Navegación – Mapa del sitio

Laurent Amiotte-Suchet et Monika Salzbrunn, L’événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

Emir Mahieddin
L'événement (im)prévisible
Laurent Amiotte-Suchet, Monika Salzbrunn (dir.), L'événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses, Paris, éditions Beauchesne, col. « Dédale », 2019, 284 p., ISBN : 978-2-7010-2269-7.
Inicio de página

Texto completo

1Cet ouvrage reprend un questionnement maintenant prégnant en sciences sociales : qu’est-ce qu’un événement ? Comment peuvent s’en saisir les sciences humaines et sociales ? Il s’agit d’une compilation de onze contributions émanant de chercheurs en sociologie, anthropologie, philosophie et science politique, issues d’un colloque organisé à Lausanne en 2012. L’introduction de Monika Salzbrunn et la première partie établissent un état de l’art exhaustif sur le thème de l’événement en sciences sociales. Une deuxième partie rassemble deux études de cas de rituels politiques dans le Pacifique, où interviennent des éléments religieux. La troisième partie traite de l’événement comme forme cérémonielle dans le monde catholique européen. Enfin, la quatrième partie présente des réflexions conclusives avec deux textes qui proposent un bilan théorique, le dernier chapitre étant signé par Laurent Amiotte-Suchet.

2Cet ouvrage s’inscrit dans la montée en puissance des recherches en sciences sociales mettant l’événement à l’honneur. Les auteurs semblent en quête d’une épistémologie de la contingence et de la singularité, une tentative d’appréhension du surgissement, de l’imprévisible, voire de l’impossible, que constitue l’événement dans le regard des acteurs. Plusieurs contributeurs inscrivent cet intérêt accru des sciences sociales pour l’événement dans l’entrée dans un temps accéléré dans lequel la médiatisation audio-visuelle et numérique joue un rôle majeur. À cet égard, l’ouvrage s’intéresse à l’événement dans son sens double et contradictoire, connotant à la fois ce que Laurence Kauffman et Philippe Gonzalez nomment dans leur chapitre « l’événementialité » et « l’événementisation ». Quand la première catégorie renvoie au surgissement de l’imprévisible – c’est « l’événement disruptif » –, la seconde renvoie au contraire à une temporalité prévue, organisée et pré-pensée – c’est « l’événement cérémoniel ». Dans les deux cas, le rôle des médias s’avère central pour la construction sociale et la mise en intrigue de l’événement et de son caractère singulier, autant en ce qui concerne la domestication a posteriori de l’événement impromptu que l’anticipation et la préparation émotionnelle de l’événement-rituel. Au croisement entre philosophie deleuzienne et sociologie pragmatiste, Louis Queré revient ainsi dans sa contribution sur les processus de « factualisation » de l’événement. Il entend par là le processus d’individuation de l’événement par l’enquête, caractéristique d’un régime temporel marqué par la succession et la simultanéité dans un temps vide et homogène. Quéré lie ce régime de « factualisation », primordial dans la qualification d’occurrences ou d’accidents en « événements », à la formation de sociétés sécularisées où domine la reconnaissance d’un plan d’explication horizontal dans lequel on recourt moins à la lecture des signes d’une volonté divine, connue par avance, qu’à l’enquête par corrélation d’indices. Mais, pour Quéré, dans un régime de problématisation par factualisation comme dans un régime croyant, la première modalité d’expérience du caractère problématique de l’événement est l’affectivité. Cette dernière serait même à l’origine de l’enquête.

  • 1 Albert Piette, « De la distance au mode mineur de la réalité. Contribution à une sociologie de l’in (...)
  • 2 George Balandier, Le Désordre. Éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988.
  • 3 Didier Fassin, « Les économies morales revisitées », Annales. Histoires, Sciences Sociales, vol. 64 (...)

