Navigation – Plan du site

Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération

Éric David
La France « virile »
Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, coll. « Petite Biblio Payot - Histoire », 2019, 421 p., 1re éd. 1999, ISBN : 978-2-228-92263-0.
Haut de page

Texte intégral

1En cette période où l’opinion publique et les médias tendent à se focaliser sur les violences faites aux femmes, et plus largement à s’interroger sur leur condition, la réédition – en livre de poche – de l’ouvrage de Fabrice Virgili consacré aux « femmes tondues à la Libération » se révèle plutôt opportun, et précieux à bien des égards. Issue d’une thèse de doctorat en histoire soutenue en 1999, éditée en 2009 puis en 2014, cette nouvelle édition semble donc attester de l’importance du sujet, du moins de l’importance symbolique attachée à un aspect historique qui, loin d’être anecdotique, a frappé durablement les esprits.

2Soucieux d’éviter les « explications focalisées sur des apparences spectaculaires et tronquées » (p. 8), et souhaitant donner une vision complète du phénomène, Fabrice Virgili s’est évertué à « définir cet objet à partir de sa réalité factuelle afin que son caractère massif ne soit plus de l’ordre du sentiment mais de son inscription dans l’espace et le temps » (p. 81). Ainsi, s’il est par exemple coutumier d’associer l’image des tontes à la Libération, la vérité consiste aussi à dire que cet épisode s’est étalé, en réalité, sur une période de… trois ans, de juin 1943 à mars 1946 ! Comme le signale l’historien, « longtemps ignorées, les tontes de l’Occupation montrent que derrière une spontanéité trop souvent alléguée, un évènement massif et profond se dessinait » (p. 103). Cette précision chronologique – qui relativise donc le mythe de l’acte éphémère – peut surprendre. Mais le thème n’a pas reçu un écho historiographique certainement suffisant.

3Dans l’imaginaire collectif, les femmes tondues sont invariablement associées à la collaboration avec l’ennemi, en l’occurrence le soldat allemand : cette collaboration est-elle économique, politique, idéologique… ? C’est surtout la collaboration « intime », celle d’ordre sexuel et/ou sentimental qui est reprochée aux tondues (pour 57% d’entre elles) et qui trouve dans l’expression « collaboration horizontale » une postérité imagée. Pour autant, le simple fait de s’afficher ou de commercer avec les Allemands suffit à qualifier cette collaboration de la sorte !

4Pour Fabrice Virgili, si la « collaboration au féminin est l’objet d’un discours spécifique, distinct de celui touchant les hommes » (p. 47), la tonte, elle, devient alors le châtiment exclusif des relations avec les Allemands. L’historien se veut précis et nuancé : « la coupe des cheveux n’est pas le châtiment d’une collaboration sexuelle, mais le châtiment sexué de la collaboration ».

  • 1 …et aussi quelques hommes, perçus comme « défaillants » et à qui l’on reproche un manque de courage (...)

5Pratiquées sur tout le territoire national, les tontes se déroulent dans les villes (sur les places, devant les mairies, parfois dans les gares et même devant les monuments aux morts) comme dans les campagnes, qui sont davantage des zones d’incertitude. Paradoxalement, les tontes ne laissent derrière elles, ni procès-verbal, ni dossier classé ou archive, alors qu’elles touchent pourtant plus de vingt-mille femmes1. Mais au regard de la totalité de la population féminine française (âgée de plus de quinze ans), la proportion de tondues se réduit en fait à… 0,12% ! Le chiffre peut sembler dérisoire : le traumatisme n’en reste pas moins prégnant dans les consciences.

  • 2 Excepté dans le département du Languedoc, où les tontes sont exécutées dans un cadre quasi légal : (...)

6Peu nombreuses sous l’Occupation, les tontes – qui marquent la Libération de leur empreinte – sont « totalement absentes de la geste de la Résistance », même si certains des acteurs ont pu le croire. Sans effet sur le cours de la guerre, les tontes traduisent avant tout une haine de la collaboration, associée à une revanche sur les femmes. Durant les « journées libératrices », on observe une urgence à tondre : moment d’action collective et publique, les acteurs y sont nombreux et divers. Hormis le tondeur, on distingue un premier cercle, jeune et masculin, accompagnant la tondue ; le deuxième, plus varié, mélange hommes, femmes, enfants et vieillards ; un troisième cercle, en arrière-plan, observe la scène de manière plus passive, au contraire du photographe qui, lui, va jusqu’à organiser des séances de pose ! Enfin, les policiers et les gendarmes jouent aussi un rôle clé dans le déroulement des tontes : arrêter, garder et escorter. Les tontes mobilisent donc de nombreuses personnes et cet aspect organisationnel et méthodique leur confère un caractère quasi officiel. Pourtant, il n’existe pas de trace réelle de décision collective2 de la part des autorités pour organiser ces tontes qui, en général, se déroulent… dans les lieux où le pouvoir est présent !

