Navigation – Plan du site

Fabien Brugière, La sous-traitance en piste. Les ouvriers de l’assistance aéroportuaire

Margot Roisin-Jonquières
La sous-traitance en piste
Fabien Brugière, La sous-traitance en piste. Les ouvriers de l'assistance aéroportuaire, Toulouse, Erès, coll. « Clinique du travail », 2017, 318 p., ISBN : 978-2-7492-5512-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Directive 96/67/EC du Conseil de l’Union européenne du 15 octobre 1996.

1Le 11 avril 2019, le Parlement a adopté la loi Pacte, autorisant la privatisation du groupe Aéroports de Paris, jusqu’à présent gestionnaire de Roissy Charles-de-Gaulle et de Paris-Orly. La lecture de cet ouvrage de Fabien Brugière permet de resituer cette loi dans l’histoire contemporaine des politiques de déréglementation des aéroports français, amorcée en 1996 avec l’ouverture à la concurrence du marché de l’assistance en escale1. L’assistance aéroportuaire est depuis morcelée au sein d’une myriade de sociétés, indépendantes des compagnies aériennes et des gestionnaires d’aérodrome. Ce phénomène de sous-traitance s’opère parfois à deux niveaux, les sociétés d’assistance pouvant elles-mêmes sous-traiter une partie de leurs activités. Ce sont les effets de cette sous-traitance massive de l’assistance aéroportuaire sur le travail et l’emploi des salariés que nous présente l’auteur dans ce livre. À partir d’une enquête ethnographique de neuf mois en observation participante « à couvert », menée dans le cadre de sa thèse, il expose l’organisation du travail des ouvriers de piste en charge des opérations de guidage des avions et des opérations de manutention.

2Après avoir exposé la forte précarisation de l'emploi due à la déréglementation de l'assistance aéroportuaire dans un premier chapitre, l'auteur montre comment elle est au principe de la mise en concurrence des salariés et de la segmentation des collectifs de travail. Le troisième chapitre s'intéresse ensuite à la réglementation sécuritaire qui, avec la régulation industrielle et la gestion à flux tendu faisant l'objet du quatrième chapitre, façonne l'environnement organisationnel du travail de piste. Le cinquième chapitre introduit un changement d'échelle d'observation et s'intéresse plus avant aux conditions de travail des ouvriers de piste et à leurs stratégies de défense collective. Finalement, le dernier chapitre conclut sur les loyautés développées entre ouvriers et personnels d'encadrement et les ressorts ethniques des identifications et des sociabilités professionnelles.

  • 2 Durand Jean-Pierre, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontair (...)

3Dans le premier chapitre, Fabien Brugière expose la mise en place de la déréglementation de l’assistance en piste et la généralisation du recours à la sous-traitance par les compagnies aériennes et les gestionnaires d’aérodromes aussi bien que par les entreprises sous-traitantes elles-mêmes. La déréglementation insuffle une nouvelle structure du marché, que l’auteur éclaire à au prisme du modèle « cœur/périphérie » de Jean-Pierre Durand : les compagnies aériennes se recentrent sur les activités qui constituent le cœur du métier de transport, tandis que les autres activités, sous-traitées, sont reléguées à la périphérie du marché. Cette « centrifugation »2 a des effets directs sur la structure de l’emploi salarié dans l’assistance, dont le premier est la généralisation de sa précarisation. Ainsi, les nouveaux entrants sont embauchés via un « contrat de professionnalisation », un dispositif de formation qui permet aux sociétés de recruter des salariés sous-rémunérés. Cette insécurité des nouveaux entrants représente pour les entreprises un instrument de mobilisation au travail et de normalisation des comportements (p. 46) : pour atteindre le noyau stable, les salariés plus précaires s’appliquent à travailler au plus proche des prescriptions. C’est par ce biais qu’une segmentation réelle entre les anciens et les nouveaux entrants divise l’ensemble du collectif du travail.

4Par-delà l’emploi, le paradigme fordiste de la qualification adossée à un poste de travail s’est vu petit à petit remplacé par celui de la compétence et de la polyvalence, synonyme de déqualification pour les salariés. Les formations, lieux privilégiés de la socialisation professionnelle, sont devenues les canaux d’une gestion individualisée de la main d’œuvre. Fabien Brugière s’attache néanmoins à regarder la différenciation des effets de ces formations en fonction des propriétés sociales des ouvriers. La jeune génération ayant un capital scolaire plus conforme aux attentes des formateurs, du fait de leurs origines sociales mais aussi de leurs trajectoires, la segmentation générationnelle entre établis et jeunes entrants se trouve renforcée (p. 85). Toutefois, les formations, qu’elles portent sur la réglementation en matière de sécurité ou qu’elles soient spécifiques aux différents métiers, sont le moteur certain de l’individualisation de la relation d’emploi (p. 97).

