Navigation – Plan du site

Alain Accardo, Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu

Muriel Epstein
Introduction à une sociologie critique
Alain Accardo, Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu, Agone, coll. « Eléments », 2006, 382 p., EAN : 9782748900637.
Haut de page

Texte intégral

1« Exposé du monde social étroitement inspiré d'analyses bourdieusiennes, et reprenant en substance l'appareil conceptuel qu'elles proposent, ce livre peut être regardé comme une utile introduction à la lecture des travaux de Pierre Bourdieu. » dit la quatrième de couverture.

2On apprend dans la préface qu'effectivement, Alain Accardo a travaillé sous la direction de Pierre Bourdieu et s'en inspire pour ses publications. Ce livre est la troisième édition d'un ouvrage qui s'intitulait à l'origine Initiation à la sociologie. L'illusionnisme social.

3« Au cours de ses rééditions successives, ce livre est devenu à sa façon, et sans autre publicité que celles de ses utilisateurs, surtout dans les milieux enseignants, une sorte de classique, c'est-à-dire en l'occurrence, un livre au contenu plus cité que lu et plus photocopié que commandé en librairie » insiste-t-on toujours dans la préface. De fait, dans sa construction comme dans son style d'écriture, le livre se consulte plus agréablement à la façon d'un dictionnaire ou d'un encyclopédie lorsqu'on recherche des éléments sur des points précis que d'un « roman », d'un « livre d'histoire » ou d'une « invitation à la sociologie » avec des anecdotes dont la lecture serait fluide et agréable. Le lexique et la table des matières très détaillés encouragent d'ailleurs une telle utilisation.

4Le lien avec une quelconque lecture de Pierre Bourdieu est extrêmement faible comme le rappelle l'auteur dans son préambule : il s'agit bien d'« une vision du social qui est la mienne, celle que je me suis construite en m'appropriant intellectuellement, au fur et à mesure de son édification, une œuvre scientifique complexe et puissante, telle que je l'ai comprise, avec les ajouts, les distorsions et les lacunes de ma propre subjectivité ». Bref la seconde partie du titre « lire Pierre Bourdieu » est très probablement de trop, peut-être une idée de l'éditeur pour faire vendre.

5L'ouvrage se divise en neuf chapitres, suivis, après la conclusion, d'une annexe sur la petite bourgeoisie. Le premier chapitre, intitulé « l'illusion naturaliste » reprend pas à pas une défense un peu durkheimienne de la sociologie qui pourrait se synthétiser de la façon suivante : « gardons-nous de croire que ce que la société construit a quoi que ce soit de naturel », il examine l'opposition entre les sexes à travers des exemples assez intéressants de reconstitution de rapports souvent considérés comme « hommes/femmes » dans des microcosmes homosexuels, parle de « la nature humaine » ou du fatalisme et défend, de façon quasi exhaustive, l'idée que « rien n'est naturel » ou, au minimum, qu'il faut entamer toute étude sociologique en évitant l'explication naturaliste.

6Le second chapitre intitulé « les champs sociaux » en donne une définition à travers la notion d'espace social et de distances entre les groupes. Il explique leur structuration, leur caractérisation, leurs moyens d'évoluer et introduit la notion de capital social comme étant l'investissement dans le champ social. Et le troisième chapitre, intitulé « la légitimité » traite de la façon dont un champ social légitime son pouvoir, l'ordre établi, la violence symbolique. Il explique également « le cercle enchanté de la légitimité », c'est-à-dire la façon dont les individus en position dominante y restent, poussés par la perception qu'ont les autres d'eux-mêmes. Ce chapitre se termine sur le rôle des institutions en tant qu'elles légitiment leurs membres, à travers des titres et des diplômes notamment, par le discours performatif de ces derniers.

