Navigation – Plan du site

Claire Crignon, David Lefebvre (dir.), Médecins et philosophes. Une histoire

Paul-Arthur Tortosa
Médecins et philosophes
Claire Crignon, David Lefebvre (dir.), Médecins et philosophes. Une histoire, Paris, CNRS, 2019, 512 p., ISBN : 978-2-271-09287-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu général du champ, les auteurs renvoient à Salomon Miriam, Simon Jeremy R. et Kincaid (...)

1Cet ouvrage collectif, qui fait suite à un colloque organisé en 2015, interroge les relations entre philosophie et médecine « dans le champ de l’épistémologie plutôt que dans celui de l’éthique » (p. 9). Ce parti-pris vise à faire un pas de côté vis-à-vis de l’immense littérature sur la bioéthique au profit d’une réflexion sur « la médecine, son statut, ses méthodes, son rapport aux autres domaines du savoir » (p. 10)1. Ce projet intellectuel possède deux dimensions. La première, qualifiée « d’architectonique », vise à déterminer si la médecine est une discipline autonome ou subordonnée à d’autres formes de savoir (philosophie, science naturelle, physique). La seconde, dite « méthodique », consiste en une réflexion sur le type de rationalité spécifique à la médecine, qui ne relève ni de la science ni de l’art.

2Les contributions suivent une approche chronologique. Une première section, allant de Platon au début de la période moderne, est consacrée à l’étude des textes antiques et de leur réception dans les mondes occidentaux et islamiques. Tout d’abord, Thomas Auffret montre que, selon Platon, la pratique médicale s’exerce dans un monde sensible incertain et possède à ce titre une part stochastique, ce qui explique qu’elle puisse connaître l’échec tout en s’appuyant sur des théorèmes vrais (p. 19-49). Ensuite, David Lefebvre souligne l’ambiguïté de la position d’Aristote relativement à la médecine. D’une part, le Stagirite insiste sur la quasi identité entre les médecins « les plus philosophes » et les naturalistes « les plus distingués » ; d’autre part, il reconnaît l’expertise des physiciens relativement à la santé et à la maladie tout en insistant sur la séparation entre médecine et physique (p. 51-83). Par ailleurs, Pierre Pellegrin soutient que les médecins empiriques sont les seuls du monde antique à mériter le qualificatif comtien de « positifs », car ils cherchaient moins des victoires rhétoriques que des succès thérapeutiques (p. 85-107). Les trois articles suivants sont consacrés à Galien et ses commentateurs. Premièrement, Véronique Boudon-Millot explique que ce dernier considère la philosophie comme indispensable aux médecins car elle enseigne la capacité à débattre et argumenter (p. 109-128). Deuxièmement, Riccardo Chiaradonna souligne l’importance pour Galien des notions communes et du langage ordinaire dans le développement de la médecine : selon le médecin de Pergame, les connaissances scientifiques ne sont pas une simple explication rationnelle du sens commun, mais elles ne peuvent pas non plus véritablement le contredire (p. 129-145). Troisièmement, Pauline Koetschet s’intéresse à la pensée d’Abû Bakr al-Râzî (m. 925) qui, tout en s’inscrivant dans l’héritage galénique, élargit le champ de la médecine en la rattachant à la métaphysique (p. 147-169). À l’inverse, Joël Chandelier démontre que, chez Averroès (m. 1198), la médecine est subordonnée à la science naturelle (p. 171-195). Cette vision de la médecine comme subordonnée à la philosophie naturelle se retrouve également chez les commentateurs italiens d’Aristote du XVIe siècle, ajoute Roberto Lo Presti (p. 197-223), tandis qu’Adelino Cardoso explique que chez Rodrigo de Castro (1546-1627) les versants architectoniques et méthodiques du débat sont liés : la médecine est indissociable de la philosophie en tant que réflexion éthique et pratique rigoureuse du raisonnement, ce qui fonde sa supériorité sur le droit (p. 225-244). Les contributions suivantes, consacrées à la seconde moitié de la période moderne, ne dialoguent pas véritablement entre elles. Tout d’abord, Claire Crignon souligne que la pratique médicale peut nourrir la réflexion philosophique, arguant que « la réflexion de Locke médecin sur le statut de la diversité a sans aucun doute joué un rôle dans sa manière d’aborder le problème de la diversité des croyances religieuses » (p. 245-269, citation p. 267). Stefanie Buchenau montre ensuite que Kant tente de résoudre la tension entre médecine et philosophie par l’élaboration d’une diététique entendue comme « art de vivre », à mi-chemin entre les deux disciplines (p. 269-293). Marie Gaille propose en outre une analyse de la réception par Cabanis (1757-1808) de la formule hippocratique « transporter de la philosophie dans la médecine et de la médecine dans la philosophie » (p. 295-319). Elle interroge « l’alliance épistémologique » proposée par le médecin français, « indispensable pour permettre à l’une et l’autre de devenir ce qu’elles doivent être : un art de guérir fondé sur un savoir issu de l’observation raisonnée ; une anthropologie ancrée dans la connaissance physiologique de l’être humain » (p. 318).

