Navigation – Plan du site

Le néolibéralisme, voilà l’ennemi

À propos de : Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018.
Thibault Le Texier
La société ingouvernable
Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018, 326 p., ISBN : 978-2-35872-169-1.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Je dois commencer par dire que je connais personnellement Grégoire Chamayou. C’est lui qui a proposé mon premier livre au comité de rédaction de La Découverte, et il a accueilli mon second livre dans sa collection « Zones », au sein des mêmes éditions. Je n’entreprends donc pas cette critique de gaité de cœur. Le compte rendu d’Alexandre Klein ayant bien résumé le livre, je me contenterai de pointer les travers de la thèse et les limites de la méthode.

  • 1 David Harvey, « Neoliberalism is a political project », Jacobin, 23 juillet 2016, en ligne : www.ja (...)
  • 2 Béatrice Hibou, La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012.

2La thèse, tout d’abord, est bien connue. Elle consiste, comme David Harvey l’a résumée, à considérer le néolibéralisme « comme un projet politique initié par la classe capitaliste du fait qu’elle se sentait gravement menacée d’un point de vue politique comme économique à la fin des années 1960 et dans les années 1970. [Les capitalistes] voulaient, à tout prix, conduire un projet politique permettant de réduire le pouvoir du travail »1. L’idée plus générale selon laquelle l’extension des marchés suppose un fort interventionnisme étatique, que Grégoire Chamayou reprend aussi à son compte, n’est pas neuve non plus ; on la trouve chez Weber, Polanyi, Foucault et plus récemment chez Béatrice Hibou2.

3Dans le monde du travail en noir et blanc que dépeint l’auteur, il y a les gouvernants et les gouvernés ; il y a les capitalistes et les travailleurs ; et entre ces deux groupes on ne trouve qu’un haut mur dont l’étanchéité semble être la principale préoccupation des dirigeants. Grégoire Chamayou ne ménage pas son érudition pour essayer de montrer que les dirigeants politiques, les cadres supérieurs, les managers, les économistes néoclassiques et les consultants de tout acabit sont en réalité unis derrière un même objectif d’assujettissement des travailleurs au profit des actionnaires. En fouillant un vaste champ de revues spécialisées en management et en économie, il finit ainsi par trouver des articles publiés pendant ou après des conflits sociaux qui ont l’air d’y réagir. Mais ceux-ci ne démontrent pas qu’il y a là un rapport de causalité, et non une simple concomitance. Certes, l’auteur montre bien que certaines élites ont eu peur que la société devienne ingouvernable, mais cela ne signifie pas que les universitaires, les cadres et les spécialistes du management se soient mis en ordre de bataille pour essayer de restaurer l’ordre social. La thèse d’une articulation entre menace des travailleurs et réaction des élites dirigeantes repose sur le postulat d’une volonté capable de formuler et de mettre en œuvre à grande échelle ce projet à la fois politique, économique et managérial d’assujettissement des travailleurs. Or cette volonté unifiée n’existe pas. Depuis Marx, la sociologie du travail et l’ethnologie des organisations nous ont appris que l’entreprise abrite de nombreux groupes d’intérêt, souvent divergents et en conflit. Les rapports de force peuvent être considérables entre cadres, employés, actionnaires, directeurs du marketing, contremaîtres, ingénieurs de production, chargés des ressources humaines, etc., sans parler des groupes qui gravitent autour des entreprises tels que les cabinets de relations publiques, les consultants en gestion, les économistes, les pouvoirs publics, les groupes de consommateurs, etc. Chacun de ces groupes obéit à des intérêts qui peuvent être contradictoires (beaucoup de managers voient par exemple d’un très mauvais œil le projet porté par certains économistes néoclassiques de transformer les entreprises en réseaux d’auto-entrepreneurs), et les cabinets de conseil forment une nébuleuse où se retrouvent toutes les couleurs du spectre politique.

  • 3 Jeremy Milloy, Blood, Sweat, and Fear: Violence at Work in the North American Auto Industry, 1960-1 (...)

