Navigation – Plan du site

Laura Calabrese, Marie Veniard (dir.), Penser les mots, dire la migration

Abdoulaye Ngom
Penser les mots, dire la migration
Laura Calabrese, Marie Veniard (dir.), Penser les mots, dire la migration, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, coll. « Pixels », 2018, 204 p., ISBN : 978-2-8061-0420-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une réflexion sur les mots utilisés dans l’espace francophone pour parler des migrations. Son intérêt réside dans la volonté de comprendre et de mettre en lumière le vocabulaire employé pour rendre compte de la complexité des migrations au vingt-et-unième siècle. C’est à cette tâche, un peu ardue du reste, que se livrent les différents contributeurs de cet ouvrage, dirigé par Laura Calabrese et Marie Veniard. Les mots utilisés dans le champ migratoire ces dernières années n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi fouillée, détaillée, croisant les approches de sociologues, d’analystes de discours, d’historiens, de politistes et de spécialistes des sciences de l’information et de la communication.

2L’introduction de Laura Calabrese et Marie Veniard pose les jalons du vocabulaire employé, notamment par les pouvoirs publics et les journalistes, dans les discours et propos sur les migrations. L’ouvrage se présente ensuite comme un lexique destiné à mettre en lumière les termes qui circulent dans les débats actuels sur l’immigration. Chaque section décline des mots et des expressions, que les contributeurs éclairent à travers l’expérience de leurs propres travaux de recherche.

3Prenant appui sur le débat relatif au jugement de la Cour suprême autorisant le port du kirpan sikh à l’école québécoise – débat qui a occupé le devant de la scène et animé la société québécoise de 2006 à 2008 –, Maryse Potvin examine la notion d’accommodement raisonnable en éclairant sa définition et son usage dans les discours d’opinion. D’un point de vue juridique, l’accommodement raisonnable relève de la jurisprudence de la Cour suprême du Canada en matière de discrimination. Il s’agit d’assurer à la population étrangère, notamment les immigrant·e·s, le respect de leurs droits fondamentaux dans toutes les sphères de la vie sociale et professionnelle. Au Canada, l’obligation d’accommodement raisonnable vise donc à permettre aux immigrant·e·s, quelles que soient leurs appartenances (ethnique, culturelle, politique et surtout religieuse), de jouir pleinement de leurs droits.

  • 1 Sylvie Bredeloup, « Les migrants du fleuve Sénégal : À quand la “Diams’pora” ? », Revue européenne (...)

4Cécile Canut propose quant à elle une réflexion sur le mot aventurier à partir de l’expérience de ceux qui, partant des pays d’Afrique francophone, tentent de franchir les frontières européennes. Elle observe que « la figure endogène de l’aventurier se différencie nettement de celle du migrant, du voyageur ou d’autres catégories locales de la migration. Elle est associée à celle des héros des épopées africaines, qui entament un rite de passage sollicité visant à la formation individuelle, et prenant en ce sens une valeur initiatique » (p. 51). L’emploi du terme d’aventurier n’est pas nouveau dans le contexte des migrations : dès les années 1990, Sylvie Bredeloup1 analysait l’aventure d’une catégorie de commerçants sénégalais de la vallée du fleuve Sénégal qui essaiment vers les autres pays de l’Afrique comme le Congo Kinshasa (Zaïre), le Congo Brazzaville, la Côte d’ivoire, le Gabon, à la recherche du métal précieux qu’est le diamant. Elle examinait ainsi les stratégies mises en œuvre par ces commerçants durant leur aventure, les itinéraires qu’ils empruntent, leur mode d’organisation… Pour l’autrice, l’aventurier est l’une des figures des candidats africains à la migration.

5Dans les pays d’immigration, reviennent souvent les termes d’étranger et d’immigré, que Benjamin Boudou examine du point de vue juridique : « en droit, un étranger est un non-national, quelqu’un qui n’a pas la nationalité du pays dans lequel il réside ; un immigré est né à l’étranger, puis est venu s’installer dans le pays dans lequel il réside désormais » (p. 91). En France par exemple, l’étranger est défini par l’Insee comme une personne qui réside en France mais ne possède pas la nationalité française, soit qu’elle possède une autre nationalité (à titre exclusif), soit qu’elle n’en ait aucune (c’est le cas des personnes apatrides). Les personnes de nationalité française ayant une (ou plusieurs) autre(s) nationalité(s) sont considérées comme françaises. Un étranger n’est pas forcément immigré, il peut être né en France (les mineurs notamment).

6Julien Auboussier étudie la trajectoire des expressions Europe forteresse et Europe passoire. Pour lui, l’Europe forteresse « induit une rupture entre un “nous” menacé et un “eux” menaçant. La métaphore de la forteresse suppose ainsi un schéma narratif dans lequel les migrants et l’immigration sont appréhendés comme des dangers dont il faut se prémunir pour se préserver » (p. 100). Les politiques migratoires mises en œuvre à l’échelle de l’Union Européenne sont lues au prisme de la sécurité, comme si ces milliers de candidats à la migration qui tentent chaque année de venir en Europe constituaient une menace pour le continent européen. D’un autre côté, par le biais de la référence au liquide, l’expression « Europe passoire » tend à « accréditer le caractère inexorable des migrations et ainsi rendre compte d’une situation incontrôlée, voire incontrôlable, dont l’adversaire politique est l’artisan ou le complice » (p. 101). L’Europe passoire traduit la difficulté des États européens à maitriser les flux migratoires provenant surtout du continent africain. En effet, nonobstant les énormes moyens répressifs et de dissuasion (Frontex, Eurosur) mis en place depuis plusieurs années par les États européens, les candidats à la migration continuent d’affluer, par vagues plus ou moins régulières, vers le continent européen.