7Comment appréhender ces actes ? Au travers des tontes, il s’agit d’abord d’impressionner la population par une démonstration de force et ainsi d’asseoir une nouvelle autorité ; mais il s’agit aussi d’un moment de violence collective exercée envers l’ennemi : la tonsure se situe dans le prolongement symbolique ou/et réel immédiat du combat, dans lequel les alliés préfèrent d’ailleurs ne pas ou ne plus s’immiscer.

  • 3 Selon l’auteur, les viols ne s’inscrivent jamais dans le prolongement des tontes, quand elles sont (...)

8Il est une évidence : les tontes portent atteinte à l’intégrité physique des personnes visées et s’exercent sous la contrainte ou par la force. Mais la douleur ressentie par les victimes, humiliées par ce marquage, est surtout une violence d’ordre psychologique, d’ailleurs niée par les exécuteurs qui estiment pratiquer la tonte « au nom de la loi ». Des cas de violences extrêmes (torture) sont pourtant rapportés3, et on ne saurait oublier, plus généralement, la violence de la foule qui, avec ses crachats, ses huées et ses coups, stigmatisait les collaboratrices, souvent « plus coupables de ne pas avoir souffert que d’être réellement complices des violences de l’occupant » (p. 204) : les cas de vengeance personnelle, éloignés de toute considération politique, ne sont en effet pas rares…

9À suivre certains historiens, notamment Peter Novick, les tontes de femmes (peinturlurées parfois de croix gammées) auraient été des instruments de salut pour certains hommes collaborateurs qui, probablement, étaient voués à la mort. Ce « dérivatif à la surexcitation née du désir d’exécution », fut évoqué par Paul Eluard : « en ces temps-là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait les filles. On alla même jusqu’à les tondre », écrit le poète en 1944 (Comprenne qui voudra).

10Fabrice Virgili estime qu’il n’existe pas de profil unique de la tondue, mais que des tendances peuvent toutefois se dégager. L’âge moyen des femmes se situe aux alentours de vingt-neuf ans ; plus généralement célibataires, elles occupent un emploi dans des métiers indispensables au bon fonctionnement de l’administration allemande : métiers de service et de santé, emplois administratifs (secrétaires, interprètes), professions intellectuelles (institutrices) et de commerce (restauratrices, hôtelières) sont davantage représentés, à l’inverse des ouvrières et des agricultrices. En soi, aucune profession ne condamne les femmes à la tonte : le clivage se situe en fait non dans une distinction sociale entre « pauvres filles » et femmes plus aisées mais dans la proximité à l’ennemi ; les prostituées sont par définition épargnées.

  • 4 Perrot Philippe, Le travail des apparences. Le corps féminin (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Seuil, 1 (...)
  • 5 Cette pratique de la tonte, précise l’historien, n’est en rien une invention de la Libération. Pour (...)
  • 6 Pratiquées dans une cinquantaine de villes, les dénudations ont été le résultat d’initiatives indiv (...)

11Incontestablement, cette violence est attentatoire au féminin. « Signe ancestral de la féminité »4, la chevelure est une dimension essentielle de l’apparence. Or, avec ce « châtiment capillaire sexué » – qui est loin d’être inédit5 – s’opère une modification radicale du paraître, et par suite un processus de désexualisation permettant à la communauté de se réapproprier un corps coupable, que l’on n’hésite pas à insulter (« salopes », « putains »…) en public : hormis les tontes clandestines ou celles effectuées en prison, la présence de la foule, conviée au « spectacle », fait partie du châtiment. Présentées debout et sur un lieu rehaussé, les femmes sont parfois même dénudées, ce qui rend l’humiliation encore plus insupportable au milieu des siens6. Des traitements analogues ont été observés pour quelques hommes collaborateurs, mais leur signification diffère : la sexualité n’est mise au premier plan que pour les femmes car seul leur corps est un enjeu de réappropriation. En faisant du corps le miroir d’une laideur morale intérieure, la tonte participe d’un processus d’enlaidissement des femmes qui leur stipule, de fait, l’exclusion de la Nation en tant que Françaises, mais surtout en tant que femmes en pointant l’immoralité de leur vie privée (mauvaise mère, épouse adultérine…) ; en somme, c’est une manière pour les hommes d’assurer la perpétuation d’un contrôle de la sexualité des femmes en leur interdisant toute autonomie.

