Navigation – Plan du site

Christine Bard, Frédérique Le Nan (dir.), Dire le genre. Avec les mots, avec le corps

Sinem Gunes
Dire le genre
Christine Bard, Frédérique Le Nan (dir.), Dire le genre. Avec les mots, avec le corps, Paris, CNRS, 2019, 304 p., post. Éliane Viennot, ISBN : 9782271117885.
Haut de page

Texte intégral

1Christine Bard et Frédérique Le Nan consacrent leur ouvrage collectif à l’étude de deux domaines structurés et structurants du social, le langage et le corps, à travers le prisme du genre. Cherchant les traces du genre dans divers contextes de la vie sociale, l’ouvrage contribue à une topologie des constructions genrées et tente de briser l’argument d’une binarité « naturelle ». Les contributions cherchent ainsi à répondre à la question suivante : comment le genre est-il contenu et signifié dans la vie sociale où le « principe androcentrique » règne ? Insistant sur l’inégalité hommes/femmes et notamment la sous-représentation des femmes, l’ouvrage mobilise une réflexion sur les traces du genre dans des domaines comme la linguistique, la politique, la géographie et les arts, l’originalité de l’ouvrage résidant dans cette variété pluridisciplinaire.

2La première partie du livre regroupe ainsi sept contributions sur le genre du langage et le langage du genre par des approches linguistiques, historiques, littéraires, sociologiques et politiques. Une analyse sur la place du féminin dans la langue est ainsi réalisée. Le féminin s’efface devant le masculin (p. 277) ; le -e féminin non prononcé, le masculin dit générique, la pluralisation au masculin, les noms de profession sans version féminine entre autres sont quelques uns des signes du principe androcentrique du langage. Prendre le masculin pour signifier le neutre et pour pluraliser les mots contribue à marginaliser le féminin.

3À partir d’une approche lexicale et historique, Frédérique Le Nan et Myriam Dufour-Maitre étudient l’évolution de la signification des mots employés pour désigner les femmes, et montrent que cette évolution n’est pas sans rapport avec les jugements « sexistes » qui étaient d’usage aux époques correspondantes. Leurs travaux témoignent de ce qu’en effet, historiquement, il a existé des termes féminins pour les noms de profession tels que poétesse, autrice, jugesse, qui sont aujourd’hui considérés comme des néologismes forcés et non naturels. L’exemple du mot « escrivaine » en usage dans les années 1300 mais pourtant disparu des dictionnaires jusqu’aux années 1830 révèle l’intention derrière l’insistance pour employer « écrivain » au masculin, à la fois pour les femmes et les hommes (p. 38-39). Par conséquent, la prétendue neutralité du masculin n’est en effet ni naturelle, ni traditionnelle, ni générique. Le caractère genré et discriminatoire de la langue se manifeste également à travers le changement de signification de certains mots utilisés autrefois pour les hommes et les femmes, se fixant au féminin et obtenant une signification péjorative contre les femmes au fil du temps, tels les mots de « pute » et de « prostituée » (p. 44).

  • 1 Comme dans l’exemple du mot « the sea » qui est un mot invariable en anglais mais qui se retrouve p (...)
  • 2 En français, le générique est le masculin. En 1647, le grammairien français Vaugelas affirme le règ (...)
  • 3 L’emploi de l’arrobase permet d’éviter des usages type : amigos(as), amigos/as ou bien amigos y ami (...)

4Dans la littérature, même si le genre n’est pas saisi par la grammaire, la perception genrée des auteur.e.s et des lecteur.e.s en détermine le sens1. Des stratégies linguistiques sont ainsi cherchées pour en finir avec l’idée que « le masculin l’emporte sur le féminin2 ». Sandra Contamina donne l’exemple de l’initiative visant à utiliser l’arrobase (@) en tant qu’alternatif à la pluralisation au masculin en espagnol qui est une langue qui privilégie le masculin3. Si l’usage de l’arrobase sert à flouter la catégorie sexuelle, cela ne constitue pas pour autant une nouvelle orthographie faute de systématisation rigoureuse et formelle (p. 99-100). Ainsi, nous voyons que « l’évolution de la langue au niveau genre n’est pas « naturelle » : il y a des interventions des grammairiens comme Vaugelas en français et Kirby en anglais » (p. 79).

5Cet emploi du genre dans la langue reflète les inégalités entre les hommes et les femmes dans la vie quotidienne tout en les renforçant. La vie conjugale et familiale impacte inégalement les femmes et les hommes, en agissant sur leurs narrations, leurs lexiques et leurs identités. L’étude sur des récits de vie sexuelle de Marie-Laure Déroff et le travail sur les discours politiques des femmes de Magali Guaresi exposent un point commun entre les discours tenus dans ces deux domaines : la parole des femmes se forme autour des rôles sociaux et conjugaux. Les « discriminations symboliques » du genre s’étendent donc au langage, dans la bouche des femmes comme dans celle des hommes.

6Cette construction d’identité en fonction de rôles sociaux et de rôles de genre est étudiée également par Chadia Arab qui démontre comment l’imaginaire des sociétés construit des représentations et des préjugés, crée des stigmates sur des femmes marocaines, sujettes à la migration circulaire, venues travailler en Espagne pour des raisons économiques. L’arrivée en Espagne crée une sorte « d’empowerment » pour ces femmes, dont la plupart apprennent pour la première fois à vivre seule, à gagner leur vie, à s’habiller plus librement, sans que le regard jugeant d’un père, d’un mari ou de la société n’intervienne. Cependant, le renversement des rôles sociaux traditionnels (homme qui travaille, femme qui reste à la maison), souvent pour la durée d’une saison, est à l’origine des mépris : elles sont jugées et accusées d’être de « mauvaises mères » et de « mauvaises épouses », et considérées comme des « putes ». Le travail de Chadia Arab laisse cependant penser que la résistance à une possible émancipation des femmes peut d’abord venir du domaine du langage.