7Le quatrième chapitre traite de « l'intérêt ». Il aurait aussi bien pu être intitulé « la motivation ». Il détaille les articulations des conflits et des consensus par l'intérêt qu'un groupe dominé peut avoir garder sa position a priori inconfortable. Il décrit les notions de « distinction » et de « conformité » par le besoin qu'ont les individus de se distinguer (si possible par le haut) des catégories sociales jugées « inférieures » et d'être conformes au modèle dominant... En particulier pour les classes intermédiaires. Pour définir jusqu'au bout le fait que l'intérêt n'est pas toujours financier, l'auteur insiste sur l'intérêt au désintéressement, notamment pour se conformer à sa classe sociale et parce que ses investissements peuvent avoir une valeur symbolique et être convertis en capital social.

8Le chapitre cinq décrit l'habitus, cette incorporation d'un « savoir être » forme acquise et sociale de « l'inconscient ». Il explique en quoi et comment est intégré l'habitus, selon la classe sociale, le style de vie et en quoi cette façon d'être sera au cœur tant des « déterminismes » de classe et à l'origine de la reproduction sociale que des évolutions.

9« L'homologie » fait l'objet du chapitre six. Il s'agit là de décrire la construction d'un champ à partir du mécanisme d'adhésion , son autonomie plus ou moins grande, et l'articulation des champs entre eux. Comme dans le chapitre trois, l'auteur revient sur la légitimité des champs dominants et la lutte des champs entre eux pour accéder à ce statut.

10Le chapitre sept intitulé « les stratégies » (stratégies qui prend ici le sens de « comportement de classe » indépendamment d'un objectif conscient) commence par expliquer les jeux de reproduction et de transformation sociales avant de détailler les stratégies optimales à certains égards selon les classes. Ces dernières vont de « faire de nécessité vertu » et « se contenter de ce qu'on a » qui s'avère être une façon de ne pas se frustrer lorsque l'on appartient à une classe dominée à « construire la norme de façon à en être » lorsque l'on est dans une classe dominante.

11Le chapitre huit insiste sur « les classes sociales ». L'auteur discute dans un premier temps le fait que l'on puisse considérer objectivement ou subjectivement ces « classes sociales » puis décrit en détail leurs impacts sur les individus qui les composent, les trajectoires des classes et les effets performatifs des visions du monde social (déjà évoqué du point de vue des individus dans le chapitre trois).

12Le dernier chapitre parcourt « la construction sociale de la réalité », en partant de la construction du sujet, des effets d'agrégation, de la fiction du contrat social, des articulations macro et micro pour aller vers l'illusion biographique (chacun se croyant « particulier »), la complexité qui existe et qu'il ne faut pas vouloir simplifier. Il s'attarde ensuite sur les « négociations collectives », qu'il s'agisse des liens entre dominants et dominés ou des nécessités (ou non d'ailleurs) à rechercher un compromis et de l'équilibre précaire de tout cela. Il conclut sur la force du mouvement, des forces de stabilité et de renouvellement. Une annexe, plus digeste et plus lisible, définit la « petite bourgeoisie » selon qu'elle est en déclin, en période de stabilité ou en ascension.

13Globalement, le livre d'Alain Accardo est effectivement « un livre outil », assez exhaustif sur les outils classiques d'analyse boudieusienne du monde social. Il contient, cependant, trop d'exemples « alambiqués », volontairement provocants, sur des concepts relativement simples. Par exemple, l'auteur choisit le « médecin » pour illustrer l'effet performatif des institutions sur les individus, institutions qui, nommant une personne à un poste ou lui donnant un diplôme créent sa compétence. Mais la façon d'élaborer cet exemple laisse croire que sont nommées médecins, des personnes de même niveau de compétence que le tout venant, qui deviendraient ensuite médecins, par la pratique, quand la société a légitimé leur titre ; alors même que ne sont nommés médecins (en France) que des personnes ayant fait une dizaine d'années d'études dont au moins cinq de pratiques hospitalières. Bref, il y a ici un certain nombre de concepts que l'on trouvera mieux illustrés ailleurs, et on se contentera, prudemment, d'utiliser ce livre comme un « dictionnaire introductif ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Alain Accardo, Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 28 novembre 2006, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/350

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page