Navigation – Plan du site

Philippe Chalmin, Une brève histoire économique d’un long XXe siècle. D’une mondialisation à l’autre (1913-2018)

Mathieu Sadourny
Une brève histoire économique d'un long XXe siècle
Philippe Chalmin, Une brève histoire économique d'un long XXe siècle. D'une mondialisation à l'autre (1913-2018), Paris, François Bourin, 2019, 288 p., ISBN : 979-10-252-0434-4.
Haut de page

Texte intégral

1Comme un écho aux Dix-huit leçons sur la société industrielle de Raymond Aron, l’ouvrage de Philippe Chalmin est issu d’un cours optionnel intitulé « Vingt leçons pour servir à l’histoire économique du XXe siècle », adressé à des étudiants de premier cycle d’économie, gestion et mathématiques de l’Université Paris-Dauphine. Au-delà du public estudiantin, l’auteur vise « l’honnête homme du XXIsiècle » (p. 6) et propose à cette fin un livre dépouillé de notes de bas de pages, un texte « digeste » mais qui ne délaisse pas les données quantitatives pour autant.

2Organisé en vingt leçons, cette Brève histoire économique propose une synthèse essentiellement chronologique allant de 1913 à 2018. Comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, au fil du parcours proposé on bascule d’une mondialisation – définie par l’association de trois ingrédients principaux que sont les pays impliqués dans ce phénomène, l’ouverture des marchés et le progrès technique – à une autre, quand bien même les deux phénomènes demeurent distincts sur le volet migratoire, la division internationale du travail, ses effets redistributifs et le rôle des firmes multinationales ou de la sphère financière…

  • 1 Eric Hobsbawm a introduit la notion de « long XIXe siècle » pour qualifier la période allant de 178 (...)

3Les chapitres passent alors en revue ce qui est attendu d’un ouvrage d’histoire économique traitant de ce « long vingtième siècle » (clin d’œil de l’auteur à l’historien Eric Hobsbawm1) : après un premier chapitre introductif qui survole la période traitée, il est question tour à tour du monde en 1913, de la Grande Guerre, des années folles, de la crise de 1929, des réponses à cette crise, de « l’utopie communiste », de la Seconde Guerre mondiale, des débuts de l’après-guerre, des Trente Glorieuses, de la construction européenne, de « l’illusion communiste », de la naissance du tiers-monde, de la crise de 1974 puis de celle du tiers-monde, de la stagnation des pays occidentaux dans les années 1980, du rebond de ces pays et de la troisième révolution industrielle, de la Chine et des pays émergents, de la crise des subprimes et enfin du monde en 2018 et ses perspectives.

4Sans difficulté majeure, l’ouvrage d’un peu plus de 260 pages se lit rapidement, dans l’ordre que l’on souhaite. L’auteur étant spécialiste des marchés de matières premières, on note des développements sur ce sujet tout au long de l’ouvrage, ce qui constitue un apport appréciable. La plume est alerte et parfois mordante, comme lorsque Philippe Chalmin évoque les « cliométriciens qui savent faire dire à leurs équations à peu près n’importe quoi » (p. 15). Pour autant, un certain nombre de remarques s’impose une fois l’ouvrage refermé et annoté.

  • 2 Parmi une littérature foisonnante, signalons en français : Zinn Howard, Une histoire populaire des (...)

5Tout d’abord, l’auteur a parfois tendance à user de formules générales qui paraissent un peu forcées. Ainsi peut-on lire que le début de la Grande Guerre marque « la fin de l’insouciance pour les 65 millions d’hommes qui participèrent à ce conflit » (p. 36), que les Trente Glorieuses sont pour le monde occidental « une période tellement exceptionnelle » (p. 123), et que la dernière décennie du XXsiècle est une « époque de “bonheur économique” » pour les pays avancés (p. 229) : le lecteur se demande alors si certaines populations et certaines dimensions des phénomènes n’ont pas été oubliées en cours de route2, crainte qui apparaît déjà en page 7 lorsque l’auteur écrit que, pour l’historien, « il n’y a guère de faits saillants entre 1880 et 1913 ».

  • 3 Voir Dellemotte Jean, « La “main invisible” d'Adam Smith : pour en finir avec les idées reçues », L (...)
  • 4 Keynes John Maynard, La réforme monétaire, 1923, trad. Paul Franck, en ligne : http://classiques.uq (...)

6De même, on regrette de trouver certains lieux communs dans un ouvrage destiné à des étudiants ou à « l’honnête homme ». Il n’est ainsi pas possible d’échapper à la « main invisible du marché, chère à Adam Smith » (p. 129) – expression qui continue de gangréner discours, manuels, articles, copies… alors que bon nombre d’auteurs ont démontré qu’elle était fausse3 – ou à la métaphore de l’or comme « relique barbare » (p. 43), alors que, par cette formule, Keynes n’entendait qualifier que le système de l’étalon-or4.

  • 5 Sur le sujet, voir ; Tooze Adam, Le Salaire de la destruction. Formation et ruine de l'économie naz (...)

7Passés ces premiers écueils, le lecteur est conduit à la discussion critique concernant certains événements et affirmations. Par exemple, à propos de la baisse du chômage au début du IIIe Reich (chapitre 6), l’auteur n’évoque pas certaines solutions utilisées par les autorités de l’époque (la restriction de l’offre de travail, entre autres choses) et ne porte de regard critique ni sur les statistiques du chômage, ni sur l’efficacité des méthodes employées pour le réduire5.