7Dans la deuxième partie du livre, six contributions explorent les liens entre le genre et les corps : par le vêtement, la nudité, la danse, le travestissement et les arts. Le corps et ses usages peuvent affirmer le genre, mais aussi le flouter. L’individu se positionne et se montre dans la société par ses apparences. D’une certaine manière, ces apparences sont porteuses de signes identitaires, genrés, culturels et sociaux. Elles révèlent des appartenances, des choix et des convictions sur l’individu mais aussi sur la société qui l’entoure. Elles ont donc le rôle d’une double communication. Le vêtement, un des dispositifs de l’apparence, est un grand « marqueur du genre » (p. 171) et un précieux révélateur du social. Christine Bard constate à travers plusieurs exemples historiques et contemporains que les trois fonctions du vêtement - parure, pudeur et protection - ne se déclinent pas de la même manière pour les hommes et les femmes. La parure devient de plus en plus inégalitaire en poussant les femmes à être « esthétiques » au prix de l’inconfort et de la contrainte. La pudeur vient juger la respectabilité de la femme en lui imposant la honte corporelle. La fonction protectrice se contredit elle-même en créant une sorte de vulnérabilité pour les femmes. Le malaise, le surcoût financier, l’érotisation et la culpabilisation de femmes accompagnent les talons hauts, les vêtements « sexy », certaines couleurs et certains styles. Entre les attentes de la société, celles des patrons, de la famille et leurs propres envies, la liberté de choix des femmes est donc limitée. L’approche des féminismes est divisée à ce sujet : certaines considèrent la féminité vestimentaire (telle la minijupe) comme « un signe de résistance au machisme » alors que d’autres contestent cette féminisation vestimentaire qui restreint la liberté des femmes. Christine Bard affirme qu’il est « difficile de peser ce qui est subi et ce qui est choisi dans cette conduite de sexualisation des apparences » (p. 191).

8Peut-on proposer un alternatif égalitaire au caractère marqué du vêtement ? Emmanuel Jaurand interroge la possibilité de transgression des normes inégalitaires vestimentaires par le naturisme. L’idée d’une égalité par la nudité (pourtant temporaire et géographiquement limitée par des centres naturistes) se doit à la coprésence des corps masculins et féminins nus, non marqués par les structures genrées et hiérarchisées de la société. Avec pour slogan « tous nus donc tous égaux » (p. 200), le naturisme critique l’objectivation et la sexualisation du corps féminin et défend pour cela l’abandon de vêtement. Le nu mixte et collectif est un nu asexuel ce qui déconstruit l’association nudité/sexualité.

  • 4 Marie-Hélène Bourcier, Queer Zone. Politique des identités sexuelles, des représentations et des sa (...)

9Une intervention porte sur le travail de la photographe Carine Parola qui interroge les normes de genre en essayant de perturber le regard hétéronormé : court-circuiter un horizon d’attente hétéronormatif et androcentré permet de questionner l’identité d’un individu, de faire jouer la tension entre « ce que je suis et la manière dont les autres me perçoivent » (p. 239). De même, le travestissement et les jeux de rôle utilisés par l’art performance afin de modeler le corps permettent d’interroger la perception de ce dernier dans la société, mais aussi les stéréotypes et les hiérarchies liés aux différences sexuelles. Le travail de Carine Parola comme ceux de Floris Taton et Emilie Lehours renforce en cela l’idée de Christine Bard : « L’interdiction et la répression du travestissement, hors période de carnaval, montrent combien la société est attentive au maintien d’un ordre sexué dans lequel on repère facilement les hommes et les femmes » (p. 176). Selon le sociologue Sam Bourcier « la possibilité du travestissement est la preuve que le genre n’est qu’une fiction et une performance »4.

10Nous constatons dans cet ouvrage que, quel que ce soit le contexte, les rapports de genre traversent l’univers social des femmes. Notre regard est conditionné, modelé par des normes genrées, elles-mêmes véhiculées par des affirmations telles que celle selon laquelle « le masculin l’emporte sur le féminin ». C’est ainsi qu’il convient, comme le font les contributions qui composent cet ouvrage, de miner la croyance en une naturalité du genre et des rapports sociaux sur lesquels elle opère, en questionnant, partout où elle apparaît, l’idée de « naturalité ».

Haut de page

Notes

1 Comme dans l’exemple du mot « the sea » qui est un mot invariable en anglais mais qui se retrouve personnalisé par « he » or « she » selon le choix de l’auteur.e (p. 76). Cela montre que bien qu’en anglais le nombre des mots invariables soit plus élevé qu’en français, il reste une langue à genre comme ce dernier (p. 71-72.)

2 En français, le générique est le masculin. En 1647, le grammairien français Vaugelas affirme le règne du masculin par son expression « le masculin l’emporte sur le féminin, parce que plus noble ».

3 L’emploi de l’arrobase permet d’éviter des usages type : amigos(as), amigos/as ou bien amigos y amigas (p. 90) et d’assurer la pluralisation qui ne supprime pas le féminin mais qui contient la visibilité de deux genres comme dans l’exemple : bienvenid@s.

4 Marie-Hélène Bourcier, Queer Zone. Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sinem Gunes, « Christine Bard, Frédérique Le Nan (dir.), Dire le genre. Avec les mots, avec le corps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 mai 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34685

Haut de page

Rédacteur

Sinem Gunes

Doctorante en anthropologie médicale à l’ENS de Lyon, membre de l’IHRIM.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page