Navigation – Plan du site

Caitlyn Collins, Making Motherhood Work. How Women Manage Careers and Caregiving

Ana-Luana Stoicea-Deram
Making Motherhood Work
Caitlyn Collins, Making Motherhood Work. How Women Manage Careers and Caregiving, Princeton, Princeton University Press, 2019, 360 p., ISBN : 9780691178851.
Haut de page

Texte intégral

1Making Motherhood Work décrit et analyse la vie de tous les jours des mères actives dans plusieurs pays occidentaux. Ce récit esquisse de manière nuancée les transformations politiques et culturelles nécessaires pour améliorer leur existence et celle de leurs familles. L’autrice amène les lecteurs dans son sillage aussi bien au sein des foyers de ces mères, parfois en présence de leurs enfants et de leur mari, qu’à leur travail. Ses analyses sociologiques approfondies, basées sur une enquête ethnographique de plusieurs années, dépeignent la tension dans laquelle, en Occident, vivent les mères qui travaillent, tiraillées entre des idéaux qui semblent irréconciliables : celui d’un bon travailleur et celui d’une bonne mère. Caitlyn Collins est Assistant Professor au département de sociologie de la Washington University de St-Louis. Paru en février 2019, son ouvrage a été très bien accueilli aux États-Unis aussi bien dans le monde universitaire que par la presse1 ; et l’autrice l’a présenté elle-même dans le New York Times2 et à la radio publique3 de St-Louis. L’ouvrage est construit en sept chapitres, auxquels s’ajoutent deux annexes qui présentent en détail la méthodologie et l’enquête qui se trouvent à la base du livre. Les chapitres 2 à 6 démarrent par des vignettes illustratives donnant un aperçu précis de situations individuelles concrètes et situées, rapportées par les mères. Des références historiques et sociologiques, ainsi que des exemples de politiques publiques étayent ensuite l’analyse de ces situations, dont la singularité devient significative pour la compréhension d’un système national de protection sociale.

2Caitlyn Collins part du constat que les États-Unis sont, dans le monde occidental, le pays dans lequel la situation des mères qui travaillent est la plus difficile. Afin de comprendre pourquoi cette situation perdure et comment elle peut s’améliorer, la chercheuse opte pour une analyse comparative transnationale. Elle oriente sa recherche vers d’autres pays occidentaux, afin de voir comment des mères actives parviennent à concilier la maternité avec leur vie professionnelle. L’ouvrage est fondé sur une enquête réalisée dans quatre pays : la Suède, l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis. Les pays choisis sont considérés comme représentatifs des modèles d’État-providence théorisés par Gøsta Esping-Andersen, et revisités par d’autres chercheurs, dont Giuliano Bonoli (p. 15 et 294), respectivement : social-démocrate, conservateur corporatiste, familialiste et libéral. En Allemagne, deux terrains ont été réalisés, dans les anciennes Allemagne de l’Est et de l’Ouest, pour saisir l’héritage communiste en termes de mentalités et d’institutions publiques concernant la famille.

  • 4 En prenant en compte : diplôme, emploi, revenus personnels et du ménage, mode de vie et appartenanc (...)

3L’enquête a duré cinq ans (2011-2015), les terrains étant réalisés pendant l’été. Elle a été menée par entretiens approfondis auprès de 135 mères des classes moyennes4 et qui travaillent. Caitlyn Collins a interrogé 25 femmes en Suède, 25 dans l’ancienne Allemagne de l’Est, 26 en Allemagne de l’Ouest, 27 en Italie et 32 aux États-Unis. L’analyse des entretiens a été systématiquement croisée avec les données d’une minutieuse observation ethnographique. Les propos des mères sont ainsi restitués en rapport direct avec l’ensemble du contexte dans lequel elles vivent, décrit dans sa complexité et prenant en considération la situation personnelle et familiale, le parcours de vie, l’environnement territorial, le système de protection sociale en général et plus particulièrement les politiques familiales et de l’emploi. L’autrice essaye de saisir les mécanismes qui amènent les mères qui travaillent à vivre un conflit ou une tension entre leur vie familiale de mères et leur vie professionnelle.

  • 5 « The US has the least generous benefits, the lowest public commitment to caregiving, the greatest (...)

4Le chapitre premier, « SOS », montre que le conflit vécu par les mères américaines qui travaillent est une crise nationale, puisque dans le monde occidental les États-Unis ont les prestations les moins développées, le plus bas niveau d’engagement public pour les soins, les plus fortes contraintes de temps pour les parents, le plus grand écart entre les hommes et les femmes en emploi, le plus élevé taux de pauvreté maternelle et infantile et aucune législation au niveau fédéral en matière de congé maternité payé ou de congé maladie payé5. Si les États-Unis offrent aussi peu de soutien aux parents, c’est parce que le pays s’est construit sur la base d’une culture de l’individualisme. La croyance dans la responsabilité personnelle est aujourd’hui profondément ancrée, et cela concerne aussi les parents : avoir des enfants est un choix personnel. Le gouvernement fédéral ne prévoit aucune mesure en faveur des familles (à l’exception des plus pauvres), ni ne demande aux employeurs d’en prendre. Par conséquent, 14 % seulement de la main-d’œuvre civile bénéficie de congés parentaux payés (surtout des hommes salariés de grandes compagnies). Les femmes avec enfants vivent dans des univers de la maternité (lifeworlds of motherhood), des univers sociaux composés des expériences, interactions et institutions qui façonnent les possibilités de travailler et d’élever des enfants que les femmes peuvent envisager pour elles-mêmes (p. 6). Des « dévotions concurrentes » (« competing devotions » p. 14) polarisent ces univers, dans lesquels la possibilité du choix n’est qu’illusion (« In fact, women of all social classes cast their job choices as doing what’s best for their families. » p. 14).

