Navigation – Plan du site

Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey, Le métier d'enseignant : une identité introuvable ?

Arber Shtembari
Le métier d'enseignant : une identité introuvable ?
Olivier Rey, Hélène Buisson-Fenet (dir.), Le métier d'enseignant : une identité introuvable ?, Lyon, ENS Éditions, coll. « Entretiens Ferdinand Buisson », 2019, 112 p., ISBN : 9791036200779.
Haut de page

Texte intégral

1Comment se construisent aujourd’hui l’identité professionnelle et les représentations sociales du métier d’enseignant ? Les enseignants représentent-ils un groupe professionnel comme les autres ? Pour répondre à ces questions, les auteurs de cet ouvrage partent d’un préalable : le monde enseignant est pluriel et l’évolution dans les conditions d’accès et les modes de développement professionnel aujourd’hui questionne de plus en plus la question de la compétence et de la professionnalité.

2Issu de la sixième session des Entretiens Ferdinand Buisson organisée le 30 mai 2018 à l’Institut français de l’Éducation à l’ENS de Lyon, l’ouvrage est organisé autour de deux axes : celui du point de vue des chercheurs et celui du point de vue des praticiens. Composé de six contributions, il traite d’une part des multiples représentations socialement situées que les enseignants ont de leur métier et de sa valeur et les effets de la socialisation professionnelle (« plastique », disent les auteurs) sur le processus de construction identitaire des enseignants ; d’autre part il s’arrête sur le processus de construction de cette identité en interaction avec le travail pédagogique et les choix didactiques. Il analyse également les nouvelles exigences institutionnelles, notamment celles qui incitent à la recherche de maîtrise de certains nouveaux outils d’amélioration pédagogiques et d'autres permettant d’interroger son propre métier de manière réflexive.

  • 1 La contribution reprend un résultat présenté dans son ouvrage G. Farges, Les mondes enseignants : i (...)

3Dans la première partie de l’ouvrage intitulé « Le point de vue des chercheurs » (p.13), Géraldine Farges (IREDU, Université de Bourgogne France-Comté) revient plus en détail sur une recherche dont les résultats ont été publiés dans Les mondes enseignants : identité et clivages1. Lors de cette enquête, l’auteure a recueilli les représentations des enseignants autour de deux thématiques principales, la valeur sociale et la valeur intellectuelle du métier (la valeur prise au sens wébérien en tant que prestige social), et propose un inventaire selon les différences entre enseignants du premier et ceux du second degré (N=1749). L’enquête montre que les deux catégories partagent le sentiment que leur métier a une valeur sociale faible dans la société, sentiment qui n’est pas nouveau. Quant à la valeur intellectuelle, l’auteure montre qu’il existe une distinction dans les représentations entre enseignants du premier degré et ceux du second degré. Cette distinction s’opère selon deux schémas majeurs : une qui est générationnelle (une distinction entre jeunes enseignants et les professeurs les plus âgés) et l’autre qui est statutaire (distinction entre enseignants du premier degré et ceux du second degré). Les différences sont déterminées d’une part par les parcours sociaux (trois indicateurs, origine sociale, trajectoire des études, genre) des enseignants et d’autre part par des éléments faisant partie du parcours de professionnalisation dans leur métier. L’auteure insiste sur le fait que l’autonomie relative des enseignants et leur pouvoir de décision limitée ont un effet sur le capital symbolique et sur ce qu’on pourrait appeler un sentiment plus au moins partagé de « déclassement par le bas », tel que le décrit Cédric Lomba pour certains métiers.

  • 2 D. Schön, Le praticien réflexif. À la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel, Éditions (...)

4La seconde contribution de la section « point de vue des chercheurs » est celle de Pierre Périer (CREA, Université de Rennes 2) qui analyse les évolutions du métier d’enseignant sous le spectre de sa professionnalisation et l’individualisation de plus en plus croissante. Celle-ci met davantage l’accent sur l’expérience subjective du métier et les profils divers au sein d’un même groupe professionnel, celui des enseignants. Les identités professionnelles des enseignants, dit l’auteur, renvoient de plus en plus à « une réalité en train de se faire » (p. 34) avec des enseignants qui sont de plus en plus impliqués dans la définition de leur rôle et celle de leur métier. Ainsi, la professionnalisation passe de plus en plus par un esprit d’individualisation qui pousse les enseignants à (entre) prendre des initiatives et à devenir des acteurs de leur propre développement professionnel. P. Périer s’appuie sur trois critères d’analyse (origine sociale, parcours de formation et espérances professionnelles) pour expliquer les raisons de choix du métier d’enseignant. Face aux nouveaux défis (massification scolaire, diversité des publics, etc.), la professionnalisation devient la réponse dans l’objectif d’enrichir ses compétences et de s’ouvrir à « une pluralité de références ». Sur ce point, on pense, entre autres, au paradigme du praticien réflexif de Donald Schön2, bien qu’il nous semble que l’angle choisi par l’auteur de cette contribution est plus normatif que celui de D. Schön.

  • 3 L’actionnalisme est un courant sociologique issu des travaux d’Alain Touraine. Selon ce courant, la (...)
  • 4 G. Sensevy, Institutions didactiques, Paris : Presses Universitaires de France, 1998.

