Navigation – Plan du site

Frédéric Thomas (dir.), « Moyen-Orient et Afrique du Nord. État des luttes », Alternatives Sud, vol. 25, n° 4, 2019

Nessrine Naccach
Moyen-Orient et Afrique du Nord
Frédéric Thomas (dir.), « Moyen-Orient et Afrique du Nord. État des luttes », Alternatives Sud, vol. 25, n° 4, 2019, 177 p., Paris, Editions Syllepse, ISBN : 978-2-84950-716-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wadah Khanfar, « Democracy is still the answer for Arab world », The World Today, février-mars 2017
  • 2 Selon Asef Bayat, professeur de sociologie et d’études du Moyen-Orient à l’Université de l’Illinois (...)

1En 2010-2011, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient sont secoués par des soulèvements sociaux exceptionnels. Aujourd’hui, la région est marquée par toute sorte de tensions et de conditions de belligérance : les conflits armés, la lutte antiterroriste en Irak et en Libye, celle en Palestine et au Liban, les menaces offensives autour du Qatar et encore la guerre au Yémen et en Syrie. Au point que les conséquences de ces insurrections semblent éclipser leurs causes1. D’où l’importance, pour les auteurs de ce dossier, de revenir sur ces conflits avec un regard nouveau, focalisé sur les « mutations par le bas » (p. 8), afin d’analyser aussi bien les dynamiques de ces révolutions et transitions que les paradoxes et contradictions qu’elles induisent. « Que reste-il du printemps arabe ? » huit ans plus tard, se demandent les coordonnateurs dans l’éditorial (p. 7) : seulement des rues assourdissantes où retentissaient des cris « Irhal » (Dégage !) et des gouvernements volant en éclat, que l’on croyait pourtant, solidement ancrés ? Comment expliquer que ces mouvements soient si vite rattrapés par « la contre-révolution 2» ? Si l’on admet que toute révolution nourrit en son sein un tournant contre-révolutionnaire, il est fondamental de comprendre pourquoi ce tournant s’est-il effectué si vite et de manière hégémonique (en Tunisie et en Égypte, par exemple). C’est à ces questions que propose de répondre ce quatrième numéro d’Alternatives Sud.

2Le dossier est scindé en trois parties. La première section, intitulée « Moyen-Orient », regroupe des contributions qui explorent les situations de guerre et de contre-révolutions dans les sociétés moyen-orientales. L’article de Faisal Abualhassan et Ahmed Alowfi s’attarde sur les réformes en Arabie saoudite, engagées avec l’accession au trône en 2005 du prince héritier Abdallah, suivie par celle de son fils Mohammed Ben Salmane en janvier 2015. Ce dernier met en place un programme de changements socio-économiques appelé « Vision 2030 ». Les auteurs détaillent les mesures introduites, comme la restructuration du marché du travail et du système judiciaire ou encore « la réorientation culturelle » : la disparition du pouvoir de la police religieuse et surtout la levée de l’interdiction de conduire pour les femmes. D’autres pays du Golfe ont été secoués, l’instar du Koweït, étudié par Alex Boodrookas, qui a connu deux mouvements d’opposition inédits. Le premier est une coalition anticorruption qui a mis en cause le régime politique suite à l’incarcération en 2017 de plusieurs membres de l’opposition koweitienne. Le deuxième mouvement s’est mobilisé pour les droits des travailleurs migrants, suite à l’affaire Joanna Demafelis, une travailleuse domestique philippine dont le corps mutilé a été retrouvé dans un congélateur en février 2018. Alex Boodrookas attire l’attention aussi bien sur la fragilité de ces mouvements que sur la répression de l’État dont ils font l’objet.

3L’Irak, l’Iran, la Jordanie et la Palestine n’échappent pas non plus à des mouvements de protestation ciblant les régimes politiques en place. La sociologue spécialiste des études de genre, Zahra Ali, observe que la réponse à l’agitation de la société civile iraquienne serait non seulement le refus des politiques de remettre en cause leur pouvoir mais encore le recours à l’appareil sécuritaire pour freiner brutalement et contrôler les manifestants. Il en va de même en Iran, pays bouleversé par une vague de manifestations essentiellement économiques, fin décembre 2017. La contribution de Tara Povey met en avant l’importance et la nouveauté des grèves et manifestations en Iran : il s’agit d’« un [véritable] phénomène » (p. 35), affaibli cependant par les conflits internes entre réformistes et conservateurs. La Jordanie (dont les mouvements de juin 2018 sont examinés par Sarah Ababneh) et la Palestine (pays étudié par Ibrahim Natil) sont également touchées. Si la première a connu des manifestations d’ampleur inédite rassemblant toutes les générations et classes sociales dans une lutte marquée par une forte présence féminine, la deuxième a vu naître une mobilisation populaire « spontanée » (p. 67) : le mouvement du 15 mars 2011, au cours duquel plusieurs groupes de jeunes ont organisé des marches pacifistes pour dénoncer le conflit entre le Hamas et le Fatah. Ces mobilisations ont été doublement freinées par les forces israéliennes et les manipulations politiques de Fatah et Hamas.

