Navigation – Plan du site

Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs

Géraldine Bois
Aux frontières du champ littéraire
Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », 2006, 305 p., EAN : 9782717852981.
Haut de page

Texte intégral

1A partir d'une enquête sur les participants à un concours de nouvelles organisé par France Loisirs, Claude F. Poliak, cherchant à saisir les contours d'un univers situé aux marges du champ littéraire et dans lequel évoluent des « aspirants écrivains », commence par souligner l'existence d'« une multiplicité d'offres d'écriture destinées aux profanes ». En jouant sur l'absence d'un droit d'entrée codifié dans le champ littéraire, cette offre s'attribue un pouvoir de consécration des amateurs, suscitant et entretenant chez eux une croyance en un accès possible au champ littéraire. Ainsi le nombre croissant de manuscrits envoyés aux éditeurs n'est-il peut-être pas le résultat d'une augmentation du nombre d'écrivants mais le signe d'une levée de l'autocensure liée au développement de ces offres d'écriture. Selon Claude F. Poliak, tout un univers s'est développé et il se donne à voir au travers de la multiplication des concours, mais aussi des revues, des maisons d'édition à compte d'auteur, des fêtes du livre, des groupes littéraires régionaux, ou encore des ateliers d'écriture et de l'édition de manuels et de guides censés aider les prétendants au titre d'écrivain.

2Si l'idée de « tenter sa chance » est encouragée, les espoirs ainsi créés restent à l'état d'illusions non réalisées. La publication et la large diffusion des nouvelles lauréates du concours de France-Loisirs ne valent pas droit d'entrée dans le champ littéraire et Claude F. Poliak souligne les « faux-semblants » de ce type d'entreprises et les déceptions qu'elles sont susceptibles de provoquer. La participation à ces concours (comme à d'autres entreprises caractéristiques de l'univers des profanes) est avant tout handicapante au regard des critères qui ont cours dans le champ littéraire.

3L'univers des profanes remplit alors un rôle essentiel : tout en suscitant et en entretenant les croyances des profanes, il fonctionne comme un lieu de « consolation » des espoirs déçus.

4L'auteur souligne le fait que cette fonction de « réparation » assurée par l'univers profane n'est pas que littéraire. Les amateurs persévèrent dans l'écriture malgré les déceptions parce que cette activité, comme d'autres activités artistiques ou cultivées, leur permet de réajuster des décalages vécus entre aspirations scolaires, professionnelles et culturelles, et position occupée dans l'espace social.

5L'idée qui guide l'ouvrage de Claude F. Poliak, tant du point de vue théorique que des analyses présentées, est l'interrogation sur l'homologie entre deux univers : le champ littéraire reconnu et l'univers profane de « consolation ». Elle est ainsi amenée, d'une part, à mettre au jour ce qui distingue mais aussi ce qui rapproche auteurs consacrés et amateurs, et d'autre part à mettre en œuvre les mêmes outils théorique et d'analyse pour examiner l'univers profane que ceux habituellement mobilisés en sociologie de l'Art pour étudier le champ littéraire consacré.

6La comparaison qu'elle opère entre les participants au concours et les écrivains les plus reconnus du champ littéraire conduit à plusieurs résultats. Au niveau des différences entre les deux catégories de producteurs littéraires tout d'abord, elle constate que les prétendants sont « démunis des ressources nécessaires pour faire partie du "monde des écrivains reconnus" ». Elle insiste sur la proportion importante de participants au concours appartenant aux milieux populaires par leur profession et sur leur origine sociale modeste au regard des écrivains les plus reconnus du champ. Le second métier des profanes est aussi moins proche du domaine de l'écriture (même si elle note la surreprésentation des enseignants dans sa population) et les prétendants sont aussi moins insérés dans des lieux de sociabilités littéraires. En outre, elle met en évidence des spécificités au niveau des pratiques et contenus d'écriture, en pointant notamment la faible probabilité d'accès des profanes au genre romanesque et leur cantonnement à l'écriture de textes courts (nouvelles, poèmes, contes, etc.).

7Des différences existent aussi au niveau des représentations - ainsi, l'influence revendiquée de la lecture distingue les auteurs très reconnus des prétendants - mais Claude F. Poliak s'attache surtout à souligner des représentations communes. En confrontant les manières dont les deux catégories de producteurs parlent de leur entrée dans l'écriture et de leur expérience littéraire, l'auteur montre que les amateurs peuvent être mus, tout comme les écrivains les plus consacrés, d'une intention esthétique, qu'ils parlent eux aussi de l'écriture comme d'une vocation et d'un besoin précoces, qu'ils peuvent eux aussi accorder de l'importance au travail d'écriture, au lieu, aux moments et aux outils de l'écriture. En outre, écrivains consacrés et prétendants reconnaissent l'importance de l'école dans la genèse de leur goût, et peuvent attribuer les mêmes fonctions à l'écriture (vertu thérapeutique par exemple).

8Les prétendants ne sont pas non plus dépourvus d'héritage culturel et sont qualifiés de « petits héritiers ». L'auteur souligne le fait que des traditions culturelles et artistiques existent dans les familles des enquêtés (y compris en milieu populaire) et qu'elles ont pu se transmettre sous la forme de dispositions cultivées, ou plus largement de dispositions à l'ambition.

