Navigation – Plan du site

Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle

Félix Turmel
Défendre la cause de l'environnement
Nathalie Berny, Défendre la cause de l'environnement. Une approche organisationnelle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2019, 298 p., préf. Olivier Borraz, ISBN : 978-2-7535-7551-6.
Haut de page

Texte intégral

1Paru aux Presses Universitaires de Rennes dans la collection « Res Publica » en avril 2019, l’ouvrage de Nathalie Berny « vient à point nommé », comme le fait remarquer Olivier Borraz dès les premières lignes de la préface. Ciblant les mouvements associatifs français dédiés à l’environnement, cette étude les situe à l’aune d’une histoire à la fois nationale et internationale, tout comme du parcours individuel de chaque mouvement.

2Le véritable tour de force de cette recherche mêlant sociologie des organisations et science politique est alors de mettre en exergue les différents facteurs qui influencent la trajectoire de chaque mouvement, ceci pour expliquer leurs positions à l’heure actuelle. Depuis la création des différents mouvements environnementaux jusqu’à aujourd’hui, l’auteure nous invite à comprendre les dynamiques à l’œuvre comme autant de sources d’hétérogénéité dans un groupe d’apparence pourtant homogène pour les profanes : les associations écologistes. Ainsi, Greenpeace, Les Amis de la Terre, la Ligue pour la protection des oiseaux, France Nature Environnement et le Fonds mondial pour la nature constituent le panel analysé par Nathalie Berny. Et par une compréhension minutieuse des modes de fonctionnement de ces structures, de leurs modèles économiques de subsistance, de l’origine de leurs fonds, de leurs publics cibles, des modes de professionnalisation, mais également de l’influence des structures internationales, de l’actualité politique nationale comme internationale des divers gouvernements successifs ainsi que des relations entre associations, cet ouvrage résume près de cinquante ans de militantisme écologiste en France.

3La situation actuelle ne se limitant pas à des trajectoires isolées les unes des autres, l’auteure démontre que les relations entre les structures sont le résultat de convergences comme de dissonances, ponctuelles ou vivaces, de leurs luttes. De plus, sa recherche procède à une analyse historique des structures françaises en lien étroit avec les divers responsables qui les ont guidées. Car les deux principaux leviers de ces mouvements associatifs, que sont leurs adhérents et leurs fonds, dépendent en très grande partie des trajectoires impulsées par les meneurs – trajectoires elles-mêmes fortement dépendantes de l’actualité.

  • 1 Voir Selznick Philip, « Institutionalism "Old" and "New" », in Administrative Science Quarterly, n° (...)
  • 2 Voir Ollitrault Sylvie, Militer pour la planète : Sociologie des écologistes, Rennes, PUR, 2008.

4Du point de vue de la méthodologie d’enquête, ce travail s’inscrit dans la continuité de grands noms de la sociologie des organisations et de l’environnement. Plus spécifiquement, la bibliographie de l’auteure évoque Philip Selznick, à côté d’autres chercheurs comme Sylvie Ollitrault, dont les travaux respectifs sur les organisations1 et le militantisme écologiste2 se voient complétés par le présent ouvrage. De plus, la méthode d’enquête se veut qualitative et inductive, mobilisant plus d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs réalisés entre 2013 et 2016, auxquels s’ajoute une analyse documentaire particulièrement exhaustive (voir p. 45).

5Le premier chapitre dresse un état de l’art ciblant la thématique des associations écologistes. En interrogeant l’origine de ces mouvances et leurs moyens de toucher leurs publics cibles, cette recherche rend notamment saillants les savoir-faire à l’œuvre dans ces structures militantes. En résulte un chapitre qui réussit parfaitement à nous immerger dans plusieurs décennies de travaux, compilés pour permettre d’entrer davantage dans le vif du sujet au chapitre suivant.

6Le second chapitre met alors en lumière les parcours de chacun des mouvements associatifs depuis l’émergence de la première mouvance écologiste. Nathalie Berny y démontre que les positions et les objets d’étude de ces organisations sont non seulement le résultat d’une émergence à différents moments, mais également le fait des populations gestionnaires des structures, des orientations de ces structures quant au degré d’intégration des profanes, ou encore de leurs modèles de subsistance.

7Selon l’auteure, la conjoncture précédemment évoquée va fortement marquer les modes d’action de ces mouvements associatifs dans les années 1990-2000, en ceci qu’il leur est nécessaire d’accroître leurs moyens humains et financiers pour gagner en force d’action, mais également parce que les trajectoires des mouvances associatives les invitent à chercher des adhérents issus de diverses sphères – politique, économique, citoyenne. De surcroît, à ce moment la protection de l’environnement devient un choix gouvernemental, avec la naissance du ministère de l’environnement. Comme le montre ce troisième chapitre, il s’agit donc d’un temps où l’associatif gagne en crédibilité tant auprès des pouvoirs publics que de la société civile, ceci se traduisant par des accroissements d’effectifs et la prise en compte (relative) de leurs revendications par la classe politique.