  • 3 Abdullah Öcalan, Libérer la vie : la révolution de la femme, Cologne, International Initiative Edit (...)

4Le cas tendu de la Syrie est étudié par Gulîstan Ozer et Leila Al-Shami. Cette-dernières interroge le soulèvement révolutionnaire syrien de 2011, mettant en lumière la spirale destructrice dans laquelle s’est enfoncé le pays. Gulîstan Ozer s’intéresse quant à elle aux Kurdes, « peuples privés d’État » (p. 73), qui fondent au Rojava, dans le Nord syrien, dans un contexte de guerre, leur propre administration aux aspirations multiculturelles, démocratiques et égalitaires en matière de genre3. Le politologue François Frison-Roche se penche sur le Yémen, l’un des pays les plus pauvres au monde. Il montre que, depuis 2014, la guerre civile yéménite s’est muée en un conflit régional ; et aux rivalités entre des élites politiques locales se sont greffés des intérêts régionaux, avec l’Arabie saoudite aux commandes de la guerre.

  • 4 Chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

5L’entretien de Frédéric Thomas avec Nicolas Dot-Pouillard4 nous éclaire sur la situation au Liban. On apprend ainsi que s’il « n’est pas un désert politique » (p. 59) − grâce à une vie syndicale et associative forte −, le pays est toutefois ravagé par de nombreux conflits sociaux tels que la crise des ordures de l’été 2015, précédée en 2013 et en 2014 par une vague de mobilisations interconfessionnelles pour la hausse des salaires des fonctionnaires. Ceci dit, le défi pour le Liban reste de « faire converger des cultures politiques qui ne se parlent pas » (p. 61).

6La deuxième section, consacrée à l’Afrique du Nord, s’ouvre par l’article de Yahia Zoubir et Louisa Dris-Ait Hamadouche sur les résistances et contres-résistances en Algérie. Les deux auteurs examinent les conflits actuels en Algérie, où le régime déploie des instruments de neutralisation des contre-pouvoirs pour perdurer. De son côté, en se concentrant sur l’Égypte, Sarah Ben Néfissa remarque que les acteurs du mouvement de 2011 paient aujourd’hui le prix d’une transition chaotique et de « la coalition contre nature passée en 2013 avec les forces de l’ancien régime pour chasser les Frères musulmans du pouvoir » (p. 117). Selon elle, à y regarder d’un peu plus près, on voit clairement que les médias et la société civile ne cessent de subir un contrôle strict.

7Le cas de « la transition bloquée » en Libye est décortiqué par Moncef Djaziri (p. 125). L’auteur considère que, depuis la chute de Kadhafi, le pays s’est disséqué et la société a reculée, minée de l’intérieur par les milices armées et les divisions communautaires, le tout sur fond de corruption. Dans une approche similaire, Chawqui Lotfi, militant pour l’émancipation démocratique Tahadi-Maroc analyse ce qu’il appelle « le réveil social » au Maroc, mettant l’accent sur les tensions que vit le pays, sept ans après le printemps arabe (p. 133). À ses yeux, la situation actuelle au Maroc en dit long sur les crises politiques, économique et sociales telles que le soulèvement de 2011 qui a débouché sur « un lifting de la Constitution », ou encore la mobilisation du Rif, appelée Hirak, à partir d’octobre 2016, aujourd’hui meurtrie par une série d’incarcérations. Chawqui Lotfi souligne que, même s’ils ne visent pas directement le régime en place, ces mouvements ont au moins le mérite de le désacraliser. Khadija Mohsen-Finan se penche sur la situation politique en Tunisie. Elle remarque que, si les avancées de la transition tunisienne sont indéniables, les questions soulevées par la révolution demeurent sans réponses, surtout après la reconquête du pouvoir par « les politiciens de l’ancien monde » (le parti de Nidaa Tounes), avortant la rupture souhaitée par la jeunesse tunisienne.

