Navigation – Plan du site

Julien Nègre, L’arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l’œuvre de Henry David Thoreau

Martin Vailly
L'arpenteur vagabond
Julien Nègre, L'arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l'œuvre de Henry David Thoreau, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2019, 354 p., ISBN : 9791036201158.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi la riche bibliographie, voir entre autres Angelo Torre, « Un “tournant spatial” en histoire ? (...)

1L’enquête que Julien Nègre consacre aux aspects cartographiques de l’œuvre de Henry David Thoreau s’ouvre par la description d’une gravure saisissante : les traits de l’écrivain, philosophe, poète et naturaliste américain, connu pour ses positions politiques contre l’esclavage et en faveur de la désobéissance civile, se fondent dans la topographie de la ville de Concord, Massachussetts, où il est né en1817 et décédé en 1862. Cette gravure souligne la coproduction du texte et de la carte : c’est ce lien intime entre la pratique cartographique et l’écriture de Thoreau que l’auteur explore ici. La langue de l’écrivain et l’économie de ses textes sont marquées par un rapport particulier que Thoreau entretient avec la cartographie. En plaçant au cœur de son analyse le lien qui peut unir un individu à un espace donné, Julien Nègre propose de relire l’œuvre de Thoreau au prisme des cartes. Il s’appuie en outre sur les apports des théoricien·ne·s lié·e·s au tournant spatial en sciences humaines, qui promeut l’étude des lieux de l’exercice savant dans leurs configurations sociales, intellectuelles et politiques1.

2Servi par une écriture fluide et soignée, l’ouvrage de Julien Nègre propose un voyage dans la carrière et la vie de Thoreau en traversant une grande partie de sa production, de 1840 à 1862. L’auteur montre que la pratique d’écriture de Thoreau se fonde sur des expériences et des sources variées : elle se nourrit du geste de l’arpenteur, qui observe, note et cartographie avec précision un espace donné, mais aussi de la mobilisation d’un riche substrat cartographique fait de cartes imprimées du Maine ou de la Nouvelle-Angleterre. Julien Nègre étudie l’impact de cette maîtrise particulière de l’espace au plus près des textes de Thoreau, au fil de cinq chapitres qui forment un parcours chronologique dans l’œuvre de l’écrivain et esquissent la généalogie d’une méthode qui pourrait être qualifiée d’écriture géographique. C’est à un Thoreau polymathe, cartographe, arpenteur, naturaliste, botaniste et polémiste que nous introduit Julien Nègre – au risque parfois de brouiller les frontières entre des disciplines trop peu définies.

  • 2 Voir Christian Jacob, L’empire des cartes, Albin Michel, Paris, 1992 ; Jean-Marc Besse, « Cartograp (...)
  • 3 Christian Jacob, L’empire des cartes, op. cit., p. 54-96.

3L’état de l’art de la théorie de la cartographie est aujourd’hui si riche qu’il est impensable d’en faire l’économie pour s’intéresser au sujet de l’écriture cartographique de Thoreau : c’est là l’objet du premier chapitre qui présente les outils méthodologiques et théoriques nécessaires à l’étude de l’homme en écrivain-cartographe. Les travaux de Jean-Marc Besse et de Christian Jacob2, notamment, sont mobilisés pour définir la carte : elle est une matérialisation d’un savoir sur l’espace qui « construit et institue » (p. 38) cet espace. La carte est aussi un geste, une étape dans l’élaboration d’une pensée sur l’espace. Pour l’auteur, ce geste est bien plus celui de l’arpenteur que du cartographe : une brève étymologie du terme surveyor (arpenteur) souligne ainsi à la fois l’expérience physique de l’arpenteur à l’œuvre et son travail intellectuel d’abstraction, qui vise à survoler l’espace qu’il décrit. Ces définitions proposent une large typologie des formes de cartes, des maquettes aux cartes IGN3. Julien Nègre resitue ainsi Thoreau dans un « monde de cartes » (p. 44) organisé en trois grandes catégories : les cartes officielles réalisées par des corps d’ingénieurs topographes, les cartes d’arpentage réalisées par Thoreau lui-même, et les grandes cartes thématiques publiées aux USA au cours du XIXe siècle à des fins de propagande. L’attention que porte l’auteur à la pratique de l’arpentage par Thoreau doit être saluée puisqu’elle permet de replacer l’écrivain-cartographe dans le contexte de la construction d’une nation, qui passe par la mise en cartes du territoire. Plus encore, Julien Nègre prend en compte les difficultés de l’arpentage, rappelant que l’acte cartographique est une connaissance à la fois physique et savante de l’espace, associant déambulation et mesure. Thoreau apparaît actif, s’appropriant le geste cartographique en l’adaptant à la littérature : utilisée par Thoreau, la carte devient fluide, en constante évolution. Elle est plus qu’un simple outil d’appropriation du territoire, elle permet à l’écrivain de relier écriture et cartographie : la « puissance imaginaire et explicative » (p. 60) de la carte permet de nourrir l’imaginaire et de produire un sens toujours en mouvement.

