Navigation – Plan du site

Jean-Marc Schiappa, La Révolution expliquée à Marianne

Hugo Bonin
La Révolution expliquée à Marianne
Jean-Marc Schiappa, La Révolution expliquée à Marianne, Paris, François Bourin, 2019, 248 p., ISBN : 9791025204382.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir ses plus récents ouvrages : François Robin, l'orateur des campagnes, St-Georges-d’Oléron, Édit (...)

1Quand en novembre 2016, Emmanuel Macron a publié son livre-programme Révolution, d’aucuns n’ont pas manqué de s’étouffer devant le choix du titre. L’historien Jean-Marc Schiappa dénonce lui aussi ce « mot magique » plaqué sur « plusieurs pages rassemblées à la va-vite » (p. 19). Face au galvaudage du terme, Schiappa, spécialiste de la Conjuration des Égaux et de Gracchus Babeuf1, propose dans son ouvrage « qui n’est ni une synthèse, ni un essai » ni « une énième histoire » mais plutôt un « survol » de la Révolution française, d’examiner comment celle-ci « a créé un monde neuf » (p. 231-232).

2L’ouvrage prend la forme de courts textes – souvent assez véhéments – sur une série de sujets touchant à la Révolution française ou à son historiographie. On peut distinguer trois types de chapitres. Premièrement, ceux où Schiappa répond à des auteur·e·

3s qui critiquent la violence de la Révolution et l’accusent d’être la matrice du totalitarisme, ou encore une révolution bourgeoise. Deuxièmement, ceux où l’auteur examine une figure importante de la Révolution (Louis XVI, Robespierre, Napoléon) et son rôle dans celle-ci. Troisièmement, les chapitres où il s’attarde sur une facette particulièrement marquante de l’épisode révolutionnaire (la question de la propriété, la place des femmes, l’esclavagisme, le militarisme, etc.).

  • 2 Furet François, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.
  • 3 Guérin Daniel, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française, 1793-1795, Par (...)

4De cet assemblage éclectique se dégagent tout de même un certain nombre de thèses fortes sur l’événement révolutionnaire. Fidèle à une tradition historiographique franco-centrée, Schiappa fait de la Révolution française « la Révolution par excellence », face aux révolutions (petit r) britanniques (1688) et américaines (1776). Par ailleurs, en tant que marxiste revendiqué et disciple de Michel Vovelle (à qui l’ouvrage est dédié), Schiappa ne cache pas son dédain pour les lectures conservatrices ou libérales, à commencer par celle de François Furet2 (p. 47), mais aussi celles plus anarchisantes de Daniel Guérin3 (p. 102). Il cherche donc à défendre la Révolution des accusations de totalitarisme, mais aussi des lectures anachroniques qui y voient le premier mouvement d’un prolétariat naissant. Pour ce faire, Schiappa définit la révolution comme « ce mouvement de masses qui aboutit à un monde nouveau » (p. 21), et la Révolution française en particulier comme « une révolution bourgeoise, faite par le peuple, contre la bourgeoisie » (p. 134).

5Selon l’auteur, c’est le caractère réellement révolutionnaire de la Révolution française qui nourrit pourtant les accusations de totalitarisme à son égard ; on tente de la discréditer, « non pas en raison de sa violence mais en raison de ses objectifs : changer la société » (p. 34). Reprenant la définition aronienne du totalitarisme (parti unique, idéologie officielle, monopole de la coercition et de la persuasion, contrôle étatique de l’économie, terreur policière et idéologique), Schiappa conclut qu’aucune de ces caractéristiques ne s’applique à la période révolutionnaire (p. 43-46). Mais alors, quelle est cette nouvelle société que tentent de construire les révolutionnaires ? Une société fondée certes sur le triptyque « liberté, égalité, fraternité » (p. 64), mais qui place l’égalité des droits au centre. Pour l’historien, c’est la question de l’égalité qui est la force même de la Révolution, et d’elle découlent toutes les mesures importantes prises par ses acteurs et actrices.