  • 5 Elles ont joué un rôle de premier plan dans les vagues de protestation et lors des grèves des trava (...)
  • 6 Par exemple, la plateforme « Soulèvement des femmes dans le monde arabe », créée en 2011, a lancé u (...)
  • 7 En Tunisie, par exemple, les femmes ont remporté respectivement plus de 27 % et 30 % des sièges aux (...)

8La troisième section, « Analyses transversales », reconsidère les conflits et les mobilisations pour repenser la question du genre dans le monde arabe. Nicola Pratt questionne les bouleversements politiques qui s’y déroulent sous l’angle du genre, qui n’est pas « une dimension détachée et secondaire dans l’étude des transformations sociopolitiques » (p. 167). Pour elle, l’effondrement de certains régimes a permis la remise en question des rapports du genre. Nicola Pratt rappelle que les femmes ont joué un rôle incontestable dans les protestations5 et la mobilisation sur les médias sociaux6. Malgré la trajectoire de résistance des femmes, certains régimes politiques souhaitent les discréditer, allant jusqu’au « gender shaming » (p. 169), c’est-à-dire à diverses formes d’humiliation et d’intimidation en lien avec le genre. L’auteure insiste sur le militantisme de plusieurs femmes qui ont lutté pour prendre part aux processus de transition politique et exiger l’inscription des droits des femmes à l’agenda politique7.

9Avec les printemps arabes, le processus de confessionnalisation atteint son comble ; l’effondrement de l’État en Irak, au Yémen et en Syrie aggrave davantage ces divisions. Ozcan Yilmaz pointe du doigt la problématique de « la régionalisation » des conflits au Moyen-Orient, qui s’est traduite par des rivalités entre l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie. Il rappelle que si les notions de « guerres de religion » ou de « chiites versus sunnites » dominent au Moyen-Orient, c’est parce que l’Arabie saoudite, l’Iran et, dans une moindre mesure, la Turquie se livreraient ainsi à une « guerre froide […] pour la domination de la région » et la réalisation de leurs objectifs géopolitiques (p. 151).

10La contribution de Jonathan Piron, « Moyen-Orient : des mobilisations sociales face aux menaces environnementales ? », apporte un regard complémentaire à la question sociale et politique au Moyen-Orient dans la mesure où elle nous invite à réfléchir aux dégradations environnementales qui entraînent la précarisation voire la migration des populations. Jonathan Piron montre que, loin d’être un fait anodin, les changements climatiques − qui ne peuvent être considérés en soi comme une cause de conflits − représentent un multiplicateur de menaces dans un espace déjà soumis à des tensions.

11Ce numéro d’Alternatives Sud a le mérite d’offrir un panorama de réflexions objectives et dynamiques sur les « État des luttes » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sans pour autant céder à une vision désenchantée des post-révolutions.

Haut de page

Notes

1 Wadah Khanfar, « Democracy is still the answer for Arab world », The World Today, février-mars 2017.

2 Selon Asef Bayat, professeur de sociologie et d’études du Moyen-Orient à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, chaque révolution porte en son sein sa contre-révolution. Voir à ce sujet : Asef Bayat, Revolution without revolutionnaries. Making sense of the Arab spring, Stanford, Stand University Press, 2017.

3 Abdullah Öcalan, Libérer la vie : la révolution de la femme, Cologne, International Initiative Editions, 2013.

4 Chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

5 Elles ont joué un rôle de premier plan dans les vagues de protestation et lors des grèves des travailleurs avant 2010, en Égypte, en Tunisie et en Jordanie.

6 Par exemple, la plateforme « Soulèvement des femmes dans le monde arabe », créée en 2011, a lancé une campagne d’envergure en 2012, invitant les femmes à poster une photo d’elles-mêmes expliquant pourquoi elles soutenaient le soulèvement. Des centaines de femmes de toute la région ont répondu à l’appel en abordant des questions autrefois tabous.

7 En Tunisie, par exemple, les femmes ont remporté respectivement plus de 27 % et 30 % des sièges aux élections législatives en 2011 et 2014, tandis qu’en Libye elles ont obtenu 16 ,5 % au premier parlement post-Kadhafi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nessrine Naccach, « Frédéric Thomas (dir.), « Moyen-Orient et Afrique du Nord. État des luttes », Alternatives Sud, vol. 25, n° 4, 2019  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 mai 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34917

Haut de page

Lieu

Moyen-Orient

Afrique

Arabie saoudite

Irak

Iran

Jordanie

Liban

Palestine

Syrie

Turquie

Algérie

Égypte

Libye

Maroc

Tunisie

Maghreb

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page