3L’affectivité et l’émotion apparaissent comme des points communs entre les deux formes de l’événement dont traite l’ouvrage : émotion du corps qui prend le relai du langage aux moments de « ruptures d’intelligibilité », quand s’impose le caractère ineffable de l’occurrence inattendue, mais aussi émotion du partage dans les cérémonies religieuses attendues. Cela ne signifie pas que l’émotion soit le régime de croisière de l’événement. Citant les travaux d’Albert Piette1, Kauffman et Gonzalez rappellent le caractère variable de l’intensité de l’engagement des acteurs dans une action collective. Toujours est-il que la part de l’émotion s’impose dans les textes ici réunis. Marc Bessin rejoint Quéré dans sa contribution en soulignant la centralité des affects dans ce qu’il nomme, à la suite de Georges Balandier2, des « bifurcations » : situations associant faible prévisibilité et changements d’ampleur, marquées par les sensations d’incertitude, de désordre et de risque. Bessin analyse la problématisation des émotions dans deux types de bifurcations qui procèdent par déflagration quand elles viennent perturber le cours de la vie collective : les émeutes et les scandales. Il propose de se pencher sur l’événement en développant une sociologie des émotions. À la suite de ce qu’en propose Didier Fassin dans son exploration des économies morales et des frontières de l’intolérable des sociétés contemporaines3, elle consisterait à remonter les chaines de contagion de la colère en prêtant attention aux univers moraux dans lesquels cette dernière surgit. Céline Béraud fait aussi des émotions un élément central dans la caractérisation des formes rituelles qui font événement dans le catholicisme français. S’y ajoutent l’ampleur statistique – l’« événement » attire une foule – et la singularisation spatio-temporelle – les « événements » n’ont pas lieu dans les espaces cultuels. L’événement peut être analysé comme un rituel mais tous les rituels religieux ne font pas événement, même si, ainsi que le souligne Béraud, le calendrier liturgique catholique est scandé par la répétition de rites d’anamnèse, réactualisant sans cesse le déroulement d’événements fondateurs relatés par les Évangiles. En revenant sur les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), Céline Béraud montre comment, depuis une vingtaine d’années, le catholicisme s’est adapté à l’ère du tout média en se faisant producteur d’événements. Les médias affectionnent en effet le religieux événementiel parce qu’il fait écho à ce qui est communément envisagé comme les caractéristiques contemporaines du religieux en Europe : émotionnalisation, esthétisation, primat de l’expérience individuelle – point également développé dans la contribution de Michaela Pfadenhauer – et déterritorialisation. En effet, quand ces rassemblements internationaux attirent de plus en plus de monde, les paroisses continuent de se vider, laissant entrevoir la valorisation d’engagements plus ponctuels et hors de tout ancrage géographique local. Le catholicisme serait ainsi passé d’une « sociabilité territoriale » à une « sociabilité affinitaire ». La sociologue souligne par ailleurs que l’on peut retrouver cette affinité entre catholicisme et événement dans le militantisme chrétien contemporain, par exemple dans la mobilisation contre le mariage des personnes de même sexe. Le catholicisme français se veut plus « ostensible », attaché à redevenir plus visible dans l’espace public. La conscience et le désir d’être regardé ont ainsi changé les manifestations de l’appartenance religieuse.

  • 4 Alban Bensa & Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5 (...)

