Navigation – Plan du site

Tim Harford, L’économie est un jeu d’enfant

Eric Keslassy
L'économie est un jeu d'enfant
Tim Harford, L'économie est un jeu d'enfant, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2019, 592 p., traduit de l'anglais par Laurent Bury, 1re ed. 2016, ISBN : 978-2-13-081736-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’économie est souvent considérée comme une discipline difficile d’accès. Pour démontrer le contraire, Tim Harford s’est lancé le défi de synthétiser une grande partie de la pensée économique à partir d’exemples pris dans le quotidien ou en répondant à des questions courantes. Mais plus profondément, l’objectif de l’auteur est bien de montrer comment les économistes voient le monde et ce qu’ils apportent aux décideurs politiques.

2L’économie est un jeu d’enfant est la traduction conjointe de deux ouvrages : The Undercover Economist, paru en 2006, et The Undercover Economist Strikes Back, paru en 2013. Professeur invité à Oxford et chroniqueur au Financial Times, Tim Harford a fait l’effort d’actualiser le premier ouvrage au moment de la parution du second, et d’indiquer en note de bas de page lorsqu’il s’est trompé – mais aussi de souligner les faits qui lui ont donné raison. Il a également modifié le contenu entier d’un chapitre consacré aux bulles spéculatives : dans la première édition, les mécanismes financiers étaient illustrés par la crise des nouvelles technologies (2001-2002) alors qu’ici, ils sont décryptés en s’appuyant sur la crise des subprimes (2007-2008).

3Pour rendre l’économie accessible au plus grand nombre, l’auteur emprunte une démarche originale : expliquer les approches microéconomique et macroéconomique à partir de questionnements en lien avec notre vie quotidienne. C’est donc à partir de cas réels et familiers du lecteur que Tim Harford parvient à vulgariser l’analyse économique.

4Sur le plan microéconomique, l’ouvrage commence par s’interroger sur le prix (relativement) élevé des cafés dans l’enseigne Starbucks. Cela conduit l’auteur à utiliser la théorie de la rente différentielle établie par David Ricardo au début du XIXe siècle (la rareté des terres conditionne leur valeur) pour finir par expliquer les mécanismes de rente (et de spéculation).

5À partir des étalages de supermarché, il renseigne ensuite sur l’idée de discrimination par les prix. Puis, les embouteillages servent à aborder la notion fondamentale de coût social (le coût pour la collectivité qu’il faut différencier du coût privé, par exemple du pollueur). Cela amène Tim Harford à s’arrêter longuement sur les mécanismes de marché : avec une grande pédagogie, il montre comment la loi de l’offre et de la demande fixe des prix qui donnent une bonne information pour utiliser de façon optimale les ressources, c’est-à-dire, en fait, comment le marché est une institution qui permet la meilleure allocation des ressources possibles, sauf en cas de défaillances… du marché ! Il est alors temps de s’arrêter sur les différentes défaillances de marché, comme l’asymétrie d’information, la tragédie des biens communs ou encore les externalités, et de voir comment les acteurs privés ou les pouvoirs publics cherchent à les réparer pour atteindre l’efficacité économique. Point important : si le marché est d’abord une instance d’efficacité économique, cela ne signifie pas qu’il faut occulter la question de la justice sociale. L’auteur montre très bien que c’est à niveau de justice sociale fixé (et déterminé par un consensus social, par exemple, par le bais d’un résultat électoral) que le système économique doit rechercher l’optimalité économique.

6Toujours sur le plan microéconomique, Tim Harford présente de façon très simple la théorie des jeux. Une illustration est donnée avec le commerce international : le libre-échange est théoriquement plus efficace que le protectionnisme dans la mesure où il n’y a pas de « passager clandestin » ; pour cela, il faut que les échanges internationaux soient bien organisés. Contrairement à ce qu’ont pu avancer les théories tiers-mondistes, l’auteur défend l’idée que les pays pauvres ne souffrent pas de leur participation à la mondialisation : selon lui, ils ne parviennent pas à décoller en raison d’institutions défaillantes.

7L’approche macroéconomique est abordée par le bais d’une récession économique dans le monde du… baby-sitting. Lorsqu’un ralentissement économique intervient sur une activité, il faut compter avec une hausse du chômage. L’auteur se demande ensuite si l’État doit intervenir et comment : est-ce par la monnaie ? Par le budget ? Quelles sont les conséquences de cette intervention économique de l’État en termes d’inflation et de croissance économique ? On saisit ici qu’il donne à comprendre la pensée keynésienne. Bien décidé à faire un tour d’horizon complet de la science économique, Tim Harford ne se limite pas à la macroéconomie conjoncturelle et aborde le champ des politiques structurelles au travers notamment des politiques de l’emploi.

8Avec ses différents exemples, l’auteur montre bien que l’économie est la science des choix : si vous utilisez des ressources dans un but, cela signifie que ces ressources ne sont plus disponibles pour atteindre éventuellement un autre objectif. Il y a donc toujours des décisions à prendre. Et c’est précisément le rôle de la science économique que de tenter de les éclairer et de permettre au politique de mieux maitriser les conséquences de chacun de ses choix.

9L’économie est un jeu d’enfant tient parfaitement son pari. Ce livre rend l’économie plus facile à comprendre, même si le non-initié peut avoir, par endroit, quelques difficultés à suivre les raisonnements proposés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Tim Harford, L’économie est un jeu d’enfant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 03 juin 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/34972

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page