4Pour asseoir sa thèse, Grégoire Chamayou revisite les décennies 1960, 1970 et 1980 de manière très sélective, pour ne pas dire partiale. Il ignore ainsi les mouvements de consommateurs. Il écarte les théories managériales autogestionnaires qui fleurissent dans les années 1960 et 1970. Il ne dit pas un mot du marketing, qui constitue pourtant une dimension fondamentale des entreprises et qui y prend de plus en plus de place dans ces années. Il fait comme si les relations publiques étaient nées dans les années 1970 et que les entreprises ne s’étaient jamais soucié auparavant de contrôler leur image et leur environnement social. Il veut tellement montrer que le monde du travail était dangereusement en ébullition dans les décennies 1960 et 1970 qu’il gonfle artificiellement les conflits qui surviennent dans l’industrie à cette époque, et notamment dans l’industrie automobile, alors que la violence devient véritablement un problème dans les ateliers au cours des années 1980 (un historien de l’industrie automobile américaine note par exemple que, « dans les années 1980, on entra dans l’ère de la violence au travail »3, alors que dans les décennies précédentes la violence était peu prise en compte par le management, qui la voyait comme un problème isolé relevant de la personnalité de certains employés). Selon Grégoire Chamayou, « l’intensification de disciplines de marché va de pair avec le renforcement du pouvoir des grands et des petits chefs dans les organisations » ; « la politique néolibérale […] implique un raffermissement des autoritarismes privés » (p. 265). Or cela n’est pas démontré et contredit même des évolutions récentes du monde du travail, où les travailleurs font entendre de plus en plus souvent leurs demandes d’épanouissement et de participation, et où la figure du chef s’efface derrière celles du leader et du coach.

5Afin de donner un peu de consistance à sa thèse d’une « grande peur » des managers face aux travailleurs durant les années 1970, Grégoire Chamayou fait comme si les managers n’étaient pas eux aussi des travailleurs, souvent plus proches des employés peu qualifiés que des conseils de direction. Il occulte également la crise économique de 1973, alors que la stagflation et le chômage qu’elle a entraîné ont pourtant mis les travailleurs en position de faiblesse. C’est d’ailleurs le premier livre que je lis sur l’économie durant cette période qui évacue les chocs pétroliers de 1973 et de 1979 en une demi-phrase, comme s’il s’agissait de détails négligeables.

6L’ouvrage donne souvent l’impression que ses conclusions ont été écrites à l’avance et que les éléments de preuve ont été cherchés a posteriori. Grégoire Chamayou dresse la liste de tout ce qu’il reproche aux multinationales, qui polluent, qui mentent, qui manipulent l’opinion, qui noyautent les mouvements militants, qui oppriment les travailleurs, qui luttent contre les régulations. Il a des pages intéressantes et informées sur la perte de légitimité des entreprises à la fin des années 1960 et dans les années 1970, sur l’émergence du thème de la responsabilité sociale des entreprises au début des années 1970 et sur des campagnes de responsabilisation écologique des consommateurs (au détriment de la régulation des producteurs). Mais le seul dénominateur commun qu’il trouve à ce patchwork, ce n’est pas le « libéralisme autoritaire » annoncé (dont il n’est finalement question que dans les quatre courtes pages de la conclusion), mais la bonne vieille hégémonie du capital. On se demande d’ailleurs pourquoi l’auteur se concentre sur l’entreprise. Serait-elle le lieu privilégié d’une prise de conscience des élites ? Y aurait-on élaboré des outils contre-insurrectionnels qui seraient ensuite diffusés dans toute la société ? Nous ne le saurons pas. Pourquoi, alors qu’il est question d’une société ingouvernable reprise en main par ses élites, avoir laissé dans l’ombre les femmes, les Noirs, les hippies, les universités, les émeutes dans les prisons ou encore les désertions dans l’armée ? Pourquoi n’avoir pas parlé de la police et du marketing, de la surveillance et du fichage généralisé ?

