Navigation – Plan du site

Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives

Mathilde Fois-Duclerc
Les monnaies alternatives
Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives, Paris, La Découverte, coll. « Repères économie », 2018, 127 p., ISBN : 978-2-7071-8636-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Research Association on Monetary Innovation and Community and Complementary Currency Systems.

1Dans cet ouvrage de synthèse couronnant vingt ans de travaux sur le sujet des alternatives monétaires, Jérôme Blanc se propose de dresser un bilan analytique d’une dynamique foisonnante : depuis les années 1980, de nombreuses monnaies alternatives sont apparues dans le monde et se sont multipliées en se diversifiant progressivement. La période récente a été marquée par la reconnaissance, dans la « loi Hamon » de 2014, des monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) ; plus récemment, les cryptomonnaies se sont vues projetées au premier plan de l’actualité mondiale, à la faveur de la spectaculaire mais instable valorisation du bitcoin, fin 2017. Du côté de la recherche, on assiste également à la structuration d’un mouvement, incarné notamment par l’association internationale de recherche Ramics1, marqué à la fois par une forte interdisciplinarité et par la volonté des chercheurs de penser leurs objets en lien avec les « acteurs réflexifs » – penseurs et militants associatifs – qui les portent et les promeuvent. Mais quoi de commun entre des dispositifs aussi disparates que les systèmes d’échanges locaux (Sel) créés en France il y a plus de 25 ans, les nouvelles monnaies locales convertibles qui se multiplient en France depuis 2010 tout en demeurant d’une taille très modeste, et encore des cryptomonnaies, dont la capitalisation totale en 2017 atteignait des dizaines de milliards de dollars ? Toutes constituent des « monnaies alternatives », qui sont « des dispositifs monétaires au service d’une transformation socioéconomique » (p. 4). L’ouvrage en explore les enjeux analytiques et pratiques variés, afin de comprendre la diversité de forme et d’ampleur de ces dispositifs, leurs effets en termes sociaux, économiques ou environnementaux et les liens que ces initiatives entretiennent-avec la sphère publique.

2Pour appréhender la diversité des formes que prennent ces monnaies, Jérôme Blanc dresse dans un premier temps un inventaire du phénomène. S’appuyant sur des recherches menées avec Marie Fare, il propose un classement par « groupes d’expériences » qui permet de constituer sept générations de monnaies alternatives depuis les années 1980. Chaque génération se caractérise par l’apparition de dispositifs nouveaux inscrits dans des rapports d’influence et d’opposition avec les précédents. Il ressort de cet inventaire que les monnaies alternatives sont des objets à la fois sociaux et économiques qui ne peuvent pas être analysées avec les outils de l’économie standard, c’est-à-dire suivant une conception instrumentale de la monnaie (définie par ses trois fonctions2). En effet, du point de vue d’un individu maximisateur3, il n’y a souvent pas d’intérêt à les utiliser. Celles-ci ne peuvent donc être pensées que dans un cadre institutionnaliste qui considère le fait monétaire comme un « fait social total » au sens de Mauss4. À cet égard, on observe que selon les « groupes d’expériences », l’accent est plutôt mis sur une dimension ou sur l’autre : si les premières générations (systèmes de crédit mutuel entre particuliers comme les Lets, Local exchange trading system5, ou en base temps tels que les Accorderies6) visaient plus explicitement des transformations sociales, en favorisant la densification des liens sociaux de proximité et l’émancipation des personnes par la valorisation des capacités de chacun, on observe que les monnaies locales convertibles (Eusko au Pays basque nord ou Bristol Pound dans la ville britannique de Bristol) cherchent plutôt, en priorité, à générer des transformations économiques, telles que la réorientation des pratiques de production et de consommation : « elles intègrent complètement l’univers marchand tout en travaillant à le subvertir en stimulant des productions considérées comme éthiques, soutenables, etc. » (p. 46).

3Mais ces projets ne sauraient se réduire à leurs finalités socioéconomiques : ils sont aussi des objets politiques de contestation monétaire à travers une « critique pratique ». En effet, « créer de telles monnaies heurte l’institution monétaire telle qu’elle domine aujourd’hui, c’est-à-dire l’articulation de la souveraineté et d’une délégation de gestion à un système bancaire hiérarchisé qui émet la monnaie par crédit portant intérêt » (p. 47). Un autre élément transversal de l’analyse nous semble donc résider dans la dimension militante ou du moins politique des monnaies alternatives. D’abord, ce sont des militants qui sont à l’origine de ces dispositifs, à partir de différents « registres critiques » qui renvoient à une variété de visions idéologiques (un registre anticapitaliste, un registre antibancaire et un registre décentralisateur). Ensuite, ces monnaies mobilisent fréquemment une communauté d’usagers composée de militants dont l’adhésion est liée à un motif politique de « recherche d’alternatives au système dominant à partir de pratiques localisées » (p. 60). Toutefois cette affirmation doit être nuancée tant les profils d’usagers sont variés selon les types de monnaies dont il est question. Blanc relève des motivations aussi bien économiques (recherche d’une amélioration des conditions de vie) que sociales (la rupture de l’isolement et la recherche d’appartenance à un groupe). Quels que soient les motifs d’adhésion, il apparaît toutefois que la construction d’une communauté d’usagers donne lieu à la définition de valeurs partagées, qui délimitent « ce qui est bon ». En ce sens, on peut parler d’une dimension militante ou politique commune aux différentes familles de monnaies alternatives.

