Navigation – Plan du site

Claude Giraud, Consentir, adhérer, s’opposer. Contribution à une sociologie de l’engagement

Marie-Haruka Yabuki
Consentir, adhérer, s'opposer
Claude Giraud, Consentir, adhérer, s'opposer. Contribution à une sociologie de l'engagement, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2019, 135 p., ISBN : 9782343170305.
Haut de page

Texte intégral

1Le consentement est un mode de régulation normé, verbalisé ou sous-entendu – selon le célèbre adage « qui ne dit mot consent » – qui assure la pérennité de notre rapport aux autres et aux institutions dans nos sociétés organisées. À titre d’exemple, les bannières de navigation web qui sollicitent notre acceptation à un usage commercial de nos données sont la formulation explicite d’un transfert d’informations personnelles en contrepartie de l’utilisation d’un certain service. En effet, comme le précise Claude Giraud, le consentement tend aujourd’hui à devenir de plus en plus requis et par conséquent énoncé de manière explicite, témoignant de l’expansion du contrat juridique dans la sphère publique et privée. L’extension du droit et la garantie des libertés individuelles vont naturellement de pair avec la multiplication des situations où tout un chacun est amené à se questionner sur le fait ou non de consentir.

  • 1 Hirschman Albert O., Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and St (...)

2La notion centrale qui est analysée au cours des 130 pages de cet ouvrage est bien celle du consentement, de ses zones grises et de ses alternatives « adhérer » et « s’opposer ». Si le triptyque qui émane du titre nous rappelle légitimement l’Exit, Voice and Loyalty d’Albert O. Hirschman1, les exemples cités par l’auteur ne renvoient pas exclusivement à la dimension organisationnelle et politique de la prise de décision. Le consentement s’applique à l’ensemble des situations où l’individu fait face à une proposition qui le précède. Il trouve donc sa place dans toute relation interindividuelle qui peut donner lieu à une forme de négociation, dans la sphère familiale, au sein du couple ou d’un groupe de pairs. En s’appuyant sur des références principalement philosophiques, cette publication se propose d’apporter une réflexion détaillée et approfondie sur les mécanismes et sur la place du consentement dans nos vies.

3L’auteur évoque tout d’abord les conditions nécessaires pour considérer l’acte de consentement. Consentir ou non à une relation sexuelle met automatiquement en jeu le droit de l’individu à librement choisir de l’usage de son corps et à accepter de faire sien le désir d’autrui. Dans un autre registre, souscrire un crédit immobilier suppose la capacité de l’individu à raisonner, à peser le pour et le contre, à faire des calculs selon une logique rationnelle qui répond à la satisfaction de son intérêt. Le consentement est alors éclairé. A contrario, lorsque cette liberté individuelle est mise en péril par une violence physique ou morale qu’un autre individu ou un groupe exerce sur la personne à qui revient le choix du consentement, alors on ne peut plus considérer qu’un tel acte est valide. L’auteur rappelle à juste titre que la violence peut se concevoir également d’un point de vue symbolique en citant l’exemple de la taxe carbone. Le registre d’énonciation d’une proposition peut ne pas être adapté, voire déconnecté des réalités qu’une grande majorité de la population vit au quotidien. Cette réglementation écologique en faveur de l’intérêt général illustre ainsi une violence symbolique émanant d’une classe dominante envers ceux qui subissent plus largement une contrainte budgétaire liée au prix du carburant. Le mouvement des Gilets jaunes est souvent repris au fil des chapitres comme illustration d’une opposition collective.

4Car le consentement se conçoit à différentes échelles. On peut constater aujourd’hui un fort attachement au consentement individuel, souligne l’auteur. Parler de consentement peut parfois être un véritable abus de langage lorsque l’individualité du sujet est niée. Les soldats qui partent au combat, se conformant aux règles de la hiérarchie, mettent en péril leur propre vie. Ce choix trouve peu de justification dans une perspective rationnelle et il est alors impropre de parler de consentement actif. De même, l’exemple du mariage bourgeois qui visait la perpétuation d’un capital au sein des familles illustre un engagement contractuel à l’échelle plus méso-sociale qu’à l’échelle des acteurs. On doute ici de la marge de manœuvre des mariés dans ce type d’alliance. Si l’individualité des sujets est totalement occultée dans le cas des militaires ou mise au second plan dans le cas du époux bourgeois, il est alors difficile de parler de consentement éclairé. Ces zones grises peuvent résulter d’émotions négatives, comme la peur et la menace. Ces « passions tristes » ont pour effet de limiter la capacité d’agir et relèvent d’une « idée inadéquate », selon les termes de Spinoza.

5Le consentement est en effet un acte qui peut se teinter d’une certaine passivité. Il peut être synonyme d’une situation d’acquiescement par résignation, reflétant une volonté individuelle en retrait, illustrant un « pourquoi pas ? » plutôt qu’un « pourquoi ? ». Dans ce cas, l’engagement et l’intention ne précèdent pas le consentement. Pour autant, au niveau macro-social le consentement est un mode de régulation normé et attendu permettant de rendre prévisibles les actions des individus et de consolider le rôle des institutions. Par exemple, la population française consent toujours implicitement aux décisions prises par les dirigeants politiques durant leur mandat d’élu. Cette forme de consentement serait, selon l’auteur, considérée à tort comme passive dans la mesure où elle est tout à fait fonctionnelle. Il est en effet rationnel de s’en remettre aux détenteurs du pouvoir dans une démocratie représentative, selon le principe de division du travail. D’une part, ce mode de régulation de la société permettrait l’accès à la tempérance ainsi que l’éloignement de la violence et de la radicalité dans la sphère publique. D’autre part, il aurait un pendant bénéfique dans la sphère privée en ce qu’il inviterait chacun à la maîtrise de ses désirs et passions. La tempérance est cette vertu recherchée pour le gouvernement des hommes, leur permettant de mener une vie digne et bonne et d’accéder au « souverain Bien », selon les termes d’Aristote. Le consentement doit alors reposer sur une certaine croyance, celle d’un avenir préférable. Consentir s’inscrit ainsi dans le choix de suspendre un temps notre capacité réflexive, à l’image des croyants qui respectent les commandements sans les remettre en question.