4Le reste de l’ouvrage peut se percevoir en deux mouvements principaux : l’analyse des premiers textes de Thoreau, concentrés sur l’arpentage, dont l’écriture reste au plus près des cartes ; l’examen des textes politiques et des derniers écrits de Thoreau, à la fin de sa carrière, davantage centrés sur l’espace comme écosystème que sur la cartographie proprement dite.

5Le premier mouvement (chapitres 2 et 3) se caractérise par une analyse de l’écriture de Thoreau comme fondée sur et dialoguant avec le matériel cartographique. Il place l’observation et l’expérience de l’arpenteur au centre de l’étude : Thoreau considère qu’il subsiste des mystères dans des zones déjà cartographiées, et que de nouveaux chemins peuvent y être ouverts (chapitre 2). Il met en œuvre une méthode d’écriture complexe pour ouvrir ces perspectives : elle s’inspire des méthodes du naturaliste, de l’historien, de l’arpenteur et du géologue, mais aussi de savoirs vernaculaires hérités des Natifs Américains. Un premier essai, Natural History of Massachussets (1842), fait ainsi la part belle à la pratique de l’inventaire botanique et entomologiste, subverti et transcendé par la langue d’un écrivain. Thoreau révèle ce qui échappe à l’observation du naturaliste, cette part d’inconnu qui ne peut s’entrevoir qu’en se positionnant en « sujet percevant dans le monde » (p. 69) grâce aux savoirs des Natifs Américains. Les récits de ses déambulations présentent un Thoreau soucieux d’historiciser un territoire a priori vierge, envisagé comme dominé et atemporel, en identifiant un réseau de signes qui révèlent les strates d’un monde caché ou disparu. Pour Thoreau, le geste cartographique ne normalise pas, mais fait au contraire émerger l’invisible, l’insaisissable. La carte permet de saisir une perception nouvelle de l’espace, que l’écrivain s’empresse d’intégrer dans ces textes : elle supporte le texte, puis s’y dissout devant les perspectives qu’elle ouvre. L’espace selon Thoreau n’est pas univoque, donné, mais complexe et stratifié ; son écriture est fluide, mobile. Plus encore, les textes de Thoreau sont envisagés par l’auteur comme révélateurs d’une « spatialité particulière » (p. 109) (chapitre 3). Elle se structure en trois temps : l’attention portée aux cartes comme source de l’écriture, la complexité des espaces représentés par ces mêmes cartes, et enfin ce qu’elles manquent, occultent ou font disparaître. Lorsque Thoreau part en excursion, son objectif est à la fois de relever des données précises pour dénouer l’« enchevêtrement d’erreurs » (p. 125) laissées par ses prédécesseurs cartographiant les bois du Maine, et de faire prendre conscience à son lectorat de l’incommensurabilité apparente entre la carte et le paysage. La nature, innombrable et irréductible à la carte, entre en tension avec l’entreprise de quantification systématique de Thoreau. Les espaces cartographiés ne sont pas stables : les forêts du Maine sont en cours d’exploration, les plages de Cape Cod forment un monde évolutif soumis aux aléas de l’océan. Le texte permet de produire un état des lieux en révélant les forces invisibles à l’œuvre dans un territoire et d’en mettre en évidence la nature fluide et changeante. La carte fournit un cadre stable pour développer une écriture mouvante des espaces, et permet de faire le lien entre les individus qui habitent des espaces communs.

