Navigation – Plan du site

Christophe Apprill, Les mondes du bal

Bénédicte Apouey
Les mondes du bal
Christophe Apprill, Les mondes du bal, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « Ethnographies plurielles », 2018, 170 p., ISBN : 978-2-84016-326-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Desrat Georges, Dictionnaire de la danse. Historique, théorique, pratique et bibliographique depuis (...)
  • 2 Kaeppler Adrienne L., « La danse selon une perspective anthropologique », Nouvelles de danse, n° 34 (...)

1« Danser au bal, c’est faire société », affirme le sociologue et danseur Christophe Apprill dans l’introduction de son ouvrage (p. 12). Prenant ses distances par rapport aux stéréotypes, il définit son objet d’étude, le bal, comme « une assemblée de personnes qui dansent »1 et « une composante de la culture au sens anthropologique » (p. 12-13). Il opère aussi dès le départ une distinction entre « danses de participation » (comme les danses de bal) et « danses de représentation » (dans le cadre de spectacles)2, distinction qui parcourt tout le livre.

2L’ouvrage, fruit d’observations participantes menées par l’auteur en France depuis le début des années 1980, est organisé en cinq parties qui soulignent l’engagement corporel des danseurs lors du bal, leur participation et leurs interactions. Le premier chapitre, « Le bal mode d’emploi », « questionne le sens [de ces] des engagements sensibles » (p. 18). L’auteur montre d’abord que la participation au bal requiert non seulement la mise en œuvre d’un savoir technique (savoir danser) mais aussi une maîtrise des codes sociaux. Soigner son apparence, en s’apprêtant selon son sexe et selon le type de danse pratiquée, participe de ces codes. Relevant les différences de styles entre les danseurs, l’auteur propose ensuite une galerie de portraits : les « frotteurs », les « vieux routiers », les « pédagogues », les « techniciens », les « généralistes », les « séducteurs », les « habitués », etc.

3L’auteur défend ensuite l’idée que le bal est un « mode d’existence », en éclairant cette notion de plusieurs manières. D’abord, le bal va de pair avec un sentiment d’exister, qui transite par les sens. En outre, le bal représente une parenthèse, au cours de laquelle les danseurs abandonnent leur « posture de sujet connaisseur » (p. 41). De plus, le bal crée une « transe de basse intensité » durant laquelle se produit comme un détachement de soi, qui procure un certain bien-être. Enfin, le « mouvement dansé se réalise […] en dehors de la verbalisation » (p. 46) et le logos n’y joue pas de rôle majeur.

4Enfin, analysant le discours de danseurs sur le corps, l’auteur s’oppose à deux croyances. D’abord, il insiste sur le fait que les mouvements du corps ne sont pas « naturels », dans le sens où ils résultent d’une histoire « psychique, sociale et corporelle » (p. 51). Ensuite, Christophe Apprill s’oppose à une idéologie du corps qui le sépare de l’esprit et en fait une source de vérité. Toujours sur le sujet du corps, l’auteur propose de penser le bal à la lumière du vieillissement : danser permet en effet de sortir de l’isolement, de maintenir une sociabilité et de rester en forme.

5Dans le chapitre 2, « Un moment de formation des couples », l’auteur questionne le rôle du bal comme prélude au mariage, souligne sa « typification hétérosexuelle » (p. 71) et montre comment il constitue une « fabrique du genre ». Des travaux statistiques nous révèlent que le bal fut une « institution marieuse » de première importance jusqu’aux années 1970, mais que ce rôle s’est ensuite affaibli. Si le bal reste aujourd’hui un lieu de « drague » propice à la rencontre sexuelle, la recherche d’un partenaire sexuel n’est pas l’unique motivation des danseurs qui le fréquentent : le bal leur permet aussi de se divertir, de mettre à distance leurs contraintes professionnelles, etc. Néanmoins, il « n’en constitue pas moins une mise en tension du soi par le mouvement qui ne s’inscrit pas dans une neutralité sexuée : l’érotisation latente va de pair avec une forte présomption d’orientation sexuelle » (p. 71).

6L’auteur souligne par ailleurs le caractère hétérosexuel du bal : les danses de couple sont une « allégorie du corps à corps hétérosexuel » (p. 71). L’agencement hétérosexuel (qui se manifeste dans les techniques de danse et le savoir-être) demeure la norme dans les bals et, pour l’auteur, « l’hétérosexualité du bal constitue un impensé » (p. 74). L’érotisation hétérosexuelle est omniprésente : la danse occidentale expose et renforce les différenciations entre les sexes qui sont conformes aux stéréotypes.

7Enfin, le bal est une « fabrique du genre » (p. 76). En effet, les professeurs de bal ont coutume de dire que, dans la danse, « l’homme guide et la femme suit ». Les hommes sont ainsi en position de maîtrise, et la domination masculine est intériorisée par les femmes. L’auteur évoque rapidement des transformations récentes qui remettent en question ces rites : par exemple, une alternative queer s’est développée au tournant des années 2000 dans le milieu de la salsa et du tango.

