Navigation – Plan du site

Santé et travail. Déni, visibilité, mesure

Karim Bensalah
Santé et travail
« Santé et travail. Déni, visibilité, mesure », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 2006, Seuil, EAN : 9782020840279.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue « actes de la recherche en sciences sociales » traite de la santé au travail et plus précisément de la mise en visibilité des problèmes de santé physique et mentale. L'orientation centrale de cet ensemble de contributions consiste à montrer le caractère profondément discutable de l'idée selon laquelle les conditions de travail se seraient améliorées avec l'automatisation et la tertiarisation.

2Le premier texte, celui de M. Gollac et S. Volkoff, relie entre elles différentes dimensions de cette problématique générale. Il traite des obstacles à la mise en visibilité de la pénibilité du travail, qu'ils proviennent des lobbies industriels et patronaux, des représentations et postulats scientifiques ou médicaux, ou bien encore de la difficile objectivation, de la part des salariés eux-mêmes, de celles des atteintes à leur santé qui l'activité professionnelle pour origine. Cette problématique est elle-même resituée dans ce contexte socio-économique contemporain caractérisé par la flexibilisation de l'emploi sous toutes ses formes, ainsi que par une tendance à la désyndicalisation et à l'individualisation au travail. Dès lors, sur le plan de la recherche, la mise en corrélation des problèmes de santé avec l'activité professionnelle nécessite des réflexions approfondies sur la pertinence et la validité des outils et moyens méthodologiques à mobiliser, d'abord en du caractère complexe du lien de causalité entre les deux dimensions, des singularités individuelles et de la variabilité des contextes professionnels.

3Une des caractéristiques méthodologiques essentielles pour l'investigation empirique de ce thème d'étude est explorée dans la contribution d'A. Thébaud-Mony A. (« Histoire professionnelle et cancer ») : Il s'agit de la nécessaire pluridisciplinarité d'approche. Une étude sur les cancers professionnels en Seine-Saint-Denis a mobilisé la collaboration entre toxicologues, ingénieurs de production, ergonomes, psychologues du travail, sociologues, ces derniers aidés par les médecins du travail qui ont suivi les patients de l'échantillon.

4Dans un autre article de ce dossier, M. Vézina, R. Bourbonnais, C. Brisson et L. Trudel présentent le modèle « demande-autonomie au travail » de Karasek et le modèle « déséquilibre effort-récompense » de Siegrist, deux modèles généraux qui attestent empiriquement du caractère professionnel d'une dégradation de l'état de santé. Ils font état synthétiquement de travaux établissant le lien entre charge mentale et troubles somatiques ou psychiques. Nous sommes bien ici dans des tendances générales, ce qui ne contredit pas l'idée du lien complexe entre conditions de travail et santé. Cette mise en visibilité nécessiterait en fait à être précisée par des investigations localisées.

5Dans le cadre de ces réflexions méthodologiques, P. Askenazy (« La santé et la sécurité dans les entreprises américaines ») invite à réfléchir sur la généralisation à partir de données institutionnelles et assurancielles portant sur les accidents de travail. Les stratégies de la part des assureurs, ainsi que les interventions des agents de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration), une institution étatique, attestent d'une baisse de la déclaration des accidents de travail. Seulement l'auteur explique que ces données seraient biaisées, dans la mesure où elles seraient fortement liées aux politiques incitatives (en vue d'une réduction des accidents de travail) menées par l'institution. Celle-ci impose en effet l'affichage des accidents de travail déclarés. La conclusion de l'article constate finalement un manque d'informations sur les conditions de travail dans ce pays du fait du nombre trop faible de contrôles Etatiques.

6Ce numéro insiste sur la question du déni (des pénibilités du travail), d'où l'importance d'une mise en relief des enjeux sociaux, politiques et économiques se rapportant à la santé au travail, ainsi que des obstacles structurels (institutions administratives et représentations scientifiques et médicales) au dévoilement de la source professionnelle de certaines atteintes de santé. L'analyse de A. Thébaud-Mony, dans le cas du cancer professionnel, est bien argumentée et détaillée. Elle établit une critique du modèle « bio-mathématique », institutionnellement légitimé, mais certainement pas légitime du point de vue du problème social traité dans ce numéro. Ainsi évoque-t-elle l'hétéronomie du champ scientifique, en montrant l'influence des lobbies industriels, ainsi que des conventions administratives en matière de reconnaissance des cancers professionnels.

7Tout cela dénote un rapport de force entre acteurs de différents champs, avec pour enjeu principal la source de la responsabilité liée à la santé en rapport avec l'activité professionnelle. Qu'il s'agisse d'atteintes somatiques (notamment les troubles musculo-squelettiques qui constituent la première cause de maladie professionnelle) ou d'atteintes psychologiques, les représentations dominantes accusent la fragilité individuelle. Si l'on se réfère à l'article, dans ce même numéro, de P.-E. Sorignet (« Danser, au-delà de la douleur »), les danseurs professionnels seraient dans une nécessité de responsabilisation individuelle par rapport à leur santé. En effet les contraintes inhérentes à leur activité de travail imposent l'acquisition de compétences particulières d'entretien de leur corps (apprises auprès des professionnels issus de disciplines médicales « naturelles » comme la kinésithérapie). Les représentations en public, prenant une grande importance symbolique pour l'ego des artistes, sont l'aboutissement de nombreuses heures d'entraînement, impliquant usure du corps, et un risque permanent de « cassure ».

8S'agissant plus précisément de la souffrance mentale et psychique, M. Gollac, M. Castel, F. Jabot F. et P. Presseq considèrent les solutions individuelles (thérapies comportementales et cognitivistes et techniques de gestion du stress) appartenant au registre de la « psychologisation » comme une forme de déni. Ces mesures seraient même susceptibles de justifier l'intensification du travail.

9L'alternative défendue dans ces contributions consisterait donc en la reconnaissance d'une responsabilité organisationnelle, collective, vis-à-vis des atteintes de santé professionnelle. Cela mettrait directement en question les modes de management et la responsabilité des chefs d'entreprise en la matière, trop peu convaincus encore de la gêne occasionnée par les problèmes de santé pour le fonctionnement général de l'entreprise. Dit autrement, il vaut mieux, du point de vue du calcul entrepreneurial, continuer à aller vite dans une finalité de survie concurrentielle, quel qu'en soit le prix.

10En somme, l'ensemble des textes explique ce processus de mise en visibilité de la pénibilité au travail, des problèmes de santé en résultant, en mettant en lumière les différents types d'acteurs y contribuant. L4accent est mis bien sûr sur le rôle de la recherche dans une optique méthodologique privilégiant la pluridisciplinarité, afin de contrebalancer les nombreux obstacles au dévoilement dudit problème social. Le déni semblerait toutefois plutôt en recul, notamment en raison d'une importante médiatisation, et de l'intérêt particulier porté par l'Union européenne et maintenant l'Etat Français à la santé et sécurité au travail (la nécessité de réduction des dépenses publiques de santé n'y serait pas étrangère). M. Gollac et S. Volkoff en viennent ainsi à préconiser la poursuite des travaux de recherche, ainsi que l'engagement concret sur le terrain, en vue de transformations sociales en entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Bensalah, « Santé et travail. Déni, visibilité, mesure », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 22 décembre 2006, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/352

Haut de page

Rédacteur

Karim Bensalah

Karim Bensalah est doctorant en sociologie à l'université de Paris X (Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page