Navigation – Plan du site

Yvonne Knibiehler, Réformer les congés parentaux. Un choix décisif pour une société plus égalitaire

Emma Tillich
Réformer les congés parentaux
Yvonne Knibiehler, Réformer les congés parentaux. Un choix décisif pour une société plus égalitaire, Rennes, EHESP, coll. « Controverses », 2019, 165 p., préface de Geneviève Fraisse, ISBN : 978-2-8109-0723-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le salarié ne bénéficie plus de rémunération de la part de son employeur, mais peut toucher le comp (...)
  • 2 Qui désigne aujourd’hui strictement le congé payé de douze semaines réparties avant et après la nai (...)
  • 3 Qui désigne quant à lui onze jours de congés payés accordés au père à la naissance d’un enfant, cum (...)

1Une approche historique peut apporter un éclairage bénéfique au débat sur les congés parentaux. Tel est le postulat du livre – engagé – d’Yvonne Knibiehler, pour qui « l’histoire rend aux groupes sociaux un service comparable à celui que la psychanalyse rend aux individus : elle élucide la mémoire qui est une pièce maîtresse de l’identité » (p. 10). Définissons tout d’abord ce qui est entendu par « congé parental » : longtemps réservé aux mères, il s’agit aujourd’hui d’un congé pouvant être pris par tout salarié afin de participer à l’éducation de son enfant à la suite d’une naissance ou de l’adoption d’un enfant de moins de seize ans1. Il est complémentaire au congé de maternité2, et au plus anecdotique congé de paternité3, élaboré sur la base du premier. Le congé parental a fait l’objet de réformes récentes : notamment la loi du 1er janvier 2015 qui soumet le versement intégral de la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PrePaRe) à la répartition équitable du congé entre le père et la mère. De nombreuses revendications l’entourent encore cependant : le Haut Conseil de la famille prône par exemple un allongement du congé paternité, ou encore une revalorisation de la prestation versée. Dans un récent rapport de septembre 2018, l’Inspection générale des affaires sociales s’interroge quant à elle sur la possibilité de rendre obligatoire le congé de paternité, période d’interdiction de travail qui pourrait durer jusqu’à six semaines. Selon l’historienne, ces revendications, qui tendent à définir la parentalité comme une « fonction », sont le fruit de plusieurs dynamiques distinctes : les transformations de la sphère familiale (rôles sexués) et de la place accordée à l’intimité, les interventions de l’« État-providence » et les transformations du marché du travail, jusqu’à la remise en question du travail lui-même.

  • 4 Citées par l’auteure : Geneviève Delaisi de Parseval dans La part du père, Paris, Points, coll. « E (...)

2La première partie de l’ouvrage retrace l’histoire et surtout les « origines politiques » des « congés parentaux » en France, à commencer par le congé maternité. L’auteure détaille peu les luttes sociales qui ont mené à l’institution de ces congés – point que l’on aurait aimé voir approfondi –, et se focalise plutôt sur l’intervention publique à leur sujet. « L’institution des congés parentaux révèle l’émergence et l’épanouissement d’une sensibilité nouvelle, proprement révolutionnaire », car « accorder à un(e) employé(e) un temps de repos provisoire, même non rétribué [semble] sinon inconcevable, du moins injustifiable » pour un employeur (p. 15). L’établissement du congé maternité en 1909 est en outre une reconnaissance du travail féminin à l’extérieur du domicile. Ce congé, qui impose un repos non rémunéré de huit semaines, est donc « doublement transgressif : en ce qu’il interrompt le travail d’une salariée, et en ce qu’il prétend limiter la durée du maternage. Le corps maternel est bel et bien devenu un objet politique » (p. 17). Sans doute les députés du début du dernier siècle ne souhaitaient pas, par cette mesure, encourager le travail féminin, souligne l’auteure Le congé maternité a cependant bénéficié de la révolution pasteurienne, de l’hygiénisme et de la volonté de faire reculer la mortalité infantile. Il a bénéficié ensuite du natalisme et les interventions de l’État providence ont permis d’élargir le congé à huit semaines (1929). Après-guerre, l’organisation de la Sécurité sociale étend progressivement le congé de quatorze semaines en 1946, à seize semaines indemnisées à 100 % en 1980. L’histoire est différente pour le congé de paternité. Longtemps « simple bienveillance de la part des employeurs » (trois jours à la naissance d’un enfant, accordés par le Code du Travail au début du XXe siècle), il est allongé à onze jours en 2002. Paradoxalement, ces réformes ont été avant tout portées par des femmes (Ségolène Royal, ministre du travail) et soutenues par des féministes4. L’historienne met en valeur le passage d’un modèle à un autre : celui de la puissance paternelle – affaiblie par le pouvoir médical, qui sort la naissance du cadre familial, et par les interventions de l’État social, qui se substitue à la protection du patriarche – à celui de la présence paternelle, défendu par des féministes soucieuses d’égalité dans le partage des tâches. Ce nouveau rôle, fondé sur le lien affectif, a justifié l’établissement d’un congé spécifique encourageant le développement d’un lien intime entre père et enfant. Cette volonté de favoriser l’implication des deux parents transparait dans la loi du 1er janvier 2015. Celle-ci prévoit un « congé parental d’éducation » rémunéré proportionnellement au salaire par la PrePaRe. À la naissance d’un premier enfant, un congé de six mois maximum peut être accordé à chaque parent. Ils peuvent bénéficier d’un an au total s’ils enchainent chacun un congé de six mois. Le but avoué de cette mesure est d’inciter les pères à en bénéficier