8Dans le chapitre 3, « Les mutations du bal », l’auteur souligne plusieurs évolutions des bals au cours des dernières décennies. La première évolution qu’il met en exergue est la spécialisation des bals, qui sont devenus des « sous-cultures dédiées à des types de danses » spécifiques (p. 88). Ce contexte de « monomanie » contraste avec le caractère polyvalent du « bal populaire ». Une deuxième mutation est liée à la durée du bal, qui peut maintenant dépasser une soirée ou nuit pour s’étaler sur plusieurs jours, lors de rassemblements spécialisés. Une autre évolution est « l’élargissement des publics » (p. 89) avec la présence de personnes âgées dans des bals fréquentés par des personnes plus jeunes, depuis les années 1980.

9L’auteur relève que les mutations du bal contemporain sont souvent sous-tendues par la professionnalisation de l’enseignement des danses. Cette professionnalisation explique que les bals soient devenus des lieux où les danseurs montrent le fruit de l’enseignement qu’ils ont reçu, tandis que les professeurs « font leur publicité en dansant » (p. 95). Les réseaux sociaux permettent une diffusion des démonstrations des professeurs. La proximité du bal avec la danse de représentation est alors claire : la légitimité des professeurs « n’est pas indexée sur les compétences pédagogiques mais sur l’expérience de la danse en situation de représentation » (p. 96). Cette évolution va de pair avec un processus d’artification : nombreux sont les danseurs de bal qui définissent la danse comme un art. Mais en réalité, de nos jours du moins, le bal est éloigné de la scène artistique, estime Christophe Apprill.

10À la fin de ce chapitre sur les mutations du bal, l’auteur se demande si le bal est toujours « populaire ». Il commente plusieurs aspects de l’attribut « populaire » et conclut que la popularité du bal est relative : en examinant les bals « à l’aune de leur nombre, de la composition des catégories socioprofessionnelles qui les fréquentent et de la simplicité de moyens requis pour y accéder, le caractère populaire des différentes formes de bal contemporain n’est pas massif, mais il n’apparaît pas non plus comme une chimère » (p. 106).

11Le chapitre suivant (« Des danses démocratiques sans aura ») entend montrer que les danses de bal sont accessibles mais bénéficient d’une faible aura. Tout d’abord, en ce qui concerne l’accessibilité, l’âge et la condition physique ne sont pas des obstacles à la pratique de la danse et les pistes de bal n’ont pas de barrières. Pour toutes les danses de bal à l’exception du slow, le seul obstacle est la nécessité d’en apprendre les rudiments. Le manque d’aura des danses de bal auprès des institutions culturelles est quant à lui dû au fait qu’elles « ne sont pas de l’art » (p. 121). L’auteur reprend alors la distinction entre les danses de bal et « la danse », au sens de création artistique. Cette opposition reflète l’écart entre culture et éducation populaire, ou encore entre « création artistique » et créativité. L’auteur conclut le chapitre en montrant que, malgré le manque d’aura du bal, les institutions culturelles apprécient les valeurs de concorde et de sociabilité qui lui sont associées.

12Le dernier chapitre, « Danse et musique : des faux frères », a trait à la dissymétrie entre danses de bal et musique. Alors que la danse est fréquemment présentée comme subordonnée à la musique, l’auteur avance que les études académiques sur la musique amateur ne sauraient servir de socle à celles sur les danses de bal. En effet, la différence entre danse et musique est forte, parce que les danses de bal ne se constituent pas en référence à « une histoire qui serait encadrée par un processus institutionnel » (p. 153) et parce qu’elles mobilisent fortement les sens.

13Les nombreuses références empruntées à différents domaines (sociologie, psychanalyse, histoire, littérature, etc.) font à notre avis tout l’intérêt de ce livre. De plus, l’explicitation du phénomène de hiérarchie implicite entre hommes et femmes et la mise en lumière du caractère « monomaniaque » du bal actuel sont particulièrement intéressants à nos yeux. On peut cependant regretter que l’ouvrage laisse peu de place aux points de vue des participants au bal (danseurs, professeurs, DJs, organisateurs). Par exemple, en ce qui concerne l’artification, il aurait été intéressant de rapporter les opinions de DJs et de professeurs qui se présentent comme des « artistes ». De même, il nous aurait semblé bienvenu de montrer comment la répartition des rôles entre sexes (domination masculine) et la norme hétérosexuelle se traduisent dans les discours des participants. De plus, les phénomènes de recomposition des rôles masculin et féminin (ou encore les danses entre femmes ou entre hommes) mériteraient certainement une étude en soi. Finalement, nous aurions été intéressée, à titre personnel, par une exploration du lien entre les caractéristiques individuelles des danseurs (histoire personnelle, statut socioéconomique, etc.) et leurs modes de participation au bal (choix de la danse, mise en œuvre des codes sociaux, usage du corps, etc.). En dépit de ces quelques regrets, Les mondes du bal reste un ouvrage très riche permettant de bien appréhender comment les danses de bal « font société sans pour autant constituer un enjeu de société » (p. 155).

Haut de page

Notes

1 Desrat Georges, Dictionnaire de la danse. Historique, théorique, pratique et bibliographique depuis l’origine de la danse jusqu’à nos jours, Genève, Éditions Slatkine, 1980 [1895].

2 Kaeppler Adrienne L., « La danse selon une perspective anthropologique », Nouvelles de danse, n° 34-35 (« Danse nomade »), 1998 [1978].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Apouey, « Christophe Apprill, Les mondes du bal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 17 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34502

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Apouey

Chargée de recherche au CNRS en économie à l’École d’économie de Paris. Chercheuse en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page