Navigation – Plan du site

Mara Viveros Vigoya, Les couleurs de la masculinité

Axel Gillot
Les couleurs de la masculinité
Mara Viveros Vigoya, Les couleurs de la masculinité. Expériences intersectionnelles et pratiques de pouvoir en Amérique latine, Paris, La Découverte, coll. « Genre & sexualité », 2018, 231 p., ISBN : 978-2-7071-8601-0.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, fruit de près de vingt ans de recherche sur la condition masculine en Colombie, Mara Viveros propose une réflexion éclairante sur la construction des identités masculines en Amérique latine, partant du constat qu’« il existe non pas une mais de nombreuses masculinités » (p. 23). Elle défend ainsi l’idée que le « machisme » communément attribué aux hommes de la région doit être replacé dans un cadre sociohistorique et des rapports de pouvoir, autrement dit dans une « matrice de domination ».

  • 1 Mara Viveros reprend ici les termes de la Déclaration du Cobahee River Collective de 1974.

2L’ouvrage est éclectique et propose aussi bien, en fonction des différents temps de l’analyse, une histoire des rapports entre théories féministes et études sur la masculinité que de multiples travaux de l’auteure sur les masculinités en Colombie, vues notamment sous le prisme de la race. Le dénominateur commun à chacun de ces moments est l’objectif de « saper l’idée d’une masculinité abstraite et universelle, désincarnée » (p. 17). Cette approche part d’un « malaise personnel et intellectuel » que l’auteure dit avoir éprouvé en consultant les études sur les masculinités latino-américaines du début des années 1990. Elle pointe en effet l’insuffisante prise en compte d’ordres de pouvoir comme le racisme et les rapports de classe dans l’analyse des relations genrée. Dans la première partie, Mara Viveros propose donc une réflexion éclairante sur l’histoire des rapports entre les théories féministes et l’étude du masculin en Occident et en Amérique latine qui permet de contextualiser ses recherches. De cette analyse ressort en particulier le refus d’une stratégie séparatiste qui opposerait les femmes aux hommes, qualifiée de « luxe du séparatisme blanc »1. Elle met également en évidence les rapports de domination existants au sein même de la production du savoir en sciences humaines et sociales, à travers une division du travail qui assigne « aux recherches latino-américaines le rôle d’exportatrices de matières premières de connaissance […] et d’importatrices de paradigmes pour interpréter et traiter théoriquement ces matières premières » (p. 103).

  • 2 Ainsi, Mara Viveros Vigoya écrit : « Dans mon travail, les termes “latino-américain” et “Amérique l (...)
  • 3 Dans sa conférence à New York tenue en 1891, Martí utilise le terme à plusieurs reprises. Il affirm (...)

3On aura compris que les rapports de race marquent profondément les recherches de l’auteure. Ceux-ci croisent une logique géographique spécifique à la Colombie : « les zones côtières [sont] perçues comme noires, les zones andines de l’intérieur décrites comme blanches et métisses, et les basses terres amazoniennes présentées comme indigènes. […] L’allusion à la région d’origine permet ainsi de se référer à la race et à l’ethnicité sans les nommer » (p. 26). Ces rapports de domination fondés sur la race, l’exacerbation des liens avec l’Europe concomitamment à une dévaluation de la participation des indigènes et des afrodescendants à la nation apparaissent comme des caractères au fondement de la « latinité », dès lors que l’on dissèque et que l’on historicise les termes « latino-américain » et « Amérique latine »2. Leur influence, omniprésente dans les discours politiques, est ardemment remise en cause par José Martí, à qui l’auteure emprunte l’expression « Notre Amérique »3.

  • 4 Du Bois W.E.B., Les Âmes du peuple noir, La Découverte, Paris, 2007.

4La deuxième partie de l’ouvrage revient plus spécifiquement sur les travaux de l’auteure, en trois temps. Le premier chapitre, consacré aux « masculinités notre-américaines », met en évidence l’essentialisation des rapports raciaux et de la masculinité noire, notamment au prisme de la sexualité et de l’érotisme. Réduits par l’imagerie européenne et latine à la condition d’« êtres dionysiaques fondamentalement centrés sur le plaisir des sens obtenu par la consommation d’alcool, la danse et la sexualité » (p. 109), les hommes noirs apparaissaient comme une menace à l’ordre sexuel et à la famille. Mara Viveros étudie les réactions des hommes noirs à ces stéréotypes en analysant des entretiens collectifs qu’elle a réalisés à Bogotá, ville où le pourcentage de population noire est faible et « où le quotidien […] est sans cesse marqué par les représentations dont [cette population fait] l’objet » (p. 115). Ainsi, les hommes noirs conçoivent leur talent de danseur comme un attribut qui leur est propre, parce qu’ils « l’avaient dans le sang ». Ils se définissent eux-mêmes comme le groupe dont le potentiel corporel se situe en haut de l’échelle. Cette vision est particulièrement explicite dans les clips du groupe musical Chocquibtown, qui célèbrent le désir, la puissance sexuelle, la danse, la force et la résistance physique des Noirs comme une forme d’« authenticité ». Toutefois, les Noirs ont conscience de l’ambivalence de cette image qui les fixe dans des catégories de façon humiliante. Affronter le « regard blanc », c’est aussi faire l’expérience de la « double conscience », « d’être toujours en train de se regarder à travers les yeux d’un autre, d’évaluer son âme à la mesure d’un monde qui vous considère comme un spectacle, avec une distraction teintée de pitié dédaigneuse », soulignait W.E.B. Du Bois4.

