Skip to navigation – Site map

Laura Coffey-Glover, Men in women’s world. Constructions of Masculinity in Women’s Magazines

Marie Duru-Bellat
Men in Women's Worlds
Laura Coffey-Glover, Men in Women's Worlds. Constructions of Masculinity in Women's Magazines, London, Palgrave Macmillan, 2019, 256 p., ISBN : 9781137575548.
Top of page

Full text

1Ce livre offre une analyse originale de la manière dont les magazines dits féminins parlent des hommes et les « vendent » en quelque sorte aux femmes. Il s’agit bien d’une perspective originale, car la majorité des analyses des contenus des magazines féminins se polarisent sur la manière dont sont présentées, voire inculquées aux femmes les normes de la féminité, comment les femmes sont en quelque sorte « vendues » aux femmes comme le dit l’auteure. Même si la motivation essentielle à se construire féminine est de plaire aux hommes, ces derniers restent un angle mort des analyses existantes. La thèse explorée dans l’ouvrage est que ce que les anglo-saxons désignent sous le vocable de « lad culture » – cette rhétorique très populaire chez les jeunes mâles britanniques, vantant toute une culture profondément sexiste, où les femmes sont des objets soumis à leur bon plaisir –, n’est pas cantonnée aux magazines masculins mais diffuse largement dans la presse destinée aux femmes.

2Elle-même universitaire en linguistique, Laura Coffey-Glover mobilise dans cette recherche les techniques familières aux linguistes (les études textuelles, depuis la grammaire jusqu’aux choix lexicaux, et les analyses de contenu qualitatives et quantitatives. Surtout, elle s’appuie sur la conviction que le langage – les mots et le style utilisés – joue un rôle propre, crucial dans la production du genre et de l’ordre du genre. La notion de performativité est donc au cœur de l’analyse : ce qui est dit produit quelque chose de spécifique et, ici, le message des magazines pose comme évidente l’existence d’une identité féminine (qui a besoin des hommes pour être validée), et d’une identité masculine essentialisée, centrée autour de « besoins » sexuels naturels, impérieux, justifiant tout comportement agressif et plus généralement une situation de domination.

3Dans un second chapitre consacré aux approches linguistiques sur ce même thème, l’auteure précise l’originalité de sa démarche : alors que les linguistes étudient volontiers comment s’expriment les hommes et les femmes (non sans, parfois, prendre de fait le langage masculin comme une norme dont s’écarterait le langage féminin), elle vise à élucider comment le genre est conceptualisé et produit par le langage même car, performativité oblige, le langage, loin de n’exprimer que ce que l’on est, génère effectivement quelque chose, en ce qu’il produit les identités genrées. Les analyses empiriques existantes des magazines apportent un premier éclairage sur cette question et l’auteure synthétise les principaux messages qui sont envoyés aux lectrices et aux lecteurs : l’hétérosexualité va de soi, le genre est intimement lié à la biologie, et le « Mars and Venus model » – soit le fait qu’hommes et femmes constituent deux mondes différents – domine de manière écrasante…

4La recherche originale de Laura Coffey-Glover (tirée de sa thèse, avec une bibliographie impressionnante) s’appuie sur un corpus de 21 magazines destinés à un public féminin publiés en Grande Bretagne en 2008 ; le livre en donne la liste, ainsi que la manière dont les articles ont été ventilés par type (interview, fiction, enquête, courrier…). Elle précise également sa méthode d’analyse stylistique critique (critical stylistics) qui requiert de recenser non seulement les termes choisis pour décrire, mais les appositions et les oppositions, les exemples, la façon d’énumérer ou de présenter les opinions, ou encore les implicites, etc. Tout ceci se fonde sur des comptages, mais un travail d’interprétation est sans cesse nécessaire : un mot rare peut n’en être pas moins très important ou, encore, le contexte peut moduler le sens d’un terme.