4Comme les monnaies alternatives poursuivent également des finalités de « construction communautaire », la notion de territoire apparaît centrale pour leur analyse. Dans tous les cas, « il ne s’agit pas de rassembler une communauté préexistante mais de la construire dans le même mouvement qui donne lieu à la définition des valeurs » (p. 47). D’un côté, certaines monnaies alternatives (les systèmes de crédit mutuel précédemment mentionnés, ou encore les monnaies locales inconvertibles telles que le trueque argentin) sont résolument situées à un échelon local (le quartier ou la ville), l’accent étant mis sur la recherche de convivialité et d’interconnaissance. D’un autre côté, les monnaies locales convertibles qui visent à contribuer à une transition écologique et sociale de l’économie sont confrontées à la question du « territoire pertinent », dont la définition résulte nécessairement d’une construction collective par tâtonnements, pour aboutir au développement des activités autocentrées (une production locale satisfait une demande locale). Du quartier à la région en passant par l’agglomération, la monnaie locale contribue à activer les capacités des acteurs du territoire à produire localement des biens et services et à les intégrer dans des circuits de transaction locaux. Les cryptomonnaies, en revanche, s’inscrivent dans un cadre international voire mondial, et permettent des usages qui en font des dispositifs à part, dont la dimension territoriale n’est pas toujours présente (blanchiment d’argent, transactions de produits interdits, spéculation financière).

5Les dernières pages de l’ouvrage sont consacrées à une réflexion sur les enjeux et perspectives des monnaies alternatives. Deux pistes sont particulièrement explorées : d’un côté, « l’idée d’une radicalisation démocratique par le bouillonnement d’initiatives citoyennes [qui] semble trouver dans les projets monétaires alternatifs une de ses applications les plus fortes » (p. 110). En effet, la dimension participative est au cœur du projet d’un grand nombre de monnaies alternatives et, en ce sens, les espaces délibératifs dédiés à la création et à la gouvernance de ces monnaies peuvent constituer des leviers pour l’encapacitation des personnes et des groupes, dans une logique d’éducation populaire. Cette ambition ne va pas sans difficultés – captation de la parole et du pouvoir décisionnaire par certains, démobilisation progressive des personnes impliquées, consommateurs, professionnels et bénévoles, face à l’investissement requis en termes de temps, de contraintes sur les échanges, etc. –, comme l’ont expérimenté un certain nombre de Sel français. Il n’en demeure pas moins que « les projets monétaires alternatifs introduisent la monnaie dans l’univers démocratique » (p. 111). Créés en dehors des institutions publiques (même si, dans de nombreux cas, le soutien de ces dernières s’avère nécessaire au développement et à la pérennité du projet), ces dispositifs relèvent d’une « production participative de monnaies » : la monnaie réapparaît alors comme un bien commun. La seconde piste explorée par l’auteur est celle de la contribution des monnaies alternatives à la dynamique contemporaine d’hypermonétarisation de la société, qui constitue elle-même « un aspect d’un mouvement plus large de financiarisation ». Blanc questionne ici le rapport sous-jacent des monnaies alternatives à la pensée néolibérale, notamment via la notion d’incitations. On s’aperçoit alors que « le rapport des monnaies alternatives au néolibéralisme est […] bien plus ambigu qu’on le penserait en première analyse : si beaucoup portent un projet qui s’y oppose, elles en sont néanmoins le produit et certaines l’accompagnent » (p. 112).

6Cet ouvrage constitue à la fois une excellente porte d’entrée et un « repère » incontournable pour qui s’intéresse aux monnaies alternatives dans une perspective interdisciplinaire. Chercheurs, militants et acteurs de l’économie sociale et solidaire y trouveront une synthèse claire des principales analyses, des questionnements ouverts et des futurs possibles de ces monnaies à moyen terme.

Haut de page

Notes

1 Research Association on Monetary Innovation and Community and Complementary Currency Systems.

2 L’économie assigne traditionnellement trois fonctions à la monnaie : unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire des échanges. Aristote, Éthique à Nicomaque, GF Flammarion, p. 246-252.

3 L’homo œconomicus est une conception abstraite de l’être humain, utilisée en économie pour faciliter l’élaboration de modèles. En microéconomie, on suppose que le comportement de l’individu est rationnel. Il est maximisateur : il cherche à maximiser sa satisfaction (ou utilité) et à minimiser ses coûts, compte tenu de ses ressources limitées. Il est cohérent : il a des préférences qu’il peut ordonner. S’il préfère A à B et B à C, alors il préfère A à C. C’est ce qu’on appelle la transitivité. Il est souverain : ses préférences ne dépendent que de lui, et non de la société ou de l’histoire. Clerc Denis. & Piriou, Jean-Paul, Lexique de sciences économiques et sociales. 9e édition, Paris, La Découverte, 2011.

4 Un fait social total est un fait qui « met en branle dans certains cas la totalité de la société et de ses institutions », Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, PUF, coll. « Quadrige », 2012 [1925] ; compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/9657.

5 https://seldefrance.communityforge.net/node/8.

6 http://www.accorderie.fr/quest-ce-quune-accorderie/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Jérôme Blanc, Les monnaies alternatives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 juin 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35252

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page