5De fait, la masculinité noire détonne, fait peur, dérange. C’est en effet la masculinité blanche qui a contribué à homogénéiser et à consolider les identités nationales. Bien que la Constitution de 1991 reconnaisse le caractère « pluriethnique et multiculturel » de la nation colombienne, les catégories raciales n’ont pas disparu des interactions quotidiennes. Elles s’appuient désormais davantage sur l’ethnicité et la culture pour légitimer le racisme et les inégalités sociales. La masculinité blanche continue d’être associée à la civilité et au progrès promus par les élites politiques. L’auteure note qu’à l’exception de Juan José Nieto Gil, président de la Confédération grenadine de janvier à juillet 1861, tous les présidents colombiens étaient phénotypiquement blancs. Afin de mettre en évidence les bénéfices associés à la « blanchité » pour les élus nationaux, Mara Viveros consacre une enquête à Álvaro Uribe, président pendant deux mandats entre 2002 et 2010, dont l’image médiatique s’est considérablement appuyée sur les valeurs accolées à la masculinité blanche. Il se présentait comme un homme au fort caractère, capable de tenir tête aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), porteur d’une forme guerrière de gouvernement. Dans un contexte de conflit armé, sa tactique de la « main de fer » et son autorité ont grandement contribué à sa popularité le maintenant à l’écart des scandales politiques – ce qui lui a valu le surnom de « président Téflon ». À partir de cette stratégie de communication, Uribe est parvenu à assoir sa popularité grâce à l’autorité que confère la masculinité blanche, posant une « équation symbolique » entre la mie en scène de sa virilité et la protection de la nation en danger.

6Enfin, un chapitre est consacré aux rapports entre masculinités et violence en Notre Amérique. La multiplication des violences à l’encontre des femmes dans cette région est manifeste. Elle prend la forme de féminicides et de viols, mais aussi d’esclavage sexuel, d’avortements ou de grossesses forcées et de violences psychologiques. Ces évolutions sont concomitantes d’une résurgence des mouvements masculinistes comme le Parti machiste colombien ou le Cercle masculin au Mexique. Pour Mara Viveros, une partie de l’explication réside dans la dépréciation de la fierté et des qualités masculines induite par la « philosophie néolibérale ». Cela cause une augmentation de la violence et de l’agressivité sexuelle comme moyen de restaurer l’estime de soi. De ce point de vue, la violence émanant des figures masculines n’est pas un signe de pouvoir, mais au contraire une réaction face à la perte de pouvoir. S’éloignant des approches uniquement focalisées sur la psychologie individuelle, Mara Viveros soutient qu’il faut prendre en compte de « différentes dynamiques micro, méso et macrosociales » pour expliquer ces évolutions.

7Soulignons qu’en quelques deux cents pages, Mara Viveros mobilise de nombreuses enquêtes qui ouvrent une grande variété de focales d’analyse. Par là, elle met en évidence l’importance de l’approche intersectionnelle dans l’analyse des masculinités. Si, comme l’écrit l’auteure, « il est difficile d’achever un ouvrage qui nous a accompagné longtemps, de le laisser vivre sa propre vie en sachant par définition qu’aucune tâche intellectuelle n’est définitive » (p. 191), reste à espérer qu’il sera largement lu, apprécié et critiqué.

Haut de page

Notes

1 Mara Viveros reprend ici les termes de la Déclaration du Cobahee River Collective de 1974.

2 Ainsi, Mara Viveros Vigoya écrit : « Dans mon travail, les termes “latino-américain” et “Amérique latine” sont entendus comme une “idée” issue du processus d’indépendance initié vers 1830 par les élites créoles descendantes de la population européenne » (p. 27).

3 Dans sa conférence à New York tenue en 1891, Martí utilise le terme à plusieurs reprises. Il affirme notamment : « La colonie continua de vivre en pleine république, et si notre Amérique est en train de se sauver de ses graves errements – superbe des capitales, triomphe aveugle des paysans dédaignés, importation excessive des idées et des formules étrangères, dédain inique et non politique de la race aborigène –, c’est bien grâce à la vertu supérieure, fertilisée par le sang nécessaire, de la république qui lutte contre la colonie » (souligné par moi).

4 Du Bois W.E.B., Les Âmes du peuple noir, La Découverte, Paris, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Gillot, « Mara Viveros Vigoya, Les couleurs de la masculinité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34680

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page