Navigation – Plan du site

Marie Bergström, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualités, couple et rencontres au temps du numérique

Edouard Couëtoux
Les nouvelles lois de l'amour
Marie Bergström, Les nouvelles lois de l'amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, Paris, La Découverte, 2019, 220 p., ISBN : 9782707198945.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure n’ignore pas le dynamisme des services de rencontre en ligne à destination des population (...)

1Les « sites de rencontre » ont durablement bouleversé la géographie des relations amoureuses et sexuelles depuis une vingtaine d’années. Grâce à une enquête de dix ans mobilisant données quantitatives et qualitatives, Marie Bergström analyse les différents aspects de ce bouleversement à l’œuvre dans les rencontres hétérosexuelles1.

2Dans le premier chapitre, l’auteure étudie le marché des sites et applications de rencontres en ligne. Elle montre la filiation entre ces services et les formes plus anciennes de courtage matrimonial tout en soulignant qu’Internet a entraîné une diffusion sans précédent de cette pratique. Grâce aux entretiens qu’elle a menés avec des professionnels du secteur, Marie Bergström décrypte la forte standardisation des sites et applications de rencontre et analyse les croyances et les pratiques des concepteurs de ces services. Dans le deuxième chapitre, l’auteure cherche à expliquer le succès des services de rencontres en ligne. Selon elle, « la diversification de la vie intime », caractérisée à la fois par l’apparition d’une « jeunesse sexuelle » et par la multiplication des séparations ou remises en couple, est le moteur du succès de ce secteur économique. Le troisième chapitre se consacre à expliquer l’homogamie des rencontres faites sur Internet. L’inégalité des chances de rencontres via ces sites est au cœur du quatrième chapitre. Marie Bergström montre que les chances de rencontrer un partenaire sur Internet, comme dans la vie réelle, dépendent de l’interaction complexe de trois variables individuelles : l’âge, le genre et le milieu social. Enfin, le cinquième chapitre analyse les relations qui découlent des rencontres faites sur Internet. L’auteure analyse à la fois la spécificité de ces relations (plus souvent courtes et sexuelles que les relations nées dans d’autres contextes) et aussi leur conformité aux normes de genre qui régulent les relations hétérosexuelles en général.

  • 2 Michel Bozon, Wilfried Raut, « De la sexualité au couple. L’espace des rencontres amoureuses pendan (...)

3La thèse principale de l’ouvrage est que les services de rencontre en ligne ont révolutionné le cadre de la rencontre en opérant une privatisation de celle-ci. Les sites accentuent le déplacement de la géographie amoureuse vers des lieux privatifs, qui est à l’œuvre depuis le milieu du XXe siècle, selon le diagnostic de Michel Bozon2. On constate que les rencontres se déroulent de moins en moins dans des lieux publics et de plus en plus dans les contextes d’une sociabilité fermée (lieux d’études ou de travail), voire privée (soirée chez des amis…). Les services de rencontre en ligne poussent plus loin cette privatisation dans la mesure où les rencontres en ligne sont désencastrées des cercles de sociabilité ordinaire et se font en toute discrétion, à l’insu de l’entourage. L’ouvrage analyse les conséquences de ce changement du cadre de la rencontre. En premier lieu, la privatisation est le moteur principal du succès de ces services. Pour les utilisateurs de moins de vingt-cinq ans, la possibilité de rencontrer des partenaires hors de leurs cercles habituels de sociabilité permet une plus grande marge de manœuvre dans l’expérimentation et l’exploration de la séduction et de la sexualité. En effet, les rencontres qui ont lieu dans le cadre de la vie ordinaire ne sont jamais sans conséquence : elles peuvent être objet de curiosité, de critiques, voire de conflits, qui laissent peu de liberté dans la gestion de la relation. Au contraire, la discrétion des rencontres faites sur Internet offre une liberté attrayante durant cette période de la vie que l’auteure appelle « la jeunesse sexuelle ». La dissociation entre les rencontres numériques et les contextes ordinaires de sociabilité procure aux célibataires âgés de plus de trente ans un avantage différent : Internet offre des opportunités de se (re)mettre en couple qui se font plus rares dans la vie réelle, en raison du resserrement des cercles de sociabilité et de la raréfaction progressive des partenaires disponibles, au fil de l’avancée en âge. Le désencastrement des rencontres en ligne est donc un outil efficace au service du « volontarisme conjugal » que manifestent les célibataires plus âgés. En deuxième lieu, la privatisation de la rencontre qu’autorisent les services en ligne a pour conséquence de favoriser les relations courtes et sexuelles plutôt que les histoires longues. Dans la mesure où les relations nouées dans la vie réelle ne sont jamais anodines, les individus hésitent à s’engager dans des relations purement sexuelles ou à destin incertain. Au contraire, les relations débutées sur Internet ne présentent pas les mêmes risques puisque l’entourage n’est pas mis au courant, ce qui rend l’engagement dans ce type de relation plus facile. Cette soustraction de la relation au contrôle de l’entourage apparaît tellement important aux utilisateurs qu’une nouvelle norme sociale semble émerger : sur les sites et applications, les individus avec qui les utilisateurs partagent des connaissances sont souvent disqualifiés comme partenaires potentiels. Enfin, l’auteure explique que les services en ligne pourraient faciliter l’accès des femmes à la sexualité et la diversification de leur répertoire sexuel. Aujourd’hui encore, les jugements sur la sexualité des femmes et des hommes diffèrent : alors que l’accumulation de relations éphémères peut être valorisée chez les hommes, les femmes qui enchaînent les expériences sont exposées au risque d’être stigmatisées pour leur comportement. Ainsi, les femmes trouvent dans les sites et applications de rencontre le moyen de vivre des expériences courtes sans s’exposer à leur entourage, ce qui leur permet de conserver une image « sexuellement modérée ».