  • 4 Michel Foucault, « Des espaces autres », in Dits et écrits, Tome IV, Paris, Gallimard, 1984, pp. 46 (...)

6Le deuxième mouvement du livre est plus composite puisqu’il intègre les textes politiques de Thoreau au corpus étudié, pour ensuite revenir à des récits de déambulations qui mènent Thoreau hors des frontières des espaces communs et connus (chapitres 4 et 5). Les textes politiques peuvent apparaître comme des exceptions au sein de cet ouvrage, puisqu’ils traitent seulement indirectement de la question cartographique (chapitre 4). Cependant, Julien Nègre propose de les intégrer à sa réflexion en soulignant que la dialectique spatiale forme le fer de lance du discours politique. Selon l’auteur, écrire c’est « redécouper les parts et réorganiser la spatialité politique » (p. 213) : Thoreau reconfigure l’espace pour soulever des questionnements politiques, il relocalise ces questionnements pour montrer qu’ils portent au-delà des limites abstraites d’une frontière, et il déroute en envisageant les espaces interstitiels qu’il décrit comme des espaces qui puissent être réinvestis pour fonder une communauté nouvelle. Cette réflexion politique et spatiale pèse visiblement sur la manière dont Thoreau conçoit l’espace : Julien Nègre présente les textes de la fin de la vie de l’écrivain comme ceux d’un changement d’attitude à l’égard des espaces qu’il décrit. Là où tout était mystère dans ses textes de jeunesse, chaque paramètre de la nature devient visible pour qui sait observer. Le texte de Thoreau se concentre sur la description d’espaces familiers ou négligés : les couleurs de l’automne sont un guide pour apprendre à voir, tandis que les pommes sauvages qui poussent dans les marais ne peuvent se découvrir que lorsque l’arpenteur se risque dans ces hétérotopies que sont les territoires hors du cadastrage4. Dans l’ensemble de ces textes, Thoreau redore le blason d’espaces négligés : c’est par l’observation qu’une ruine abritant des plantes rares, qu’une forêt lue comme un système de signes, peuvent être comprises et prendre toute leur valeur aux yeux de l’arpenteur. L’écriture spatiale, géographique, de Thoreau décrit un véritable écosystème : complexe, historicisé, changeant.

7D’un projet initial qui concernait l’impact du matériel cartographique sur l’écriture de Thoreau, Julien Nègre tire une analyse qui concerne finalement bien plus l’espace que la carte proprement dite. Si le lien entre le matériel cartographique et la pratique de l’écrivain est parfois ténu, notamment lorsque l’auteur se penche sur les textes politiques de Thoreau, l’approche de Julien Nègre convainc et accomplit cette mission que Thoreau attribue aux cartes : il ouvre de nouveaux chemins dans l’œuvre de l’écrivain, explore à nouveaux frais des textes déjà arpentés en en exposant les secrets et les détails cachés.

Haut de page

Notes

1 Parmi la riche bibliographie, voir entre autres Angelo Torre, « Un “tournant spatial” en histoire ?, Paysages, regards, ressources », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 63, n° 5, 2008, p. 1127-1144 et Christian Jacob, « Spatial turn », in Qu’est-ce qu’un lieu de savoir, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 43-57.

2 Voir Christian Jacob, L’empire des cartes, Albin Michel, Paris, 1992 ; Jean-Marc Besse, « Cartographie et pensée visuelle. Réflexions sur la schématisation graphique », in Isabelle Laboulais (dir.), Les usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle) Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2008, p. 19-32.

3 Christian Jacob, L’empire des cartes, op. cit., p. 54-96.

4 Michel Foucault, « Des espaces autres », in Dits et écrits, Tome IV, Paris, Gallimard, 1984, pp. 46-49.


Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Vailly, « Julien Nègre, L’arpenteur vagabond. Cartes et cartographies dans l’œuvre de Henry David Thoreau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34623

Haut de page

Rédacteur

Martin Vailly

Doctorant contractuel EUI/EHESS, je travaille sur les cultures géographiques à la fin du règne de Louis XIV.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page