Navigation – Plan du site

Charles-François Mathis, Geneviève Massard-Guilbaud (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours

Adèle Sébert
Sous le soleil
Charles-François Mathis, Geneviève Massard-Guilbaud (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Homme et société », 2019, 391 p., ISBN : 979-10-351-0304-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mix énergétique d’un pays est la répartition des sources d’énergies primaires qu’il utilise.
  • 2 Sur ce point, les auteurs s’affilient au travail de Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage, Daniel H (...)

1Le thème de la transition est dans l’air du temps, et plus particulièrement celui de « la transition énergétique ». Mais de quoi parle-ton réellement ? Étant donnés les différents mix énergétiques possibles1, pourquoi ne pas parler « des » transitions énergétiques ? Cet ouvrage collectif propose de répondre à cette question en revenant sur la variabilité des modalités des transitions énergétiques dans l’histoire de l’énergie. Il n’y a pas « une » histoire de l’énergie, pas plus qu’il n’y a « une » façon de l’écrire. C’est le point de départ de l’ouvrage et l’objet de la première contribution (Geneviève Massard-Guilbaud). Si, dès le XIXe siècle, l’histoire de l’énergie suscite un intérêt, elle se focalise alors sur une lecture par les sources d’énergie et les filières énergétiques ; cette histoire suscite en France un regain d’intérêt depuis les années 1980, selon une lecture qui se construit de plus en plus à partir des systèmes énergétiques (comprenant ainsi les étapes allant de l’extraction des ressources à leur consommation, en passant par leurs conversions, transport et stockage). Plus précisément, l’ambition de cet ouvrage est d’interroger la diversité des mobilisations et des partages de l’énergie au prisme des sciences humaines et sociales, et ainsi de moins centrer la discussion sur les sources d’énergie que sur les systèmes énergétiques dans lesquels elles s’insèrent2. En effet, la prégnance des alertes sur le réchauffement climatique, sur les effets de l’utilisation des énergies fossiles et sur l’épuisement des ressources invite à « étudier les rapports que les sociétés ont entretenus avec l’énergie disponible autour d’eux, à comprendre comment ces sociétés ont pensé (ou pas) cette énergie, comment elles l’ont mobilisée (ou pas), et comment nous en sommes arrivés au régime énergétique qui est le nôtre aujourd’hui, dont il est urgent de sortir » (p. 8). Le parti pris des auteurs est ainsi de structurer les contributions autour de quatre sections thématiques non chronologiques. C’est ainsi moins la perspective chronologique que la compréhension des mécanismes sous-tendant les modalités des systèmes énergétiques qui intéresse les auteurs. En conséquence, quelle que soit la période et quel que soit l’espace géographique étudiés, le point commun à toutes les contributions est qu’elles interrogent les modalités de mobilisation des énergies primaires (quelles énergies choisir, comment les prélever si elles sont inaccessibles ou comment les utiliser si elles sont directement présentes dans l’environnement, quelles techniques utiliser, en quoi cela modifie l’organisation sociale…), de consommation (comment penser les liens entre quantité d’énergie et niveau de consommations énergétiques, en quoi des acteurs privés ou publics parviennent à influencer les niveaux de consommation des individus…), ainsi que les trajectoires de transition énergétique et les enjeux de légitimation des systèmes énergétiques (y a-t-il une source d’énergie plus légitime qu’une autre à un moment donné et selon qui et pourquoi, comment appuyer théoriquement et empiriquement le choix d’une énergie plutôt qu’une autre…).