12Ce n’est donc pas un hasard si Fabrice Virgili a intitulé son ouvrage La France « virile », l’historien souhaitant mettre en avant un aspect essentiel des tontes : elles ont été le ciment d’une « reconstruction identitaire ». Certes, les tontes ont participé à l’affirmation d’un temps commun patriotique et purificatoire ; certes, elles ont sanctionné une sexualité déviante dont l’objectif était d’exclure leurs auteures de la communauté nationale. Mais surtout, les tontes sont l’expression d’une « virilité retrouvée » qui avait été battue en brèche, et elles mettent en lumière la question des relations entre les femmes et les hommes français, lesquels, humiliés dans leur domaine de prédilection (la guerre), furent incapables d’assurer la protection du pays. Dans ce contexte tendu, il n’y a donc pas de surprise à voir émerger une posture masculine nouvelle, « guerrière » et « phallocratique », sur laquelle on ne doit, là aussi, pas s’illusionner : pour certains (notamment les « résistants de septembre »), les tontes sont, à ce moment précis, l’occasion de s’intégrer opportunément et à peu de frais à un collectif combattant...

13Loin d’être un processus linéaire et brutal, la disparition des tontes ne cesse pas une fois passée la Libération : il arrive encore que des tondeurs, zélés et isolés, interviennent par effraction au domicile de femmes. Mais à partir de l’automne 1944, la réprobation des tontes se fait de plus en plus entendre, et au fur et à mesure de la restauration de l’État, la persistance de ces actes pose problème aux autorités, d’autant que c’est à compter de cette période que des plaintes sont déposées par des femmes tondues ou par leur famille.

14A priori, les tontes n’existant ni dans les archives, ni dans aucun inventaire, Virgili a donc dû faire appel aux documents les plus divers : l’historien dit avoir utilisé des sources variées, contemporaines ou postérieures à l’évènement, et provenant de témoins directs ou indirects ; donc, des sources de valeur potentiellement inégale.

  • 7 Brossat Alain, Les Tondues. Un carnaval moche, Levallois-Perret, Éditions Manya, 1992.

15Malgré cette donne, Fabrice Virgili a pourtant réussi à élaborer un document remarquable de rigueur et de méticulosité. Doté d’une bibliographie monumentale, agrémenté de cartes, de graphiques et de tableaux statistiques, l’ouvrage offre aussi, au détour d’anecdotes ou de témoignages, des photos qui permettent de bien visualiser l’aspect sordide d’un épisode de l’histoire de France que l’on a parfois appelé, pudiquement, « un carnaval moche »7.

Haut de page

Notes

1 …et aussi quelques hommes, perçus comme « défaillants » et à qui l’on reproche un manque de courage ou une absence de virilité combattante (p. 75 à 81).

2 Excepté dans le département du Languedoc, où les tontes sont exécutées dans un cadre quasi légal : elles devaient être motivées, pratiquées par des personnes autorisées et se dérouler sans manifestation ostentatoire.

3 Selon l’auteur, les viols ne s’inscrivent jamais dans le prolongement des tontes, quand elles sont publiques. Toutefois, on peut faire observer que si la découverte de cas ne permet pas de prétendre à une exhaustivité du phénomène, à l’inverse, l’absence de mentions interdit de conclure au non-déroulement de cette violence…

4 Perrot Philippe, Le travail des apparences. Le corps féminin (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Seuil, 1984.

5 Cette pratique de la tonte, précise l’historien, n’est en rien une invention de la Libération. Pour plus d’informations à ce sujet, voir les développements de Virgili aux pages 230 à 235 et 270 à 275.

6 Pratiquées dans une cinquantaine de villes, les dénudations ont été le résultat d’initiatives individuelles combinant voyeurisme et sadisme : plus que pour les tontes, elles ont provoqué un réel dégoût (p. 239 à 244).

7 Brossat Alain, Les Tondues. Un carnaval moche, Levallois-Perret, Éditions Manya, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34568

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Université Paris Nanterre) – fonctionnaire d’État (Paris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page