8Par suite, le quatrième chapitre met en lumière l’impact de la professionnalisation sur les associations, à une période où elles se voient fragilisées par leur manque de visibilité auprès du grand public, de même que par des réformes politiciennes (1990-2000). L’auteure souligne alors l’importance de la professionnalisation, qui devient un moyen de survivre pour ces mouvances et permet d’éviter l’extinction. C’est aussi l’occasion de faire un parallèle avec les transformations profondes que les associations écologistes ont subi à cette période, apparentées aux allégeances des associations à certains organes publics ou à d’autres mouvements associatifs. Cette logique marque un tournant pour chacune d’entre elles et entame ou renforce leur légitimité dans les milieux associatifs et/ou politiques.

9Pour ces associations, l’entrée dans le XXIème siècle se caractérise ainsi par de nouvelles manières d’opérer. Elles vont progressivement croître et gagner en adhérents, car leurs moyens vont permettre l’embauche croissante de salariés pour animer les structures et les actions. Les choix d’actions à mener ainsi que le modèle de fonctionnement économique seront décisifs dans la conduite de ces associations au tournant des années 2000. De surcroît, la croissance du nombre de salariés engendre de nouveaux rapports de force avec les administratifs dans ces structures, notamment autour de questions de légitimité susceptibles de mettre à mal la pérennité des mouvances militantes, comme l’illustre le cinquième chapitre.

10Puis le Grenelle de l’environnement amorce un virage dans l’histoire associative que vient décrire le sixième et dernier chapitre. Si les questions environnementales gagnent alors en considération aux yeux de la population et de l’État, ce dernier modifie la législation en donnant la parole à d’autres acteurs que les mouvements associatifs. En réaction, les associations environnementales vont davantage investir le champ politique, s’inscrivant dans des partenariats inter-associations et des partenariats avec des partis politiques en vue d’élections nationales à venir. Cette ouverture du dialogue laisse d’une part de nouveaux organismes concurrencer les associations en termes de crédibilité ; d’autre part ces dernières se voient entendues au même titre que de grands organismes – ce qui n’est pas pour leur déplaire. Pourtant, suite à la crise des subprimes, les questions environnementales ne sont plus « à l’agenda de l’exécutif » (p. 214) et c’est le développement de fédérations associatives regroupant divers grands groupes qui va permettre de soutenir les démarches collectives, même si les aspirations divergentes de cette multitude de mouvements associatifs fragilisent la cohérence de l’ensemble et en lèsent un grand nombre. Ces chamboulements – en particuliers ceux résultant de la crise des subprimes – demandent alors trois ajustements organisationnels que met en évidence ce dernier chapitre : l’intégration de nouvelles compétences mobilisables (lobbyistes et coordinateurs en sont de parfaits exemples), la recherche de nouveaux moyens de financement, et la (re)valorisation des bénévoles. La COP21 offrira in fine un nouvel élan à ces associations autour d’une considération accrue de la part des publics et des institutions.

11Finalement, la conclusion permet à Nathalie Berny de revenir sur l’ensemble des propos préalables en apportant quelques précisions sur les questions de management, de politique, de structure, de statut, ainsi que de leadership. En guise de point d’orgue, l’auteure y rappelle l’importance des mouvements associatifs vis-à-vis des enjeux politico-environnementaux actuels.

12Tel qu’évoqué en introduction, cet ouvrage est publié durant une période charnière. De plus, le prisme de la sociologie des organisations permet à l’auteure d’effectuer un bilan des mutations des associations environnementales, alors même que l’écologie se voit de nouveau transformée depuis quelques années par une plus grande implication de la société civile dans le processus de revendication. Nathalie Berny met ici non seulement en évidence les caractéristiques propres à diverses associations écologistes au fil des cinquante dernières années, mais elle invite aussi le lecteur à penser l’importance de l’individu comme facteur susceptible d’orienter les trajectoires d’ensemble des structures dédiées aux causes environnementales, le tout dans un ouvrage accessible et détaillé.

Haut de page

Notes

1 Voir Selznick Philip, « Institutionalism "Old" and "New" », in Administrative Science Quarterly, n°2, vol. 41, 1996, p 270-277.

2 Voir Ollitrault Sylvie, Militer pour la planète : Sociologie des écologistes, Rennes, PUR, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Turmel, « Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35080

Haut de page

Rédacteur

Félix Turmel

Ingénieur d’études au sein du laboratoire Dysolab (université de Rouen-Normandie).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page