Navigation – Plan du site

Serge Audier, L'âge productiviste. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques

Audrey Dupont-Camara
L'âge du productivisme
Serge Audier, L'âge du productivisme. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La Découverte, 2019, 967 p., ISBN : 9782707198921.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur semble préférer le terme productivisme à celui de capitalisme parce qu’il ne se réfère pas (...)

1Face à l’urgence climatique, pourquoi les enjeux écologiques ne structurent-ils pas davantage le débat politique actuel ? Qu’est-ce qui explique un tel rejet de ce sujet de la part des acteurs politiques à l’échelle mondiale ? Le dernier ouvrage d’envergure (965 pages !) de Serge Audier apporte des éléments de réponse à ces questions. Spécialiste en philosophie politique, l’auteur insiste sur l’idée que la marginalisation de la question écologique n’est pas un phénomène nouveau mais remonte au XIXe siècle avec l’apogée du « productivisme »1, système techniciste et industrialiste visant le progrès et particulièrement destructeur du milieu naturel. Il fouille de manière exhaustive et patiente les récits et imaginaires politiques de ces deux derniers siècles à la recherche des balbutiements, des interprétations, voire des concrétisations politiques de la pensée écologique.

  • 2 Audier Serge, La Pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, L (...)
  • 3 Audier Serge, La société écologique et ses ennemis. Pour une histoire alternative de l'émancipation (...)
  • 4 Inspirée de l’historien et philosophe anglais Quentin Skinner, université de Londres.

2Tel un archéologue de la pensée écologique politique, l’auteur travaille une position assumée depuis son ouvrage de 2008 sur La Pensée anti-682. Dans la continuité de son précédent essai remarqué de 20173, il poursuit ses prospections sur la pensée écologique, cette fois-ci au-delà de la thématique de l’émancipation – une quête d’alternative issue de courants minoritaires « de gauche », contrariée par les modèles de pensée capitalistes dominants. Pour cerner les raisons de l’échec de ces brèches écologiques à sortir des systèmes économiques productivistes, il propose de philosopher autrement en appliquant à l’écologie la méthode de l’histoire intellectuelle4 globale.

  • 5 Parmi les auteurs oubliés, le géographe français Franz Schrader (1844-1924), titulaire de la chaire (...)

3Tout l’intérêt de l’essai est de remettre au goût du jour une littérature oubliée5 et critique du capitalisme, et de réfuter la domination d’une histoire qui ne se serait pas départie de ses représentations culturelles techno-industrielles. Il est composé de neuf chapitres, qui s’arrêtent sur autant de moments clés de la pensée écologiste dans les courants et contre-courants productivistes depuis l’industrialisation, et d’un épilogue qui s’intéresse aux idées contemporaines.

4L’ouvrage s’ouvre sur l’émergence de la pensée productiviste au XIXe siècle et de son inscription dans l’imaginaire collectif. Le premier chapitre rappelle que l’idéologie du « progrès » scientifique et technique devient une valeur culturelle intériorisée par les sociétés industrialisées qui transcende les modèles politiques en construction (socialisme, républicanisme, communisme, capitalisme) dans des contextes variés. Le second chapitre analyse le rapport complexe du marxisme de Marx et Engels au XIXe siècle et de leurs successeurs, face à la question environnementale. Nous retenons trois interprétations, toutes imprégnées du productivisme, qui se dessinent entre un marxisme « “prométhéen” voire industrialiste anticapitaliste » (p. 149), un socialisme réformiste porté par Jean Jaurès et la vision minoritaire anarcho-socialiste de Georges Sorel.

5Le chapitre 3 continue cette discussion sur la convergence des luttes pro-environnementales et de la pensée « de gauche » en rappelant que la Russie communiste après 1917 a brièvement opéré dans un souci de l’environnement sous l’influence de Lénine, ou encore que le New Deal de 1933 aux États-Unis incarne une politique étatique volontariste d’aménagement des terres et des ressources naturelles en milieu rural pour soulager les zones urbaines. Ces démarches écologistes venues d’en haut des années 1910-1940 sont, dans le chapitre 4, mises en miroir avec les initiatives d’en bas, quasi-inaudibles. Ces quelques critiques du productivisme de tous bords politiques sont d’importances variées et parfois ambiguës, avec notamment la « révolution conservatrice » allemande d’avant-guerre, la critique de la vie rapide depuis l’automobile du couple italien Ferrero, le discours anti-productiviste de l’Ordre Nouveau en France ou encore les positions décolonisatrices de Jacques Viot ou de Claude Lévi-Strauss.

6La poussée des idées néolibérales relatée dans le chapitre 5 symbolise l’âge d’or de ce que le philosophe appelle l’« anti-écologisme » des années 1930. Son analyse est néanmoins teintée de nuances car, malgré une critique univoque des dirigismes et de l’État social, plusieurs néolibéralismes aux sensibilités différentes sur la question écologique se sont développés en fonction des oppositions qu’ils visaient à faire taire, qu’elles soient partisanes du socialisme ou annonciatrices de la « société écologique ». Les économistes s’essayant au libéralisme socialiste et naturaliste – à la manière de la « troisième voie » allemande de Wilhelm Röpke – sont affublés des critiques de leurs détracteurs, comme Ludwig von Mises ou Friedrich von Hayek, qui rejettent avec fracas tout projet économique écologiste.