5Ces préambules théoriques et méthodologiques faits, les résultats sont présentés à partir du chapitre 5. Un premier éclairage original concerne l’impact idéologique (certes, supposé plus que démontré) de la manière dont les hommes sont décrits (et ainsi étiquetés : « labelled ») et donc les aspects de l’identité masculine que l’on cherche ainsi à mettre en avant. Le simple fait d’utiliser dans certaines descriptions les pronoms « he » ou « his » véhicule l’idée que ce dont on parle est le fait de (ou concerne) tous les hommes ; de même, les noms de professions utilisés de manière routinière figurent ce que l’homme typique fait comme métier. De plus, on trouve des termes ou des métaphores évoquant les monstres (ou l’animal, la bête) ou les héros (ou le prince, la vedette…). La manière dont sont évoqués les parties du corps masculin participe de cette représentation (avec un accent sur les organes sexuels ou les muscles). Les stéréotypes ainsi véhiculés sont nombreux : les hommes sont violents, obsédés par le sexe, infidèles et prédateurs, même si on peut parfois s’en moquer ; des touches d’humour affleurent parfois, sur la taille de leur sexe par exemple, tout en suggérant implicitement dans le même temps que plus c’est grand, mieux c’est (« bigger means better », p. 119). Il n’en reste pas moins que les hommes sont relativement peu décrits par leurs caractéristiques physiques alors que pour les femmes, c’est la règle.

6Après s’être penchée sur les mots utilisés, Laura Coffey-Glover pose sa loupe sur les associations et les oppositions entre eux, quand il s’agit de définir ce que sont les hommes – les « bons » et les « mauvais » – en les confrontant à des idéaux culturels ou des métaphores. On se réfère souvent à des métaphores typiques comme « Mr Right », « Mr Perfect » ou « The One », voire au prince charmant, opposé aux « bêtes », prédateurs obsédés par la sexualité ; on oppose également l’homme beau à l’homme riche, l’idéal étant bien sûr l’homme beau et riche. Est connoté positivement tout ce qui fait des hommes des partenaires non seulement éligibles mais désirables.

7Le focus se déplace ensuite sur ce que font les hommes et sur leurs activités matérielles et physiques, censées impressionner les femmes. Elles le sont notamment en ce qui concerne les prouesses sexuelles et la force physique, avec des références fréquentes à la violence. Avec une tension toujours présente : l’homme est certes un objet de désir pour les femmes mais aussi une menace pour elles.

8Transparaît donc dans tous ces textes une idéologie latente de la masculinité. Les implicites nichés dans les formulations sont innombrables, qui en appellent au sens commun : les hommes sont commandés par leurs instincts et visuels, ils sont naturellement agressifs, ils ne rêvent « que de ça » et rejettent l’homosexualité, ils laissent le souci de la beauté aux femmes et sont sales, détestent le shopping et adorent les voitures, ils ont peur de s’engager… En miroir, les femmes sont peu attirées par le sexe et cherchent la romance ; elles ont soin de veiller à satisfaire les besoins irrépressibles de l’homme, tout en étant capables de monnayer leurs faveurs pour obtenir quelque chose d’un mâle qui n’en reste pas moins le partenaire dominant de la relation.

9Ces constats sont repris dans la conclusion, l’accent étant mis par l’auteure sur le message qui lui semble dominer nettement tous ces textes, à savoir la thèse de l’obsession masculine pour le sexe, et du statut de la femme comme objet de ce désir, susceptible de justifier toutes les violences. Ceci oblitère toute perspective d’évolution des modèles de genre, même si parfois l’humour affleure, offrant aux femmes la possibilité d’une prise de distance éphémère avec ce modèle. Certes, ça et là, des comportements jusqu’alors considérés comme féminins (soin de son apparence notamment) sont évoqués chez certains hommes, mais ils le sont comme une déviation qui ne fait, paradoxalement, que réaffirmer la définition hégémonique de la masculinité. Le genre reste intimement associé au sexe, et les hommes ne doivent en aucun cas être « féminins ».

10D’un point de vue théorique, Laura Coffey-Glover revient sur sa thèse du caractère performatif des discours des magazines. Alors que la notion de performativité était jusqu’alors surtout mobilisée pour analyser des comportements –on crée du féminin en s’effaçant pour laisser passer les femmes, par exemple –, y compris des interactions verbales – quand dire c’est faire –, elle souligne que des textes, de l’écrit donc, peuvent avoir la même portée. C’est là, à ses yeux, un apport important de son ouvrage. Mais s’il propose des analyses originales (de fait assez techniques et qui, rien que sous cet angle, intéresseront les spécialistes), sur un corpus bien cerné, il n’en demeure pas moins qu’aux yeux d’une personne un tant soit peu au fait des questions de genre, il vient surtout confirmer ce que nombre d’études tendaient à montrer dans ce champ.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Duru-Bellat, « Laura Coffey-Glover, Men in women’s world. Constructions of Masculinity in Women’s Magazines », Lectures [Online], Reviews, 2019, Online since 27 May 2019, connection on 19 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34801

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page