L’arbitraire de la méthode

7À cet arbitraire du choix de l’objet s’ajoute l’arbitraire de la méthode. Grégoire Chamayou ne semble pas avoir constitué un corpus de textes ou de cas représentatifs, mais avoir pioché des citations et des exemples au gré des besoins de sa démonstration. Il met dans le même sac un article publié par un juriste au début des années 1960 et un autre publié vingt ans plus tard par un théoricien du management, comme si tout cela était de toute façon une seule et même expression de la « classe dirigeante ». L’auteur pratique ainsi l’art de la citation et de l’exemple sélectifs, à partir desquels il généralise abusivement et toujours dans le même sens. C’est typiquement le cas dans sa partie sur les relations publiques et les campagnes de boycott, qui se cantonne à une poignée de firmes et n’examine pas la logique du champ dans son ensemble et son évolution à cette époque (dans les faits, de même que les entreprises qui ont fait face à des grèves massives dans les 1970 ne sont pas légion, combien ont alors fait l’objet de campagnes de boycott ?). Les citations sont rarement mises en contexte, et c’est tout juste si Grégoire Chamayou cite leurs auteurs.

8On ne s’étonnera donc pas du grand flou des acteurs convoqués, qui sont indifféremment « les néolibéraux », « les gouvernants », « les réactionnaires », « les possédants », « les praticiens managériaux », « les tenants du libéralisme économique » ou « les intellectuels néoconservateurs ». Car le seul véritable acteur du livre, le seul qui importe, c’est le néolibéralisme, qui semble doué d’une volonté et de capacités d’action propres à même d’obliger l’ensemble des classes dirigeantes à se ranger depuis soixante ans derrière un objectif et un seul : défendre les intérêts des actionnaires. Suivons cette logique jusqu’au bout : étant donné que les éditions La Découverte, qui accueillent la collection dirigée par Grégoire Chamayou, appartiennent au deuxième groupe français d’édition, Éditis, lui-même possédé par Vivendi, le travail d’éditeur (ou plutôt : de dirigeant) de Grégoire Chamayou viserait avant tout à enrichir les actionnaires de Vivendi.

9Ce manque d’épaisseur sociologique grève l’ensemble de l’ouvrage. L’histoire des idées que propose Grégoire Chamayou est détachée de l’histoire des groupes intellectuels qui les ont formulées, vulgarisées, diffusées et publicisées. Il cite des auteurs très disparates sans préciser qui ils sont, d’où ils viennent, quelle est leur discipline, dans quelles universités ils enseignent, à quels collectifs ils appartiennent ou quels liens ils entretiennent avec le monde de l’entreprise. Les discours flottent, abstraits, purs éléments de langage détachés de leurs auteurs, qui apparaissent comme des pantins bien rangés en ordre de marche derrière le drapeau capitaliste. Un extrait parmi d’autres est révélateur de cette façon de penser : « Les chefs d’entreprise avaient un besoin pressant de notions opératoires pour penser une nouvelle conflictualité qui les prenait de court. Les théories néolibérales de la firme, tout occupées qu’elles étaient à nier les rapports de pouvoir, étaient incapables de lui en fournir aucune. Il leur fallut par conséquent se tourner vers d’autres pourvoyeurs de concepts » (p. 115).

10Grégoire Chamayou cite ainsi l’article d’un obscur juriste paru dans le Delaware Journal of Corporate Law et une tribune publiée par un gourou du management dans la Harvard Business Review comme s’ils avaient eu autant d’influence sur les dirigeants d’entreprise – et comme si ces dirigeants passaient leurs soirées à lire des revues de droit universitaires afin de justifier leurs décisions (typiquement, la « réorientation néolibérale de la gouvernance d’entreprise » dont parle Grégoire Chamayou n’avait pas besoin de la théorie de la firme pour être mise en place). Il aurait fallu distinguer aussi entre les discours produits expressément pour légitimer une politique et les discours récupérés parce qu’ils peuvent servir à cet effet. Habermas a été récupéré par des théoriciens des relations publiques ; est-ce à dire qu’il a produit sa thèse sur la rationalité dialogique pour faire plaisir au PDG de Nestlé ?

11Grégoire Chamayou a le tort de voir les discours comme de simples outils immédiatement disponibles aux « élites économiques ». Les discours sur l’entreprise sont produits et circulent selon des enjeux professionnels et une concurrence intellectuelle souvent très éloignés des priorités des dirigeants d’entreprises (c’est surtout le cas du discours des économistes). Les consultants en gestion s’adressent souvent moins aux PDG qu’aux directeurs des ressources humaines, et ils peuvent promouvoir les intérêts des travailleurs et la démocratisation des entreprises. Là encore, le livre souffre d’uniformiser les cadres conceptuels et les intérêts des différents groupes sociaux qui composent les « élites ».