7Laure Calabrese examine les termes de migrant et de réfugié, qui désignent deux catégories différentes d’individus dans la migration. « En effet, réfugié est un mot qui est entré dans le lexique juridique et qui constitue une catégorisation sociale qui donne accès à une protection, contrairement à migrant qui n’a pas de définition juridique » (p. 154). Au-delà du sens juridique qui permet de distinguer les deux termes, la différence fondamentale entre réfugié et migrant tient au fait que les causes de départs en migration ne sont pas les mêmes. Alors que le migrant fuit la misère, la pauvreté ambiante en tentant de chercher de meilleures conditions de vie, le réfugié fuit la persécution, la guerre, le conflit et la situation d’instabilité politique de son pays ou de sa région. On voit dès lors que les termes de migrant et de réfugié, très souvent utilisés dans les débats sur les migrations contemporaines, ne recouvrent pas la même réalité.

  • 2 Nadia Agsous, « Le peuple des clandestins : une circulation sans pouvoir », interview de Smaïn Laac (...)

8Une même confusion règne entre les notions de clandestin et de sans- papier, sur laquelle Salih Akin attire l’attention. Il rappelle que « l’absence de documents d’identité apparaît comme la caractéristique fondamentale de sans-papier ». L’usage des termes de clandestin ou d’irrégulier tend à réifier et à criminaliser certaines catégories de candidats à la migration : « au fil des lois et des restrictions sur le séjour des étrangers en France, les populations sans autorisation de séjour se sont vu appliquer différentes désignations élaborées selon des points de vue extérieurs (illégaux, irréguliers, clandestins…) qui ont pour conséquence de les enfermer dans des catégories administratives délictueuses » (p. 189). Le clandestin et le sans-papier partagent une même condition qui est l’irrégularité du séjour. Quelle que soit l’appellation employée, il s’agit d’individus en situation irrégulière parce qu’ils ont pénétré et séjourné illégalement sur le territoire d’un État alors qu’ils n’étaient pas en possession de documents (visa ou titre de séjour) leur autorisant l’entrée et le maintien sur ce territoire, à des fins de transit ou d’installation dans le pays. L’image du clandestin renvoie aussi aux personnes qui ont bénéficié d’un permis de séjour mais dont le renouvellement leur a été refusé, pour diverses raisons. Ainsi, l’appellation péjorative de sans-papiers est-elle émaillée de connotations et de sens divers. Réfléchissant sur cette différence entre sans-papier et clandestin, Smaïn Laacher soulignait pour sa part que « le sans-papier est d’abord entré régulièrement dans une autre nation que la sienne. Puis il est devenu un hôte encombrant, mais pas pour tout le monde. Au fil du temps il est devenu une cause collective. Il mobilise des sphères de la société qui produisent des opinions publiques et des représentations (intellectuels, artistes, églises...). Le “clandestin”, on ne sait pas quoi faire de lui. C’est la population embarrassante par excellence ; embarrassante pour le langage : est-il un migrant économique, un réfugié, un irrégulier... ? Le plus souvent le premier cherche l’enracinement quand le second dit : surtout ne vous dérangez pas pour moi. Je ne fais que passer. Je ne resterai pas longtemps »2.

9Au final cet ouvrage apporte un éclairage important sur les différents mots utilisés dans le registre des migrations. On peut toutefois regretter l’absence d’une réflexion sur l’expression candidat à la migration, très utilisée dans les travaux sur les migrations clandestines, qui sert à désigner les personnes qui tentent de franchir les frontières européennes soit par la voie maritime, soit par la voie terrestre. Cette réserve ne remet pas en question la qualité et la pertinence des différentes contributions. Cet ouvrage constitue donc un livre de référence pour les chercheurs travaillant sur les questions migratoires mais aussi pour les non-spécialistes, en l’occurrence certains journalistes, qui font souvent la confusion entre migrant, réfugié, exilé, clandestin, sans-papier, entre autres.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Bredeloup, « Les migrants du fleuve Sénégal : À quand la “Diams’pora” ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9, n° 1, 1993, p. 67-93 ; Sylvie Bredeloup, « L’aventurier, une figure de la migration africaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 125, n° 2, 2008, p. 281-306 ; Sylvie Bredeloup, « L’aventure contemporaine des diamantaires sénégalais », Politique africaine, n° 56, 1994, p. 77-93.

2 Nadia Agsous, « Le peuple des clandestins : une circulation sans pouvoir », interview de Smaïn Laacher, Oulala.net, 1er juillet 2009, en ligne : http://www.oulala.net/spip.php?article4132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Ngom, « Laura Calabrese, Marie Veniard (dir.), Penser les mots, dire la migration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 mai 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34436

Haut de page

Rédacteur

Abdoulaye Ngom

Chercheur au laboratoire Dynamiques européennes (UMR 7367-CNRS), ses recherches portent sur les migrations internationales et relations interethniques, les migrations clandestines vers l’Europe, les politiques migratoires, les frontières et les types de mobilisations en contexte migratoire. Derniers ouvrages parus : Mobilisations familiales et migrations intercontinentales. De la Casamance à l’Europe, L’Harmattan, « logiques sociales », 2019 ; Les routes du suicide : les migrations clandestines de la Casamance vers l’Europe, Éditions Universitaires Européennes, 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page