5L’exploration comparative développée dans les chapitres suivants montre comment le conflit entre l’emploi et la vie familiale est plus ou moins présent, et sous quelles formes il se manifeste dans des pays qui ont d’autres représentations du travailleur idéal et de la bonne mère. Quels que soient le périmètre des politiques familiales et de l’emploi, et leur degré d’articulation, la seule action des pouvoirs publics ne suffit pas à permettre aux mères de poursuivre leurs carrières professionnelles et d’être heureuses en famille, tant que ces actions sont offertes et utilisées de manière disproportionnée par des femmes et non par les hommes. Des mesures en faveur des mères peuvent être contraires à l’égalité femmes-hommes : en Allemagne de l’Ouest, le congé maternité est ressenti par certaines mères comme une pression pour qu’elles s’arrêtent de travailler plus qu’elles ne le souhaitent (p. 126-131) ; en Italie, les services de garde d’enfants empêchent les mères d’envisager l’implication des pères dans la prise en charge des jeunes enfants (p. 170-175). Une action publique efficace doit s’inscrire dans un environnement culturel favorable à l’égalité des sexes, qui peut être promue par plusieurs facteurs. D’une part, des mesures de type « à prendre ou à laisser », comme le congé de paternité (payé) en Suède, encourageant les pères à s’impliquer plus dans la vie de famille et à être plus présents auprès des enfants. D’autre part, l’organisation du travail : les modalités de travail (horaires, lieux, articulations des temps), l’évaluation de la productivité, la rémunération et la reconnaissance du travail accompli sont déterminantes. Ne plus considérer que le travailleur idéal est un homme et admettre que toute personne qui travaille a des intérêts et des responsabilités en dehors du travail faciliterait une « culture de l’égalité » (p. 150, p. 195) – de même qu’un engagement public résolu pour la reconnaissance économique des activités domestiques et soins des enfants.

  • 6 Comme on le voit dans les préoccupations de la Commission européenne (https://ec.europa.eu/transpar (...)
  • 7 « Let’s envision a society in which each person has the opportunity and power to fully participate (...)

6L’ouvrage est remarquable par l’aisance avec laquelle il permet de comprendre à la fois des situations individuelles (uniques, par nature) et le lien entre ces situations et la construction historique et sociale des politiques publiques, dans le contexte national où vivent les mères qui témoignent (et qui y sont parfois étrangères). La dimension européenne de l’évolution des politiques familiales nationales aurait gagné à être mieux explorée, compte tenu de l’influence qu’a eue, dans le temps, l’intégration par l’Union européenne de la perspective de genre6 (gender mainstreaming) dans les politiques publiques. La sociologue apporte également une description éclairante de sa méthodologie d’enquête, expliquant les limites de ses terrains et la manière dont son identité sociale et professionnelle l’a amenée, dans les pays européens, à rencontrer uniquement des femmes des classes moyennes (en raison de l’accès au terrain, des possibilités concrètes de rencontre, des limites linguistiques). Caitlyn Collins souhaite trouver des voies pour permettre aux femmes américaines et occidentales de mieux vivre leur vie de mères qui travaillent7. Le conflit entre la vie familiale et la vie professionnelle n’est pas, au 21e siècle, une fatalité de la vie des femmes. Il peut être dépassé et résolu avec des politiques publiques fondées sur la conviction que la mise au monde, l’éducation et le soin des enfants ne concernent pas seulement les femmes, mais la société dans son ensemble, et les responsables politiques. Si l’ouvrage enrichit la connaissance des work-family policies, son autrice, sensible passeuse d’informations et de questionnements aux mères, de part et d’autre de l’océan, contribue aussi à l’action collective qu’elle appelle de ses vœux, pour une work-family justice et inscrit son travail académique dans le combat féministe pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Haut de page

Notes

1 Références rassemblées sur le site internet de C. Collins (https://caitlyncollins.com/current-research/). Gender & Society en publie un compte-rendu : https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0891243219846499.

2 https://www.nytimes.com/2019/02/09/opinion/sunday/the-real-mommy-war-is-against-the-state.html.

3 https://news.stlpublicradio.org/post/wash-u-sociologists-book-explores-how-women-navigate-work-and-family-us-elsewhere#stream/0.

4 En prenant en compte : diplôme, emploi, revenus personnels et du ménage, mode de vie et appartenance sociale auto-déclarée (p. 278).

5 « The US has the least generous benefits, the lowest public commitment to caregiving, the greatest time squeeze on parents, the highest wage gap between employed men and women, and the highest maternal and child poverty rates. Alongside Papua New Guinea, it is one of two countries on the planet without federally mandated paid maternity leave. It is the only industrialized nation with no minimum standard for vacation and sick days. Most US compagnies don’t offer any policies to support the caregiving responsabilities of their workers. » (p. 1).

6 Comme on le voit dans les préoccupations de la Commission européenne (https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2018/FR/COM-2018-273-F1-FR-MAIN-PART-1.PDF) pour la participation des femmes au marché du travail et pour l’équilibre vie privée – vie professionnelle des parents qui travaillent.

7 « Let’s envision a society in which each person has the opportunity and power to fully participate in both paid work and family care » (p. 263).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana-Luana Stoicea-Deram, « Caitlyn Collins, Making Motherhood Work. How Women Manage Careers and Caregiving », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 10 juin 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35130

Haut de page

Rédacteur

Ana-Luana Stoicea-Deram

Enseigne les politiques sociales et familiales à l’Institut de Recherche et de Formation en Action Sociale de l’Essonne (IRFASE). Auparavant, a enseigné à l’Institute for European Studies (Paris), à l’Université de Paris XII et à l’Université de Bucarest.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page