4Il s’agit en ce sens de saisir le potentiel transformateur de l’événement en tant que dynamiseur de subjectivité, comme le souligne Salzbrunn dans son introduction. Alban Bensa, connu par ailleurs pour être un des chantres de la réflexion sur l’événement en anthropologie4, s’interroge sur le rôle fondateur de l’événement et sur la façon dont, en tant qu’épreuve, il transforme les sujets singuliers et les groupes. Il aborde la question des entrelacs qui se tissent entre familial et national au moyen d’événements, de monuments et de cérémonies, et s’intéresse au travail de « raccordement des narrations » éparses, personnelles et collectives, observable dans les cérémonies de mémoire. Dans ces moments fondateurs, les frontières entre les catégorisations sociales révèlent de manière plus flagrante leurs caractères fluides et poreux, qui rend difficile la distinction entre le politique et la parenté ou le religieux. Viviane Cretton s’intéresse ainsi à la pratique du don et du pardon dans la vie politique fidjienne, voyant aussi s’entremêler politique et religion. Dans le fil du propos de Céline Béraud, à travers l’usage de l’analyse filmique dans l’événement religieux, Mathias Blanc suggère que l’événementialisation modifie les formes de subjectivité et d’appartenance religieuse dans le catholicisme. Du fait de la conscience d’être visible qu’elle engendre, les acteurs engagés font appel à différents registres communicationnels qui les amènent à performer des appartenances flexibles. Dans une démonstration convaincante, Laurent Amiotte-Suchet s’interroge lui aussi sur cet aspect subjectivant et fondateur de l’événement en proposant d’analyser les conversions et le rapport à Dieu des pentecôtistes à l’aune de l’événementialité.

5Si les contributions les plus théoriques portent presque exclusivement sur l’événement disruptif, seules deux contributions s’attachent à décortiquer ce type de perturbation à partir d’un matériau empirique de première main. Laurent Amiotte-Suchet revient sur une affaire d’apparition spectrale lors d’une tempête dans laquelle il a été un acteur impliqué et Viviane Cretton revient sur le coup d’État survenu aux îles Fidji en 2000. Les autres contributions empiriques s’attachent à l’analyse d’événements cérémoniels ou encore de grands événements médiatiques observés ou commentés à distance. Amiotte-Suchet souligne en ce sens une difficulté majeure de l’exercice d’une socio-anthropologie de l’événement : l’observateur doit être présent et possiblement se laisser affecté pour pouvoir comprendre et relayer, par la description, ce qu’a représenté le moment disruptif pour le groupe, sans quoi il se trouve prisonnier des médiations et des mises en intrigue de ses interlocuteurs d’enquête (traces, archives, témoignages, conséquences supputées). Comment prévoir une présence quand le surgissement de l’objet est par définition imprévisible ? Les sociologues et anthropologues sur le terrain doivent-ils apprendre à mieux se laisser porter ?

  • 5 Victor Turner, Le phénomène rituel. Structure et contre-structure, Paris, PUF, 1990.

6On regrette que, dans plusieurs contributions, l’événement disruptif lui-même soit analysé par analogie avec le rituel, au risque de reconduire une conception homéostatique du social rappelant parfois les défauts du fonctionnalisme britannique auquel fait écho le recours de certains auteurs au fameux concept turnerien de communitas5, qui caractérise la fonction fondatrice ou réparatrice du moment de liminalité dans le phénomène rituel. Selon certains contributeurs de cet ouvrage, l’événement serait ainsi le moment d’incertitude entre deux phases d’ordre relatif dont la fonction serait de (re)fonder un individu ou un groupe. L’événement ainsi défini serait intelligible par l’usage qui est en fait pour rétablir la continuité de l’ordre. Or, ce livre stimulant pour la réflexion pose bien la question suivante : le social existe-il autrement que par le désordre ?

Inicio de página

Notas

1 Albert Piette, « De la distance au mode mineur de la réalité. Contribution à une sociologie de l’interaction », Social Science Information, vol. 2, n° 37, 1998, p. 275-297.

2 George Balandier, Le Désordre. Éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988.

3 Didier Fassin, « Les économies morales revisitées », Annales. Histoires, Sciences Sociales, vol. 64, n° 6, 2009, p.1237-1266. Didier Fassin & Patrice Bourdelais (dir.), Les constructions de l’intolérable, Paris, La Découverte, 2005.

4 Alban Bensa & Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

5 Victor Turner, Le phénomène rituel. Structure et contre-structure, Paris, PUF, 1990.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Emir Mahieddin, « Laurent Amiotte-Suchet et Monika Salzbrunn, L’événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 19 junio 2019, consultado el 18 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35382

Inicio de página

Redactor

Emir Mahieddin

Anthropologue. Chargé de recherche CNRS.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página