3Passant à la période contemporaine, Stéphanie Dupouy et Thibaud Trochu s’intéressent aux carrières de normaliens philosophes devenus psychiatres dans la première moitié du XXe siècle. Ils soulignent notamment le rôle clé de Théodule Ribot (1839-1916) dans le développement d’une tradition philosophique soucieuse de fonder la psychologie dans l’étude de la physiologie et rompant ainsi avec la métaphysique. De plus, un de ses disciplines – Georges Dumas – organise des présentations de cas à l’hôpital Saint-Anne destinées aux étudiants de philosophie et de médecine de la Sorbonne. Ces dernières occupent une place essentielle dans la formation de nombreux philosophes de l’après-guerre comme Merleau-Ponty, Sartre, Foucault ou encore Canguilhem (p. 321-358). En outre, Barthélémy Durrive revient sur l’œuvre de Canguilhem, qui définit philosophie et médecine comme relevant toutes les deux de la technique. En effet, explique-t-il, cette posture paradoxale fait figure de repoussoir, tant pour les avocats d’une vision de la médecine comme art dépassant sa dimension strictement technique, que pour les défenseurs d’une philosophie comme pratique éthique et pas seulement comme mise en œuvre d’une rationalité absolument externe vis-à-vis des problèmes qu’elle résout. En réalité, nous dit l’auteur, Canguilhem emploie une formule déroutante pour attirer l’attention du lecteur et définir médecine et philosophie dans leurs rapports à la vie, la première comme « technique de modification de la vie du corps mis au défi de répondre de sa propre normativité » et la seconde comme « technique de discussion du bien-fondé des normes en vue de l’exercice de l’autonomie » (p. 365-388). Enfin, Elisabetta Basso souligne l’héritage ambigu de Karl Jaspers dans la « nouvelle philosophie de la psychiatrie », beaucoup cité mais souvent de manière caricaturale (p. 389-409). Elle rappelle notamment que, selon Jaspers, « la pratique du médecin est philosophie concrète » et que le philosophe allemand partageait la conception canguilhemienne de « la thérapeutique comme application de la science ou, autrement dit, de la subordination de la science à la technique » (p. 408).

4L’ouvrage se conclut par un épilogue dans lequel Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, réalise une égo-histoire, revenant sur son parcours dans les deux disciplines (p. 411-430). Elle développe notamment l’idée selon laquelle « exercer la médecine philosophiquement, c’est donc d’abord percevoir son rapport au temps » (p. 428), c’est-à-dire prendre du recul par rapport aux dogmes médicaux de son époque, car l’histoire de la médecine est celle de la succession de paradigmes concurrents.

  • 2 J’imagine que l’auteur fait référence à Bourgey Louis, Observation et expérience chez les médecins (...)
  • 3 Ce travers fréquent est déjà souligné dans d’autres recensions, voir par exemple Chappey Jean-Luc, (...)
  • 4 Voir Jacob Christian (dir.), Lieux de savoir : Espaces et communautés (tome 1), Paris, Albin Michel (...)