  • 6 Il s’agit d’un discours prononcé en juillet 2007 au Sénégal par Nicolas Sarkozy, alors président de (...)
  • 7 Pomeranz Kenneth, La Force de l’Empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleter (...)

8Envisageant cette fois-ci le « reste du monde » (appelé plus tard le « tiers-monde ») de la fin du XIXe  au début du XXe siècle, Philippe Chalmin écrit : « Dominé politiquement et économiquement quand il n’est pas directement colonisé, ce monde-là n’est pas vraiment entré dans l’histoire économique de la planète » (p. 32-33). Au-delà de sa résonnance sans doute involontaire avec le « discours de Dakar »6, un tel propos gagnerait à être nuancé, ne serait-ce que parce que des historiens comme Kenneth Pommeranz7 ont montré comment l’Angleterre a pu se libérer de ses contraintes environnementales via l’utilisation du charbon et l’exploitation des terres de ses colonies du Nouveau Monde, ce qui contribua à son essor.

  • 8 Voir Bénassy-Quéré Agnès, Olivier Blanchard et Jean Tirole, « Les économistes dans la cité », Note (...)

9En outre, du point de vue de l’histoire des idées, les thèses « keynésiennes » apparaissent triompher dans les politiques économiques qui font suite à la Seconde Guerre mondiale, avant que le monétarisme, Hayek et autres néolibéraux ne prennent leur revanche. Cette histoire de la pensée économique et son influence sur les politiques menées8 gagneraient à être plus nuancées, l’ouvrage prenant peut-être un peu trop au pied de la lettre les propos de Keynes dans ses « Notes finales » de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie.

10Enfin, la quatrième de couverture annonce que le livre montre « surtout » la « recherche, jamais achevée, de l’équilibre entre croissance et justice sociale ». Or, pour intéressante qu’elle soit, cette thématique ne fait l’objet d’aucun chapitre spécifique. Notons également qu’aucune définition de la justice sociale n’est présente, cette dernière étant remplacée par des évocations succinctes des politiques de redistribution et de l’État-providence.

  • 9 Comme le fait par exemple Dominique Cardon dans son ouvrage, lui aussi issu d’un cours : Culture nu (...)

11Sur un plan plus anecdotique, trois éléments méritent d’être soulignés. D’abord, l’oubli systématique de la majuscule requise lorsqu’on parle de « l’État » est regrettable. Ensuite, la volonté de faire un bon mot ou d’introduire une référence conduit à des phrases dont le sens n’est pas immédiat. Ainsi, Philippe Chalmin nous dit que la deuxième mondialisation qui se développe au XXsiècle « n’est pas encore cette “fin de l’histoire” dont, avec Hegel, les hommes ont toujours rêvé » (p. 9). Il est permis de douter que « les hommes » et Hegel aient « toujours » eu la même vision de cette « fin de l’histoire »... Enfin, la bibliographie est réduite à la portion congrue : six ouvrages sont évoqués. À cet égard, on peut regretter l’absence de références variées (livres, articles, liens…) à la fin de chaque chapitre, pour permettre aux lecteurs d’aller plus loin9.

Haut de page

Notes

1 Eric Hobsbawm a introduit la notion de « long XIXe siècle » pour qualifier la période allant de 1789 à 1914, période marquée par des conflits issus de la Révolution.

2 Parmi une littérature foisonnante, signalons en français : Zinn Howard, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002 ; Noiriel Gérard, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseille, Agone, 2018 ; note critique de Xavier Vigna pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/27575 ; Zancarini-Fournel Michelle, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, collection « Zones », 2016 ; compte rendu de Laurent Dartigues pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23332. Pour les Trente Glorieuses : Pessis Céline, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d'après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

3 Voir Dellemotte Jean, « La “main invisible” d'Adam Smith : pour en finir avec les idées reçues », L'Économie politique, vol. 44, n° 4, 2009, p. 28-41, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2009-4-page-28.htm.

4 Keynes John Maynard, La réforme monétaire, 1923, trad. Paul Franck, en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/keynes_john_maynard/reforme_monetaire/keynes_reforme_monetaire.pdf.

5 Sur le sujet, voir ; Tooze Adam, Le Salaire de la destruction. Formation et ruine de l'économie nazie, les Belles Lettres, 2012 ; Hautcœur Pierre-Cyrille, La Crise de 1929, La Découverte, coll. Repères, 2009, chap. V.

6 Il s’agit d’un discours prononcé en juillet 2007 au Sénégal par Nicolas Sarkozy, alors président de la République française. Il avait déclaré que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire ». Sur ce discours, voir Chrétien Jean-Pierre, « Le discours de Dakar. Le poids idéologique d’un “africanisme” traditionnel », Esprit, n° 11, 2007, p. 163-181.

7 Pomeranz Kenneth, La Force de l’Empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleterre a fait mieux que la Chine, Alfortville, Éditions è®e, 2009.

8 Voir Bénassy-Quéré Agnès, Olivier Blanchard et Jean Tirole, « Les économistes dans la cité », Note du CAE, n° 42, 2017, ainsi que les références proposées ici : https://beatricecherrier.wordpress.com/2019/02/19/les-economistes-dans-la-cite-au-xxe-siecle/.

9 Comme le fait par exemple Dominique Cardon dans son ouvrage, lui aussi issu d’un cours : Culture numérique, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Les petites humanités », 2019 ; compte rendu de Guillaume Arnould pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/32737.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Philippe Chalmin, Une brève histoire économique d’un long XXe siècle. D’une mondialisation à l’autre (1913-2018) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34771

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page