  • 3 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minui (...)

4Malgré leur diffusion assez uniforme dans la population, les services de rencontre en ligne ne sont pas appropriés de la même manière par les individus, selon leurs caractéristiques sociales et démographiques. Le comportement sur les services de rencontre en ligne est ainsi fortement déterminé par l’appartenance sociale et le niveau de diplôme. Cette différenciation des usages explique que les rencontres en ligne sont aussi homogames que celles réalisées hors ligne. Ce clivage social s’exprime d’abord dans le profil puisque les codes de présentation de soi diffèrent d’un milieu à l’autre. Les photographies traduisent ces différences de normes. Dans les milieux populaires, les photographies sont souvent des selfie pris au domicile, où le visage de l’individu apparaît de face et souriant, en cohérence avec « l’esthétique fonctionnelle »3 à l’œuvre dans ces milieux : les photographies n’ont pas d’autres objectifs que la présentation de soi. Au contraire, les photographies des utilisateurs mieux dotés sont plus sophistiquées : elles mettent en scène l’individu dans un contexte de loisirs ou de sociabilité qui lui permet d’afficher une attitude naturelle (bien que très travaillée). Ces différentes manières de se présenter poussent les utilisateurs à entrer plus souvent en contact avec des individus assez proches d’eux dans l’espace social. Une fois le contact établi, la manière de communiquer en ligne varie aussi très fortement selon le milieu social. Ainsi, seuls les individus assez proches dans l’espace social éprouvent le désir de poursuivre l’échange. À ce titre, la maîtrise du langage écrit (correction orthographique) et le choix des sujets de conversation apparaissent clivant socialement. De la même manière, les codes de la séduction ne sont pas identiques d’un milieu à l’autre : alors qu’il est convenable de manifester explicitement son intérêt pour un partenaire dans les milieux populaires et moyens, cette explicitation est dévalorisée dans les milieux supérieurs, qui pratiquent un rituel de séduction basé sur l’ambiguïté des intentions.

5Enfin, Marie Bergström avance que les services de rencontre en ligne mettent au jour les « termes de l’hétérosexualité ». Elle montre en particulier que les interactions qui s’y déroulent sont marquées par le double standard qui s’applique aux sexualités féminine et masculine. L’hétérosexualité repose sur une vision différentialiste de la sexualité des femmes et des hommes : contrairement aux hommes, les femmes n’apprécieraient pas la sexualité pour elle-même mais seulement la sexualité relationnelle insérée dans le cadre amoureux. De cette vision différentialiste de la sexualité découle la norme sociale de « retenue sexuelle » dont les femmes doivent faire preuve. Ainsi, cette norme détermine les interactions en ligne, lesquelles doivent éviter toute mention explicite de la sexualité : les femmes qui expriment trop clairement leur appétit sexuel sont disqualifiées pour non-conformité à cette norme et les hommes qui affichent trop clairement la nature de leurs intentions sont accusés d’enfreindre la retenue naturelle des femmes. Cette norme conduit beaucoup de femmes à refuser les avances explicitement sexuelles alors même qu’elles ne recherchent pas forcément des relations sérieuses. L’influence de cette injonction à la retenue sexuelle sur le comportement des femmes est renforcée par « l’ombre de la violence masculine ». En effet, dans le cadre hétérosexuel, les femmes courent toujours le risque de se faire imposer des relations sexuelles par la violence. Il est attendu d’elles qu’elles fassent preuve de prudence dans leurs interactions avec les hommes pour se prémunir de ce risque. Cette norme est particulièrement visible dans les services de rencontre en ligne puisque rencontrer des hommes via Internet est considéré comme une pratique potentiellement dangereuse pour les femmes. Ainsi, ces services ne contribuent pas à émanciper la sexualité des normes sociales qui la régulent mais participent au contraire à la perpétuation de ces normes, dont ils constituent un révélateur.

6Au total, l’analyse de Marie Bergström est riche, stimulante et convaincante. Son travail invite à prolonger l’analyse sociologique des sites de rencontre tant du point de vue du genre que des structures sociales.

Haut de page

Notes

1 L’auteure n’ignore pas le dynamisme des services de rencontre en ligne à destination des populations homosexuelles mais limite son analyse à la population hétérosexuelle. Selon elle, ces services bouleversent les pratiques hétérosexuelles plus que les pratiques homosexuelles. En effet, contrairement aux hétérosexuels, les populations gays et lesbiennes fréquentent depuis longtemps des espaces sociaux spécifiquement destinés aux rencontres, ce qui n’était pas le cas de la population hétérosexuelle avant l’apparition des sites et applications spécialisés.

2 Michel Bozon, Wilfried Raut, « De la sexualité au couple. L’espace des rencontres amoureuses pendant la jeunesse », Population, n° 67, 2012, p. 453-490, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-population-2012-3-page-453.htm.

3 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edouard Couëtoux, « Marie Bergström, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualités, couple et rencontres au temps du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 mai 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34477

Haut de page

Rédacteur

Edouard Couëtoux

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales au Lycée Albert Châtelet de Saint-Pol sur Ternoise.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page