Navigation – Plan du site

Cynthia Enloe, Armées, bananes, confection… Une analyse féministe de la politique internationale

Anne Kasprzack
Armées, bananes, confection…
Cynthia Enloe, Armées, bananes, confection…. Une analyse féministe de la politique internationale, Blajan, Solanhets, 2019, 527 p., traduit de l'anglais (États-Unis) par Caroline Sordia, ISBN : 9791094791226.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paru en 1989 aux éditions Pandora Press, petite maison d’édition britannique féministe et novatrice (...)

1Ce livre est la traduction française de l’édition révisée et enrichie en 2014 d’un ouvrage paru vingt-cinq ans auparavant sous le titre Bananas, Beaches and Bases: Making Feminist Sense of International Politics1. L’auteure, Cynthia Enloe, née en 1938, est professeure de sciences politiques à l’Université de Californie à Berkeley, spécialiste du féminisme. Considéré comme pionnier lors de sa parution en 1989, cet ouvrage est l’un des premiers qui prenne en compte la dimension genrée dans l’analyse des relations internationales. L’auteure affirme que les discours traditionnels des experts sur les relations internationales, dépourvus de « curiosité de genre » (gender-incurious), ne permettent pas d’appréhender toute la complexité des mécanismes du pouvoir et sont donc incapables de fournir une analyse précise des phénomènes politiques internationaux : « Si l’on ne prête pas suffisamment attention aux femmes – à toutes les sortes de femmes –, on ne pourra pas comprendre qui exerce du pouvoir et à quelles fins. Telle est l’une des principales leçons de la recherche féministe internationale » (p. 42).

2L’analyse féministe consiste, pour Cynthia Enloe, à enrichir systématiquement et méthodiquement l’étude d’un phénomène donné par les questions suivantes : quel est le rôle des femmes dans ce phénomène, pourquoi occupent-elles cette position, que pensent-elles de cette situation et qui bénéficie de cette répartition des rôles ? Cette approche bottom-up, multi-niveaux, historique et critique, peut être appliquée à l’analyse de toutes sortes de phénomènes : « On peut effectuer une analyse genrée et féministe d’à peu près tout. Et chacune de ces analyses nous rendra plus avisé·e·s sur la manière dont notre monde fonctionne ou dysfonctionne » (p. 434). Ainsi Cynthia Enloe étudie-t-elle des phénomènes aussi divers que le tourisme international, le fonctionnement des bases militaires américaines à l’étranger, le commerce international de bananes ou encore l’industrie mondialisée des vêtements. Pour chacun des nombreux exemples explorés, l’auteure s’attache mettre en évidence la division genrée du travail qui y est à l’œuvre, à décrire les inégalités, les injustices, les violences, physiques ou symboliques, exercées sur les femmes, et les tentatives de résistance de ces dernières. Le système de domination qui se dégage de ces analyses porte un nom : le patriarcat.

3L’un des exemples les plus marquants de l’ouvrage est celui de l’« histoire genrée de la banane » (p. 276). Enloe met en lumière les conceptions de la masculinité et de la féminité utilisées pour façonner le commerce international de la banane tel qu’il existe encore de nos jours. Elle montre notamment comment le plus grand producteur et distributeur commercial de bananes de la première moitié du XXe siècle, la United Fruit Company, tira profit de la figure exotique de Carmen Miranda, chanteuse et actrice brésilienne d’origine portugaise extrêmement populaire aux États-Unis, pour commercialiser les fruits jaunes. En imaginant la Chiquita Banana Lady, une mascotte publicitaire caricaturant Carmen Miranda, la United Fruit Company acquit une très forte notoriété et domina le marché mondial. Enloe analyse également la division genrée au sein des bananeraies, dans lesquelles le travail des femmes est souvent non considéré et non rémunéré, les situations de prostitution à proximité des plantations, où se mêlent exploitation sexuelle et domination raciale, ou encore les premières tentatives d’organisation en syndicat des femmes honduriennes travaillant dans les bananeraies, les « bananeras », à partir de 1985. Ces éléments dessinent une image de l’industrie bananière contemporaine très fortement genrée : impossible, dès lors, de continuer à regarder la banane comme un fruit « naturel ».

4Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, Enloe énonce ce qu’elle considère comme l’un des principaux apports de l’approche féministe des relations internationales, à savoir l’idée selon laquelle « le personnel est international, l’international est personnel » (p. 427). Cette affirmation, qui sonne comme un slogan, signifie d’une part que ce que l’on considère généralement comme relevant de la sphère privée, intime – par exemple, les relations conjugales –, est en réalité socialement et politiquement construit. D’autre part, elle signifie que les pays dépendent de certaines formes de relations prétendument privées pour mener à bien leurs affaires étrangères : le chapitre 3 montre par exemple en quoi la prostitution aux abords des bases militaires fait partie intégrante du système de « relations internationales patriarcales » (p. 227).

5Résolument militant, écrit dans un style simple et accessible, cet ouvrage constitue une introduction aux études de genre appliquées au domaine de l’international. Cependant, le lecteur restera sur sa faim s’il s’attend à trouver la définition de concepts (les termes « genre », « féminisme », « féminin », « patriarcat », « politique internationale », employés d’un bout à l’autre de l’ouvrage, ne sont jamais définis), l’exposé structuré d’une théorie féministe des relations internationales ou encore une présentation critique de l’état des recherches dans ce vaste domaine. L’intérêt de ce volume réside donc certainement plus dans les questions qu’il pose que dans les réponses qu’il apporte, qui sont surtout des invitations à approfondir et à complexifier le propos plutôt que des conclusions définitives. Les nombreuses références qui appuient le travail d’Enloe, listées en fin d’ouvrage, constituent à cet égard une précieuse ressource. Nous retiendrons surtout de cette lecture la méthode d’analyse développée par Enloe et son attention portée aux femmes invisibles et inaudibles car, comme elle l’écrit, « dans n’importe quel domaine des relations internationales, accorder une grande attention aux silences est une stratégie de recherche absolument cruciale » (p. 205).

Haut de page

Notes

1 Paru en 1989 aux éditions Pandora Press, petite maison d’édition britannique féministe et novatrice, l’ouvrage a été repéré et republié dès 1990 par les éditions University of California Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Kasprzack, « Cynthia Enloe, Armées, bananes, confection… Une analyse féministe de la politique internationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34776

Haut de page

Rédacteur

Anne Kasprzack

Ancienne étudiante en théorie politique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page