6C’est cette vocation égalitaire de la Révolution qui empêche Schiappa de la considérer comme une simple révolution « bourgeoise », faite aux dépens du prolétariat, comme l’affirme Jules Guesde. L’auteur reprend plutôt la synthèse de Vovelle d’une « Révolution bourgeoise à soutien populaire » (p. 78). Si la bourgeoisie profite des évènements révolutionnaires pour s’enrichir, le prolétariat, lui, en s’appropriant la question de l’égalité, « a saisi les armes de la bourgeoisie et les a retournées contre elle » (p. 84). Le thème de la propriété illustre cette dynamique : alors que la Déclaration de 1789 protège la propriété privée, une partie des forces révolutionnaires – notamment Babeuf –arrive à la conclusion que l’aboutissement de l’égalité entre les hommes doit être la collectivisation des propriétés (p. 95).

7Même s’il occupe une place importante dans ces « explications à Marianne », Babeuf ne fait pas partie des trois acteurs principaux identifiés par Schiappa. D’une manière assez classique, c’est Robespierre qui occupe le centre de la scène. Certes, l’auteur consacre de (courts) chapitres à Louis XVI et à Napoléon, tous deux vus comme l’expression de forces sociales les dépassant (p. 128, 197). Mais il semble bien que « le mystère de la Révolution [puisse], certainement, se résumer à son identification avec [Robespierre] » (p. 133). En effet, en tant fils de bourgeois qui devient révolutionnaire, Robespierre illustre à merveille le paradoxe et le paroxysme de la Révolution. Même si Schiappa souligne qu’il n’en n’est pas le démiurge, il considère que Robespierre « formule un programme d’action aux forces révolutionnaires » (p. 142). Laudateur des discours robespierristes, il dresse le portrait d’un révolutionnaire tentant de contenir tant les passions jacobines que les réactions royaliste puis gironde. Au final, tout en affirmant qu’il n’existe pas de révolutionnaire modèle, Schiappa identifie quand même « Robespierre et la Révolution, Robespierre et la démocratie » (p. 164). Si Louis XVI et Napoléon n’étaient qu’instruments de processus historiques et sociaux plus grands qu’eux, Robespierre semble pour sa part avoir fait preuve d’une agentivité à toute épreuve.

8Finalement, Schiappa touche rapidement à plusieurs aspects de la période révolutionnaire. Ainsi, il défend le bilan de la Révolution en matière de droit des femmes, et attaque ceux – et celles – qui font d’Olympe de Gouges un martyre féministe, alors qu’elle était réactionnaire et esclavagiste (p. 110). Il effleure la question du nombre de morts dus aux révolutionnaires et aux contre-révolutionnaires, pour conclure avec justesse que « la violence révolutionnaire tend à établir l’égalité des droits ; la violence contre-révolutionnaire tend à maintenir l’inégalité des droits ; ces violences ne peuvent être mises sur le même plan » (p. 182). Schiappa s’évertue à démontrer que la France révolutionnaire est la première nation souveraine à abolir clairement l’esclavage (p. 219-223). Et il dresse un bilan élogieux des mesures révolutionnaires, allant de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen à l’égalité devant l’impôt en passant par les réformes administratives, la liberté de presse et l’élection des juges (p  225-230).

9En conclusion, il ressort parfois de cette lecture une impression de partition manichéenne de la Révolution. Certes, certains des chapitres sont plus nuancés que d’autres, mais il demeure que l’ouvrage adopte un ton quelque peu pamphlétaire et marqué par l’urgence – comme en témoignent les quelques erreurs typographiques ici et là (p. 15, 72). La Révolution française devient un tout qu’on est sommé d’accepter dans l’ensemble, sous peine d’être un « réactionnaire ou un ignorant (parfois ce sont les mêmes) » (p. 110). Plus panégyrique que survol, La Révolution expliquée à Marianne donne parfois l’impression qu’il est impossible de vouloir à la fois dédramatiser la rupture qu’elle représente sur certains aspects et souligner l’inspiration qu’elle peut encore nourrir aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Voir ses plus récents ouvrages : François Robin, l'orateur des campagnes, St-Georges-d’Oléron, Éditions libertaires, 2016 ; Gracchus Babeuf pour le bonheur commun, Paris, Éditions Spartacus, 2015 ; Buonarroti (1761-1837), St-Georges-d’Oléron, Éditions libertaires, 2008.

2 Furet François, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.

3 Guérin Daniel, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française, 1793-1795, Paris, Libertalia, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Bonin, « Jean-Marc Schiappa, La Révolution expliquée à Marianne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34606

Haut de page

Rédacteur

Hugo Bonin

Doctorant en science politique à l’Université Paris 8 et à l’UQAM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page