5Les chapitres suivants décortiquent les régulations sécuritaires et industrielles à l’œuvre dans le travail de ces ouvriers. Après avoir dressé la structure de la production des normes sécuritaires et ses différents échelons (autorités européennes et nationales, compagnies aériennes, société sous-traitantes ...), l’auteur étudie les prescriptions au travail en matière de sécurité qui conduisent à une disciplinarisation des ouvriers de piste. La mise en place d’un badge qui définit les différents titres d’accès pour chaque ouvrier marque un contrôle strict de l’espace, qui réduit les marges de manœuvre des ouvriers et la constitution d’un esprit collectif de travail. C’est aussi qu’un des risques perçus par les entreprises est intérieur : celui de l’émergence de « nouvelles classes dangereuses » (p. 126) qui constituent la principale main d’œuvre ouvrière des pistes.

6Ce strict contrôle spatial de la main d’œuvre, qui joue là encore en faveur de l’individualisation au travail, est redoublé par la chasse aux temps morts. L’intensification du trafic aérien, portée par les dynamiques de concurrence, a participé à la diffusion de la gestion du travail « à flux tendu ». L’auteur examine comment, lors du passage de la « compagnie intégrée » à l’« assistance externalisée », se met en place une régulation industrielle de contrôle appuyée non seulement sur des règles formelles mais aussi sur des dispositifs socio-techniques qui tendent à naturaliser les contraintes temporelles et à invisibiliser les relations de domination hiérarchique (p. 161). La crainte de la sanction, systématique dans le cas du retard d’un avion, est le dernier pivot d’une mobilisation individualisée au travail.

  • 3 Everett C. Hughes et Jean-Michel Chapoulie, Le regard sociologique : essais choisis, Paris, École d (...)

7Les deux derniers chapitres, plus ethnographiques, offrent enfin quelques éléments sur les conditions de travail des ouvriers. En s’appuyant sur le concept de « sale boulot » d’Everett Hughes3, l’auteur interroge les effets organisationnels de la déréglementation et des régulations sécuritaires et productives sur la dégradation des conditions de travail. Après avoir examiné les facteurs physiques et environnementaux du « sale boulot », il démontre comment l’organisation temporelle du travail conjuguée à la situation chronique de travail en sous-effectif augmente la pénibilité, elle-même appréciée et hiérarchisée symboliquement par les ouvriers. C’est alors la question de l’arrangement des ouvriers avec la pénibilité de leur travail qui est posée : la norme de la virilité et la consommation de cannabis apparaissent comme des stratégies de défense. Enfin, les arrangements avec les horaires qu’essaient de trouver les ouvriers sont les produits de variations selon le capital social et symbolique dont chacun est détenteur.

8Dans le dernier chapitre, l’auteur s’intéresse finalement aux « loyautés incertaines » nouées verticalement entre les ouvriers et les personnels de l’encadrement, selon une logique paternaliste, suite à la déstabilisation des collectifs de travail et de l’assignation des ouvriers à des « identités de métier ». Ces loyautés, outre qu’elles favorisent l’engagement au travail des ouvriers, permettent également à la hiérarchie de renforcer des pouvoirs plus ou moins discrétionnaires. L’ethnicité semble alors se substituer aux identifications professionnelles et, plus encore, on assiste à une ethnicisation des relations de travail qui permet de créer de nouvelles solidarités ouvrières, mais est aussi facteur de renforcement de la segmentation du collectif du travail.

  • 4 Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Soc (...)
  • 5 Nicolas Jounin, Chantier interdit au public : enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris. La (...)

9En définitive, cet ouvrage a le mérite de faire connaître le quotidien d’un métier invisible au grand public en temps ordinaire, et pourtant soumis à des tendances historiques similaires à celles qui ont affecté les ouvriers des grandes usines automobiles4 ou encore les ouvriers du BTP5 : précarisation de l’emploi, segmentation des collectifs, individualisation et mobilisation au travail nourries par l’introduction de nouvelles techniques de management. Si l’auteur explique que la sociographie et la statistique de ces ouvriers de l’aéroportuaire sont compliquées par le caractère très morcelé des différents collectifs de travail, du fait de la sous-traitance, on aurait cependant apprécié d’en savoir plus sur les nouveaux entrants, sur leurs trajectoires et leurs rapports à l’avenir. Le croisement de la sociologie du travail avec l’étude des autres sphères de socialisations des enquêtés aurait permis de renouveler l’interrogation sur l’individualisation au travail et l’intériorisation des discours patronaux antisyndicaux. Mais l’on peut se demander en retour si ces interrogations laissées en suspens ne sont pas le reflet de nouvelles difficultés pour les sociologues du travail, à l’heure de la précarisation des collectifs ouvriers et de l’érosion des sociabilités professionnelles dont ce livre se fait l’écho.

Haut de page

Notes

1 Directive 96/67/EC du Conseil de l’Union européenne du 15 octobre 1996.

2 Durand Jean-Pierre, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil, 2004.

3 Everett C. Hughes et Jean-Michel Chapoulie, Le regard sociologique : essais choisis, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1996.

4 Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte, 1999.

5 Nicolas Jounin, Chantier interdit au public : enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris. La Découverte, 2014 [2008] ; comptes rendus de Guillaume Rollet et de François Granier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/646 et https://journals.openedition.org/lectures/966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Roisin-Jonquières, « Fabien Brugière, La sous-traitance en piste. Les ouvriers de l’assistance aéroportuaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34460

Haut de page

Rédacteur

Margot Roisin-Jonquières

Doctorante en sociologie au sein du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page