Navigation – Plan du site

Abelmalek Sayad, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. Les enfants illégitimes

Julie Genet
L'immigration ou les paradoxes de l'altérité
Abelmalek Sayad, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. Les enfants illégitimes, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2006, 205 p., EAN : 9782912107305.
Haut de page

Texte intégral

1Etabli par Alexis Spire avec le concours de l'association des amis de Sayad, cet ouvrage présente trois textes écrits du sociologue Abdelmalek Sayad (1933-1998). Ces articles reviennent sur le sort réservé aux familles et aux enfants d'immigrés à travers l'exemple paradigmatique du « cas algérien » : à travers ce cas, c'est à la fois le problème de l'identité sociale de l'émigré et de l'immigré qui sont traités, puisque la lecture de ses textes nous rappelle qu'à l'immigration d'une société correspond toujours une émigration hors d'une autre société. L'une ne peut s'expliquer sans l'autre.

2Au cœur de l'ouvrage, il y a l'entretien, réalisé par Sayad en 1975, avec Zahoua, une jeune étudiante appartenant à une famille venue d'Algérie. Se faisant elle-même sociologue de sa propre trajectoire (Sayad parle de « dédoublement sociologique »), l'enquêtée développe une « quasi-théorie de la famille et de ses transformations sous l'effet de l'immigration ». Laissant libre cours à sa parole, Zahoua raconte les transformations au sein de sa famille. « Enfants ni comme ci, ni comme ça », elle dévoile ce qui se joue entre elle et son père, qui considère ne plus avoir d'ascendant sur ses propres enfants, « ces enfants illégitimes, ces enfants de la France ». Accablé par les transformations de sa propre famille (Zahoua vit à Paris et suit des cours à l'université, sa sœur est en train de divorcer...), ce père assiste presque en spectateur « aux drames solidaires » qui sont en train de se produire. « Sans cesse contredit » et ayant le sentiment d'être « trahi », ce père, placé en situation d'infériorité, préfère éviter toute décision en imposant ce silence ; « ce silence qui n'est ni de consentement, d'hostilité déclarée, ni même de renoncement ». Analysant les relations qui se jouent au sein de la fratrie, Zahoua montre l'importance qu'a joué dans sa trajectoire le fait d'être née après cette sœur qui « a essuyé tous les plâtres ». « Coincée entre les frères aînés et les jeunes », première fille, « elle a tout encaissé », obligée qu'elle fut d'arrêter ses études pour se marier, donc d'abord appelée à ne jamais travailler avant de découvrir qu'elle aura à travailler par nécessité, et par conséquent sans la moindre qualification.

3A travers l'analyse de cet entretien, et grâce à la perspicacité de l'enquêtée se dévoile toute la trame de la sociologie de Sayad, qui a cherché à comprendre « le problème de l'identité sociale de l'émigré », ici en tant que père : « «comment, en effet continuer à être algérien alors qu'on vit hors d'Algérie depuis plusieurs décennies ; alors qu'on s'est établi en France avec femme et enfants ; alors que le temps passant, on se trouve à avoir en France son réseau de parenté et tous ses réseaux de relations pratiques ; alors que ses enfants élevés et instruits en France sont instruits des manières françaises d'être, d'agir et de penser ? ». Mais il y a aussi la pertinence de l'immigration familiale : comment, alors que l'identité de l'immigré est celle du travailleur, l'immigration familiale est-elle vécue, sinon comme une « hérésie » que les politiques familiales d'immigration cherchent à encadrer ?

4Revenant sur l'analyse de la « deuxième génération » et de sa dénomination, Sayad cherche à rendre visible tout le processus qui se joue ainsi à travers le langage, en se demandant ce que l'on désigne par ce terme : génération de quoi ? D'immigrés ? Génération autonome, en tous cas, et qui cache cette première génération, celle d'immigrés en droit légalement expulsables, mais qui peuvent échapper à l'expulsion lorsqu'un de leurs enfants est français. Deuxième génération d'immigrés... Et pourtant, « ces immigrés n'ont émigré de nulle part » : « ils sont les émigrés et immigrés de l'intérieur ». Artefact bien réel, puisqu'existe la dénomination de beurs « qui arrive à point nommé » : ceux qu'on a ainsi désigné n'ont plus qu'à assumer ce stigmate : « la dérision devient l'arme des faibles ». Cet article paru en 1994 reste toujours actuel et constitue une référence pour comprendre les différentes lignes de rupture qui traversent ces familles, et dont la celle de Zahoua en est un exemple paradigmatique.

5Ces analyses constituent donc un moyen heuristique efficace pour comprendre l'identité et la réalité objective vécue par ces enfants : elle est profondément marquée par un sentiment d'illégitimité, au sein de la sphère familiale mais aussi de la sphère politique. C'est de cette dernière qu'il est question dans premier article de l'ouvrage, paru en 1985, qui s'interroge sur l'existence politique des enfants d'immigrés. Sayad met alors en évidence le fait que la lutte pour la reconnaissance doit s'inscrire dans la mise en œuvre de revendications et de mobilisations claires qui conduiront à une égalité de fait.

6Au cœur de la pensée de Sayad, ces trois articles permettent de rendre compte du phénomène de migration familiale et des contradictions vécues par ces « enfants illégitimes, ni comme çi ni comme ça », mais aussi de leur quotidien. Ecrits par Sayad en 1994 et 1985, ces textes n'ont donc rien perdu de leur actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Genet, « Abelmalek Sayad, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. Les enfants illégitimes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 25 novembre 2006, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/347

Haut de page

Rédacteur

Julie Genet

Julie Genet prépare l'agrégation de sciences économiques et sociales à l'ENS Lettres & Sciences Humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page