lettre encyclique Rerum novarum, 15 mai 1891.

2 Michel Novak, Une éthique économique. Les valeurs de l’économie de marché, Paris, Éditions du Cerf-Institut La Boétie, 1987.

3 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 2001.

4 On entend par « usure » l’usage du prêt à intérêt, que Saint Thomas d’Aquin condamne car cette pratique confère à la monnaie une valeur liée à sa propriété alors même que le propre de la monnaie est d’être dépensée. Ce n’est qu’au XVe siècle avec l’école de Salamanque et l’analyse du phénomène d’inflation, que le prêt à intérêt sera autorisé, tant qu’il n’est pas excessif. Voir Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, 1266-1273.

5 François, Exhortation apostolique Amoris laetitia, 19 mars 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Gaillard, « Jacques-Benoît Rauscher, L’Église catholique est-elle anticapitaliste ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34418

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page