7Le sixième chapitre retrace le parcours intellectuel des résistances au capitalisme qui, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, mènent un combat inégal contre un productivisme qui a retrouvé une nouvelle légitimité mondiale écrasante, à travers le mythe de la croissance en Occident ou la course consumériste en URSS. Le consensus du « tout développement » s’effrite dans le monde intellectuel, notamment avec la naissance de l’écologie scientifique, qui doit beaucoup aux enseignements de l’École de Francfort et à André Görz, ou encore avec le mouvement italien antifasciste du socialisme libéral.

8Si le chapitre 7 introduit les penseurs des mouvements pré-écologistes des années 1960-1970, le chapitre suivant le complète en s’intéressant à l’opinion publique et à celle des décideurs politiques de l’époque en matière d’environnement. Cette période est célèbre pour sa vague de contestations sociales fortes, terreau fertile pour les pensées écologistes en Europe à travers des courants et des hommes comme le nouveau socialisme de Herbert Marcuse, l’écologie anti-autoritaire d’Ivan Illich, l’éco-socialisme allemand et l’écologie politique en France. Ces thèses trouvent certainement des échos dans une société qui prend conscience des problèmes environnementaux, depuis le rapport The Limits to Growth du Club de Rome et la conférence des Nations unies sur l’environnement à Stockholm de 1972.

  • 6 Ces deux économistes sont à l’origine du concept d’écologie circulaire et ont tenté de trouver des (...)

9Les avancées socio-écologistes n’ont pas permis aux partis de gauche des années 1970 et au mouvement des altermondialistes, dont les actions sont passées au crible dans le chapitre 9, d’imposer la pensée écologique à l’agenda politique. Les tentatives de créer une bioéconomie pour répondre à la crise écologique ont été écrasées par le mainstream des économistes néolibéraux, condamnant à l’oubli les auteurs pionniers comme Kenneth Boulding ou Nicholas Georgescu-Roegen6, pour proposer toutes sortes de justifications scientifiques à l’exploitation intempestive des ressources naturelles. Dans le contexte de crise d’un capitalisme too big to fail, le mouvement altermondialiste a peiné à fédérer des soutiens à travers une ligne politique uniforme, malgré la promotion du concept intéressant de biens communs.

  • 7 Selon Arendt, la politique est une catégorie de l’action qui concerne la pluralité des citoyens dan (...)
  • 8 Référence à l’ouvrage de Jean-Paul Fitoussi et Eloi Laurent, La nouvelle écologie politique. Économ (...)

10Enfin, l’auteur explore dans l’épilogue les notions écologistes contemporaines (progrès écologique, citoyenneté démocratique écologique, éco-libéralisme, éco-conservatisme, éco-socialisme) et invoque également la nécessité pour l’écologie de redevenir politique, au sens arendtien d’une préoccupation de la cité7. À travers cette section finale, L’Âge productiviste s’inscrit tout à fait dans la lignée de cette « nouvelle » écologie politique8 qui encourage les citoyens à s’engager dans la vie publique afin de fonder une « véritable res publica écologique » (p. 820).

Haut de page

Notes

1 L’auteur semble préférer le terme productivisme à celui de capitalisme parce qu’il ne se réfère pas aux seuls mouvements de « droite » ou libéraux pour désigner les logiques accumulatives de richesse et d’exploitation maximale des ressources naturelles.

2 Audier Serge, La Pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, 2008.

3 Audier Serge, La société écologique et ses ennemis. Pour une histoire alternative de l'émancipation, Paris, La Découverte, 2017.

4 Inspirée de l’historien et philosophe anglais Quentin Skinner, université de Londres.

5 Parmi les auteurs oubliés, le géographe français Franz Schrader (1844-1924), titulaire de la chaire de géographie anthropologique en 1906.

6 Ces deux économistes sont à l’origine du concept d’écologie circulaire et ont tenté de trouver des systèmes économiques moins énergivores pour optimiser l’utilisation des ressources naturelles.

7 Selon Arendt, la politique est une catégorie de l’action qui concerne la pluralité des citoyens dans le but d’agir et de réfléchir pour l’intérêt commun. Cf. Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Pocket, 2002.

8 Référence à l’ouvrage de Jean-Paul Fitoussi et Eloi Laurent, La nouvelle écologie politique. Économie et développement humain, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La république des idées », 2008 ; des idées peut-être pas si neuves, comme le démontre Serge Audier dans cet essai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Dupont-Camara, « Serge Audier, L'âge productiviste. Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34831

Haut de page

Rédacteur

Audrey Dupont-Camara

Doctorante en géographie à l’université de Perpignan (laboratoires ART-Dev et PROMES).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page