6L’auteur propose également de différencier les notions proches du consentement comme l’assentiment ou l’adhésion. Pour les stoïciens, l’assentiment suppose un engagement plus fort de l’individu, dans la mesure où il fait sienne, dans une sorte de symbiose, la proposition qui le précède. En effet, l’assentiment implique la reconnaissance d’une nécessité qui s’annule en tant qu’elle n’est plus subie. La volonté de l’acteur est de même soulignée dans le fait d’adhérer. L’adhésion à un parti politique extrême comme le Front national suppose une forte concordance en termes de valeurs, et permet réciproquement d’identifier et de catégoriser celui qui y adhère. Contrairement au consentement, l’adhésion ne peut en aucun cas être considérée comme passive.

  • 2 Becker Howard, Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.
  • 3 Davis Kathy (dir.), Negotiating at the Margins. The Gendered Discourses of Power and Resistance, Ne (...)
  • 4 À titre d’exemple, mentionnons les lectrices de roman analysées par Janice A. Radway, qui par leur (...)

7Si la révolte et l’opposition verbalisée symbolisent une prise de parole manifeste, la simple transgression des normes sociales, si codifiée soit-elle – l’auteur nous renvoie ici à l’analyse de la carrière déviante des fumeurs de marijuana menée par Howard Becker2 – peut également apparaître comme une échappatoire au consentement. Pour ce qui est des résistances silencieuses, et dans une perspective féministe, on regrette que l’auteur ne mentionne pas les théories de l’agency3 qui envisagent des nuances plus fines de la révolte. Les femmes peuvent, dans leur quotidien, user de stratégies d’évitement de la domination masculine. Certaines actions considérées à l’échelle micro-politique ne sont pas des voice, selon le vocable d’Hirschman, mais ne témoignent pas pour autant d’une loyalty totalement soumise aux structures sociales4.

8Par ailleurs, l’auteur nous fait remarquer comme une alternative ultime qu’on ne peut consentir à aimer, puisque l’amour est « un absolu de l’absence de consentement » (p. 101). Cette affection déraisonnée de l’âme ne peut être domestiquée par un contrat émanant des parties prenantes. À l’instar des héroïnes littéraires telles Phèdre ou Carmen qui, nous rappelle l’auteur, illustrent de toute évidence des visions passionnelles et souvent destructrices de l’élan amoureux.

9La conclusion de l’ouvrage nous renvoie finalement à la nécessité du consentement, présenté comme une sorte de soumission à un environnement qui nous précède, et aux aléas auxquels nous faisons face tout au long de la vie. Cependant, si l’on reconsidère la vision stoïcienne, qui suppose d’avoir au préalable intériorisé ces potentielles contraintes, une fois cette assimilation effectuée, on ne peut plus envisager le consentement comme une fatalité. De même, parler du consentement, donc de la nécessité de trouver un accord, est un moyen d’amorcer un processus négociatoire. On peut ajouter qu’une autre manière de penser l’alternative consiste à opter pour un découpage séquentiel de la prise de décision. Lorsque l’individu, tel un juge avant de rendre son verdict, délibère et ne prend pas parti, il se place au-dessus de la mêlée, en cherchant parfois à inventer une solution qui ne préexistait pas jusqu’alors. On peut invoquer le « je pense, je suis » de Descartes, qui permet de déplacer le curseur sur l’acte de penser comme étape initiale. Si l’on revient à l’exemple du mouvement des Gilets jaunes, le « grand débat national » mis en place par l’exécutif apparaît comme une tentative pour dépasser le statu quo qui empêchait la possibilité d’un consentement futur.

10Pour conclure, Claude Giraud nous offre ici une fine analyse des contours du consentement, en soulignant sa place grandissante dans notre société et en faisant le lien avec les conditions de sa subversion vers d’autres modalités de l’engagement comme l’adhésion ou l’opposition.

Haut de page

Notes

1 Hirschman Albert O., Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States. Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1970.

2 Becker Howard, Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

3 Davis Kathy (dir.), Negotiating at the Margins. The Gendered Discourses of Power and Resistance, New Brunswick, N.J, Rutgers University Press, 1993.

4 À titre d’exemple, mentionnons les lectrices de roman analysées par Janice A. Radway, qui par leur loisir s’échappent d’une certaine manière à leur rôle de mère ou d’épouse.

Radway Janice A., « Lectures à “l'eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire. », Politix, n°51, 2000, p. 163-177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Haruka Yabuki, « Claude Giraud, Consentir, adhérer, s’opposer. Contribution à une sociologie de l’engagement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35262

Haut de page

Rédacteur

Marie-Haruka Yabuki

Diplômée de l’École normale supérieure de Lyon, agrégée en sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page