3Dans les faits, le résultat est mitigé. Une étude de l’OCDE montre qu’en 2016, seuls 4% des pères ont fait valoir leur droit au congé parental. Le taux de recours des pères à la PrePaRe a même baissé, tandis que le nombre de mères de jeunes enfants se déclarant au chômage est passé de 10% à 14%, selon le rapport du Haut Conseil de la famille sur les congés parentaux.

  • 5 Surtout sensible à partir l’été 2017 et porté par des militantes comme la juriste Marie-Hélène Laha (...)
  • 6 Revendication dont se réclament ceux qui demandent l’allongement du congé de paternité. Cités par l (...)
  • 7 L’auteure se réfère aux ouvrages suivants : André Gorz, Métamorphoses du travail. Quête du sens, Pa (...)

4L’ouvrage fait ensuite le lien entre différentes revendications féministes actuelles et les congés parentaux. Au premier rang de ces revendications, le refus des désormais nommées violences obstétricales ou médicales faites aux parturientes et aux jeunes mères5 pourrait bénéficier de l’établissement d’un congé parental partagé. Selon l’auteure, ce congé permettrait éventuellement au père d’accompagner plus étroitement la mère dans l’épreuve de l’enfantement et dans le soin au nouveau-né. S’intéressant à cette deuxième revendication qu’est l’égalité homme-femme au sein de la famille6, l’auteure conclut qu’il n’est pas évident que la mise en place d’un congé parental partagé fasse réellement progresser l’égalité entre le père et la mère sur le plan du partage des tâches parentales. Elle souligne notamment la subtilité de la négociation des tâches domestiques dans l’espace familial – l’allongement du congé paternel saurait-il entraîner, à lui seul, une répartition équitable des tâches entre père et mère, alors que les rôles parentaux diffèrent tellement dans les faits ? Le point de vue de l’auteure est que la « mode du “maternage intensif” », qui « réhabilite en quelque sorte l’instinct maternel » (p. 78) – valorisation de l’allaitement au sein, du peau-à-peau mère enfant… – constitue une résistance à l’égalisation des tâches maternelles et paternelles. Signe, selon elle, qu’il serait dérisoire de fonder l’allongement du congé de paternité sur « le seul souci d’assurer l’égalité entre les femmes et les hommes » : « le congé de paternité est le signe d’un basculement culturel bouleversant [...] c’est aux pères qu’il appartient de légitimer, par leur présence et leur dévouement, la durée du congé de paternité » (p. 84). Ensuite, le problème de la réduction du temps de travail et de la valorisation du travail non-rémunéré, porté depuis les trente dernières années par des philosophes et juristes comme André Gorz, Dominique Méda ou Alain Supiot7, pose la question de l’articulation entre les sphères productive et reproductive. L’institution de congés parentaux ne dénote-t-elle pas la place importante accordée à l’intimité familiale par rapport à la sphère productiviste du marché du travail ? Si l’instauration d’un salaire parental n’apparaît pas souhaitable à l’historienne, pour des raisons éthiques, il faut selon elle trouver d’autres formes de rétribution du « travail » parental : compensation par des congés parentaux « prolongés et rétribués », et par « un allégement du travail professionnel, sans aucune réduction du salaire » (p. 96). Les revendications liées à la professionnalisation du care, enfin, sont un dernier élément à prendre en compte : la « concurrence » aux fonctions parentales faite par les crèches et « assistantes maternelles agrées » pourrait fournir « leur meilleure justification » aux congés parentaux. « Le métier de parent peut s’apprendre » (p. 106), et les congés ainsi établis pourraient selon l’auteure libérer un opportun espace de formation permettant aux parents de s’impliquer davantage dans l’éducation de leurs enfants.

  • 8 L’ouvrage pose aussi la question du degré et des moyens d’encadrement que les parents sont prêts à (...)