9Enfin, au niveau du contenu des textes, Claude F. Poliak rappelle que l'écriture sentimentale basée sur l'authenticité et le vécu, l'écriture de romans d'amour ou régionaux, et l'utilisation d'une syntaxe scolaire ne sont pas réservées aux amateurs et peuvent aussi se retrouver dans certains domaines de la littérature consacrée. Les aspirants écrivains peuvent donc trouver des références qui leur sont proches à l'intérieur même du champ littéraire ce qui participe à l'entretien de l'espoir de pouvoir en faire partie.

10L'objectif d'étudier l'univers des profanes de la même manière que le champ littéraire le plus consacré conduit Claude F. Poliak à mobiliser le concept de « champ ». L'univers des profanes est un « champ des possibles » faits de différentes positions à occuper en fonction d'un habitus et d'une trajectoire. Ne pouvant qu'imiter le champ littéraire sans en permettre l'accès, il est qualifié par l'auteur de « simili-champ ».

11L'enquête, par questionnaire puis par entretiens, permet de mettre au jour des profils contrastés d'écrivains amateurs et partant, des positions différenciées du « simili-champ ». Deux pôles caractérisent schématiquement l'univers profane : le pôle des « écrivains populaires autodidactes » et celui des « intellectuels de première génération ». Les occupants des deux pôles se distinguent au niveau de leurs aspirations, les premiers ne participant que rarement aux concours et n'ayant jamais publié ou tenté de le faire, tandis que les seconds ont fait sans succès des tentatives pour accéder au champ littéraire, publient dans des revues, ou à compte d'auteur, multiplient les concours et participent à des associations littéraires régionales. Là où les premiers attendent un avis voire une évaluation du texte envoyé pour le concours, les seconds voient davantage dans ce concours une porte d'entrée dans le champ littéraire. Le contenu des écrits semble distinguer nettement les amateurs, les premiers écrivant pour exprimer un vécu authentique mais sans maîtriser les règles d'écriture de la nouvelle tandis que les seconds écrivent plutôt de la fiction et font preuve de davantage de maîtrise.

12Cinq portraits précisent, à la fin de l'ouvrage, la présentation de cette diversité des figures possibles d'amateurs. Ces portraits s'organisent eux aussi en fonction de l'appartenance et de la trajectoire sociale des enquêtés et mettent en évidence différents degrés d'aspiration, d'investissement dans le « simili-champ » et de maîtrise de ses règles.

13C'est donc bien la mise au jour du fonctionnement d'un univers spécifique que vise l'étude de Claude F. Poliak. Les producteurs du « simili-champ » ne sont pas isolés mais participent à un même espace, se situent les uns par rapport aux autres, participent aux mêmes concours, lisent les mêmes revues, et se lisent entre eux. Même les moins investis dans cet univers ont selon l'auteur le sentiment « confus » de faire partie d'une communauté d'inconnus, savent en quelque sorte qu'il existe un espace « fait pour eux » et souhaitent plus ou moins en faire partie. Un pouvoir de consécration spécifique caractérise le « simili-champ » : ceux qui y occupent les positions dominantes peuvent à leur tour consacrer des auteurs, créer des concours et des fêtes du livre, et attribuer des prix. Cet univers, tout comme le champ littéraire, est donc un espace hiérarchisé, entre producteurs plus ou moins avertis, entre revues et concours plus ou moins prestigieux, etc.

14Malgré les aspirations de certains prétendants, le « simili-champ » reste cantonné aux marges du champ littéraire et entretient en quelque sorte le confinement de ses membres. C'est « un univers littéraire qui, tout à la fois, les produit, les promeut et les contient ». Qu'il représente le seul espace connu (pour les plus démunis) ou qu'il fonctionne comme une solution de « repli » (pour les plus avertis), il s'agit d'un univers « fait pour eux » dans lequel ils sont sollicités et donc susceptibles de « trouver leur place ». Tout comme Denise Roux, qui fait l'expérience d'une sortie « provisoire » hors de son espace (celui de la presse populaire féminine) pour finalement regagner « sa place », les prétendants n'ont quasiment aucune possibilité de sortir de leur univers d'appartenance. Si le concours étudié est envisagé comme pouvant être « une propédeutique au métier d'écrivain », les marques de reconnaissance prodiguées par le « simili-champ » tendent à ramener les prétendants dans son sein. Le dernier portrait de l'ouvrage présente le cas d'une « prétendante sérieuse » tendue entre des aspirations et des compétences littéraires certaines et son appartenance à un espace local de consolation qui risque de satisfaire ses aspirations en lui permettant d'y occuper les positions dominantes.

15L'univers des écrivains amateurs s'entretient donc de lui-même mais il apparaît aussi utile au champ littéraire pour gérer le trop plein de prétendants et pour protéger ses positions consacrées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bois, « Claude Poliak, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/345

Haut de page

Rédacteur

Géraldine Bois

Géraldine Bois prépare une thèse de sociologie sur les écrivains de la région Rhône-Alpes, sous la direction de Bernard Lahire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page