Un grand flou conceptuel

12À ce grand flou sociologique s’ajoute parfois un grand flou conceptuel. Grégoire Chamayou parle par exemple, sans dire ce qu’il entend par là, de « managérialité stratégique » et de « gouvernementalité financière », et il propose le pléonasme de « gestion managériale ». Sa réflexion sur le pouvoir, très foucaldienne, reste manichéenne et manque de finesse. Il confond par exemple le pouvoir tel qu’il s’exerce au sein des entreprises et le pouvoir économique des entreprises sur des marchés (c’est frappant dans sa discussion des droits à polluer). En réalité, pour ne prendre que cet exemple, l’autogestion qu’il préconise à la fin de l’ouvrage pour lutter contre le « libéralisme autoritaire » ne garantit pas la responsabilité sociale de l’entreprise : on peut démocratiser le fonctionnement interne d’une entreprise sans la mettre en externe au service de la société.

13Grégoire Chamayou coagule les différentes logiques formulées au voisinage de l’entreprise sous l’expression de « gouvernement privé d’entreprise », comme s’il s’agissait d’un tout unifié. Dans les faits, de même que les entreprises sont traversées par des rapports de force, il n’y a pas d’union sacrée entre consultants en management, économistes néoclassiques, adorateurs d’Hayek, théoriciens de la firme et experts en relations publiques. Grégoire Chamayou l’avoue à un moment, voyant bien que les discours de ces différents groupes peuvent porter des « conceptions contradictoires […] sans coordination centrale ni unité doctrinaire » (p. 137). Mais il ajoute aussitôt qu’en fait ces thèses se répondent et se complètent. Laissant de côté les réseaux d’acteurs et les liens éventuels entre les personnes qui ont porté ou appliqué ces théories, Grégoire Chamayou se concentre sur les résonances et les ressemblances conceptuelles entre les idées. Il suffit que deux théories aient un air de famille pour les ranger dans le même sac. L’essentiel est que l’unité de la classe dirigeante soit sauve.

14On l’aura compris, le livre est plus proche du tract militant que de l’enquête objective. Grégoire Chamayou écrit bien et donne une belle apparence de cohérence à son récit ; à relire l’histoire des entreprises américaines entre 1960 et 1990 au prisme d’une opposition frontale entre capital et travail, il produit une caricature qui ne manque pas de charme. Mais ce faisant, il réduit les entreprises à des machines à asservir les salariés et à engranger des bénéfices, quels que soient leur taille, leur histoire, leurs rapports de force internes ou leurs objectifs. Les entreprises n’ont apparemment que deux fonctions sociales : tenir en laisse leurs employés et engraisser leurs actionnaires. Grégoire Chamayou est visiblement en guerre contre « les néolibéraux » et « les réactionnaires », à qui il reproche un usage partisan des sciences sociales. Le problème est qu’il fait exactement la même chose. Au lieu d’analyser les conflits en cours, il y contribue en fabriquant une « arme intellectuelle », comme s’en réjouit Alexandre Klein dans son compte rendu de l’ouvrage. On sait pourtant le genre d’objectivité que produisent les guerres. Comme le dit l’adage : « Quand le drapeau est déployé, toute l’intelligence est dans la trompette ».

Haut de page

Notes

1 David Harvey, « Neoliberalism is a political project », Jacobin, 23 juillet 2016, en ligne : www.jacobinmag.com/2016/07/david-harvey-neoliberalism-capitalism-labor-crisis-resistance/ (notre traduction) ; voir aussi David Harvey, Une brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014, par exemple p. 237.

2 Béatrice Hibou, La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012.

3 Jeremy Milloy, Blood, Sweat, and Fear: Violence at Work in the North American Auto Industry, 1960-1980, Vancouver, UBC Press, 2017, p. 158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Le Texier, « Le néolibéralisme, voilà l’ennemi », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34765

Haut de page

Rédacteur

Thibault Le Texier

Chercheur associé à l’université de Nice.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page