5Après ces deux contributions, la seconde partie d’ouvrage « le point de vue des praticiens » est composée de trois contributions. La première est celle de Céline Grancher, professeure des écoles, (laboratoire Lab-E3D, Université de Bordeaux) qui porte sur l’identité des enseignants. Rédigée sous forme de témoignage, la contribution de l'auteure s’arrête sur la diversité des profils des enseignants et constate que les multiples identités enseignantes sont le produit des constructions individuelles, plus précisément de « construction continue » (p. 49) On retrouve quelques éléments de l’actionnalisme tourainien3 – l’enseignant en tant qu’acteur rationnel. L’auteure s’arrête sur des éléments de son parcours de formation et les premières expériences professionnelles et met l’accent sur le fait que la recherche et la pratique doivent alimenter l’un et l’autre dans un mouvement circulaire. Ici, le praticien réflexif renvoie plus à la posture du « chercheur professeur » selon l’auteure s’appuyant sur les lectures de Gérard Sensevy4. L’auteure préconise de mener des recherches sur ses propres pratiques professionnelles en employant des outils pédagogiques tels que la recherche-action.

  • 5 K. Lewin, Group Decision and Social Change. New York: Holt, Rinehart and Winston, 1958.

6La contribution qui suit prend justement pour objet d’analyse cette méthode de recherche particulière et revient sur l’expérience de la recherche-action Narramus. Frédérique Jarre témoigne d’un exemple de collaboration entre divers acteurs pédagogiques contribuant à outiller les enseignants dans le but d’améliorer l’exercice de leur métier. Narramus est le produit d’un transfert de recherche permettant de traduire certains travaux de recherche en pistes opérationnelles. Issu d’une recherche-action, l’outil Narramus s’adresse aux écoles en éducation prioritaire et appuie les apprentissages concernant la compréhension de textes écrits. Du point de vue méthodologique, la démarche de co-construction entre les chercheurs et les équipes pédagogiques est conçue comme une recherche-intervention et rappelle certains principes théoriques de fonctionnement de la méthode de la recherche-action, avancés par le psychologue social allemand Kurt Lewin5.

  • 6 B. Bernstein, Class, Codes and Control: Towards a Theory of Educational Transmissions, Routledge & (...)
  • 7 P. Bourdieu, « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue f (...)

7Alain Beiton (Professeur honoraire de sciences économiques et sociales à Marseille) dans « Les professeurs de SES : Trajectoires des identités professionnelles » propose une grille de lecture sociohistorique de la discipline en traçant les périodes clés et parfois les tensions ayant traversé les identités professionnelles des professeurs de SES. C’est une contribution qui s’inscrit plus dans une sociologie du travail que dans une sociologie des groupes professionnels. L’auteur montre qu’à l’heure actuelle la discipline a convergé vers un modèle didactique spécifique répondant aux attentes de l’institution scolaire. Distinguant trois pôles au cœur du métier, un pôle cognitif, un autre scientifique et un dernier pôle politique (p. 69), l’auteur différencie trois postures qui découlent d’une interaction binaire entre les pôles mentionnés plus haut : une posture scientifique, une pédagogique et une autre dite didactique. Revenant sur la sociohistoire de l’enseignement en SES, l’auteur montre l’évolution de cet enseignement et l’entrée en crise de sa conception critique à la fin des années 1980 laissant la place à une bifurcation qui oppose posture pédagogique d’un côté et posture didactique de l’autre. Si la posture critique est devenue peu répandue aujourd’hui, l’auteur montre que les enseignants de SES adoptent « des postures médianes » (p. 88) qui mélangent des éléments de la posture didactique et celle pédagogique. Bien que formés à éviter les implicites dans leur mode d’enseignement (on pense ici à la notion de « pédagogie invisible » chez le sociologue Basil Bernstein6 ou à l’enseignement explicite chez Pierre Bourdieu7) et appelés à développer de plus en plus une pédagogie visible explicitant les objectifs pédagogiques et les moyens à mettre en œuvre, l’auteur fait le constat que celle-ci tarde à se mettre en place et que les inégalités d’apprentissage deviennent de plus en plus importantes.

8La synthèse des débats rédigée par Olivier Rey (Institut français de l’éducation, ENS de Lyon) invite justement à réagir ensemble : l’ouvrage ne s’adresse pas seulement aux chercheurs en sciences de l’éducation ou en sciences sociales, mais aussi à un public plus large intéressé par l’évolution du métier de l’enseignant, les enjeux actuels et les projections d’avenir.

Haut de page

Notes

1 La contribution reprend un résultat présenté dans son ouvrage G. Farges, Les mondes enseignants : identité et clivages, Paris, PUF, 2017.

2 D. Schön, Le praticien réflexif. À la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel, Éditions Logiques, 1994.

3 L’actionnalisme est un courant sociologique issu des travaux d’Alain Touraine. Selon ce courant, la conduite sociale des acteurs est orientée vers certains buts et participe à la création de valeurs sociales.

4 G. Sensevy, Institutions didactiques, Paris : Presses Universitaires de France, 1998.

5 K. Lewin, Group Decision and Social Change. New York: Holt, Rinehart and Winston, 1958.

6 B. Bernstein, Class, Codes and Control: Towards a Theory of Educational Transmissions, Routledge & Kegan Paul, 1977.

7 P. Bourdieu, « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue française de sociologie, Centre de Sociologie européenne, vol. 7, n. 3, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arber Shtembari, « Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey, Le métier d'enseignant : une identité introuvable ?  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 juin 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35114

Haut de page

Rédacteur

Arber Shtembari

Docteur en sociologie, Université de Limoges, membre du GRESCO (Groupe de REcherches Sociologiques sur les sociétés COntemporaines).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page