5Cet ouvrage, riche et dense, remplit son objectif avoué de souligner la profondeur historique de la réflexion sur les relations épistémologiques entre médecine et philosophie. Un travail éditorial plus important aurait cependant peut-être permis un meilleur dialogue entre les contributions, car, si à quelques exceptions près toutes s’inscrivent dans les problématiques énoncées en introduction et sont de très bonne qualité, elles ne discutent que très rarement les thèses avancées par les autres articles de l’ouvrage. Il est par ailleurs difficile de ne pas être surpris en lisant que, « récemment encore, les historiens ne voyaient pas de “rupture épistémologique” entre Hippocrate et Claude Bernard » – surtout lorsqu’une telle affirmation est soutenue par une référence datant de 1953 – ou encore qu’un ouvrage de 1966 est jugé « relativement récent » (p. 90)2. Par ailleurs, si le livre se présente comme « une histoire » des relations entre philosophie et médecine, il s’agit d’une histoire essentiellement internaliste : les textes sont mis en perspective avec d’autres textes, mais assez rarement avec leurs contextes de production. Il va de soi que l’analyse du discours prime sur celle des sociétés dans un livre de philosophie, mais il peut paraître problématique de commenter le Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, rédigé par Cabanis entre 1795 et 1804 sans évoquer, au moins rapidement, la Révolution française et la réorganisation de l’enseignement de la médecine qu’elle entraîne3. Les enjeux politiques et sociaux des débats épistémologiques sont quelquefois effleurés mais restent souvent négligés, tout comme l’importance de l’ancrage spatial de la production de la science, soulignée par l’anthropologie historique des savoirs4. Enfin, en établissant comme objet les relations entre philosophie et médecine, le livre tend à considérer ces deux entités comme des réalités sinon immuables, du moins suffisamment cohérentes de l’antiquité à nos jours pour faire l’objet d’une étude unique. Certes, Pierre Pellegrin questionne un tel choix : « les deux ensembles [les médecines antique et contemporaine] que nous considérons ne sont-ils pas tous deux sur bien des points, des médecines que par homonymie ? » (p. 90), mais son interrogation a peu d’écho dans le livre. De même, le principe de l’unité de la philosophie de Platon à Jaspers est implicitement postulé mais jamais questionné.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu général du champ, les auteurs renvoient à Salomon Miriam, Simon Jeremy R. et Kincaid Harold (dir.), The Routledge Companion to Philosophy of Medicine, Londres, Routledge, 2016.

2 J’imagine que l’auteur fait référence à Bourgey Louis, Observation et expérience chez les médecins de la collection hippocratique, Paris, Vrin, 1953, et Joly Robert, Le niveau de la science hippocratique. Contribution à la psychologie de l’histoire des sciences, 1966 ; les notes de bas de page indiquent seulement les patronymes et dates de publication et ne correspondent à rien dans la bibliographie de l’ouvrage. Sur l’héritage hippocratique, voir par exemple Donato Maria Pia, « The afterlife of the Non-Naturals in early eighteenth-century Hippocratism: from the healthy individual to a healthy population », in Cavallo Sandra et Storey Tessa (dir.), Conserving health in early modern culture. Bodies and environments in Italy and England, Manchester, Manchester University Press, 2017. Sur Claude Bernard et son héritage, voir Barbara Jean-Gäel et Corvol Pierre (dir.), Les élèves de Claude Bernard, Paris, Hermann, 2012.

3 Ce travers fréquent est déjà souligné dans d’autres recensions, voir par exemple Chappey Jean-Luc, « Othmar Keel, L'avènement de la clinique moderne en Europe 1750-1815, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2001, 542 p. », Annales historiques de la Révolution française, n° 331, 2003, p. 203-206.

4 Voir Jacob Christian (dir.), Lieux de savoir : Espaces et communautés (tome 1), Paris, Albin Michel, 2007. L’expression « lieu de savoir » est employée page 322 mais sans la référence jacobienne, ni véritable usage conceptuel. Voir aussi Livingstone David, Putting Science in Its Place: Geographies of Scientific Knowledge, Chicago, University of Chicago Press, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Claire Crignon, David Lefebvre (dir.), Médecins et philosophes. Une histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 20 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34576

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page