5L’ouvrage se termine en ouvrant de nombreuses pistes de réflexion. Celles-ci portent tout d’abord sur le rôle parental, devenu « parentalité », « parentalisation ». La parentalité, choisie, se transforme-t-elle en une fonction, un travail que l’on pourrait apprendre ? Faut-il encadrer ces parents qui, sans doute désireux d’aide, se regroupent de plus en plus en associations, et de quelle manière8 ? Yvonne Knibiehler mentionne le rôle d’institutions aussi diverses que les Réapp (Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents, lancés en 1988 après la Conférence de la famille), la Cnaf, la Has, mais aussi le HCE, « lieu de réflexion, d’évaluation et de proposition » qui serait selon elle susceptible d’orienter ses recherches sur la parentalité, de programmes de recherche comme Présage (Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre, Science Po), et enfin de grandes institutions internationales définissant les droits de l’enfant comme l’Unicef, l’OMS ou l’Unesco. Comment ces rôles pourraient-ils être prolongés, étendus, au-delà de la fonction prescriptive de ces organismes ? Tels sont des points qui nous interrogent à la lecture. L’auteure termine par quelques « utopies concrètes » (p. 149), mettant en jeu le « rapprochement entre sphère publique et sphère privée » : faut-il par exemple organiser des « rites d’accueil » des enfants à différents âges de la vie, par les adultes susceptibles de s’occuper d’eux (parents, enseignants, juristes, travailleurs sociaux, agents des forces de l’ordre) ?

  • 9 Thème aussi exploré par de nombreux anthropologues et sociologues. On pense notamment à Irène Théry (...)

6L’auteure se place dans la perspective d’un « humanisme sexué » qui, prenant en compte la dimension « sexuée » de la personne, souligne que « ce qui convient à l’épanouissement du masculin ne convient pas toujours à l’épanouissement du féminin » (p. 156). Cette position fait bien sûr débat chez beaucoup de féministes, soucieuses de ne pas réifier des différences acquises par la socialisation. Quelle parentalité peut naître de l’évolution des rôles sexués ? Telles sont en tout cas les pistes, très stimulantes, ouvertes par cet ouvrage, à cheval entre une histoire des politiques sociales et une histoire du genre et de la parenté9.

Haut de page

Notes

1 Le salarié ne bénéficie plus de rémunération de la part de son employeur, mais peut toucher le complément de libre choix d’activité versé par la Caisse des allocations familiales, pour une durée de 6 à 24 mois par parent, depuis la loi du 1er janvier 2015 instaurant la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PrePaRe).

2 Qui désigne aujourd’hui strictement le congé payé de douze semaines réparties avant et après la naissance de l’enfant et destiné aux femmes ou personnes accouchant d’un enfant.

3 Qui désigne quant à lui onze jours de congés payés accordés au père à la naissance d’un enfant, cumulables aux trois jours de congé de naissance qui lui étaient déjà accordés.

4 Citées par l’auteure : Geneviève Delaisi de Parseval dans La part du père, Paris, Points, coll. « Essais », 1981 ; Yvonne Knibiehler elle-même et son Les Pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette, 1987 ; ou encore Evelyne Sullerot, Quels pères, quels fils ?, Paris, Fayard, 1992.

5 Surtout sensible à partir l’été 2017 et porté par des militantes comme la juriste Marie-Hélène Lahaye ou des collectifs comme le Ciane.

6 Revendication dont se réclament ceux qui demandent l’allongement du congé de paternité. Cités par l’auteure : le député France insoumise Bertrand Lachaud qui a déposé en octobre 2017 une proposition de loi relative à l’allongement du congé de paternité, ou encore les collectifs « Pour une parentalité féministe » et « Congé », tous deux auteurs de tribunes réclamant cet allongement.

7 L’auteure se réfère aux ouvrages suivants : André Gorz, Métamorphoses du travail. Quête du sens, Paris, Galilée, 1988 ; Dominique Méda, Le travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, coll. « Alto », 1998 ; Alain Supiot, Le droit du travail, Paris, PUF, coll. « Que-sais-je ? », 2016.

8 L’ouvrage pose aussi la question du degré et des moyens d’encadrement que les parents sont prêts à consentir à des institutions extérieures au cadre de la famille. Nombreux sont les parents qui ne consentent plus à la surveillance exercée par les experts de la petite enfance, tant et si bien que la « doctrine actuelle » promue notamment par les Réapp prône d’« accompagner » dans la parentalité plus que de « soutenir une fonction parentale idéalisée » en surveillant les parents et en punissant les déviances aux normes des experts (p. 142).

9 Thème aussi exploré par de nombreux anthropologues et sociologues. On pense notamment à Irène Théry et son Couple, filiation et parenté aujourd’hui : Le droit face aux mutations de la famille et de la vie privée. Rapport à la ministre de l’Emploi et de la Solidarité et au garde des Sceaux ministre de la Justice, Paris, Odile Jacob, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Tillich, « Yvonne Knibiehler, Réformer les congés parentaux. Un choix décisif pour une société plus égalitaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 juin 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35185

Haut de page

Rédacteur

Emma Tillich

Emma Tillich, doctorante en sciences sociales à l’EHESS et membre du réseau doctoral de l’EHESP, travaille sur la stérilisation volontaire (ligature des trompes et vasectomie) dans une perspective comparée France-Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page