2La première partie (« Mobiliser ») revient sur l’hypothèse de départ des auteurs : c’est moins l’énergie qui est au centre de l’analyse que les moyens disponibles pour l’utiliser (l’extraire, la transformer, la stocker, la transporter, la consommer). Pour prendre un exemple, la contribution de Marie-Claude Prémont brosse près d’un siècle (de la fin XIXe siècle à la dernière partie du XXe siècle) de développement de l’hydroélectricité à Shawinigan, au Canada. En particulier, l’auteure montre comment la structuration de ce secteur de l’électricité s’est réalisée grâce à différents degrés d’entente entre les pouvoirs publics et l’entreprise productrice Shawinigan Water & Power (SWP). Ces ententes concernaient tantôt l’utilisation de la rivière Saint-Maurice par SWP, tantôt les tarifs de vente d’électricité aux consommateurs et aux autres entreprises du territoire, tantôt la fiscalité appliquée par la municipalité. Cette première partie propose ainsi des contributions dont le dénominateur commun réside dans l’interrogation des capacités des entreprises ou de la puissance publique à se saisir des sources d’énergie de leur environnement ainsi que des raisons qui les y poussent, à différentes périodes et dans différents espaces. Il s’agit de s’adapter à la ressource telle qu’elle est disponible (Christina Spiztbart-Glasl, Verena Winiwarter), mais parfois aussi de créer les conditions techniques, économiques, sociales et politiques pour la rendre disponible (Marc Landry), que ce soit à des fins commerciales (On Barak) ou militaires (Ana Cláudia Silveira). Dans tous les cas, la dépendance vis-à-vis des circonstances environnementales est mise en avant et conditionne les modalités de mobilisation de l’énergie. Les auteurs concluent que la mise en place de convertisseurs, à un moment donné et dans un espace donné, ne s’est pas faite « seule » ou « par hasard » : elle nécessite la prise en compte et l’adaptation à un contexte géographique, contexte qui se combine à des enjeux sociaux, économiques, politiques, voire parfois militaires.

  • 3 La question de l’accès aux données des siècles passés, des conditions de leur production et de leur (...)

3La deuxième partie (« Consommer ») examine les liens entre quantité d’énergie disponible et consommation de celle-ci, en supposant que ce n’est pas parce qu’il y a plus d’énergie primaire disponible qu’elle est plus consommée, et inversement. Différents moyens existent pour ce faire. Richard W. Unger ouvre ainsi cette partie en adoptant une entrée par le métabolisme énergétique pour mesurer les liens entre énergie consommée et quantité de bière fabriquée au XVe siècle en Angleterre. Pour en rendre compte, l’historien doit cependant avoir un accès aux données, et de préférence à des données « de qualité » ; c’est une des limites à sa contribution mais l’intérêt de son étude réside moins dans le chiffre final que dans la méthodologie utilisée et les questionnements soulevés3. La consommation de la ressource n’est pas anodine, elle requiert une transformation préalable de cette ressource, ce qui renvoie aux modalités de fonctionnement du convertisseur (Stéphane Palaude), mais elle s’inscrit aussi dans le cadre d’une réponse à un « besoin » économique et social (Alexandre Fernandez), construit et situé au cœur d’intérêts d’acteurs privés et publics (Ines Charlotte Mosgalik ; Yves Bouvier). La consommation est donc plurielle et appelle une analyse globale à la fois des énergies qu’elle sollicite, des convertisseurs qu’elle mobilise et des acteurs qui s’organisent autour d’elle.

4La troisième partie se consacre alors logiquement aux « transitions ». Elle questionne l’évolution des énergies mobilisées et les façons de les consommer, c’est-à-dire les systèmes énergétiques. Ainsi Moïse Williams Pokam Kamdem propose, par exemple, une contribution sur la production électrique au Cameroun et insiste sur le fait que, de 1931 à 2013, cette production s’est faite par plusieurs degrés de combinaison entre l’hydroélectricité et la thermoélectricité, sans que l’une ne disparaisse complètement au profit de l’autre, même si la question de la substitution a toujours été et reste encore présente. Plus largement, dans cette troisième partie, que ce soit à travers l’étude du contexte d’un (ou de plusieurs) passage(s) d’une énergie à l’autre dans un même espace (Richard Oram ; Philippe Lardin), ou à travers l’étude de plusieurs transitions dans un même espace (Cédric Humair), les auteurs concluent à la non-évidence économique, politique, sociale et technique des changements de systèmes énergétiques (Jean-Yves Puyo ; Andrew Pickford). En d’autres termes, les usages différents de la ressource impliquent une transition plurielle.

  • 4 L’effet rebond renvoie au fait qu’un gain d’efficacité énergétique peut entraîner une hausse des qu (...)

5Partant du constat de la diversité des systèmes énergétiques et de ce qu’ils combinent (énergies, acteurs, filières énergétiques, formes de consommation…), la dernière partie de l’ouvrage (« Comprendre, débattre, mesurer ») met en lumière les questionnements sur la façon de rendre compte de la diversité de ces transitions. Ces questionnements ne sont pas nouveaux et ont fait l’objet depuis le XIXe siècle d’une littérature académique en économie. C’est l’objet de la contribution d’Antoine Missemer. Il explique notamment que les interrogations sur les effets d’un passage aux énergies fossiles ne datent pas de 1931 avec les travaux de Harold Hotelling mais s’enracinent dans ceux de W. Stanley Jevons en 1865. Dans la riche analyse de Jevons détaillée par Antoine Missemer, le risque d’un effet rebond4 dans les consommations d’énergie attire l’attention car il est toujours d’actualité dans la pensée économique. En dehors de cette littérature, l’histoire est aussi jalonnée d’expérimentations techniques et statistiques (Renaud Bécot ; François Jarrige ; Alexis Vrignon) pour légitimer un discours et une stratégie économiques, politiques et sociales, en termes de trajectoire de systèmes énergétiques. L’ensemble de ces dernières contributions, leurs objets et le traitement qu’elles en font, éclairent le lecteur sur les possibilités offertes par les sciences sociales pour produire un discours qui remette en cause ce qu’on pourrait appeler les « évidences énergétiques ».

6La dernière contribution (Charles-François Mathis) rappelle la place des contraintes environnementales dans la mobilisation de l’énergie : s’il y a certes un enjeu économique, social et technique derrière les systèmes énergétiques, ces derniers prennent sens également au sein de contraintes biologiques, créant une forme de dépendance aux circonstances naturelles. L’innovation technique apparaît ainsi comme nécessaire mais non suffisante pour améliorer l’efficacité énergétique et augmenter les sources d’énergie utilisables. Quelle que soit la période étudiée, plusieurs enjeux sont décelés à travers la collection de ces contributions : la possession de l’énergie ou du convertisseur adéquat, ce qui suppose de passer par une forme de contrôle social, politique et économique ; la prise en compte du bien commun et son éventuelle contradiction avec les intérêts privés, du fait de l’inégale répartition des ressources ; la capacité des sociétés à maîtriser la dépense énergétique, notamment dans le contexte environnemental actuel ; l’organisation sociale et le système d’aménagement territorial comme modalités d’existence des systèmes énergétiques ; un questionnement global sur les transitions, les cas présentés montrant que l’explication des transitions n’est pas univoque.

7D’une manière générale, et c’est l’argument final de l’ouvrage, aborder les transitions énergétiques par une entrée en termes de systèmes énergétiques revient à interroger la place de l’acteur (qu’il relève du marché, de l’État ou de la société civile) dans les trajectoires de transition. L’histoire de l’énergie n’est ni immuable, ni linéaire, ni figée : elle se pense à partir de l’ensemble des acteurs des systèmes énergétiques, elle se pense à partir de la diversité des situations qu’elle recouvre, et elle se pense à partir d’une approche territorialisée, complexe et globale.

Haut de page

Notes

1 Le mix énergétique d’un pays est la répartition des sources d’énergies primaires qu’il utilise.

2 Sur ce point, les auteurs s’affilient au travail de Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage, Daniel Hémery, Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986. Cet ouvrage, actualisé en 2013, a fait l’objet d’un numéro de la revue Écologie & Politique : Jean-Paul Deléage (dir.), « Les servitudes de la puissance : conflits énergétiques », Écologie & Politique, n° 49, 2014 ; compte rendu de Martin Denoun pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/16658.

3 La question de l’accès aux données des siècles passés, des conditions de leur production et de leur possible destruction et peut-être de leur restauration est au cœur de toutes les contributions et permet de réintégrer l’ouvrage dans les débats sur ce qui « fait science » dans les travaux des sciences humaines et sociales.

4 L’effet rebond renvoie au fait qu’un gain d’efficacité énergétique peut entraîner une hausse des quantités d’énergie consommées puisque d’un côté l’efficacité énergétique réduit le coût unitaire de la consommation d’une même quantité d’énergie, et d’un autre côté il y a une multiplication des usages énergétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Sébert, « Charles-François Mathis, Geneviève Massard-Guilbaud (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34536

Haut de page

Discipline

Histoire

Économie

Science politique

Droit

Géographie

Haut de page

Rédacteur

Adèle Sébert

Doctorante en économie à l’Université de Lille, laboratoire CLERSÉ (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, UMR 8019, CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page